PDA

Voir la version complète : La vie de l'Imam Al-Chāfi’ī [150 -204 H.] - Cheikh Mouhammad Abou Zahra.



Page : [1] 2 3 4

Islam X Al-Chāfi’ī
24/07/2012, 18h53
Salam alaykoum wa Rahmatou Allahi Taala wa Barakatouhou.



Un simple nom : l'Imam Al-Chāfi’ī et aussitot l'envie, la frénésie d'en savoir plus. Voici, enfin, en langue française, un ouvrage, une biographie, une méthode. Voici, enfin, pour nous tous ce cadeau.

Si le corpus juridique de l'lslam a des contrées aussi vastes que le monde, l'une de ses plus admirables capitales, c'est encore l'école Hanafite.
L'auteur vous présente donc cette école "madhab" dans son acception la plus pure, selon ses sources primaires, à savoir celles de son fondateur (Que Dieu lui fasse miséricorde).

Le mystère d'une vie se dévoile un peu pour vous dans ces quelques pages: leur lecture vous tirera quelques larmes car plus qu'un homme, c'est une âme pieuse que vous rencontrerez, et plus qu'une école, c'est la rigueur scientifique d'un grand esprit qui vous éblouira.

Dans une réalité où le musulman cherche à comprendre au mieux sa religion, une relecture du patrimoine islamique est indispensable dans un souci d'héritage et celui, plus grand encore, de continuité. L'Imam Al-Chāfi’ī a rejoint son Seigneur depuis déjà bien longtemps mais cet exemple de foi et de science n'est pas éteint et quel plaisir d'en être à notre tour les témoins, les héritiers et pourquoi pas les poursuivants.

Quelques mots, quelques connaissances, une simple lecture et pourtant... Que de richesses !




24530

Islam X Al-Chāfi’ī
24/07/2012, 18h54
La généalogie


Les transmetteurs s'accordent sur le fait que Muhammad ibn Idris Ach-Chafi'i est né en l'an 150 de l'hégire , année au cours de laquelle mourut l'Imam Abu Hanifa Et même certains disent qu'il naquit précisément la nuit de la mort d'Abu Hanifa mais ça il n' a aucune preuve à ce sujet
Concernant sa filiation son père était un Quraychite descendant d'al-Mouttalib
Son nom complet est Muhammad ibn Idris ibn al-Abbas ibn Outhman ibn Chafi'i ibn Oubayd ibn Abi Yazid ibn Abd al-Mouttalib ibn Hachim ibn Abd Manâf donc un descendant du Prophète :sws:
La mère de l'imam Chafi'i était issue des Azd et n'était pas une Qouraychite.

Islam X Al-Chāfi’ī
24/07/2012, 18h56
Sa vie


Il grandit dans une famille pauvre déplacée en Palestine et vivant dans le quartier yéménite. Plusieurs témoignages indiquent que son père est mort alors qu'il était encore un jeune garçon et que sa mère l'emmena vivre à la Mecque craignant qu'il ne perde son titre de charif (d'ascendance noble).
Yaqout al-Hamawi rapporte que Chafi'i a dit : je suis né à Gaza en l'an 150 de l'hégire et j fus emmené à la Mecque lorsque j'avais deux ans
Il a grandi dans la pauvreté tout en étant issu d'une noble ascendance confère à une personne un caractère fort et une conduite noble.
Il ne contentera pas de l'humilité mais se battra avec zèle et détermination pour la gloire et pour dissiper l'infamie de la pauvreté et l'ignominie que l'on ressent à être dans le besoin.

