PDA

Voir la version complète : al muwatta de l'imam Malik



Page : [1] 2

hamdou88
22/05/2012, 10h38
al muwatta de l'imam malick

hamdou88
22/05/2012, 10h40
Au Nom d'Allah Le Tout-Miséricordieux Le Très-Miséricordieux

Al Muwwatta
- de l'Imâm Malik Ibn Anas -






Introduction Louange à Allah - Exalté soit-Il - , et qu'Allah - Exalté soit-Il - accorde grâce et paix à notre Prophète – que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui – et Maître Mohammed, ainsi qu'à sa famille et à ses compagnons.
« Qu'Allah fasse prospérer celui qui entend mes propos, les retient, puis les transmet tels qu'il les a entendus »
C'est un hadith prophétique qui montre sans doute et la mission et la sincérité de tous ceux qui ont entendu, rapporté, trancris et transmis les hadiths de notre Prophète – que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui – qu'Allah - Exalté soit-Il - lui accorde grâce et paix, afin qu'ils soient avec le Noble Coran, pour tout musulman, un itinéraire à suivre pour s'assurer une vie heureuse dans l'ici-bas et dans l'au-delà.
Ainsi Malek, l'auteur de cet ouvrage, était l'un des plus sincères des ulémas et théologiens, qui ont compilé ces hadiths ce qui a porté l'imam Al-Chafé'i à dire de lui :


« Nul livre n'existe sur la terre qui soit proche du Coran,

plus que le Mouwatta de Malek ». A savoir que plusieurs versions plus ou moins adéquates ont paru, mais celle que nous avons adopté, dans cette traduction; est celle de Al-Laithi qui s'est avérée être la plus parfaite.
L'imam Malek est né à Médine en l'an 93 après l'hégire, on a dit aussi en l'an 90, et mourut en 179. Il a puisé ses connaissances religieuses de plusieurs ulémas et théologiens dont leur nombre dépasse les 900, et de qui il a retenu les hadiths.
Il n'a commencé à rédiger le Mouwatta, avant qu'il n'ai compilé et écrit de sa propre main 100.000 hadiths à savoir qu'il a commencé à enseigner à l'âge de 17 ans. Ses cercles étaient tellement célèbres et les gens se pressaient en foule afin d'entendre ses enseignements et de s'instruire dans la religion.
Voulant donner ses leçons, il commençait d'abord à se laver, se parfumer, porter des habits neufs, puis il mettait le turban. Il ne se lassait guère de sa mission, et on a raconté à ce sujet, qu'une fois un scorpion l'a piqué, il a enduré toute la douleur sans pour autant qu'il ait quitté le cercle.
Il arrivait parfois à Médine qu'on posait une question sur l'un des ulémas, la réponse était toujours: « Peut-on donner une «Fatwa » ( jurisprudence religieuse ) alors que ce docte se trouve à Médine ! » Et malgré sa réputation et sa compétence, il ne donnait son opinion sur une affaire sans qu'il n'en soit sûr. On a rapporté qu'on lui a demandé de donner son avis au sujet de 48 affaires, il n'a donné sa réponse que sur 16, quant aux autres, il a dit: « Je ne sais pas ». Il disait toujours que celui qui aura donné tant de réponses, commettra sûrement des erreurs et celui qui se croit apte à répondre à toute question, qu'il soit prêt à s'exposer au Paradis et à l'Enfer.
Le Mouwatta, en tant qu'un ouvrage d'ordre religieux, n'est pas un simple recueil ou un compilage des hadiths, plutôt it renferme à part les hadiths, des « fatwas », des jugements, et des sentences relatifs à plusieurs problèmes dont Malek avait envisagés, en abordant un tas de cas suseptibles de se produire. Voilà pourqoi cet ouvrage a été distingué des autres tels les « sahihs ». et les « Sunans » de plusieurs auteurs qui n'étaient que des hadiths compilés après une justification plus ou moins concrète. Et c'est pour cette raison même que le Mouwatta a acquis beaucoup de succès mérité et est demeuré un des plus importants ouvrages traitant des problèmes religieux et auquel on revient toujours. Ayant mis entre les mains des lecteurs cette traduction d'un tel ouvrage, nous espérons qu'elle soit parfaite sans lacune ni erreur, ne désirant par un tel travail que la satisfaction du Seigneur des mondes.


« Louange à Allah » telle est notre dernière invocation.






Les heures fixées pour les prières (http://aslama point com/ahadiths/mouwatta/livre01.php)
La pureté rituelle
Les Prières.
Au sujet de la distraction dans la prière.
Le jour du Jumaa.
Les prières surérogatoires de Ramadan.
La prière nocturne.
La prière en commun.
La réunion de deux prières en ville et en voyage.
Les deux fêtes.
La priere de la crainte.
La prière de l'éclipse.
La prière pour la chute de la pluie.
La Quibla
Le Saint Coran.
Les funérailles.
LAu sujet de la zakat.
Au sujet du jeûne.
La retraite spirituelle
Le pèlerinage
Le Combat dans la voie d'Allah.
Les serments et les vœux..
Les sacrifices.
Les bêtes égorgées.
La chasse.
Al-'aqiqa.
Les successions..
Le mariage.
Le divorce définitif.
Le sujet de l'allaitement.
Les ventes
La société en commandite «AI-Qirad».
La société en commandite «AI-Qirad».
La location de la terre.
La présemption.
Les sentences.
Le testament.
L'affranchissement et du patronage.
L'affranchi contractuel et dit «AI Moukatab».
Le « Moudabbar ».
Les peines prescrites.
Les boissons.
Le prix du sang.
La « Kaçama ».
Les sujets divers.
Le destin.
Les bons caractères.
Les vêtements.
Les qualités du Prophète et d'autres sujets.
Le mauvais œil.
Les cheveux.
La vision.
Les salutations.
La permission d'entrer chez autrui, de l'éternuement, des figurines, des statues et autres.
L'allégeance.
Les paroles de la médisance, et de la dévotion.
La Géhenne (ou de l'Enfer).
L'aumône.
La science.
Les imprécations de l'opprimé.
Les divers noms attribués au Prophète.

hamdou88
22/05/2012, 10h47
Chapitre I
Les moments de la prière

1 - Ibn Chéhab a rapporté que Omar Ibn Abdel-Azizavait un jour retardé la prière de l'asr. Ourwa Ibn Al-Zoubairse rendit chez lui et lui raconta que Al-Moughira Ibn Chou'baavait retardé pour un jour la prière, alors qu'il se trouvait à Koufa; Abou Mass'oud Al-Ansari entra chez lui et dit: « Que signifie cela ô Moughira ? Ne savais-tu pas que Gabriel descendit du ciel, fit la prière du midi et l'Envoyé d'Allah la fit également, puis Gabriel fit la prière de l'asr et l'Envoyé d'Allah la fit, puis Gabriel fit la prière du coucher du soleil et l'Envoyé d'Allah la fit également puis Gabriel fit la prière du soir et l'Envoyé d'Allah la fit également, puis Gabriel fit la prière de l'aube et l'Envoyé d'Allah la fit. Par suite Gabriel dit: « voilà ce qui t'est ordonné ». Et Omar Ibn Abdel-Azizrépondit: « assure-toi mieux sur ce que tu rapportes ô Ourwa ! Est-ce Gabriel qui a indiqué les moments de la prière à l'Envoyé d'Allah ? ». Ourwa répliqua: « Je ne fais qu'une répétition de ce que Bachir Ibn AbiMass'oud Al-Ansari a rapporté d'après son père ».

2 - Aicha, la femme de Prophète a rapporté que l'Envoyé d'Allah faisait, dans son appartement, les deux prières du midi et de l'asr avant que le soleil n'y fût trop élevé. (Il faut entendre par là, que l'ombre n'avait pas encore envahi l'appartement de Aicha, la femme du Prophète .

3 - Ata Ibn Yassara rapporté qu'un homme vint trouver l'Envoyé d'Allah et lui demanda le moment de la prière de l'aurore, mais il ne lui répondit pas. Et, lorsque ce fut le lendemain, l'Envoyé d'Allah fit la prière de l'aurore juste à l'apparition de l'aube, et le surlendemain, il la fit à la clarté du jour, puis demanda: « où est l'homme qui est venu me demander au sujet de moment de la prière ( de l'aurore )?» L'homme répondit: «me voilà ô Envoyé d'Allah. L'Envoyé d'Allah répliqua: « il est à situer entre ces deux temps ».

4 - Aicha, la femme du Prophète a rapporté que: « alors que l'Envoyé d'Allah faisait la prière de l'aurore, les femmes quittaient la mosquée, calfeutrées de leurs manteaux, à tel point qu'on ne les reconnaissait pas dans l'obscurité ».

5 - Abou Hourairaa rapporté que l'Envoyé d'Allah a dit: « Celui qui parvient à faire une raka't de la prière de l'aurore avant l'apparition du soleil, c'est comme s'il a fait la prière à son heure fixe; et celui qui parvient à faire une raka't de la prière de l'asr avant le coucher du soleil, c'est comme s'il a fait la prière à son heure fixe».

