Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Al-moukhtasar + Hadîth: La Demande De La Science...

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Al-moukhtasar + Hadîth: La Demande De La Science...

    le prophète a dit, dans le sens :

    "la demande de la science est une obligation pour chaque musulman."
    rapporté par al-bayhaqiyy

  • #2
    Al-moukhtasar + Hadîth: La Demande De La Science...

    demande :

    comment demander ? comment s'instruire ? quel est le bon canal ?
    chez les savants, avec les preuves.
    il y a un hadîth juste qui dit, dans le sens :
    « certes, la science est par l’apprentissage. » rapporté par boukhâriyy

    comme preuve que l’on n’apprend pas dans les livres, il y a également le hadîth suivant qui dit, dans le sens :
    « dieu ne fera pas disparaître la science en l’enlevant directement aux hommes, mais il la fera disparaître par la mort des savants, jusqu’à ce qu’il n’en reste plus un (…) »
    rapporté par al-boukhâriyy

    avant, les femmes travaillaient afin de payer des études à certains enfants.

    règle :
    la science du fiqh s’apprend chez les fouqaha.

    Commentaire


    • #3
      Al-moukhtasar + Hadîth: La Demande De La Science...

      la science :

      il s’agit là de la science de la religion.

      science obligatoire :

      il y en a une d’ordre personnel : chacun doit la connaître, sinon il commet un péché. et une autre d’ordre collectif : si personne ne la connaît, tous tombent dans le péché; mais si quelques-uns la connaissent, personne ne commet de péché.

      règle :
      toute science utile, nécessaire à la communauté musulmane, est d’ordre collectif (si elle n’est pas d’ordre individuel). exemple : la médecine, l’architecture, l’héritage, etc.

      musulman :
      quand on dit "musulman" il s’agit de la femme aussi bien que de l’homme.

      Commentaire


      • #4
        Al-moukhtasar + Hadîth: La Demande De La Science...

        al-bayhaqiyy :


        très grand savant traditionaliste, comme mouslim, boukhâriyy et d’autres. il est venu quelques siècles après.

        en réalité, il s’agit ici d’un hadîth faible : dans la chaîne, il y a une faille. mais il se trouve renforcé du fait qu’il est rapporté par beaucoup d’autres chaînes. il devient donc juste (haçan) : on peut se baser sur lui.
        quand on dit : « le prophète a dit », on comprend qu’il s’agit d’un hadîth juste.
        quand un hadîth est faible, par politesse (adhab), on ne dit pas : « le prophète a dit… » mais plutôt : « on rapporte que le prophète a dit ». généralement, si on dit : « il a été rapporté », « on rapporte », « il semble », c’est possible que ce ne soit pas juste. mais parfois, on peut utiliser cette expression pour dire que c’est juste.

        si un successeur dit : « le prophète a dit », il manque un maillon. prend-on de lui ? certains savants ont dit : « oui, s’il s’agit d’un grand savant », et ach-chàfi^iyy dit : « non, on ne pend pas cela comme preuve. » donc les lois d’applications sont basées sur les bases du fiqh. parfois, sur les bases, on aboutit à des divergences parce que les bases sont différentes.

        c’est-à-dire la science obligatoire, qui englobe la connaissance de dieu, la connaissance de son prophète, et les autres fondements de la croyance. de même, cette science englobe la connaissance des règles de la « tahàrah », de la prière, et des autres obligations de la religion, en connaissant les conditions, les piliers et les choses qui les annulent.

        Commentaire

        Chargement...
        X