L'imam Chafi'i a donc grandi orphelin dans un foyer pauvre. Sa mère voulait qu'il côtoie les membres de sa famille de crainte qu'il ne perde contact avec sa parenté .
Lorsque Chafi'i apprit le Coran sa grande capacité intellectuelle ne fit aucun doute étant donné la rapidité avec laquelle il mémorisa.
Puis après l'avoir mémorisé il se mit à apprendre par coeur, avec empressement, les hadiths du prophète :sws:. Il écoutait les savant du hadith et mémorisait ce qu'il entendait au fur à mesure , avant de l'écrire tantôt sur des tablettes d'argile tantôt sur des peaux tannées
Outre la mémorisation des hadiths prophétiques et du Coran, il cherchait aussi à être éloquent en langue arabe et à éviter les mots étrangers qui avaient commencé à envahir cette langue en raison des contacts avec des villes non arabe.

Islam X Al-Chāfi’ī
24/07/2012, 18h59
Sa quête du savoir


L'imam Chafi'i se mit en quête de connaissances à la Mecque auprès des fouqaha (les juristes) et des savants du hadith présents sur place et devint si éminent que Mouslim ibn Khalid Az-Zanji lui donna la permission d'émettre des fatawas lui disant : Donne des fatawas, Abou Abdallah, désormais tu peux donner des fatawas.

Il aurait pu s'arrêter là mais pour lui la recherche de la science était très important . Il entendit alors parler de Malik ibn Anas l'imam de Médine
À cette époque le nom de Malik s'était répandu à travers les terres d'Islam et les gens venaient des endroits les plus éloignés et les plus reculés pour bénéficier de son savoir.

Il était alors la source la plus importante de connaissances et de hadiths.
L'imam Chafi'i était impatient d'émigrer vers Médine pour y chercher la science mais ne voulais pas s'y rendre avant de connaitre quelque peu les enseignements de Malik. Il emprunta al-Mouwatta le livre de Malik à un homme de la Mecque et le lut.

L'imam Chafi'i raconte : J'allai le voir et commençai à lire à haute voix le livre posé entre mes mains. Lorsque je voulus m'arrêter intimidé par Malik, il indiqua qu'il aimait ma lecture et l'inflexion de ma voix et me dit : Continue mon garçon jusqu'à ce que je le lui aie lu en l'espace de quelques jours
Après cet épisode l'imam Chafi'i resta avec l'imam Malik pour apprendre le fiqh et étudier les queestions sur lesquelles il émettait des fatawas et ce jusqu'à la mort de ce dernier en 179 de l'hégire.

Il semble qu'au cours de la période passé auprès de l'imam Malik . Il allait fréquemment à la Mecque pour rendre visite à sa mère et prendre conseil auprès d'elle.

Ainsi le fait qu'il demeura auprès de l'imam Malik ne l'empêcha pas de voyager et d'élargir son expérience.

Islam X Al-Chāfi’ī
24/07/2012, 19h00
Ses fonctions


Lorsque l'imam Malik mourut, l'imam Chafi'i se dit qu'il avait acquis de grandes connaissances et décida comme il était toujours pauvre à cette époque de travailler afin de gagner de quoi satisfaire ses besoins élémentaires et d'alléger sa pauvreté Yémen vint dans le hijaz et un quraych lui suggéra de permettre à l'imam Chafi'i de l'accompagner.

Le gouverneur le prit avec lui comme assistant . Il était connu comme un homme juste et distingué.

Son poste se situait à Najran où il était responsable de faire régner la justice . Les gens de Najran se comportaient comme ils l'avaient toujours fait, soudoyant et flattant les gouverneurs et les qadis pour être dans leurs bonne grâces; mais ils trouvèrent en l'imam Chafi'i un homme juste qui ne pouvait être corrompu.

L'imam sut fermer la porte à la subornation et à la flatterie de façon à ce que nul ne put l'atteindre par ce biais et ce faisant. il se protégea lui-même de tout mal et de toute injustice.

Islam X Al-Chāfi’ī
24/07/2012, 19h04
Son procès


Najran était un district du Yémen ou sévissait un gouverneur injuste . L'imam Chafi'i s'employait à restreindre son pouvoir et à empêcher ses injustices d'affliger ses subordonnés.