6 - Nafe', esclave de Abdallah Ibn Omar , a rapporté que Omar Ibn Al-Khattab avait écrit à ses préfets: « la prière est la chose à laquelle je tiens beaucoup d'importance celui qui la fait à la perfection, et la retient à jamais, aura gardé sa religion. Celui qui la manque, pourra négliger de ce qui est de beaucoup moins important. Et il ajoute: « faites la prière du midi, quand l'ombre d'une chose est d'une coudée, jusqu'à ce que l'ombre de l'un de vous soit aussi longue que sa taille. La prière de l'asr est, tant que le soleil est haut dans le ciel, blanc et pur, et qu'un cavalier puisse faire le parcours de deux parasanges ou trois, avant son coucher; la prière du coucher est à la disparition du soleil; celle du soir, quand disparait le crépuscule jusqu'à l'écoulement du premier tiers de la nuit. Celui qui dort sans la faire, puisse Allah ne le fasse pas dormir, celui qui dort sans la faire, puisse Allah ne le fasse pas dormir, celui qui dort sans la faire, puisse Allah ne le fasse pas dormir. Quant à la prière de l'aurore, vous la faites tant que les étoiles paraissent scintillantes et entremêlées.

7 -Omar écrivit à Abou Moussa : « fais la prière du midi quand le soleil commence à quitter le méridien; la prière de l'asr quand il est blanc et clair avant qu'il ne soit jauni; la prière du coucher du soleil quand celui-ci disparaît; la prière du soir peut être retardée jusqu'à la fin du premier tiers de la nuit; et celle de l'aurore est à faire quand les étoiles sont brillantes et entremêlées. Récite dans cette prière deux longues sourates du « Moufassal ».

8 - Omar Ibn Al-Khattabécrivit à Abou Moussa Al-Ach'ari: « fais la prière de l'asr tant que le soleil est encore blanc et pur, et qu'un cavalier puisse parcourir une distance de trois parasanges (avant son coucher); celle du soir est à faire en s'étendant jusqu'à l'écoulement du premier tiers de la nuit; et si tu veux la retarder, jusqu'à minuit, qu'il en soit, mais prends garde de ne pas être parmi les insouciants (à ne pas la négliger)».

9 - Abdallah Ibn Rafe' , l'affranchi de Oum Salamala femme du Prophète a demandé à Abou Hourairaau sujet des moments de la prière; il lui répondit: « je vais te les montrer: fais la prière du midi lorsque ton ombre est à la hauteur du ta taille, celle de l'asr lorsque ton ombre est de double, celle du coucher du soleil lorsque celui-ci disparaît, et celle du soir dans le temps qui te sépare du tiers de la nuit. La prière de l'aurore est à faire tant qu'il fait toujours nuit ».

10 - Anas Ibn Malek a dit: « nous faisions la prière de l'asr et l'un de nous pouvait aller au quartier de BaniAwf, et les trouver faisant la même prière ».

11 - Anas Ibn Malek a dit: « nous faisions la prière de l'asr, et quiconque pouvait se rendre à Qoubaa et le soleil était encore élevé ».

12 - Al-Kassem Ibn Mouhammad a dit: «Je rencontrais les compagnons du Prophète ne faisant (toujours) la prière du midi qu'au moment de la fraîcheur».


Chapitre II
Le moment de la prière du Vendredi

13 - Souhail Ibn Malek a rapporté d'après son père qu'il a dit: « Je voyais, le Vendredi, un tapis appartenant à Ali Ibn Abi Taleb , bien étalé sur le mur du côté de la mosquée. Le tapis étant couvert de l'ombre, Omar Ibn Al-Khattab, entra dans la mosquée et fit la prière du Vendredi». Malek (le père de Souhail) a ajouté: « ayant terminé la prière, nous nous abandonnions à la sieste de la canicule ».

14 - Ibn Abi Salit a rapporté que Osman Ibn Affan fit la prière du Vendredi à Médine et celle de l'asr à Malal. Et Malek s'explique à ce sujet: « c'était pour faire la prière à la première heure du midi et pour accélérer la marche ».



Chapitre III
Celui qui parvient à faire une seule raka't en commun.

15 - Abou Hourairaa rapporté que l'Envoyé d'Allah a dit: « Celui qui parvient à faire une seule raka't en commun, c'est comme s'il a fait toute la prière ».

16 - AbduBah Ibn Omar Ibn Al Khattabdisait: « si tu as manqué à l'inclinaison en commun, c'est comme si tu as manqué une raka't ». ( litt. une prosternation ).

17 - Abdallah Ibn Omar et Zaid Ibn Thabetdisaient: « Celui qui parvient à faire l'inclinaison en commun, c'est qu'il a accompli une raka't ».

18 - Abou Hourairadisait: « Celui qui parvient à faire l'inclinaison en commun, aura fait une raka't en commun; et celui qui a manqué la récitation de la «fatiha», ( la mère du Livre) « c'est qu'il a perdu tant de biens ».


Haut de page (http://aslama point com/ahadiths/mouwatta/livre01.php#haut)







Chapitre IV
Le déclin du soleil et l'obscurité de la nuit.

19 - Abdallah Ibn Omar disait: « le déclin du soleil signifie le moment où il quitte le méridien ».

20 - Abdallah Ibn Abbas disait: « le déclin du soleil est le moment de l'apparition de l'ombre, et l'obscurité de la nuit est à la tombée de celle-ci, en devenant toute sombre ».


Haut de page (http://aslama point com/ahadiths/mouwatta/livre01.php#haut)







Chapitre V
Le moment fixé de la prière

21 - Abdallah Ibn Omar a rapporté que l'Envoyé d'Allah a dit: « celui qui manque la prière de l'asr, a perdu sa famille et ses biens ».

22 - Yahya Ibn Sa'ida rapporté que Omar Ibn Al-Khattab, finissant la prière de l'asr, croisa un homme l'ayant manquée; Omar lui dit: « qu'est-ce qui t'a empêché de faire l'asr en commun ? » L'homme présenta une excuse et Omar répliqua: « tu t'es privé de sa récompense ».

23 - Yahya Ibn Sa'iddisait: « Celui qui prie, devrait faire sa prière à son heure fixe; mais s'il la retarde, il aura perdu sa meilleure récompense ou de ce qui lui vaudrait de mieux que sa famille et ses biens».
Malek a dit:« L'homme qui se trouve en voyage et qui retarde sa prière, soit par insouciance soit par oubli, jusqu'à ce qu'il rencontre sa famille, s'il est chez soi et qu'il est à l'heure, qu'il fasse sa prière au complet comme s'il est en ville, mais s'il est présent et que le temps s'est écoulé, qu'il la fasse abrégée, comme celle d'un voyageur, car il ne fera que ce qu'il devait faire (selon le cas) ».
Et Malek ajouta: « C'est ce que j'ai constaté les hommes faire chez nous (à Médine), ainsi que ceux qui sont versés dans la religion ».
Malek a dit aussi:« le crépuscule est la lueur rouge vue après le coucher du soleil; quand cette lueur disparaît, ce sera le moment de la prière du soir et aura dépassé celui de la prière du coucher du soleil ».

24 - Nafe' a rapporté que Abdallah Ibn Omar fut évanoui et perdit conscience; (reprenant ses sens, il n'a pas fait la prière manquée)».
Malek a dit:« Je pense, et Allah sait mieux que quiconque, que le temps s'était écoulé. Quant à celui qui reprend conscience au moment de la prière, il doit la faire. ».


Haut de page (http://aslama point com/ahadiths/mouwatta/livre01.php#haut)







Chapitre VI
Le fait de se coucher avant d'accomplir la prière.

25 - Sa'id Ibn Al-Moussaiaba rapporté: «en retournant de la bataille de Khaibar, l'Envoyé d'Allah marcha la nuit» et lorsqu'il fut presque minuit il campa et dit à Bilal : «réveille-nous au moment de la prière de l'aurore». L'Envoyé d'Allah dormit ainsi que tous ses compagnons; quant à Bilal , il resta éveillé le temps qu'Allah voulut, puis il appuya son dos contre sa monture juste avant l'aube et ses yeux se fermèrent malgré lui. Personne ne se réveilla, ni l'un des compagnons, ni l'Envoyé d'Allah ni Bilal , juste au moment voulu; ils ne se réveillèrent que sous l'effet de la chaleur solaire. Comme l'Envoyé d'Allah fut surpris, Bilal lui dit: «ô Envoyé d'Allah celui qui a enlevé ton âme a enlevé la mienne». L'Envoyé d'Allah dit aux hommes: «allons, en route». Les hommes poussèrent leurs montures et se mirent en route, et après avoir marché une certaine distance, il ordonna Bilal de faire l’appel à la prière. L'Envoyé d'Allah fit la prière de l'aurore, et une fois la prière achevée, il dit: «Celui qui omet une prière, qu'il la fasse quand il se rappelle», car Allah le Béni et le Très-Haut a dit:


« Fais la prière en souvenir de Moi »
Sourate 20 : Ta-Ha verset 14.


26 - Zaid Ibn Aslama rapporté: « une nuit, allant à la Mecque, l'Envoyé d'Allah fit halte et chargea Bilal de réveiller les hommes au moment de la prière (de l'aurore). Bilal se coucha ainsi que tous les hommes. Quand le soleil fut déjà du haut, au-dessus de l'horizon, les hommes se réveillèrent tous effrayés; alors, l'Envoyé d'Allah leur ordonna de monter et partir pour sortir de la vallée (où ils se trouvaient) en disant: « un démon se trouve dans cette vallée». Ils montèrent et quittèrent la vallée, puis l'Envoyé d'Allah les ordonna de descendre et de faire leurs ablutions et demanda à Bilal d'appeler à la prière. L'Envoyé d'Allah fit la prière de l'aurore en commun; une fois la prière achevée, et s'apercevant de leur frayeur, il leur dit: «Hommes! Allah a enlevé nos âmes, et s'il le veut, il nous les aura rendues dans d'autres circonstances. Lorsque l'un de vous s'endort sans avoir fait sa prière, ou qu'il a oublié de la faire, qu'il l'accomplisse quand il s'en souvienne, tout comme s'il l'avait accomplie à son heure fixe». L'Envoyé d'Allah tourna du côté de Abou Bakren disant: «le diable vint surprendre Bilal alors qu'il voulait faire la prière, et l'endormit; il ne cesse de le bercer comme une mère qui dodeline son petit». Puis l'Envoyé d'Allah ayant convoqué Bilal , ce dernier lui raconta ce que l'Envoyé d'Allah avait dit à Abou Bakrqui s'écria: «Je témoigne que tu es l'Envoyé d'Allah »



Chapitre VII
L'interdiction de faire la prière du midi au moment de la canicule.

