PDA

Voir la version complète : La doctrine malikite



Pakos Repenti
26/11/2011, 17h23
LA DOCTRINE MALIKITE


En France, la plupart des musulmans (d’origine marocaine, algérienne, tunisienne ou sénégalaise..) suivent l’école malikite, une école connue pour être la plus ancienne école d'exégèse coranique fondée par l’Imâm Mâlik Ibn Anas[1] qui pris sa science entre autre de : "Ibn Chihâb Az-zuhrî, Abû Az-zannâd, Ibn Hourmuz, Rabî'a Ibn 'abd Ar-rahmân, Nâfi' l'affranchi du grand compagnon Abdellah Ibn 'Umar (que Dieu l'agrée) et de Yahyâ Ibn Sa'îd Al-Ansâri (mort en 143) fils d'un partisan du Prophète (paix et salut sur lui)".

Le fait que l’Imâm Mâlik fut implicitement cité par le Prophète (paix et salut sur lui) et qualifié de « Savant de Médine » dans le hadîth (https://forumislam.com/f/showthread.php?40055-Hadith-sur-Imam-Malik-%28-rahimallah%29) suffit (à lui seul) pour certifier que sa notoriété et sa fiabilité sont irréfutables et que sa qualité est hautement reconnue sans aucune divergence.

Selon An-Nawawî, Mâlik eut 900 maîtres dont 300 Successeurs, les autres étant des Successeurs des Successeurs.

Al-qâdî 'Iyâd de Ceuta(l'auteur du Shifâ) dit dans son Tartîb al-madârik: "les savants en récits traditionnels ont dit :"Le guide des consciences après 'Umar Ibn Al-khattâb fut Zayd Ibn Thâbit, et après lui, 'Abd Allah Ibn 'Umar. Vingt-et-un transmetteurs ont reçu leur science de Zayd, qu'ils ont ensuite transmise à trois hommes: Ibn Chihâb,Bukayr Ibn 'Abd Allah et Abû Az-zannâd, pour enfin parvenir à Mâlik Ibn Anas"".

Sa vie et sa science étaient à Médine, la ville du Prophète, qui était naturellement la mieux placée en tant que dépositaire des « traditions connues » (hadîth Mashhûr). Mâlik commença à enseigner dès l'âge de 17ans. Il choisit la Mosquée du Prophète pour tenir son cercle de science. Plus précisément, il choisit, dans la mosquée de Médine, l'endroit où se tenait le Calife 'Omar Ibn Al-Khattâb. C'est là que s'asseyait le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui).

Les sources juridiques[2] de l'école de Mâlik sont bien sûr avant tout le Coran , puis la sunna, puis le consensus des savants (ijmâ‘ ), puis les coutumes médinoises (‘amalu ahli al-Madîna) (car les médinois "descendants des compagnons du Prophète (paix et salut sur lui)" connaissaient mieux que quiconque la Sunna), l'effort d'interprétation personnelle (Ijtihâd), l'opinion personnelle (ra'y) qui découle de la réflexion (fikr) (en l'absence du texte sacré), la préférence personnelle en vue du bien (istihsân), ainsi que le raisonnement par analogie (qiyâs), et la prévention de l’inconvénient (Sadd al-ddarâi‘). Elle s’appuie également sur l’intérêt général « Al-masâlih Al-mursala » qui fait que cette école répond parfaitement aux événements liés à l’évolution des temps et aux besoins de la communauté en matière de droit. Cette diversité de méthodes et de règles juridiques est sans doute le secret de la richesse et de la force de cette école. Et bien qu'elle soit assez scrupuleuse sur le plan de la pratique religieuse (notamment des cinq piliers fondamentaux de l'Islam), cette école est aussi, avec l'école hanafite, la plus ouverte et la plus souple dans son adaptation aux différentes réalités locales et temporelles et à l'évolution du monde. Elle est donc mieux en mesure d'appréhender les adaptations nécessaires d'une façon souple et efficace. Surtout que cette école, à la suite de son fondateur, homme humble et scrupuleux, a une maturation fondamentale, et une intention (niyya) tournée avant tout vers la préservation de l'unité de la Umma, préférant cultiver ce qui réunit que de rechercher des solutions juridiques qui pourraient diviser.