Le gouverneur manoeuvre contre lui par des intrigues, des calomnies et de la diffamation
Les Abbassides considéraient que les principaux opposant étaient les descendants de Ali qui avaient une généalogie similaire et un lien de parenté maternel avec le Messager d'Allah :sws: ce qui n'était pas le cas des Abbassides. Lorsque l'état Abbasside fut établi sur base de leur parenté avec le Prophète :sws:, les Alawites souhaitèrent quelque chose de semblable en particulier en raison de leur lien de parenté avec le prophète par Fatima
Le gouverneur injuste émit des soupçons à l'engagement de l'imam Chafi'i avec les Alawites (les partisans de Ali ) et envoya un mot au calife Harouna Rachid selon lequel neuf Alawites étaient en pleine agitation lui disant dans sa lettre: Je crains qu'ils ne se rebellent. Il y a un homme ici issus des descendants d'al-Moutalib à qui je ne peux ni commander ni interdire. Il accomplit avec sa langue ce qu'un guerrier ne peut accomplir avec son épée . Harouna Rachid lui répondit de lui envoyer ces neuf Alawites ainsi qu'Ach-Chafi'i.

Les sources établissent que les neuf personnes en question furent tous tuées et quant c'était autour de l'imam Chafi'i
L'imam Chafi'i commence à parler en premier par rapport aux autres qui l'ont précédé en disant : Assalam anleykum ya Amir al'mou'minine wa barakatuh.

Et le calife de lui répondre Wa anleykum salam wa rahmatuh Allahi wa barakattuh. Alors là on remarque que l'imam Chafi'i n'a pas prononcé le rahmatuh Allah , alors que le calife il était obligé de lui dire.

Et donc le calife lui dit : mais qui vous a permis de parler en premier et surtout de nous obliger à te répondre comme vous le saviez que le fait de donner le salam à quelqu'un c'est un sunna alors que le fait de lui répondre c'est une obligation.
L'imam Chafi'i réplique j'espère le la miséricorde d'Allah qui est sorti de ta bouche il va m'envelopper.
Et après il récite ce verset :

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا إِن جَاءكُمْ فَاسِقٌ بِنَبَأٍ فَتَبَيَّنُوا أَن تُصِيبُوا قَوْماً بِجَهَالَةٍ فَتُصْبِحُوا عَلَى مَا فَعَلْتُمْ نَادِمِينَ

« Ô vous qui avez cru ! Si un pervers vous apporte une nouvelle, voyez bien clair [de crainte] que par inadvertance vous ne portiez atteinte à des gens et que vous ne regrettiez par la suite ce que vous avez fait. » (Sourate Al-Hujurat v.6).

Et à partir de là il fut sauvé par son plaidoyer solide et le témoignage de Muhammad ibn al-Hassan, il se présenta en tant que supect devant Harouna Rachid et se tint debout entre le tapis du bourreau et l'épée et dit : Amir al-Mou'minin que dirais-tu de deux hommes dont l'un me voit comme un frère et l'autre comme son esclave: lrquel devrais-je aimer ?
Il répondit; celui qui te voit comme un frère.

Il dit alors : Celui, c'est toi Amir al-Mou'minin. Vous êtes les descendants d'al Abbas et ils sont les descendants de Ali. Nous sommes les Banou al-Mouttalib tandis que vous êtes les descendants d'al-Abbas .Vous nous voyez comme des frères mais les Alawites eux nous voient comme leurs esclaves.

Lorsque Haroun Rachid interrogea Muhammad ibn al-Hassan il lui répondit:
Il a de grandes connaissances et l'homme qui l'accuse n'en a pas.
Le calife dit alors : Occupe-toi de lui jusqu'à ce que j'aie mené une autre enquête à son sujet et c'est ainsi qu'il fut sauvé.

