Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Coïncidences : Comment les interpréter ?

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Coïncidences : Comment les interpréter ?

    Salam Alaykoum,

    J'aimerais vous faire part de coïncidences qui se répètent de plus en plus souvent dans ma vie afin de trouver une explication... Qu'est-ce que cela veut dire ? Comment doit-on interpréter ces signes ? Afin d'illustrer mes dires, je vous propose de lire ce qui suit :

    Anecdote 1 :

    Il faisait froid et il pleuvait. J'ai décidé de venir plus tôt que d'habitude à la mosquée pour être sûr d'avoir une place au chaud . En attendant le prêche, j'ai cherché un coran en français. Je n'en ai pas trouvé. J'ai donc pris Ryad al Salilhine qui était traduit dans la langue de Molière. Tandis que je lisais quelques hadiths, je tournais les pages de manière aléatoire jusqu'à tomber sur une histoire. Cette petite histoire a retenu toute mon attention. Elle parlait de l'amour d'Allah pour Son serviteur. Un homme finissait systématiquement ses prières par la sourate Al Ikhlas. Les compagnons du prophète (paix et bénédictions sur lui) ont alors transmis cette information au messager. Ce dernier leur a dit d'informer cet homme qu'Allah L'aime. Mon coeur vibrait !

    Lorsque j'ai refermé le livre pour écouter le prêche de l'imam, son discours portait sur ce sujet et cette histoire !

    Comment doit-on comprendre cette coïncidence ?

    Anecdote 2 :

    Lors d'une réunion, j'ai commis une erreur par pur maladresse en divulguant devant tout le monde un de ses défauts. Je m'en suis rendu compte après... Alors, j'ai réfléchi et j'ai culpabilisé... J'ai pensé à l'appeler tandis qu'il était tard dans le but de m'excuser. Je me suis dit alors... Puisque j'ai été irrespectueux devant tout le monde, je me suis dit qu'il fallait que je lui fasse mes excuses devant tout le monde à la prochaine réunion... Le soir même il m'appelle pour tout à fait autre chose ! Il avait besoin de moi ! Je me suis empressé de l'aider en lui faisant en même temps mes excuses ! Il ne m'appelle qu'extrêmement rarement !

    Je trouve cette coïncidence particulièrement étrange ! Quelle interprétation donner à cela ?

    Ces deux coïncidences se sont présentées dans la même journée !

  • #2
    Wa 'alaykum as-salam wa rahmatullah wa barakatuh

    Tout est décidé par Al-Hakim, parfois on comprend les sagesses derrière, parfois on ne comprend pas. Il faut respecter le juste milieu entre un extrême qui consiste à ne pas retenir les leçons de la vie et ignorer les bienfaits d'Al-Latif, et l'autre extrême qui est de se casser la tête et de surinterpréter.
    Al-Latif est Celui qui fait le bien à un point où l'on ignore ces bienfaits. Même en essayant de les dénombrer, il est impossible de connaitre tous les bienfaits. Al-hamdulillah.

    La première anecdote t'a procuré de l'insistance sur un sujet, ce qui te permet de l'apprendre mieux. Quand Al-Hadi veut ancrer quelqu'un fermement dans une science, Il le fait insister dans celle-ci à travers les évènements. La deuxième anecdote est une miséricorde et une facilité suite à ta bonne intention. Mais cela est une compréhension très partielle, les sagesses derrière peuvent aller beaucoup plus loin, nous sommes des ignorants lol ^^
    " Celui qui aime pour Allah, déteste pour Allah, donne par amour pour Allah, et se retient pour Allah, aura complété sa Foi " - Ja'far as-Sâdiq ('alayhi as-salam)

    Commentaire


    • #3
      Barak'Allahoufik ! Je tiens à te remercier pour ta contribution !

      Commentaire


      • #4
        Envoyé par Aldebaran Voir le message
        Barak'Allahoufik ! Je tiens à te remercier pour ta contribution !

        salam aleykum

        et toi peux tu nous partager ton interprétation de ces deux éventements et qu'est ce que ça t'a apporté incha Allah ?

        baraka ALLAH fik

        Commentaire


        • #5
          Wa Alaykoum Salam Halim,

          Je vais être tout à fait honnête en espérant ne pas être ostentatoire.

