Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Cheikh Ibrahim al-Yaqoubi [rahimahou-Llâh]

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Cheikh Ibrahim al-Yaqoubi [rahimahou-Llâh]



    Cheikh Ibrahim al-Yaqoubi [rahimahou-Llâh]




    Cheikh Ibrahim al Yaqoubi est né à Damas dans la nuit de la Fête du Sacrifice de l’an 1343 de l’Hégire, correspondant au 1er juillet 1925. Il fait ses études auprès de nombreux cheikhs. Le premier fut le cheikh Mustafa Al-Jaza’iri, qui lui enseigna les fondamentaux du savoir. Il fréquente ensuite pendant près de six ans le cheikh Muhammad Ali Al-Hijazi Al-Kaylani, grâce auquel il mémorise la majeure partie du Coran.

    Son père, cheikh Ismail al Yaqoubi, fut son tout premier guide spirituel et son plus grand professeur, tout au long de sa vie. C’est lui qui l’enseignera à la voie mystique de l’ordre shadhilite, puis plus tard à celles des ordres qadirite et halveti.

    Il a également tiré profit des enseignements de cheikh Muhammad Al-Makki Al-Kittani, auprès de qui il étudira al-Arba’in al-‘Ajluniyyah, qui est un recueil de hadiths rédigé par Al-`Ajluni, le commentaire d’Al-Bukhari par Al-Qastallani, ainsi que Lata’if Al-Minan d’Ibn `Ata’ Allah As-Sakandari. Le 5 mars 1959, cheikh Al-Makki Al-Kittani accorde une licence à cheikh Ibrahim Al-Yaqoubi pour l’ensemble des savoirs qu’il acquit auprès de lui.

    Tout au long de ses études, cheikh Ibrahim Al-Yaqoubi montrera une grande intelligence et une capacité de mémorisation rare. Ainsi il connaissait par cœur un grand nombre d’épîtres versifiées, qui, mises bout à bout, excèdent les vingt-cinq mille vers. Durant sa vie d’enseignant, il était capable de convoquer à propos de multiples passages de ces poèmes didactiques pour illustrer son sujet, ou pour fournir à ses élèves des moyens mnémotechniques pour retenir leur leçon.

    Cheikh Ibrahim al Yaqoubi était spécialisé dans de nombreuses disciplines islamiques, et maîtrisait aussi bien l’école de jurisprudence hanafite que celle malékite, qu’il enseignait d’ailleurs toutes deux. Ses cours de fondements de la religion étaient dignes d’un érudit, à cause de sa connaissance étendue des principes et des arguments qui sous-tendent les différentes écoles juridiques.

    Après une vie de labeur au service de l’islam et des musulmans, cheikh Ibrahim al Yaqoubi retourna à son Seigneur le 9 décembre 1985. Peu avant sa mort, il demanda à être enterré aux côtés de sa défunte mère. Il insista pour que ses funérailles soient strictement conformes à la tradition du Prophète (que la prière et le salut d’Allah soient sur lui). Il demanda notamment à ce que ses dettes soient remboursées et que les biens qu’on lui avait confié soient rendus à leurs propriétaires.

    Cheikh Muhammad al Yaqoubi, le fils aîné du cheikh Ibrahim Al Yaqoubi, dirigea la prière funéraire dans la grande Mosquée des Omeyyades. Un important cortège funéraire accompagna sa dépouille jusqu’au cimetière de la Petite Porte, où son élève cheikh Muhammad Abd Al-Latif Farfur le descendit dans sa tombe.




    « L'Imâm Mâlik {radiya-Llâhou `anhou} a délaissé la pratique de soixante-dix ahâdîth qu'il rapporte pourtant dans son Mouwatta »

  • #2


    Le Shaykh est d'ailleurs l'auteur du livret sur la croyance sunnite, La Doctrine de l'Unité selon le sunnisme que je vous invite à vous procurer in shâ-a-Llâh.
    Un petit livret d'un peu plus de 70 pages.

    « L'Imâm Mâlik {radiya-Llâhou `anhou} a délaissé la pratique de soixante-dix ahâdîth qu'il rapporte pourtant dans son Mouwatta »

    Commentaire


    • #3
      Cheikh Ibrahim al Ya'qoubi ( Rahimahullah )
      Qu'Allah préserve sa descendance . Amine
      BarakAllahoufik frère Jabli

      Sallalahu 3ala sayiddina Muhammad wa 3ala ali Sayiddina Muhammad

      Commentaire

      Chargement...
      X