27 - Ata Ibn Yassara rapporté que l'Envoyé d'Allah a dit: «la chaleur étouffante provient de l'émanation de la Géhenne, Lorsque la chaleur devient si ardente, attendez la fraîcheur pour faire la prière (du midi)». Et il ajouta: «l'enfer se plaignit au Seigneur en disant: Seigneur, mes parties se sont dévorées les unes les autres; Allah lui permit d'avoir chaque année deux haleines: une en hiver, et une autre en été».

28 - Abou Hourairaa rapporté que l'Envoyé d'Allah a dit: « lorsque la chaleur devient suffoquante, attendez, pour la prière, le moment de la fraîcheur, car la chaleur a pour origine la Géhenne». Abou Hourairaajouta que: « l'enfer s'est plaint à son seigneur, qui lui permit d'avoir toutes les années deux haleines: une en hiver, et une en été ».

29 - Abou Hourairaa rapporté que l'Envoyé d'Allah a dit: « lorsque la chaleur devient si intense, attendez la fraîcheur pour faire la prière, car la chaleur provient de l'ardeur du feu de la Géhenne ».



Chapitre VIII
L'interdiction d'entrer dans la mosquée
après avoir mangé de l’aîl et se couvrir la bouche.

30 - Sa'id Ibn Al-Moussaiaba rapporté que l'Envoyé d'Allah a dit: «celui qui mange de cette plantation, doit s'écarter de nos mosquées, afin de ne plus nous gêner par l'ordeur de l'aî l».
31 - Abdel-Rahman Ibn Al-Moujabbara rapporté que chaque fois que Salem Ibn Abdallah voyait un homme, couvrir sa bouche, en priant, par son vêtement, il l'attirait avec force de par le vêtement jusqu'à ce qu'il le lui écarte de sa bouche ».

hamdou88
22/05/2012, 10h48
si cela vous intéresse dites le j'ai le reste des de l'ouvrage ila mancha allah . . .

hamdou88
22/05/2012, 11h02
pour simple lisez sommairement si ça vous intéresse copier coller et faites moi signe j'enverrai le reste comme ça vous pourrez prendre votre temps pour lire . . . si quelqu'un a une autre proposition

Hawae
22/05/2012, 12h33
Salam alaykom,

super initiative barak'Allahou fik.

hamdou88
22/05/2012, 21h44
Livre 2



La pureté rituelle



Chapitre premier



Les ablutions

(32) 1 - Amr Ibn Yahia Al-Mazini a rapporté d'après son père qu'il a dit à Abdallah Ibn Zaid Ibn Assem le grand père de Amr Ibn Yahia Al-Mazini et l'un des compagnons de l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah):
«Peux-tu me montrer comment l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) faisait ses ablutions»? Abdallah répondit: «Certes, oui». Il fit apporter de l'eau, versa sur ses deux mains, les lava deux foix, se rinça la bouche, fit entrer de l'eau dans son nez en la reniflant par trois fois, puis il se lava le visage trois fois, et les bras jusqu'aux coudes deux foix, puis il se frotta la tête avec les deux mains en les faisant passer d'avant en arrière puis d'arrière en avant et en commençant par le sommet de la tête, allant vers l'occiput, enfin il se lava les pieds».
(33) 2 - Abou Houraira a rapporté que l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) a dit: «quand l'un de vous fait ses ablutions, qu'il fasse pénétrer de l'eau dans son nez-ou ses narines, puis qu'il la rejette, et lorsqu'il veut se torcher, qu'il utilise des pierres au nombre impair».
(34) 3 - Abou Houraira a rapporté que l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) a dit: «Celui qui fait ses ablutions qu'il fasse entrer l'eau dans ses narines puis qu'il la rejette, celui qui veut se torcher qu'il utilise un nombre impair des pierres.
(35) 4 - Yahia a rapporté qu'il a entendu Malek dire: «il n'y a pas de mal, quand l'homme, faisant ses ablutions, puise de l'eau une seule fois pour se rincer la bouche et la fait pénétrer dans ses narines puis la rejeter».
(36) 5 Abdel-Rahman Ibn Abou Bakr a rapporté: «le jour où mourut Sa'd Ibn Abi waqas, il entra chez Aicha, la femme du Prophète(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) et demanda qu'on lui apporte de l'eau pour ses abultions. Aicha lui dit: «O Abdel-Rahman, fais les ablutions intègres, car j'ai entendu l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) dire: «malheur aux talons d'être touchés par le feu».
(37) 6 Osman Ibn Abdel-Rahman a rapporté que son père a dit qu'il a entendu (ou vu) Omar Ibn Al-Khattab faire ses ablutions (en se lavant les pieds) jusqu'à son izar (c-à.d mi-jambes).
(38) 7 Yahia a dit: «on demanda à Malek au sujet d'un homme qui en faisant ses ablutions, oublie en commençant à se laver le visage avant de se rincer la bouche ou se lave les bras avant le visage? Il répondit: «Celui qui se lave le visage avant de se rincer la bouche, qu'il se rince la bouche sans qu'il se lave de nouveau le visage; quant à celui, qui se lave les bras avant son visage, qu'il se lave le visage puis qu'il se lave les bras de nouveau tant qu'il est en train de continuer ses ablutions».
(39) 8 - Yahia a dit: «on interrogea Malek au sujet d'une homme qui prie (mais il se rappelle qu'en faisant ses ablutions), il a oublié de se rincer la bouche ou de renifler l'eau. Il répondit: «il ne doit pas refaire sa prière, mais s'il est encore en état de pureté (et veut faire la prière suivante) qu'il se rince la bouche et qu'il renifle l'eau.



Chapitre II



Les ablutions de l'homme qui s'éveille et veut prier.


(40) 9 - Abou Houraira a rapporté que l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) a dit: «Si l'un de vous s'éveille, qu'il se lave les mains avant qu'il ne débute son ablution, car il ne peut savoir où il a mis ses mains durant son sommeil».
(41)10 - Omar Ibn Al-Khattab a dit: «lorsque l'un de vous se couche en s'étendant, qu'il fasse ses ablutions (quand il veut prier)».
(...) 11-Malek a rapporté d'après Zaid Ibn Aslam, au sujet de l'interprétation de ce verset (le sens):«O vous les croyants! Lorsque vous vous levez pour faire la prière, lavez vos visages, alors, et vos mains jusqu'aux coudes, et passez les mains humides sur vos têtes, et lavez-vous les pieds jusqu'aux chevilles»(Coran V, 6) que cela signifie quand vous vous réveillez».
(42)12,-Malek a dit: «on ne doit pas faire les ablutions après le saignement du nez, ou à cause d'une blessure d'où coule le sang, ou le pus; et on ne doit pas non plus les faire qu'après la sortie de quelque chose des deux exutoires, ou après un sommeil».
Malek a rapporté d'après Nafé qu'Ibn Omar ne faisait pas ses ablutions quand il s'assoupissait assis et même il priait.


Chapitre III



Le sujet de l'eau pure pour les ablutions.


(43)13-Abou Houraira a rapporté qu'un homme vint trouver l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) et lui dit: «Ô Envoyé d'Allah, nous naviguions en pleine mer, et ne portions que peu d'eau avec nous; ainsi si nous nous en servions pour les ablutions, nous n'aurions plus de quoi boire; devons-nous donc utiliser cette eau pour les ablutions»? Il lui répondit: «l'eau de la mer est purificatrice, et sa pêche est licite».
(44)14-Kabcha bint ka'b Ibn Malek, la femme d'Ibn Abi Katada le Médinois a rapporté que Abou Katada entra chez elle; elle lui apporta de l'eau pour ses ablutions, or une chatte s'était approchée pour boire de cette eau; il lui inclina le vase jusqu'à ce qu'elle fut rassasiée. Remarquant que je le regardais faire, il me dit: «ô, la fille de mon frère, ça t'étonne»? Je lui répondis:
«Oui». Il répliqua: «L'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) a dit:« ces animaux ne souillent pas l'eau car ils vous fréquentent souvent (c.a.d. qu’ils vivent parmi vous)».
Malek a dit: «il n'y a pas mal à cela, à moins que l'homme ne remarque une certaine impureté sur la bouche de cette chatte».
(45)15-Abdel Rahman Ibn Hateb a rapporté que Omar Ibn Al-Khattab sortit à la tête d'une cavalerie dont Amr Ibn Al-As faisait partie, jusqu'à leur arrivée près d'un bassin, Amr Ibn Al'-As dit à son propriétaire: «Ô un tel! Les bêtes fauves viennent-elles boire souvent de ton bassin»? Omar Ibn Al-Khattab s'adressant au propriétaire dit: «Ne réponds pas car nous fréquentons souvent ces bêtes, et elles nous fréquentent aussi».
(46)16-Abdallah Ibn Omar disait souvent: «du temps de l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) femmes et hommes faisaient ensemble les ablutions».