          Pour la première anecdote, j'ai eu une sensation bouleversante... Je m'évertue constamment à plaire à Allah. Certes, je ne suis pas un expert en matière de théologie, ni un exemple à suivre dans les œuvres surérogatoires... Là où j'essaie de parfaire mon âme, c'est dans mon attitude, mon comportement. La vertu commence par la perfection des choses simples. Ne pas mentir, ne pas médire, être juste en tout temps et en tous lieux, être bienveillant à l'égard de mon prochain quel qu'il soit, en étant dans la tolérance et non dans le jugement. Bien que soit difficile, j'ai ressenti cela comme un signe d'encouragement. Cela rejoint l'analyse d'Ilyes.

          Quant à la seconde anecdote, Ilyes a très bien discerné la situation MashAllah. Ce n'est que mon avis. Allahou A3lem.

          Commentaire


          • #6
            Envoyé par Aldebaran Voir le message
            Wa Alaykoum Salam Halim,

            Je vais être tout à fait honnête en espérant ne pas être ostentatoire.

            Pour la première anecdote, j'ai eu une sensation bouleversante... Je m'évertue constamment à plaire à Allah. Certes, je ne suis pas un expert en matière de théologie, ni un exemple à suivre dans les œuvres surérogatoires... Là où j'essaie de parfaire mon âme, c'est dans mon attitude, mon comportement. La vertu commence par la perfection des choses simples. Ne pas mentir, ne pas médire, être juste en tout temps et en tous lieux, être bienveillant à l'égard de mon prochain quel qu'il soit, en étant dans la tolérance et non dans le jugement. Bien que soit difficile, j'ai ressenti cela comme un signe d'encouragement. Cela rejoint l'analyse d'Ilyes.

            Quant à la seconde anecdote, Ilyes a très bien discerné la situation MashAllah. Ce n'est que mon avis. Allahou A3lem.
            salam aleykum

            baraka Allah fik mon frère pour ton avis et shokrane aussi à Ilyes pour sa belle contribution
            Aldebaran incha Allah persévère dans cette voie

            un hadith que je partage :

            Anas Ibn Malîk rapporte ceci :

            "Nous étions assis autour du Prophète quand il dit: "Vous allez voir apparaître un homme du Paradis.
            Et on a assisté à l'entrée d'un homme des ansârs (Auxiliaires),
            la barbe encore mouillée suite aux ablutions, qui portait ses souliers à la main gauche.

            Le lendemain le Prophète dit la même chose et l'homme apparut comme au cours de la première fois.

            Au troisième jour le Prophète répéta les mêmes paroles et l'homme apparut comme à la fois précédente.

            Après le départ du Prophète, Abdallâh Ibn Amr suivit l'homme en question et lui dit:
            Je me suis querellé avec mon père et j'ai juré de ne pas rester avec lui à la maison durant trois jours.
            Voudrais-tu m'héberger pour passer ce délai ! L'homme dit: oui".

            Anas le rapporteur de ce hadith a ajouté:

            "Abdallâh disait qu'il a passé chez cet homme trois nuits au cours desquelles il ne faisait aucune œuvre
            ou prière particulière sauf que lorsqu'il se retournait dans son lit,
            il se mettait à mentionner Allah jusqu'à ce qu'il se lève pour la prière de l'aube.
            Abdallâh ajoutait aussi: Je ne l'entendais dire que du bien.

            Au bout de ces trois nuits, disait Abdallâh, j'étais sur le point de mépriser son œuvre.
            Aussi, je lui ai dit: Ô serviteur de Dieu! Il n’y avait ni colère ni rupture entre moi et mon père.
            Tout ce qu'il y avait c'est que j'ai entendu l'Envoyé de Dieu répéter trois fois à ton sujet:
            vous allez voir apparaître maintenant un homme du Paradis. Et c'est toi qui est apparu à ces trois reprises.
            Aussi, j'ai voulu m'installer chez toi pour voir quelle était ton oeuvre afin de m'y conformer.
            Mais je n'ai vu aucune grande œuvre qui soit en toi. Qu'est-ce qui t'a fait atteindre le degré annoncé par l'Envoyé de Dieu ?

            L'homme a répondu: Il n' y a que ce que tu as vu. Puis Abdallâh a ajouté:
            Au moment où je lui ai tourné le dos pour partir il m'a appelé et dit: Il n'y a que ce que tu as vu,
            sauf que je ne conçois de ressentiment pour aucun musulman et que je n'envie aucun homme pour un bien
            que Dieu lui a accordé.
            Abdallâh ajouta: je lui ai dit: Voilà ce qui t'a fait atteindre ce degré"

            [Rapporté par l'imam Ahmad ].
            Dernière modification par Halim, 06 février 2017, 09h12.

            Commentaire

            Chargement...
            X