Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Imâm Al-Ghazâlî [radiya-Llâhou `anhou] - Les Merveilles du coeur

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Imâm Al-Ghazâlî [radiya-Llâhou `anhou] - Les Merveilles du coeur

    As-salâmou `alaykoum,

    Un livre que je viens d'entamer et qui m'a mis des claques dès les deux premières pages, issu de la collection "Revivification des sciences de la religion" aux éditions al-Bouraq (qui se veut être la traduction de l'oeuvre d'al-Ghazali, Ihya ouloum ad-Dîn). Le chapitre Les Merveilles du coeur...

    Allâhou akbar, il y a les médecins qui soignent le corps, et il y a les médecins qui soignent le Coeur avec un grand C, Allâh nous a accordé une grande ni`mah en la personne de l'Imâm "al-Houjjatou l-Islâm" Aboû Hamid Mouhammad Ben Mouhammad al-Ghazâlî [radiya-Llâhou `anhou] qui a su toucher à des sujets aussi cruciaux dans un langage accessible au plus grand nombre.

    Qu'Allâh nous accorde Sa Proximité.
    Qu'Allâh fasse partir la rouille qui gangrène nos coeurs.
    Qu'Allâh nous mette sur la Voie.
    Qu'Allâh fasse tomber les voiles qui nous séparent de Lui.
    Qu'Allâh nous pardonne.
    Qu'Allâh nous fasse mourir en état de pure soumission.
    Qu'Allâh nous purifie.

    Voici la première, ainsi que la quatrième de couverture.

    Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle 

Nom : 		les-merveilles-du-coeur.jpg 
Affichages :	1 
Taille :		24,3 Ko 
ID : 			1303334Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle 

Nom : 		9782841614646_4_75.jpg 
Affichages :	1 
Taille :		84,6 Ko 
ID : 			1303333
    Dernière modification par Jabli, 15 août 2014, 19h10.
    « L'Imâm Mâlik {radiya-Llâhou `anhou} a délaissé la pratique de soixante-dix ahâdîth qu'il rapporte pourtant dans son Mouwatta »

  • #2
    As salâmou alaykoum wa rahmatou Llâhi wa barakâtouh,

    Voici la table des matières du livre.

    Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle 

Nom : 		uploadfromtaptalk1408398329538.jpg 
Affichages :	1 
Taille :		34,7 Ko 
ID : 			1300262
    « L'Imâm Mâlik {radiya-Llâhou `anhou} a délaissé la pratique de soixante-dix ahâdîth qu'il rapporte pourtant dans son Mouwatta »

    Commentaire


    • #3
      As salâmou alaykoum wa rahmatou Llâhi wa barakâtouh,

      Je vais partager avec vous quelques extraits pour vous lettre en appétit bi idhni Llâh

      《 Par l'obscurité ou la lumière que le coeur projette se manifestent les mérites et les démérites apparents, tant il est vrai qu'un récipient ne peut verser que ce qu'il contient. 》

      《 Et quiconque ignore son coeur ignore a fortiori tout autre personne. Or la plupart des gens ignorent leur coeur et leur propre personne. Ce qui s'oppose à leur propre connaissance est le fait que «Dieu s'interpose entre l'homme et son coeur» (Coran, 8 : 24). 》

      《 Qui n'a pas cette connaissance de son coeur, lui permettant de l'observer, de le surveiller et de guetter ce qui s'y manifeste et s'y déverse de trésors provenant du royaume céleste, est concerné par la parole du Très-Haut qui dit : « Ils ont oublié Dieu et Dieu leur a fait oublier leur propre personne. Ainsi sont les gens. Aussi la connaissance du coeur et des réalités de ses attributs est-elle le principe de la religion et le fondement de la voie des aspirants. 》
      « L'Imâm Mâlik {radiya-Llâhou `anhou} a délaissé la pratique de soixante-dix ahâdîth qu'il rapporte pourtant dans son Mouwatta »

      Commentaire


      • #4
        Ahmad an-Naqîb raconte qu'il avait rendu visite à ash-Shiblî. Celui-ci lui dit : « Je suis éprouvé, ô Ahmad ! » Il lui demanda : « Que se passe t'il ? » « J'étais assis, reprend ash-Shiblî, et voilà qu'une pensée me vient et me dit : "Tu es avare !" Je réponds à cette pensée que je ne le suis pas, mais elle revient et me dit : "Si tu es avare !" Je me promets alors que tout ce que je gagnerai ce jour, je le donnerai au premier indigent venu.