Chapitre IV



De ce qui n'exige pas à refaire les ablutions

(47) 17 - La mère d'un fils de Ibrahim Ibn Abdel-Rahman Ibn Awf demanda à Oum Salama la femme du Prophète(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah):
«Je suis une femme qui marche dans des lieux immondes et laisse l'extrémité de mon vêtement traînant» (dois-je faire les ablutions lorsque je veux prier). Elle lui répondit: «L'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam) r(Sur lui la grâce et la paix d'Allah) a dit:
«(Le sable) fait débarasser les vêtements de toute impureté».
(48)18-Malek a rapporté qu'il a vu Rabi'a Ibn Abdel-Rahman vomir souvent dans la mosquée, sans quitter ce lieu, et ne refaisait pas ses ablutions même avant la prière».
On demanda à Malek au sujet d'un homme qui vomissait en rejetant ce qu'il avait mangé; devait-il refaire ses ablutions? Il répondit: «il pouvait ne pas les refaire, mais qu'il se rince la bouche et la lave».
(49)19 - Nafe' a rapporté que Abdallah Ibn Omar avait embaumé un fils de Sa'id, qui est mort; il l'a porté à la mosquée et a fait sa prière sans ablutions».
On demanda à Malek: «doit-on refaire les ablutions après avoir vomi»? Il répondit: «non, mais que l'on se rince la bouche, et qu'on la lave».


Chapitre V



Le fait de ne pas refaire les ablutions après avoir mangé du rôti.


(50)20-Abdallah Ibn Abbas a rapporté que l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) a mangé de l'épaule d'un mouton rôti, puis il fit sa prière sans refaire ses abultions».
(51)21-Souwaid Ibn An-Nou'man a rapporté que, l'année de Khaibar, il partit avec l'Envoyé d'Allah r(salallahou alayhi wa salam)et arrivés à Al-Sahaba, une localité tout proche de Khaibar, l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) descendit, fit la prière de l'asr, puis il ordonna qu'on apporte les provisions. Comme on apporta que du sawiq, il ordonna qu'on le mouille d'eau, puis il en mangea et nous mangeâmes. Ensuite, il se contenta de se rincer la bouche, et nous fîmes de même, et fit la prière du coucher du soleil sans refaire ses ablutions».
(52) 22 - Rabi'a Ibn Abdallah Ibn Al-Houdair a rapporté qu'il a pris son dîner avec Omar Ibn Al-Khattab, puis il pria sans refaire ses ablutions».
(53) 23 - Aban Ibn Osman a rapporté que Osman Ibn Affan mangea du pain et de la viande, il se rinça la bouche, se lava les mains puis il en frotta le visage, ensuite il pria sans refaire les ablutions.
(54) 24 - On rapporta à Malek que Ali Ibn Abi Taleb et Abdallah Ibn Abbas ne refaisaient pas leurs ablutions après avoir mangé de la viande rôtie.
(55) 25 - Yahia Ibn Sa'id a demandé Abdallah Ibn Amer Ibn Rabi'a au sujet de l'homme qui a fait ses ablutions pour la prière, puis il mange de ce que le feu a touché, doit-il refaire ses ablutions? Il lui répondit: «J'ai vu mon père manger du rôti sans refaire ses ablutions».
(56)26-Jaber Ibn Abdallah Al-Ansari a rapporté qu'il a vu Abou Bakr Al-Siddiq manger du rôti puis faire la prière sans refaire ses ablutions.
(57) 27 - Mohammed Ibn Al-Mounkader a rapporté que l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) fut convié à un repas; on lui servit du pain et de la viande (rôtie), il en mangea puis il fit ses ablutions et pria. Comme on lui présenta plus tard, du reste de ce mets, il en mangea puis fit la prière sans refaire ses ablutions.
(58) 28 - Abdel Rahman Ibn Yazid Al-Ansari a rapporté que quand Anas Ibn Malek, retourna de l'Iraq, Abou Talha et Oubai Ibn Ka'b vinrent le trouver; il leur présenta un mets que le feu a touché. Ils en mangèrent, et comme Anas fit ses ablutions après avoir mangé, ils lui dirent: «que signifie cela ô Anas? Fait-on ceci en Iraq»? Et Anas répondit: «comme je souhaitais ne pas faire cela»! Abou Talha et Oubai Ibn Ka'b se levèrent, firent la prière sans refaire leurs ablutions».


Chapitre VI




Les ablutions intègres

(59)29-Hicham Ibn Ourwa a rapporté d'après son père qu'il demanda l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam) r(Sur lui la grâce et la paix d'Allah) au sujet du nettoyage après avoir satisfait un besoin naturel, il répondit: «l'un de vous sera-t-il incapable de trouver trois pierres (pour se torcher)»?.
(60)30-Abou Houraira a rapporté que l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) sortit se rendre au cimetière. Y arrivant, il dit: «que la paix soit sur vous ô demeure des gens croyants, quant à nous, nous vous rejoindrons s'il plut à Allah. Comme j'ai souhaité avoir vu nos frères». On lui dit: «ô Envoyé d'Allah ne sommes-nous pas tes frères»? Il répondit: «non, plutôt vous êtes mes compagnons, car nos frères sont ceux qui ne sont pas encore venus. Je vous devancerai au bassin». On lui demanda: «ô Envoyé d'Allah comment reconnaitras-tu ceux qui ne sont pas encore venus de ta communauté»? Il répondit: «Pensez-vous que si un homme possède de chevaux qui ont des taches blanches au front et aux pieds, ne les reconnaîtrait-il pas s'ils se trouvaient parmi d'autre chevaux noirs»? On lui répondit: «Certes oui, ô Envoyé d'Allah. Il reprit: «(ainsi seront mes frères) qui viendront au jour de la résurrection, ayant des marques brillantes aux fronts et aux pieds, à cause de leurs ablutions, et je les devancerai au bassin. Des hommes de ma communauté seront éloignés de mon bassin comme un chameau égaré, et je les appellerai: «Venez y, venez y, venez y»! On me répondra: «tu ne sais pas ce qu'ils ont fait après toi». Je m'écrierai alors: «qu'ils périssent, qu'ils périssent, qu'ils périssent»!.
(61) 31 - Houmran l'affranchi de Osman Ibn Affan a rapporté que Osman s'assit sur le siège de la mosquée; le muezzin vint lui dire que c'est le moment de la prière. Osman demanda qu'on lui apporte de l'eau, et fit ses ablutions puis dit: «par Allah! je vais vous rapporter un hadith, qui s'il ne se trouvait dans le livre d'Allah, je ne vous l'aurais pas rapporté». Puis il dit:
«J'ai entendu l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) dire: «Il n’y a pas un musulman qui ne fait à la perfection ses ablutions, puis fait la prière, sans qu'on lui pardonne les fautes commises entre ce moment même jusqu'à l'accomplissement de la prière suivante».
Malek a dit: «je pense qu'il a fait allusion à ce verset:«Acquittez-vous de la prière aux deux bouts du jour et plusieurs fois au cours de la nuit. Oui les bonnes actions dissipent les mauvaises; ceci est un rappel pour ceux qui se souviennent» (Coran XI, 114).
(62) 32 - Abdallah Al-Sanabihi a rapporté que l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) a dit: «lorsque le serviteur croyant, se rince la bouche, en faisant ses ablutions, ses fautes sortent de sa bouche. Lorsqu'il aspire l'eau de par ses narines et la rejette, ses fautes sortent de son nez. Lorsqu'il se lave le visage, ses fautes sortent de son visage et même de bord de ses paupières. Lorsqu'il se lave les mains, ses fautes sortent de ses mains même du dessous de ses ongles. Lorsqu'il se frotte la tête, ses fautes sortent de sa tête et même de ses oreilles. Lorsqu'il se lave les pieds, ses fautes sortent de ses pieds et du dessous de ses ongles. Enfin sa marche vers la mosquée, et la prière seront pour lui une œuvre surérogatoire».
(63) 33 - Abou Houraira a rapporté que l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) a dît: «lorsque l'adorateur musulman (ou croyant) fait ses ablutions et se lave le visage, chaque faute commise par ses yeux, sortira avec l'eau (ou avec la dernière goutte d'eau). Lorsqu'il se lave les mains, toute faute qu'il a commise de ses mains, sortira avec l'eau (ou avec la dernière goutte d'eau). Lorsqu'il se lave les pieds, chaque faute commise par ses pieds sortira avec l'eau (ou avec la dernière goutte d'eau), qu'à la fin, il en sera purifié de toute faute».
(64) 34-Anas Ibn Malek a rapporté: «J'ai vu l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) et ce fut le moment de la prière del'asr.Comme les hommes ne trouvèrent pas de l'eau pour leurs ablutions, on fit apporter à l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) un vase contenant de l'eau, où il y mit sa main. Puis il demanda aux hommes de faire leurs ablutions». Anas poursuivit: «J'ai vu l'eau jaillir du dessous de ses doigts de telle façon que tous les hommes ont tous fait leurs ablutions».
(65) 35 - Abou Houraira a dit: «Celui qui fait ses ablutions à la perfection puis sort vers la mosquée pour la prière, il sera considéré en prière tant qu'il ne cherchera qu'à prier. Pour chaque pas fait, on lui inscrira une bonne action et on lui effacera une mauvaise. Lorsque l'un de vous (se dirigeant vers la mosquée) entend le deuxième appel à la prière, qu'il ne hâte pas le pas, car,il aura la plus grande récompense, celui qui habite le plus loin de la mosquée».
On demanda à Abou Houraira: «en vertu de quoi, Abou Houraira»? Il répondit: «à cause de la longueur du trajet qu'il traversera».
(66)36-On demanda Sa'id Ibn Al-Moussaiab au sujet du nettoyage avec l'eau après la satisfaction d'un besoin naturel il répondit: «cela est exigé des femmes».
(67) 37 - Abou Houraira a rapporté que l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) a dit: «si le chien lape du vase de l'un de vous, qu'il lave le vase sept fois».
(68) 38 - On rapporta à Malek, que l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) a dit: «restez adroits, vous ne pourrez pas dénombrer (les œuvres pies); œuvrez, et sachez que les meilleures de vos œuvres sont les prières, et nul ne fait les ablutions qu'un croyant».



