Introduction :

La religion islamique a remis la femme en place et a rendu hommage à cet être doux et également très important pour l’accomplissement de la mission humaine sur terre qui est entre autre le peuplement de la terre. Par nature, la femme exprime un nombre de différences avec son compagnon l’homme. Ces différences sont prises en compte par la religion islamique et un ensemble de rectifications allant même à des exonérations lui sont accordées. La pratique des rituels comporte les aspects les plus remarquables de ces privilèges destinés à la femme.

La femme et la prière:

La femme passe par des périodes spécifiques appelées menstruations. Ces périodes là sont supposées altérer physiquement et psychiquement la femme. La religion islamique prend en compte la non-responsabilité de la femme de ces états physiologiques et la répétition quotidienne des prières. Durant ces périodes dites “d’impureté”, la femme est exonérée de la prière. De plus, elle n’est pas appelée à compenser les prières qu’elle a raté durant ces périodes là.  Par ailleurs, la femme est sollicitée à pratiquer la prière chez elle et à basse voix.

La femme est le Jeûne:

La femme est appelée à ne pas jeûner pendant les périodes de menstruations. Mais puisque le ramadan est une fois par an, la femme est appelée à compenser les jours qu’elle a raté quand elle aura la possibilité de le faire. Cette permission est due au fait que la femme connait une déshydratation et une perte aiguë de certains éléments essentiels qu’elle doit récupérer par l’alimentation. Dans le cas de la grossesse et de l’allaitement, les savants se sont un peu divisés mais ils ont conclut que la femme peut ne pas jeûner si elle craint sur sa personne et ou son bébé à condition qu’elle compense les jours qu’elle a raté.

La femme est l’aumône:

La règle générale de la pratique de l’aumône est qu’elle est due si les biens en possession atteignent un seuil déterminé; elle est destinée aux personnes qui ne sont pas en la charge du donneur. De ce fait, les savants de la religion islamique ont conclut que la femme est appelée à pratiquer l’aumône depuis ses bijoux, son salaire et les autres biens en sa possession à condition qu’ils atteignent le seuil dû. Elle peut également donner cette valeur d’aumône à son époux s’il est endetté ou pauvre.

La femme et le pèlerinage:

La femme n’est pas exonérée du pèlerinage mais il ne lui est pas obligatoire d’avoir son budget propre pour pratiquer le pèlerinage. Par ailleurs, Le pèlerinage est-d’après le hadith-la forme du jihad de la femme. Toutefois, il y a une condition qui doit être vérifiée pour que le pèlerinage soit une obligation. Elle doit être accompagné par son mari ou une personne qui lui est prohibée (un homme qui n’a pas le droit de se marier à elle tel un père, frère ou fils). Le cas échéant, elle devient exonérée.

Conclusion:

La femme est crée par Dieu et Lui seul sait bien la traiter. L’islam a effectivement rendu hommage à la femme depuis la faveur des mères par rapport aux pères jusqu’à la facilitation de la pratique des rituels. L’islam est bien une religion qui ne différencie pas  positivement les femmes; elle confirme que l’homme excelle la femme, pas par des privilèges mais par des charges et des responsabilités.

Merci de partager 😉
Facebook
Twitter
Google+
https://forumislam.com/femme-pratique-rituels-de-lislam-raisonnablement-exoneree/
LinkedIn
EMAIL
RSS
Facebook
Twitter
Google+
https://forumislam.com/femme-pratique-rituels-de-lislam-raisonnablement-exoneree
LinkedIn
EMAIL
RSS