De part la richesse de ses outils et des possibilités qu’elle révèle, de nouveaux avis juridiques peuvent être émis par ceux qui ont les compétences juridiques pour répondre au mieux, loin du fanatisme ou de l’extrémisme religieux ; aux besoins des musulmans, sans renier les fondements généraux de l’Islam et ses valeurs d’amour, d’unité, d’entente et de paix.


Pour un autre exposé détaillé sur la vie de l'Imâm Mâlik (que Dieu l'agrée): Biographie de L'Imâm Mâlik. (https://forumislam.com/f/showthread.php?40070-L_Im%E2m-M%E2lik&p=637088#post637088)



Notes de bas de page:



[1] L'Imâm de Médine comme l’avait annoncé le Prophète (paix et salut sur lui), Mâlik Ibn Anas, est né et mort à Médine (94 R/716 ap. J.-C. - 179 H./795 ap. J.-C.) : ce qui fait de cette école, au point de vue historique, la plus ancienne des écoles de Fiqh. L'Imâm Mâlik fut un disciple direct des Successeurs des Compagnons du Prophète Muhammad, sur lui la Grâce Divine et la Paix. Il étudia aussi auprès de Ja'far as-Sâdiq et connut Abû Hanifah. Il fut l’auteur du premier traité de droit musulman, al-Muwatta' « La Voie Aplanie » ou « La Voie rendue aisée », qui est aussi le premier recueil de hadiths (en Islam) : Al-Muwatta’ p 5-9, Dar El-Jîl Beyrout. La qubba sur la tombe de l’Imâm Mâlik fut détruite par les Wahabbis en 1800.

[2] En absence d’un texte explicite dans les sources authentiques (Coran et Sunna), on fait recours aux règles juridiques : (il n’y a pas d’ «Ijtihâd » en présence du texte traditionnel « nass »).

Pakos Repenti
26/11/2011, 17h38
Salam Aleykum ,

Je reviendrais Demain pour compléter le post Inshâ'Allah.

Zahida
26/11/2011, 17h39
Salam aleykum

Barak'Allahu fik
Qu'est ce qu'un hadith mashhûr?

muhibb
26/11/2011, 17h50
Salam aleykum

Barak'Allahu fik
Qu'est ce qu'un hadith mashhûr?

Salam,
C'est un hadith qui dans chaque degré de sa châine, comporte plusieurs personnes, sans atteindre le tawatur.
Mais je crois que tu n'as pas compris, je vais expliquer :)
Un hadith est transmis de bouche à oreille en général, génération par génération jusqu'à l'imam qui le consigne dans un livre. Si dans chaque génération, il n'y a qu'une seule personne à transmettre le hadith, on dit qu'il est ahad. Si à chaque génération il y au moins trois personnes pour le transmettre, il est mashhur. Le tawatur, c'est quand les gens sont nombreux dans chaque génération d esorte qu'il soit impossible qu'ils aient créé ensemble un mensonge pour l'attribuer au prophète :sws:

Zahida
26/11/2011, 17h56
Aleykum salam

Barak'Allahu fik pour l'explication

Donc, si un hadith est ahad, il est moins fiable que les autres?

muhibb
26/11/2011, 18h14
Si, si un hadith est ahad, il est fiable.
Seulement, sa fiabilité se base sur un élément présomptif, le fait que les rapporteurs aient tous dit la vérité. D'ailleurs, l'écrasante majorité des hadiths sont des hadiths ahad.
Pour les deux autre stypes, on il est inacceptable qu'un musulman les remette en cause, ils se basent tous deux sur des arguments... (j'ai oublié le terme pour traduire qat'iy). On considère que celui qui les nie ne tout simplement l'Islam et n'est plus musulman dans le cas du hadith mutawatir, ou le reste mais est un pervers dans le cas d hadith mashhur.

Zahida
26/11/2011, 18h25
D'accord. Mais pourquoi cette nuance, considéré pervers celui nie l'hadith mashhur?

muhibb
26/11/2011, 18h31
D'accord. Mais pourquoi cette nuance, considéré pervers celui nie l'hadith mashhur?

Parce que même à deux ou trois, on peut s'entendre pour créer un mensonge, même que la possibilité soit infime. C'est pourquoi celui qui nie un tel hadithe est considéré comme un pervers, une personne qui refuse volontairement de suivre une information venant du prophète :sws: .

Zahida
26/11/2011, 18h35
Ok, c'est clair.
Barak'Allahu fik

Pakos Repenti
27/11/2011, 17h25
Up , Mise à jour.