Chapitre VII



Le fait de se frotter la tête et les oreilles

(69)39-Nafe' a rapporté que Abdallah Ibn Omar plongeait les doigts dans l'eau et se frottait les oreilles.
(70)40-Jaber Ibn Abdallah Al-Ansari, demanda au sujet de frotter sur le turban, répondit: «Non, car, on doit faire passer les mains humides sur la tête».
(71)41-Hicham Ibn Ourwa a rapporté que son père Ourwa Ibn Az-Zoubair, «ôtait son turban, et se frottait la tête de ses mains humides».
(72)42-Nafe' a rapporté qu'il a vu Safia Bint Abi Oubaid, la femme de Abdallah Ibn Omar, se dévoiler et passer ses mains humides sur sa tête». Nafe', à cette époque, était tout jeune.
On demanda à Malek au sujet de frotter le turban et le voile, il répondit:
«un homme ne doit pas frotter son turban, ni une femme son voile; ils doivent tous deux passer les mains humides sur leurs têtes».
On demanda également Malek au sujet d'un homme qui a fait ses ablutions mais en oubliant de frotter la tête, jusqu'à ce que l'eau ait séché»?.
Il répondit: «Je pense qu'il doit se frotter la tête, et s'il a déjà fait sa prière, qu'il la refasse».


Chapitre VIII



Du fait de frotter les bottines (Khouffs)

(73) 43 - Al Moughira Ibn Chou'ba a rapporté que «l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) lors de la bataille de Tabouk, sortit pour satisfaire un besoin naturel». Al Moughira poursuivit: «Je l'acommpagnai en portant de l'eau, et quand il revint, je lui versai de l'eau, il se lava le visage puis voulant faire sortir ses deux mains des manches de sa tunique, et n'arrivant pas à le faire, il les sortit alors du dessous de sa tunique, les lava puis passa ses mains humides sur la tête et frotta sur ses bottines. Comme l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) revint alors vers les musulmans, il trouva Abdel-Rahman Ibn Auf présidant la prière en accomplissant une seule raka't l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) fit la raka't restant (en présidant la prière). La prière achevée, et comme les hommes furent étonnés, il leur dit: «vous avez bien agi»..
(74)44-Nafe' et Abdallah Ibn Dinar ont rapporté que Abdallah Ibn Omar arriva à Koufa et se présenta chez Sa'd Ibn Abi Waqas, qui était gouverneur de la ville, et le trouva en train de frotter sur ses bottines. Comme il désavoua son geste, Sa'd lui dit: «une fois de retour chez ton père, demande-lui à ce sujet». De retour chez lui, Abdallah oublia de demander son père, jusqu'à ce que fut l'arrivée de Sa'd qui lui dit: «as-tu demandé à ton père»? Il lui répondit: «Non». Abdallah questionnant son père, Omar lui répondit:
«Quand tu fais entrer tes pieds dans les bottines et qu'ils soient purs (c.a.d. après les ablutions), frotte sur elles (Si tu refais les ablutions)». De nouveau Abdallah demanda: «Si l'un de nous vient d'un lieu caché (après avoir satisfait un besoin naturel»)? Omar répondit: «même si l'un de vous vient d'un lieu caché».
(75)45-Nafe' a rapporté que Abdallah Ibn Omar avait uriné au marché, puis fit ses ablutions en se lavant le visage, les mains et passa ses mains humides sur la tête. On le convoqua pour faire la prière funéraire sur un mort;il entra dans la mosquée, frotta sur ses bottines, et fit la prière.
(76)46-Sa'id Ibn Abdel-Rahman Ibn Rouqaich a rapporté qu'il a vu Anas Ibn Malek urinant alors qu'il se trouvait à Qouba. Il fit apporter de l'eau et fit ses ablutions en se lavant le visage et les mains jusqu'aux coudes, puis il passa les mains humides sur la tête et frotta sur les bottines, il entra dans la mosquée et pria».
On demanda à Malek «au sujet d'une homme qui a fait ses ablutions comme pour prier, puis il se chaussa les bottines, urina, se déchaussa, et se chaussa de nouveau doit-il refaire les ablutions»? Il répondit: «qu'il se déchausse, et se lave les pieds; mais aura à frotter sur les bottines, celui qui avait fait entrer ses pieds dans les bottines après les ablutions. Quant à celui, qui a fait entrer ses pieds dans les bottines sans qu'ils soient purs à la suite des ablutions, il n'aura pas à frotter sur les bottines».
On demanda aussi Malek au sujet d'un homme qui a fait ses ablutions en mettant ses bottines et qui a oublié de frotter sur ses bottines, jusqu'à ce que l'eau ait séché, puis fait sa prière». Il répondit: «qu'il frotte sur les bottines, et qu'il refasse la prière, sans refaire lesablutions.On demanda également à Malek au sujet d'un homme qui s'est lavé les pieds, s'est chaussé les bottines, puis a fait ses ablutions»? Il répondit: «qu'il se déchausse, qu'il fasse ses ablutions puis qu'il se lave les pieds".

hamdou88
22/05/2012, 21h50
Chapitre IX



Comment frotter sur les bottines


(77) 47 - Hicham Ibn Ourwa a rapporté «qu'il a vu son père frotter sur les bottines, se contentant de frotter le dessus sans le dessous».
(78)48-Malek demanda Ibn Chéhab au sujet de la façon de frotter sur les bottines? Ibn Chéhab mit alors une main au-dessous des bottines et l'autre au-dessus et il les frotta».
Et Malek ajouta: «et les propos de Ibn Chéhab, m'étaient à ce sujet, les meilleurs».



Chapitre X



Du saignement du nez

(79)49-Rafe' a rapporté: «Quand Abdallah subissait un saignement du sang de son nez, il quittait la prière, faisait ses ablutions, puis revenait continuer la prière sans parler à personne».
(80)50-On rapportaà Malek «que Abdallah Ibn Abbas subissait un saignement du nez, ainsi il se levait et revenait continuer sa prière».
(81)51-Yazid Ibn Abdallah Ibn Qoussait Al-Laithi a rapporté qu'il a vu le sang couler du nez de Sa'id Ibn Al-Moussaiab alors qu'il priait. Il se rendit chez Oum Salama la femme du Prophète(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) fit apporter de l'eau pour faire ses ablutions puis revint continuer sa prière.


Chapitre XI



Ce qu'on doit faire lors d'un saignement du nez

(82) 52-Abdel-Rahman Ibn Harmala Al-Aslami a rapporté: «J'ai vu couler le sang du nez de Sa'id Ibn Al Moussaiab de sorte que ses doigts furent tout mouillés. Il fit la prière, sans faire ses ablutions.
](83) 53 - Abdel Rahman Ibn Al-Moujabbar a rapporté qu'il a vu Salem Ibn Abdallah le sang lui coulant du nez, de sorte qu'il se mouilla les doigts. Il l'essuya puis continua la prière sans refaire les ablutions».



Chapitre XII



Ce qu'il faut faire quand le sang coule avec abondance

(84)54-Al Miswar Ibn Makhrama a rapporté «que la nuit où l'on poignarda Omar Ibn Al-Khattab, il entra chez lui pour le réveiller afin de faire la prière de l'aurore». Omar lui répondit: «Certes, oui, car n'est plus considéré comme musulman, celui qui néglige la prière». Omar fit alors la prière et le sang continuait à couler de sa blessure».
(85) 55 - Sa'id Ibn Al Moussaiab a demandé aux fidèles: «que pensez-vous, de ce qu'un homme doit faire, si le sang lui coule incessamment du nez». Sa'id Ibn Al Moussaiab poursuivit: «Je pense qu'il doit faire signe de sa tête sans la faire bouger».
Malek a dit: «C'était de préférence, la meilleure réponse que j'ai entendue».



Chapitre XIII



Les ablutions après un suintement.


(86)56-Al-Miqdad Ibn Al-Aswad a rapporté que Ali Ibn Abi Taleb le chargea de demander l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) au sujet d'un homme, qui en s'approchant de sa femme, fit un suintement (mazi), sur ce qu'il doit faire»? Ali poursuivit: «Comme j'ai pour femme, la fille de l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) J'ai honte de lui poser une telle question». Al-Miqdad demanda l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) au sujet en question, et il lui répondit: «lorsque l'un de vous, subit un tel suitement, qu'il asperge sa verge avec de l'eau, et qu'il fasse ses ablutions comme pour la prière».
(87) 57 - Omar Ibn Al-Khattab a dit: «Je sens parfois (le mazi) coulant sur ma cuisse comme une perle. Celui qui en subit un tel phénomène, qu'il lave sa verge et qu'il fasse ses ablutions comme pour la prière».
(88) 58-Joundob, l'esclave de Abdallah Ibn Ayyach a rapporté qu'il a demandé à Abdallah Ibn Omar au sujet du mazi ; il lui répondit: «lorsque tu le sens, lave ta verge et fais tes ablutions comme pour la prière».