Islam X Al-Chāfi’ī
24/07/2012, 19h07
A la recherche du savoir


L'imam Chafi'i arriva à Baghdad pour son procèe en 184 de l'hégire alors qu'il avait 34 ans. A partir de ce moment-là il s'orienta vers l'étude et l'enseignement et produit l'influence durable et le développement du fiqh qu'il allait laisser en héritage aux musulmans. Il demeura avec Muhammad ibn al-Hasan Ach-Chaybani dont il avait entendu parler auparavant et qu'il savait être le porteur et le disséminateur du fiqh des Irakiens.

L'imam Chafi'i commença à étudier le fiqh des Irakiens , à lire les livres de l'imam Mouhammad ibn al-Hasan et à étudier avec lui, associant le fiqh du Hijaz avec le fiqh d'Irak.
Donc il disposait à la fois du fiqh dominé par la transmission et de celui dominé par l'opinion et devint le maître incontesté du fiqh à son époque.

L'imam Chafi'i resta à Baghdad comme étudiant de l'imam Mouhammad ach-Chaybani et pouvait ainsi débattre avec lui et ses compagnons de Malik du fait qu'il était un faqih médinois et l'un des compagnon de Malik.
Après il retourna à la Mecque avec les livres des Irakiens. Après son retour à la Mecque il commença à enseigner dans la mosquée al-Haram de la Mecque et pendant le Hajj ; il y rencontra les plus grands érudits de son temps qui avaient entendu parler de lui. C'est à cette époque qui rencontra Ahmad ibn Hanbal.

L'imam Chafi'i se lança dans un nouveau fiqh qui n'était ni le fiqh des gens de Médine ni le fiqh des Irakiens, mais une alliance des deux et le produit d'un esprit éclairé qui avait mûri dans la connaissance du Livre et de la sunna, de la langue arabe des gens de l'analogie et de l'opinion. C'est pourquoi les savants qui le rencontrèrent le trouvèrent unique de par son érudition. Il demeura à la Mecque pendant 9 ans.

L'imam Chafi'i se rendit à Baghdad pour la seconde fois en 195 de l'hégire avec son nouveau système de Fiqh. Il commença non pas en examinant les détails des décisions secondaires et des questions subsidiaires, mais en formulant les règles universelles et les principes de base qui permettaient de traiter ces questions. Il fit du Fiqh une science totale et non plus une simple affaire de décision secondaire et il dériva des règles générales plutôt que des fatawas et des décisions personnelles. Les savants et les étudiants se pressaient autour de lui ainsi que les spécialistes du hadith et les gens de l'opinion qui s'adressaient à lui. C'est au cours de cette vie qu'il avait écrit Al-Rissala.

Islam X Al-Chāfi’ī
24/07/2012, 19h09
Les vertus de l'imam Chafi'i


L'imam Razi rapporte qu'on raconte que Abd Rahman ibn Mahdi aurait demandé à l'imam Chafi'i d'écrire un livre définissant les pré-conditions nécessaires à la déduction de jugements utilisant le Coran, la Sunna le Consensus et l'Analogie ; clarifiant l'abrogeant et l'abrogé et expliquant les catégories du général et du particulier.
L'imam Chafi'i rédigea don sa Risala et lui envoya. Lorsque Abd Rahaman ibn Mahdi la lut il dit : Je ne pensais pas qu'Allah ait créé un tel homme !

En Irak il commença à diffuser le nouveau système qu'il avait introduit . Il en exposait les principes de bases et en les utilisant, critiquait les positions existantes des connaissances.
Donc il a fait deux ans à Baghdad . Il s'y rendu de nouveau en 198 y séjourna quelques mois avant de partir pour l'Egypte en 199 de l'hégire
Alors pourquoi il est partit en Egypte ? C'est pour deux raisons :
- Le premier est qu'à cette époque le pouvoir était aux mains des Perses parce que la bataille que se livraient al-Amin et al-Ma'moun opposait en réalité l'armée arabe représentée par al-Amin et ses généraux à l'armée d'al-Ma'moun dont le commandement étaient tous Perses qui se concluait par la victoire d'al-Ma'moun.
- Le second problème était qu'al-Ma'moun, théologien et philosophe était attaché au Mou'tazila, nommant certains d'entre eux aux postes de scribes, de chambellans ou les prenant pour compagnons.

