Introduction :

L’islam est la religion qui éduque la modestie et l’humilité chez l’individu. La soumission à la volonté de Dieu, traduite par l’application des cinq règles de la religion et l’adoption des six piliers de la foi islamique, est déjà un apprentissage vers l’abandon de l’Ego et l’adoption d’une attitude nouvelle de plus en plus rapprochée de l’esprit béni-le  moi supérieur. Certes, la religion comporte des commandements qui sont contre la nature humaine, le secret n’est pas pour autant dans la suppression de ces penchants ; c’est la gestion de ces instincts qui devrait faire la différence. Devenir musulman et avoir une fortune ne serait pas donc un danger.

L’origine de la fausse idée :

La population islamique a presque une conviction que devenir musulman est vivre avec le minimum de biens. C’est en quelques sortes un appel à donner son argent en charité et se débarrasser de toute richesse. A l’origine de cette conviction, la mauvaise interprétation de certains versets et hadith est la principale cause. En effet, le récit de « Karoun », celui qui était l’homme le plus riche de toute l’histoire est un exemple qui fait peur d’avoir une telle fortune. Le récit de Tha’laba qui est devenu riche au point de ne plus donner de l’importance aux rituels est aussi un exemple très intéressant à étudier. Le verset 28 du chapitre Al anfal-qui dit « Et sachez que vos fortunes et vos enfant sont une tentation » -et le verset 15 du chapitre Attaghabun qui dit « Vos biens et enfants ne sont que tentation et Dieu a le meilleur pour vous » mettent en garde les musulmans mais en aucun cas n’ordonnent la pauvreté.

Des musulmans qui sont riches :

Les exemples les plus importants sont ceux de Abu Bakr (que Dieu soit satisfait de lui), Othman Ibn Affan (que Dieu soit satisfait de lui), Abderrahman Ibn Awf (que Dieu soit satisfait de lui), Al Abbas (que Dieu soit satisfait de lui) et Amr Ibn al Aas (que Dieu soit satisfait de lui) qui étaient des commerçants très habiles et qui avaient des fortunes énormes. Si le fait d’avoir une fortune ou de l’acquérir n’est pas permis, le prophète (paix et bénédiction sur lui) aurait ordonné à ces personnes de se débarrasser de leurs fortunes.

Aussi, le Coran dit qu’il ne faut pas oublier de prendre sa part des biens ; cette affirmation est associée au récit de Karoun qui ne voulait pas remercier Dieu.

La nuance de posséder la fortune :

La crainte d’être tenté par la fortune et entraîné vers le dédain, essentiellement la peur d’agir comme les exemples cités et ne pas satisfaire à Dieu, et certainement la cause qui fait que la population islamique perçoit la fortune en possession comme une menace à la foi. Les musulmans essaient donc d’obtenir assez de bien pour vivre ; certains essaient d’avoir assez pour être concernés par la pratique de l’aumône. En somme, abandonner la fortune est un comportement préventif.

Par ailleurs, le prophète indique que personne n’est questionné à propos de combien est sa fortune. Tous les hommes seront interrogés à propos de l’origine de la fortune et la voie des dépenses.

Conclusion :

Il ne faut pas s’abstenir de posséder une fortune car ça permet à la personne de pratiquer la charité dans diverses manières. Aussi, il faut se rappeler que le remerciement est une voie de prospérité et de bien être. Le problème enfin se résume à non pas combien vous avez, mais comment vous l’avez obtenu et en quoi vous l’avez dépensé.

Merci de partager 😉
Facebook
Twitter
Google+
https://forumislam.com/etre-musulman-fortune-cest-louche/
LinkedIn
EMAIL
RSS
Facebook
Twitter
Google+
https://forumislam.com/etre-musulman-fortune-cest-louche
LinkedIn
EMAIL
RSS