Chapitre XIV



L'autorisation de ne plus refaire les ablutions, à celui qui a un suintement (dit mazi)


(89)59-Un homme demanda à Sa'id Ibn Al-Moussaiab: «parfois je me sens mouillé par le mazi, et cela en priant; dois-je suspendre ma prière»? Sa'id lui répondit: «même si ma cuisse est toute mouillée, je ne quitterai pas la prière avant de l'achever».
(90)60-Al-Salt Ibn Zouyaid a rapporté qu'il a demandé à Souleiman Ibn Yassar: «Je me trouve tout mouillé par le mazi, (dans ce cas, que dois-je faire)?. Il lui répondit: «asperge, ce qui se trouve au-dessous de tes vêtements, et n'y pense plus».



Chapitre XV



Le fait de refaire les ablutions, si l'on touche la verge

(91)61-Ourwa Ibn Az-Zoubair a rapporté: «J'entrai chez Marwan Ibn Al-Hakam, et nous eûmes un entretien à propos de ce qui exige les ablutions. Marwan a dit: «entre autre, qu'on touche la verge». Ourwa répondit: «Bousra Bint Safwan m'a fait savoir qu'elle a entendu l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) dire: «lorsque l'un de vous touche sa verge, qu'il fasse ses ablutions».
(92)62-Mouss'ab Ibn Sa'id Ibn Abi Waqas a rapporté: «Comme je tenais le Coran pour Sa'id Ibn Abi Waqas, je me suis gratté (les parties intérieures). Sa'd me dit: «peut-être tu as touché ta verge»? je lui répondis:«Oui». Il répliqua: «va faire tes ablutions». Je me levai pour les faire et je revins».
(93)63-Abdallah Ibn Omar disait souvent: «Si l'un de vous touche sa verge, il doit faire ses ablutions».
(94) 64-Hicham Ibn Ourwa a rapporté que son père a dit: «Celui qui touche sa verge, doit faire ses ablutions».
(95)65-Salem Ibn Abdallah a rapporté: «J'ai vu mon père Abdallah faire une lotion puis ses ablutions»? Il me répondit: «il se peut que j'aie touché ma verge, après la lotion, pour cela j'ai à faire les ablutions».
(96) 66-Salem Ibn Abdallah a rapporté: «étant en voyage avec Abdallah Ibn Omar, je l'ai vu, après le lever du soleil, faire ses ablutions et prier». Je lui dis: «C'est une prière que je ne t'ai pas vu faire auparavant»? Il me répondit: «après que j'aie fait la prière de l'aurore, j'ai touché ma verge. Et comme j'ai oublié de faire mes ablutions je les ai faite, et je suis revenu faire ma prière».



Chapitre XVI



Un homme qui embrasse sa femme doit faire ses ablutions.

(97)67-Abdallah Ibn Omar disait souvent: «Un baiser qu'un homme fait à sa femme ou le fait de la caresser, constituent un attouchement. Celui qui embrasse sa femme ou qui la caresse avec sa main, doit faire ses ablutions».
(98) 68-On fit savoir à Malek que Abdallah Ibn Mass'oud disait: «lorsqu'un homme embrasse sa femme, il doit faire ses ablutions».
(99) 69-Ibn Chéhab disait: «lorsqu'un homme embrasse sa femme, il doit faire ses ablutions».
Malek a dit: «C'est ce que j'ai entendu de mieux à ce sujet».



Chapitre XVII



La lotion à la suite d'une impureté rituelle

(100) 70-Aicha, la mère des croyants a rapporté: «lorsque l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) voulait faire une lotion à la suite d'une impureté rituelle due à des rapports charnels, il commençait par se laver les mains, puis s'abluait comme pour faire la prière, puis il plongeait ses doigts dans l'eau et les faisait passer dans ses cheveux, puis versait de l'eau sur sa tête, pour trois fois de suite, en puisant l'eau avec ses paumes, enfin il répandait l'eau sur tout son corps».
(101) 71 - Aicha, la mère des croyants a rapporté que l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) faisait la lotion à la suite du commerce charnel en se servant d'un vase appelé Faraq.
(102) 72 - Nafe' a rapporté: «lorsque Abdallah Ibn Omar voulait faire une lotion à la suite d'un rapport charnel, il versait de l'eau sur sa main droite et la lavait puis se lavait la verge, puis se rinçait la bouche, puis aspirait de l'eau par ses narines et la rejetait, puis il se lavait le visage. Il aspergeait de l'eau sur ses yeux, se lavait la main droite puis la gauche, se lavait la tête, ensuite il se lavait tout le corps en répandant de l'eau».
(103) 73 - On fit savoir à Malek que Aicha fut demandée au sujet de la lotion de la femme à la suite des rapports charnels; elle répondit: «qu'elle verse trois poignées d'eau sur la tête, puis qu'elle se lave la chevelure».



Chapitre XVIII



Devoir faire une lotion, quand les deux parties circoncises (mâle et femelle) se touchent.

(104) 74 - Sa'id Ibn Al Moussaiab a rapporté que Omar Ibn Al-Khattab, Osman Ibn Affan et Aicha disaient: «quand les deux parties circoncises(les génitales mâle et femelle), se touchent, on doit obligatoirement faire une lotion (ghusl)».
(105) 75 - Abou Salama Ibn Abd Al-Rahman Ibn Awf a rapporté qu'il a demandé à Aicha, la femme du Prophète(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) au sujet de l'obligation de la lotion; elle répondit: «Abou Salama, sais- tu à quoi cela ressemble? Eh oui, à un coq qui entend les autres chanter, pour chanter avec. Lorsque les deux parties circoncises (les génitales mâle et femelle), se touchent et qu'il y a pénétration, c'est du devoir de faire la lotion».
(106) 76-Sa'id Ibn Al Moussaiab a rapporté que Abou Moussa Al-Ach'ari vint trouver Aicha la femme du Prophète(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) et lui dit: «il m'est pénible de voir les compagnons du Prophète(salallahou alayhi wa salam)(Sur lui la grâce et la paix d'Allah) dans un débat au sujet d'une question dont l'importance me pousse à te la poser». Elle répondit: «quelle est-elle, cette question? Ce dont tu as eu l'habitude de poser à ta mère, demande le à moi»? Il répliqua:«il s'agit d'un homme qui commerce avec sa femme puis il cesse sans éjaculer»? Elle dit: «quand il y a pénétration d'un organe génital dans l'autre, la lotion est obligatoire». Abou Moussa rétorqua: «C'est une question, que je ne poserai jamais à nul autre que toi».
(107) 77 - Mahmoud Ibn Zoubaid Al- Ansari a demandé Zaid Ibn Thabet «au sujet de l'homme qui a eu un rapport charnel avec sa femme puis il cesse sans éjaculer (que doit-il faire dans ce cas)»? Zaid lui répondit: «qu'il, fasse une lotion». Mahmoud répliqua «mais Oubai Ibn Ka'b ne trouve pas que la lotion est d'obligation». Zaid rétorqua: «Oubai Ibn Ka'b avait changé d'avis avant de mourir».
(108) 78 - Abdallah Ibn Omar disait: «Une fois que l'organe génital mâle pénètre dans l'organe femelle, la lotion est devoir obligatoire».



Chapitre XIX



Les ablutions de l'homme à l'état d'impureté rituelle quand il veut se coucher ou manger avant de faire la lotion;


(109) 79-Abdallah Ibn Omar a rapporté que Omar Ibn Al-Khattab a dit à l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) qu'il lui arrive d'être dans un état d'impureté durant la nuit. L'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) lui répondit: «fais tes ablutions, lave ta verge, et dors».
(110).80. Ourwa a rapporte que Aicha,la femme du Prophete r disait . « Lorsque l’un de vous commerce avec sa femme et veut se coucher sans faire les grandes ablutions qu’il ne se couche pas sans faire les ablutions comme pour la priere.
(111) 81-Nafe' a rapporté que lorsque Abdallah Ibn Omar voulait se coucher ou manger, tout en étant dans un état d'impureté rituelle, il se lavait les mains jusqu'aux coudes, passait ses mains humides sur sa tête, puis il mangeait ou se couchait.



Chapitre XX



La prière de celui qui est en état d'impureté rituelle, sa lotion quand il se souvient et le lavage de son vêtement.