On rapporte qu'al-Ma'moun proposa à l'imam Chafi'i Qadi (juge ) mais celui-ci s'excusa. N'étant pas préparé à rester à Baghdad il dut partir mais ne trouva aucun endroit lui convenant pour émigrer hormis l'Egypte dont le gouverneur était Abbasside d'origine Hachimite.

MusliminHamdoulah
24/07/2012, 19h11
Salam Alaykoum

Mashallah Mashallah tu es une personne sage qui parle correctement et de sujets interessant mashallah j' ai du plaisir a te lire a chaque fois Allah ybarak

Islam X Al-Chāfi’ī
24/07/2012, 19h12
La vie scolastique


En 195 alors qu'il étudiait à la Mecque il développa un nouveau système de fqh et de nouvelle opinion distinct des opinions de Malik .
Malgré cela il ne critiquait pas les opinions de Malik, ni ne disait qu'elles étaient fausses. Il présentait ses opinions qu'elles diffèrent ou non de celles de son chaykh sans jamais le critiquer.
Mais il se produisit quelque chose qui obligea l'imam Chaf'i à critiquer les vues de son chaykh . Il entendit dire que dans certains pays musulmans, les reliques et les vêtements de Malik étaient sanctifiés et que certains musulmans pouvaient en entendant un hadith du Messager d'Allah :sws: s' y opposer sur base de ce que Malik aurait dit .
Cela contrariait l'imam Chafi'i parce qu'il pensat que certains accordaient aux dires de Malik un rang qui ne devaient être réservé qu'aux seuls hadith du Messager d'Allah . Il considérait cela comme dangereux car les gens contredisaient les hadiths du Messager d'Allah avec les dires de personnes qui pouvaient avoir autant que raison.
Il n'était aucunement acceptable que l'on préfère l'opinion de qui que ce soit à un Hadith.
C'est pourquoi il fut surnommé "Nasiroun Al-Hadith" : le secoureur du Hadith par les savants de son temps.
C'est qui l'a amené à critiquer son chaykh et à déclarer qu'ils étaent faux, de façon à faire savoir aux gens que Malik était mortel qu'il pouvait avoir raison ou tort et que son opinion n'était rien face à un hadith fort.
Il avait rédigé un livre sur le sujet intitulé "Le désaccord avec Malik", mais il hésita à le rendre public par loyauté envers son chaykh et son maitre lui que toute sa vie il avait appelé le Maitre.
Il hésita à montrer aux gens ce qu'il percevait comme des erreurs de la part de l'imam Malik, mais il craignit de même pour la sunna , à cause de cette sanctification.

Razi rapporte que l'imam Chafi'i écrivit un livre sur Malik, parce qu'il avait entendu dire en Andalousie, que le bonnet de Malik était utilisé pour chercher à obtenir de la pluie et que lorsqu'on disait aux gens : le Messager d'Allah a dit : ils répondaient : Malik a dit ....
L'imam Chafi'i dit alors : Malik est un être humain. Il peut se tromper et commettre des erreurs. C'est cette situation qui a amené à écrire ce livre.

L'imam Chafi'i a divergé de l'imam Malik ; mais c'est uniquement pour l'amour d'Allah qu'il l'a fait. Il a rencontré beaucoup de problème et de difficultés à ce propos. Si Malik était allé en Egypte il aurait occupé la meilleure position parmi les moujtahids et les Malikites ont donc attaqué et critiqué l'imam Chafi'i. Et certains d'entre eux allèrent trouver le gouverneur pour lui demander de l'expulser.