        A peine avais-je terminé ce dialogue intérieur qu'un compagnon de Mu'nis le servant arrive avec cinquante dinars, et me dit : "Prends cet argent, et fais-en bon usage !" Je me lève pour prendre l'argent, et sors. Là, je vois un pauvre homme qui est en train de se faire couper les cheveux par un coiffeur. Je lui tends les dinars, mais il me dit : "Donnes-les plutôt au coiffeur !" Je lui indique à combien bien s'élève la somme, et voilà qu'il me répond : "Ne t'avait-on pas dit que tu es avare ?"

        Je vais alors pour les donner au coiffeur, mais celui-ci me rétorque : "Je me suis juré, lorsque ce pauvre homme s'est assis devant moi, que je n'accepterais pour ce travail aucun salaire." Je jetais alors l'argent dans le fleuve, et m'exclamais [en m'adressant à l'argent] : "Tout homme qui t'estime est avili par le Très-Haut !" »
        Dernière modification par Ilyes, 24 août 2014, 12h34. Motif: espace qui manquait :p
        « L'Imâm Mâlik {radiya-Llâhou `anhou} a délaissé la pratique de soixante-dix ahâdîth qu'il rapporte pourtant dans son Mouwatta »

        Commentaire


        • #5
          As-salam 'alaykum wa rahmatullah wa barakatuh,

          On peut remercier l'édition Al-Bouraq pour les traductions qu'elle nous offre, ils ont permis à la littérature islamique francophone de s'honorer de l'existence de ces livres. BarakAllahufik pour le partage, on a du mal à se retenir d'acheter toutes les traductions d'Al-Ghazali (rahimahullah) lol
          Qu'Al-Mughni nous enrichisse dans l'intention de nous faire acheter ces livres.
          " Celui qui aime pour Allah, déteste pour Allah, donne par amour pour Allah, et se retient pour Allah, aura complété sa Foi " - Ja'far as-Sâdiq ('alayhi as-salam)

          Commentaire


          • #6
            Wa alaykoumou salâm wa rahmatou Llâhi wa barakâtouh,

            Excellente collection, après Les Merveilles du coeur in shâ Allâh, j'attaque L'Éducation de l'âme.

            Wa fîka l-barakah
            « L'Imâm Mâlik {radiya-Llâhou `anhou} a délaissé la pratique de soixante-dix ahâdîth qu'il rapporte pourtant dans son Mouwatta »

            Commentaire


            • #7
              As salâmou alaykoum wa rahmatou Llâhi wa barakâtouh,

              "Ce qu'il est bon de savoir, en revanche, c'est que les pensées sont de trois sortes : celles dont on sait de façon sure qu'elles les incitent au mal, lesquelles à l'évidence sont des suggestions malignes ; celles dont on sait de façon sure qu'elles incitent au bien, lesquelles sont indubitablement des inspirations ; et celles qui font l'objet de doute, du fait que l'on ne sait si elles sont suscitées par les anges ou par les Démons.

              L'une des ruses du Malin consiste précisément à présenter le mal comme un bien. Distinguer entre l'un et l'autre s'avère en conséquence très ardu, et la plupart des êtres humains s'y perdent. Le Diable ne peut pas les inviter explicitement au mal, c'est pourquoi il maquille le mal en bien. Il dit par exemple au savant sous forme d'exhortation :

              « Ne vois-tu pas comme les gens sont semblables à des morts par leur ignorance, comme ils sont perdus par leur insouciance. Ils risquent sous peu d'être précipités dans le feu. Ne prendras-tu pas les serviteurs de Dieu en pitié ? Ne les sauveras-tu pas du malheur par tes conseils et tes sermons, alors que Dieu t'a gratifié d'un coeur clairvoyant ainsi que d'une langue habile et éloquente qui te vaut l'approbation des gens ? Quoi ! Renieras-tu les bienfaits du Très-Haut, et te risqueras-tu à encourir Sa colère [en restant passif] ? Renonceras-tu à répandre le savoir, et à prêcher le chemin droit. »

              Le Malin ne cesse d'imprimer ce genre de pensées en son âme, et de l'instiguer par d'habiles artifices, jusqu'à ce que ce savant prenne à coeur de sermonner les gens. Le Malin l'incite alors à se présenter à eux sous la plus belle apparence, à s'appliquer à ornementer ses discours, cours, et à faire le bien ostensiblement. Il lui dit :

              « Si tu n'agis pas ainsi, ton discours perdra tout crédit à leurs yeux, et ils ne s'orienteront pas vers la vérité. »