(112) 82 - Ata Ibn Yassar a rapporté que l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) au début de l'une de ses prières, après avoir fait letakbir, fit signe aux fidèles de garder leur place. Il partit et revint et on put remarquer les traces d'eau sur sa peau.
(113) 83 - Zoubaid Ibn As-Sait a rapporté: «Je partis en compagnie de Omar Ibn Al- Khattab à Aljourf (une localité à trois miles de Médine). Se rappelant qu'il a fait un rêve érotique, il fit la prière sans faire la lotion, puis il dit: «J'ai vécu un rêve érotique sans m'apercevoir, et j'ai fait la prière sans faire la lotion». Ensuite, il fit une lotion, lava son vêtement, en se débarassant des traces qu'il n'a pas vues, puis il fit le premier et le deuxième appel à la prière, et pria juste au moment où le soleil était haut dans l'horizon».
(114) 84-Soulaiman Ibn Yassar a rapporté que Omar Ibn Al-Khattab partit de bon matin à son terrain à Aljourof. Voyant sur son vêtement les traces du sperme, il s'écria: «depuis que je me suis occupé des affaires des gens, je suis victime des rêves érotiques». Il fit une lotion, enleva avec de l'eau les traces du sperme, puis il fit la prière alors que le soleil était déjà haut».
(115) 85 - Soulaiman Ibn Yassar a rapporté que Omar Ibn Al-Khattab fit la prière en commun avec les hommes puis partit à sa propriété à Aljourof. Comme il vit du sperme sur son vêtement, il dit: «depuis que nous mangeons de la viande graisseuse, les veines se sont amollies». Ainsi, il fit une lotion, enleva les traces du sperme de son vêtement puis il fit la prière».
(116) 86 - Yahia Ibn Abdel- Rahman Ibn Abi Hateb a rapporté qu'il a fait la visite pieuse avec Omar Ibn Al-Khattab en compagnie d'une troupe de cavaliers parmi qui, se trouvait Amr Ibn Al'-As. Omar Ibn Al-Khattab fit halte la nuit et campa sur une route près d'une source d'eau. Omar fit un rêve érotique, et, comme l'aube fut en parution et ne trouvant pas d'eau avec les cavaliers, il monta et chercha jusqu'à ce qu'il fut tout près de la source d'eau; il enleva avec de l'eau les traces du sperme alors que l'aurore brillait. Amr Ibn Al'-As lui dit: «tu es déjà au petit jour, et nous possédons tant de vêtements, Donne ton vêtement à quelqu'un pour qu'il le lave». Omar lui répondit: «comme tu es étrange Amr Ibn Al'-As! Si tu possèdes tant de vêtements, crois- tu que tous les hommes en possèdent? Par Allah! Si je l'avais fait (c.a.d. emprunter un vêtement), cela aurait devenu une des traditions. Je préfère enlever avec de l'eau, ce que je vois (de traces) et asperger les autres parties».
Malek a dit: «lorsqu'un homme voit sur son vêtement les traces du sperme, sans savoir depuis quand elles s'y trouvent, et ne se souvient pas qu'il a fait un rêve érotique, qu'il fasse une lotion après son dernier réveil. S'il avait fait une prière dans cette journée, qu'il fasse de nouveau les prières accomplies à partir du moment où il s'est réveillé, car il se peut que l'homme. ait un rêve érotique sans voir de traces et sans s'apercevoir qu'il l'a fait. S'il trouve les traces du sperme sur son vêtement, il doit faire une lotion, car Omar, selon le hadith mentionné ci-dessus a refait toutes les prières qu'il avait accomplies depuis son dernier réveil, sans cependant répéter les prières déjà faites avant son dernier sommeil.

hamdou88
22/05/2012, 21h53
Chapitre XXI



La lotion de la femme qui pareillement à l'homme fait un rêve érotique.


(117) 87 - Ourwa Ibn Az- Zoubair a rapporté que Oum Soulaim a dit à l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah): «La femme qui voit similairement à l'homme (un rêve érotique) aura-t-elle à faire une lotion»? Il lui répondit: «Certes oui, qu'elle fasse une lotion». Aicha dit alors à Oum Soulaim: «Fi! Une femme fait-elle le même rêve»? L'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) dit à Aicha: «Que ta main droite soit appauvrie! D'où vient-il qu'un enfant ressemble (à sa mère)»?
(118)88-Oum Salama, la femme du Prophète(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) a rapporté que Oum Soulaim la femme de Abou Talha Al- Ansari vint trouver l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) et lui dit: «Ô Envoyé d'Allah! Allah n'a pas honte de la vérité! Une femme qui fait un rêve érotique doit-elle faire une lotion»? Il lui répondit: «Oui, quand elle voit de l'eau ».



Chapitre XXII



La lotion après un acte sexuel


(119) 89 - Nafe' a rapporté que Abdallah Ibn Omar disait: «il n'y a pas de mal à se servir du reste de l'eau de la lotion d'une femme si elle n'avait pas ses menstrues ou était à l'état d'une impureté rituelle».
(120)90-Nafe' a rapporté «que Abdallah Ibn Omar transpirait dans le vêtement à l'état d'impureté rituelle, puis faisait la prière tout en le mettant».
(121)91-Nafe' a rapporté «Que les esclaves femelles de Abdallah Ibn Omar, lui lavaient les pieds et lui donnaient la natte alors qu'elles avaient leurs menstrues».
On demanda à Malek au sujet de l'homme qui est polygame et qui a des esclaves femelles, peut-il avoir avec ses femmes des rapports charnels avant de faire une lotion? Il répondit: «Il n' y a pas de mal à ce que l'homme ait des rapports charnels avec deux de ses esclaves, et cela avant de faire une lotion, Quant à ses femmes libres, il est répugnant que l'homme ait de rapports charnels avec l'une de ses femmes dans la nuit même qui a été consacrée pour une autre. Mais qu'il ait des rapports charnels avec une de ses esclaves puis avec une autre, tout en étant en état d'impureté rituelle, il n'y a pas de mal à cela».
On demanda à Malek aussi au sujet d'un homme, qui à l'état d'impureté, plonge par mégarde, son doigt dans l'eau qui est destinée à sa lotion, pour savoir sa température? Il répondit: «Si son doigt n'a pas été atteint d'un mal quelconque, je ne trouve pas en cela, ce qui souillera l'eau».



Chapitre XXIII



La lustration pulvérale"Tayamoum"

(122)92 -Aicha, la mère des croyants a rapporté le récit qui s'ensuit: «nous sortîmes dans une des expéditions avec l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah). Arrivés à «All- Bayada» ou «Zatel-Jaich», je perdis mon collier. L'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) aussi bien que ses compagnons se mirent à le rechercher, et il est qu'ils se trouvaient dans un lieu où il n'y avait pas d'eau, et ils n'avaient pas d'eau. Les hommes vinrent trouver et dire à Abou Bakr: «n'as- tu vu, ce qu'a fait Aicha? Elle obligea l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) et les hommes à faire halte dans une place où il n'y a pas d'eau, et même ils n'avaient pas d'eau». Aicha poursuivit «Abou Bakr vint vers moi, alors que l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)(Sur lui la grâce et la paix d'Allah) dormait, mettant sa tête sur ma cuisse». Il me dit: «tu as retenu l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)(Sur lui la grâce et la paix d'Allah) dans une place où il n'y a pas d'eau et les gens n'ont pas d'eau». Aicha continua son récit: «Abou Bakr m'adressa de reproches et dit ce que Allah voulut et il se mit à me frapper sur le flanc, à tel point que rien ne m'empêchait de bouger que la tête de l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)(Sur lui la grâce et la paix d'Allah) déposée sur ma cuisse. L'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) dormi jusqu'au matin, et se réveillant, il ne trouva pas d'eau. Allah Béni et très Haut, fit alors la révélation du verset relatif à la lustration pulvérale, et les hommes la firent.
Oussaid Ibn Houdair dit alors: «Ce n'est pas d'ailleurs, la première grâce divine que vous receviez, ô la famille de Abou Bakr».
Aicha ajouta: «En faisant lever la chameau que je montais nous trouvâmes le collier sous cet animal».
On demanda à Malek au sujet d'un homme qui a fait une lustration pulvérale pour une prière présente, puis pour la prière suivante; sa lustration pulvérale déjà faite, sera-t-elle suffisante? Ou doit il en faire une autre»? Il répondit: «il doit faire la lustration pulvérale pour chaque prière, parce qu'il doit rechercher l'eau (pour ses ablutions) et faire la prière. Or, celui qui ne trouve pas l'eau, pourra dans de cas faire la lustration pulvérale».
On demanda également à Malek au sujet d'un homme qui a fait une lustration pulvérale; pourra-t-il présider la prière alors que ses compagnons avaient déjà fait leurs ablutions? Il répondit: «vaut mieux qu'un autre la préside .mais s'il la préside lui- même, il n'y a pas mal à cela».
On demanda à Malek au sujet d'un homme qui a fait la lustration pulvérale à cause de la pénurie d'eau, il se leva, fit letakbiret entame la prière. Mais, soudain, un homme survint en apportant de l'eau? Il répondit: «il ne doit pas interrompre la prière, mais plutôt peut la poursuivre, il pourra se servir de cette eau (et faire ses ablutions pour les prières qui s'ensuivront».
Malek a dit: «celui qui se lève pour prier, et qu'il ne trouve pas de l'eau, et fait ce que Allah lui a ordonné de faire de la lustration pulvérale, il aura obéi à Allah. A savoir que celui qui a trouvé l'eau n'est pas plus pur que lui, ni même sa prière n'est plus complète, car chacun d'eux avait obtempéré aux ordres d'Allah et avait agi selon ses ordres. Celui qui trouve l'eau, fait ses ablutions, et celui qui ne la trouve pas, fait la lustration pulvérale et cela avant d'entamer la prière».
Malek a dit aussi au sujet de l'homme qui est impur rituellement: «il fait la lustration pulvérale, récite un «hizb» du Coran et fait d'autres prières surérogatoires, s'il ne trouve pas l'eau, étant toujours dans le lieu où il lui est permis de faire la prière».



Chapitre XXIV



Comment faire la lustration pulvérale"Tayamoum"


(123)93 - Nafe' a rapporté qu'en revenant de «Al-Jourof», Abdallah Ibn Omar et lui, arrivés à «Al-Mirbad», Abdallah descendit de sa monture, et fit une lustration pulvérale avec du bon sable, il fit passer ses mains (après avoir frappé sur le sol) sur son visage, et les mains jusqu'aux coudes, puis il pria».
(124)94-Nafe' a rapporté que Abdallah Ibn Omar frottait ses mains jusqu'aux coudes, en faisant la lustration pulvérale. On demanda à Malek au sujet de la lustration pulvérale et du comment faire, il répondit: «on frappe le sol une fois avec les mains qu'on fait passer sur le visage, et deux fois en les faisant passer sur les bras jusqu'aux coudes».



Chapitre XXV




La lustration pulvérale de l'homme rituellementimpur;


(125) 95-On demanda à Sa'id Ibn Al-Moussaiab, au sujet de l'homme, qui impur rituellement, a fait une lustration pulvérale, puis il put trouver de l'eau, que doit-il faire»? Il répondit: «S'il trouve l'eau, il doit faire une lotion pour les prières qui suivent».
Au sujet d'un homme, qui, voyageant, a fait un rêve érotique, et ne possédant qu'une quantité d'eau de quoi se suffir pour ses ablutions, et pouvant supporter sa soif jusqu'à ce qu'il trouve de l'eau, Malek a dit: «il se lave la verge, et la partie souillée, puis il fait une lustration pulvérale avec du sable pur comme Allah l'a ordonné».
On demanda aussi à Malek au sujet d'un homme rituellement impur,et qui veut faire la lustration pulvérale, mais qui ne trouve que le sable d'un marécage, pourra-t-il s'en servir? D'autre part, peut-il faire la prière dans ce lieu»? Il répondit: «il n'y a pas de mal à faire la prière dans tel lieu, et la lustration pulvérale, car Allah le Béni et le Très Haut a dit (le sens):«recourez à du bon sable»et tout ce qui est du bon sable, on peut s'en servir pour la lustration pulvérale, et pour faire la prière, s'agit-il d'un marécage ou autre».



Chapitre XXVI




Ce dont l'homme peut disposer de sa femme, qui a ses menstrues

(126)96-Zaid Ibn Aslam a rapporté qu'un homme a demandé à l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah): «de quelle partie, puis-je disposer, du corps de ma femme, quand elle a ses menstrues»? Il lui répondit:«qu'elle entoure sa taille avec un izar, puis tu peux disposer de la partie supérieure de son corps».
(127)97-Rabi'a Ibn Abi Abdel-Rahman a rapporté que Aicha la femme du Prophète(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) était couchée avec l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) portant un seul vêtement, et brusquement elle bondit». Il lui dit: «qu'as-tu? as-tu tes menstrues»? Elle répondit:«Oui». Il répliqua: «mets un izar autour de ta taille, et reviens te coucher».
(128)98-Oubaidallah Ibn Abdallah Ibn Omar envoya quelqu'un demander à Aicha: «un homme, peut-il avoir des attouchements avec sa femme qui est à ses menstrues»? Elle répondit: «qu'elle entoure sa partie inférieure avec un izar, et qu'il dispose de la partie supérieure (de son corps)».
(129)99-On demanda à Salem Ibn Abdallah et à Soulaiman Ibn Yassar si l'homme peut avoir des rapports charnels avec sa femme dont les menstrues ont cessé avant qu'elle fasse une lotion»? Ils répondirent: «Non, pas avant qu'elle fasse une lotion».



Chapitre XXVII




La pureté de la femme qui a ses menstrues


(130)100-La mère de Alqama, l'affranchie de Aicha, la mère des croyants a rapporté: «les femmes demandaient à Aicha, au sujet de la prière quand l'une d'elles trouve une tache jaune sur le chiffon du coton signe de la cessation des menstrues»? Elle leur répondit: «ne vous hâtez pas, attendez jusqu'à ce que vous voyez la tache blanche», voulant entendre-par là, la pureté des menstrues.
(131)101-On fit savoir à la fille de Zaid Ibn Thabet, que les femmes faisaient apporter des lampes durant la nuit pour s'assurer de la cessation des menstrues. Elle leur reprochait ce geste et disait: «à l'époque, les femmes ne faisaient pas cela».
(132)102-On demanda à Malek au sujet de la femme qui, après avoir eu ses menstrues, voulant se purifier, pouvait-elle faire une lustration pulvérale, si elle ne trouve pas d'eau»? Il répondit: «Sa situation est pareille à celle d'une personne qui est impure rituellement, si elle ne trouve pas de l'eau».



Chapitre XXVIII




Le cas de la femme qui a ses menstrues.


(133)103-Au sujet de la femme enceinte qui trouve des taches de sang, Aicha a dit: «Elle ne doit pas faire la prière».
(134)104-Malek a demandé à Ibd Chéhab au sujet de la femme enceinte qui voit des taches de sang, il lui répondit: «elle cesse de prier».
Malek a dit: «tel est ce qui est suivi, aussi, chez nous (à Médine)».
(135)105-Ourwa a rapporté que Aicha, la femme du Prophète(salallahou alayhi wa salam)a dit: «Je peignais la tête de l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) tout en étant à mes menstrues».
(136)106-Asma, la fille de Abou Bakr-Siddiq a rapporté qu'une femme demanda à l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah): «lorsque l'une de nous trouve que son vêtement est tacheté du sang des menstrues, que doit-elle faire»? Il lui répondit: «lorsque l'une de vous, a son vêtement taché par le sang des menstrues, qu'elle gratte les taches, asperge son vêtement d'eau et puis qu'elle fasse la prière en le portant».



Chapitre XXIX




De la femme qui a une veine qui saigne.


(137)107-Aicha, la femme du Prophète(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) a rapporté que Fatima bint Abi Houbaich demanda à l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah): «ô Envoyé d'Allah (Je vois toujours du sang et) je ne me sens jamais pure; dois-je cesser la prière»? Il lui répondit: «Ce n'est qu'une veine saignante et non plus des menstrues; quand tu as tes menstrues, cesse la prière dans leur durée normale, après cela, nettoie-toi avec de l'eau et prie».
(138) 108-Oum Salama a rapporté qu'une femme subissait un écoulement du sang du temps de l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah). Oum Salama en consultant l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) à ce sujet, il lui répondit: «qu'elle compte le nombre des nuits et des jours du temps normal de ses menstrues avant qu'elle subisse un tel écoulement, qu'elle cesse la prière durant cette période du mois. Après cela qu'elle fasse une lotion, puis qu'elle mette un chiffon sur son organe génital, et qu'elle fasse ensuite la prière».
(139) 109-Zainab Bint Abi Salama a rapporté qu'elle a vu Zainab Bint Jahch la femme de Abdel-Rahman Ibn Awf, qui subissait un écoulement du sang, faire une lotion et prier».
(140) 110-Soumai, l'esclave de Abou Bakr Ibn Abdel-Rahman a rapporté que Al-Ka'Ka'Ibn Hakim et Zaid Ibn Aslam l'ont envoyé chez Sa'id Ibn Al-Moussaiab pour lui demander au sujet de la lotion de la femme qui a un écoulement du sang? Sa'id répondit: «elle doit faire une lotion après la cessation normale de ses menstrues, et faire ses ablutions pour prier. Au cas où l'écoulement devient si abondant, qu'elle mette un chiffon sur son organe sexuel».
(141)111-Ourwa a dit: «la femme qui subit un écoulement du sang, fait une seule lotion, puis fait ses ablutions pour chaque prière».
Malek a dit: «ce qui est suivi à Médine, c'est que la femme qui a un écoulement, quand elle peut prier, son mari a le droit d'avoir des rapports charnels avec elle, ainsi c'est le cas de la femme accouchée quand le sang cesse de couler après la période maximale qui suit l'accouchement. Mais si celle-ci verra le sang, son mari aura le droit de coiter avec elle, car elle sera considérée comme une femme qui subit un écoulement du sang».
En commentant les propos de Hicham Ibn Ourwa (N° 108) Malek a dit:
Ce sont les meilleures paroles que j'ai entendues à ce propos».



Chapitre XXX




De l'urine d'un nourisson


(142) 112-Aicha, la femme du Prophète(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) a rapporté qu'en amenant un jeune enfant à l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah), il urina sur son vêtement. Le Prophète(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) fit apporter de l'eau et lava la partie souillée.
(143)113-Oum Qais Bint Mihsen amena son enfant qui ne se nourrissait que du lait, chez l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah). En le plaçant dans son giron, l'enfant urina. L'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) fit apporter de l'eau et aspergea la partie souillée sans laver son vêtement.



Chapitre XXXI




Le fait d'uriner debout

(144)114-Yahia Ibn Sa'id a rapporté qu'un bédouin entra dans la mosquée, et voulant uriner, les gens s'écrièrent à haute voix (pour l'empêcher). L'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) leur dit: «Laissez-le (terminer)». Le bédouin urina, et l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) fit apporter un seau d'eau et le versa sur la place souillée.
(145) 115-Abdallah Ibn Dinar a rapporté qu'il a vu Abdallah Ibn Omar, uriner debout.
On demanda à Malek au sujet du lavage des parties sexuelles après avoir satisfait un besoin naturel, y-a-t-il des renseignements concernant cela»? Il répondit: «on me fit savoir que ceux qui nous ont précédé se contentaient de faire leurs ablutions, quant à moi, j'aime me laver la verge après avoir uriné.



Chapitre XXXII




De l'usage du "siwak" (frottoir à dents)


(146)116-Ibn As-Sabbag a rapporté que l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) a dit dans un jour de Vendredi: «O gens musulmans! Allah vous a rendu ce jour comme un jour de fête, faites y donc une lotion. Il n'y aura pas de mal à ce que l'un de vous se parfume s'il en trouve et pour cela, faites usage de siwak».
(147)117-Abou Houraira a rapporté que l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)r (Sur lui la grâce et la paix d'Allah) a dit: «Si ce n'était trop imposer d'excessif à ma communauté, j'aurais ordonné de faire usage du siwak».
(148)118 - Abou Houraira a dit: «Si (l'Envoyé d'Allah(salallahou alayhi wa salam)) ne voulait imposer quelque chose d'excessive à sa communauté, il lui aurait ordonné de faire usage du siwak avec chaque ablution».

hamdou88
22/05/2012, 21h57
la suite plus tard incha allah prié pour nous cher(e) abdoulahi