              Le Démon ne cesse d'insister sur ce point, et d'accroître en l'âme de ce savant les effets pernicieux que sont l'ostentation, l'approbation des gens, le plaisir que procure la notoriété, la fierté d'avoir tant de partisans et de science, et le mépris des autres. Le pauvre homme déchoit ainsi en suivant les conseils du Démon, et finit par se perdre. Ainsi, lorsqu'il s'exprime, ce savant croit tendre vers le bien, alors qu'il ne tend que vers le prestige et la notoriété ; il se voue à sa propre ruine tout en croyant jouir du plus haut rang auprès de Dieu. Il s'assimile à ceux dont le Prophète a dit :

              « Dieu renforcera cette religion par le biais de gens dénués de vertu », ou encore : « Dieu renforcera cette religion par le biais d'hommes débauchés. »

              C'est pourquoi on raconte que le Diable se présenta un jour à Jésus fils de Marie et lui signifia : « Dis : "Il n'y a de dieu que Dieu" » Jésus répondit : « C'est là une parole vraie, mais je ne la prononcerai pas à ta demande. Car le Diable cachait encore une fourberie sous l'apparence d'un bien. Les impostures du Malin sont de cette nature et sans limites. C'est ainsi que se fourvoient tragiquement des savants, des dévots, des ascètes, des aspirants, des bienfaiteurs, et de nombreuses personnes qui exècrent le mal apparent, et auxquelles il ne plairait pas de commettre des péchés évidents."
              « L'Imâm Mâlik {radiya-Llâhou `anhou} a délaissé la pratique de soixante-dix ahâdîth qu'il rapporte pourtant dans son Mouwatta »

              Commentaire


              • #8
                Les accès du Démon au coeur

                Sache que le coeur est comme une place forte dans laquelle le Démon, cet ennemi, voudrait pénétrer pour en prendre le contrôle. On ne saurait protéger cette enceinte qu'en en gardant les portes, les accès et les brèches. Or, ne peut garder ces accès que celui qui les connaît.

                Aussi la protection du coeur contre les suggestions du Démon est-elle un devoir incombant à tout serviteur légalement responsable de ses actes. Etant donné que ce qui est indispensable à l'accomplissement d'un devoir devient par conséquent un devoir, et qu'on ne peut repousser le Malin qu'en connaissant les accès qu'il emprunte, la connaissance de ces accès est donc un devoir.

                Les portes du Démon sont les traits de caractère négatifs du serviteur, et ils sont nombreux ! Nous nous contenterons d'en indiquer les plus notables, ceux qui sont semblables à des allées assez larges pour que s'y engouffrent frent des légions entières de Démons.

                Parmi ces grandes portes citons la colère et l'envie. La colère est le fléau de l'intelligence. Lorsque les armées de l'intelligence sont affaiblies, celles du Démon en profitent pour donner l'assaut ; et lorsque l'homme est en colère, le Malin se joue de lui comme l'enfant joue à la balle.
                Dernière modification par Jabli, 26 août 2014, 11h04.
                « L'Imâm Mâlik {radiya-Llâhou `anhou} a délaissé la pratique de soixante-dix ahâdîth qu'il rapporte pourtant dans son Mouwatta »

                Commentaire


                • #9
                  Une autre porte majeure du Diable est la réplétion, même si la nourriture est licite et pure. Car l'excès de nourriture excite les désirs, lesquels sont les armes de l'ennemi.

                  On raconte que le Diable était apparu à Yahyâ Ibn Zakariyâ, Jean-Baptiste fils de Zacharie - que la paix soit sur lui et son père. Yahyâ vit que le Diable portait des objets de toutes sortes suspendus à ses épaules. Yahyâ lui demanda : « Ô Satan, quels sont ces objets ? » Le Démon répondit : « Ce sont là les désirs par lesquels quels je m'empare des fils d'Adam. »

                  Yahyâ lui demanda alors : « - Y a-t-il en cela quelque chose de pernicieux ? - Il se peut, répondit le Diable, que tu sois si repu que nous parvenions à te dissuader de te lever pour prier ou de t'adonner à l'invocation de Dieu. - Y a-t-il autre chose ? - Non, rien d'autre. - Je fais le serment devant Dieu, reprit Yahyâ, de ne plus jamais remplir mon ventre de nourriture ! - Et moi, dit alors Satan, je fais le serment devant Dieu de ne plus jamais donner de conseil à un musulman ! »

                  On dit que la réplétion engendre six travers détestables.

                  - Le premier est d'ôter la crainte de Dieu du coeur.
                  - Le deuxième travers est d'ôter la miséricorde envers les gens, car l'individu pense alors que tout le monde est rassasié.
                  - Le troisième est d'engendrer une torpeur détournant des adorations.
                  - Le quatrième trième travers est que si l'individu entend une sagesse, il n'en saisit pas la subtilité.
                  - Le cinquième est que lorsqu'une personne gavée de nourriture exhorte les gens et les conseille, elle n'est plus capable de les émouvoir.
                  - Le sixième et dernier travers est que la réplétion provoque des maladies.
                  « L'Imâm Mâlik {radiya-Llâhou `anhou} a délaissé la pratique de soixante-dix ahâdîth qu'il rapporte pourtant dans son Mouwatta »

                  Commentaire


                  • #10
                    As-salam 'alaykum wa rahmatullah wa barakatuh,

                    Ah la nourriture, un sujet si important dans l'ihsan, mais trop de gens ne comprennent pas ça... Ils oublient pourquoi le jeûne est une pratique si méritoire.
                    " Celui qui aime pour Allah, déteste pour Allah, donne par amour pour Allah, et se retient pour Allah, aura complété sa Foi " - Ja'far as-Sâdiq ('alayhi as-salam)

                    Commentaire


                    • #11
                      Selem Aleykoim, machallah ! Ça donne envie de lire tout ça malheureusement et c'est le problème que je rencontre avec cheikh Ghazali rahimahullah, je ne sais pas par quel livre commencer ^^ si j'avais la possibilité j'achèterai toute la collection tant ses écrits me donnent tous envie de les lire

                      Commentaire


                      • #12
                        Envoyé par Mohammed. Voir le message
                        Selem Aleykoim, machallah ! Ça donne envie de lire tout ça malheureusement et c'est le problème que je rencontre avec cheikh Ghazali rahimahullah, je ne sais pas par quel livre commencer ^^ si j'avais la possibilité j'achèterai toute la collection tant ses écrits me donnent tous envie de les lire
                        Tout dépend de tes priorités dans la vie. Par exemple, j'ai personnellement voulu apprendre le fiqh shafi'i bien en détails en plus de l'ihsan, donc j'ai commencé par acheter les livres sur les piliers de l'islam. Aussi, je suis de nature orgueilleuse, alors j'ai acheté le livre La condamnation de l'orgueil et de l'infatuation. L'avantage avec Al-Ghazali (rahimahullah) c'est que même un sujet où tu crois t'y connaitre (ex : jeûne, prière), tu en apprends des tonnes et des tonnes en lisant ses livres.
                        Il faut se fixer des priorités, mais évidemment, chaque livre contient une quantité énorme de science que l'on ignore. C'est limite choquant lol.

                        Sinon, je peux te dire les livres à acheter dans l'ordre de l'ouvrage si tu veux, car ce sont des parties du grand livre Ihya 'ulum ad-din qui suit 4 volumes avec plusieurs chapitres qui se succèdent.
                        " Celui qui aime pour Allah, déteste pour Allah, donne par amour pour Allah, et se retient pour Allah, aura complété sa Foi " - Ja'far as-Sâdiq ('alayhi as-salam)

                        Commentaire


                        • #13
                          Salam,
                          Je crois que le meilleur pour commencer, c'est minhaj al 'abidin, traduit par "le chemin des dévots vers le paradis" ou un truc comme cela.
                          Al Ghazali y parle de la lumière, comment elle entre dans le coeur et comment il faut l'entretenir et la faire grandir.

                          Commentaire


                          • #14
                            C'est un petit traité par rapport aux autres livres du chaykh mais il regroupe l'essentiel.

                            Commentaire


                            • #15
                              As salâmou alaykoum wa rahmatou Llâhi wa barakâtouh,

                              " Le Diable s'ouvre également une porte en poussant les gens ordinaires, qui n'ont pas étudié et approfondi les sciences, à réfléchir sur l'essence et les attributs de Dieu, ainsi que sur d'autres questions qui dépassent leurs capacités intellectuelles. Le Démon les pousse ainsi à douter du bien fondé de la religion ou à concevoir au sujet de Dieu des idées qui ne conviennent guère à Sa majesté.

                              Ces gens deviennent ainsi des apostats ou des hérétiques, satisfaits et fiers des conceptions hétérodoxes qui sont les leurs. Ils pensent que ce qu'ils échafaudent là est le propre de la connaissance et du discernement, et que ce qu'ils découvrent est le fruit de leur grande intelligence et d'une perspicacité exceptionnelle. Certes, le plus sot des hommes est celui qui fait le plus confiance à son intelligence ; alors que le plus sage est le plus prompt à la mettre en doute, et à interroger les savants. "
                              « L'Imâm Mâlik {radiya-Llâhou `anhou} a délaissé la pratique de soixante-dix ahâdîth qu'il rapporte pourtant dans son Mouwatta »

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X