Forum Islam vit grâce à la publicité. Merci de le soutenir.
Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Discussion: Al-moukhtasar - Ar-riba (l'Usure)

  1. #1
    Date d'inscription
    avril 2003
    Âge
    37
    Messages
    2 147

    Par défaut Al-moukhtasar - Ar-riba (l'Usure)

    ar-riba


    ar-ribà est interdit: en faire et être témoin de son contrat, en user, le prendre, le noter.

    il s'agit:

    - de la vente d'or ou d'argent contre une valeur d'un des deux métaux, en fixant un délai de règlement (riba-n-nasî'ah).

    - la conclusion du contrat précité sans que l'échange soit effectué avant la séparation des contractants.

    - de la vente d'or contre de l'or, ou d'argent contre de l'argent, avec un surplus de poids de l'un des articles sur l'autre.

    - également de la vente des aliments entre eux, lorsqu'il s'agit de deux espèces différentes comme par exemple du blé et de l'orge. cette vente n'est valable qu'à deux conditions: qu'on ne précise pas de délai de règlement et qu'on ne se sépare pas avant l'échange effectif. et si l'espèce est la même comme par exemple du blé contre du blé, il faudra respecter les deux condi-tions précitées, en plus de l'égalité de mesure. il ne sera donc pas permis de vendre de l'orge contre de l'orge, sauf s'il y a égalité de mesure, s'il n'y a pas de délai de règlement, et si l'échange effectif a lieu avant la séparation.

  2. #2
    Date d'inscription
    avril 2003
    Âge
    37
    Messages
    2 147

    Par défaut Al-moukhtasar - Ar-riba (l'Usure)

    7.1 les ventes interdites

    il est interdit de vendre:

    ! ce qu'on n'a pas encore reçu

    ! de la viande en échange de l'animal vivant

    ! une dette contre une autre: comme dans le cas de quelqu'un qui vend à ^amr la dette que lui doit zayd, pour un paiement différé d'un mois par exemple

    ! un bien qu'on ne possède pas, ou qu'on n'a pas l'autorisation de vendre

    ! ce qu'on n'a pas la capacité de livrer

    ! ce qui n'a pas d'utilité en soi, ou une utilité considérée dans la charî^ah,

    ! sans une formule appropriée selon certains savants; alors que l'accord implicite des deux contractants suffit pour d'autres

    ! ce qui n'a pas de propriétaire, comme l'homme libre ou le terrain communautaire (mawàt)

    ! ce qui est indéfini

    ! une najàçah telle que le sang

    ! toute substance enivrante

    ! tout objet illicite tel que le toumboùr, qui est un instrument de distraction semblable au luth

    ! un objet licite et pur à quelqu'un dont on sait qu'il veut l'utiliser pour commettre un péché, comme le raisin à celui qui veut en faire de l'alcool, ou les armes à celui qui s'en sert injustement pour attaquer les gens

    ! une chose ayant un défaut, sans le montrer

    ! ou d'acheter de ce que l'on n'a pas vu; sauf, selon un avis de l'imam ach-chàfi^iyy, pour autant qu'il y ait eu description

    ! ou d'acheter à un non moukallaf; cela signifie que la vente ou l'achat par un fou ou un enfant n'est pas valable. toutefois, la vente et l'achat par l'enfant capable de discernement sont permis s'il a l'autorisation de son tuteur, selon le madhhab de l'imam Ahmad


  3. #3
    Date d'inscription
    avril 2003
    Âge
    37
    Messages
    2 147

    Par défaut Al-moukhtasar - Ar-riba (l'Usure)

    7.2 informations utiles:

    il n'est pas valable de partager l'héritage laissé par un mort, ni d'en vendre quelque chose, avant d'avoir remboursé ses dettes, exécuté son testa-ment et mis de côté l'argent nécessaire en vue d'effectuer un pèlerinage et une ^oumrah en sa faveur au cas où ces deux obligations lui incombaient de son vivant. toutefois la vente d'un bien est autorisée pour régler ce que l'on vient de citer. en cela l'héritage est donc comme un gage. de même, dans le cas d'un esclave ayant commis une infraction - même le vol d'un sixième de dirham (dànaq) -, il n'est pas valable de le vendre avant que son maître rembourse ce qu'il doit, ou avant que le créancier ait autorisé sa vente.
    après l'accord sur le prix, il est interdit (haràm) de démotiver l'acheteur ou le vendeur dans le but de vendre au premier ou d'acheter au second. et si cela a lieu après l'acte de vente dans la période du choix, ce sera encore plus grave.

    il est interdit (haràm)

    ! d'acheter de la nourriture en période de hausse des prix et de pénurie afin de la stocker pour la revendre à un prix plus élevé encore

    ! de proposer un prix supérieur à la valeur d'une marchandise pour tromper les gens

    ! de séparer la femme esclave de son enfant avant qu'il ait atteint l'âge de discernement.

    ! de tricher, mentir ou trahir en mesurant la quantité, le poids, la longueur ou bien en comptant;

    ! de vendre du coton ou une autre marchandise et d'accorder en parallèle un prêt à l'acheteur, puis d'augmenter le prix de ces marchandises à cause du prêt consenti; d'accorder un prêt à un tisserand ou à toute autre personne dont on loue les services, à condition qu'il travaille pour une paie inférieure au salaire courant - ce qui s'appelle ar-rabtah -; d'accorder un prêt aux agriculteurs jus-qu'à la récolte à condition qu'ils vendent au créancier la récolte à un prix inférieur au cours du marché, ce que certains appellent maqdiyy.

    de même, beaucoup de contrats conclus par des gens de notre époque sont contraires aux lois de la charî^ah.

    alors, celui qui cherche l'agrément de dieu ainsi que sa sauvegarde dans l'au-delà et dans la vie d'ici-bas doit apprendre ce qui est licite (halàl) et ce qui est illicite (ha-ràm) auprès d'un savant pieux et scrupuleux, qui veille à sa piété et qui le conseille. car chercher le halàl est un devoir pour tout musulman.


  4. #4
    Date d'inscription
    avril 2003
    Âge
    37
    Messages
    2 147

    Par défaut Al-moukhtasar - Ar-riba (l'Usure)

    7.3 qui doit-on prendre en charge?

    la personne qui en a les moyens doit prendre en charge ses ascendants qui sont dans le besoin, c'est-à-dire ses parents et grand-parents pauvres, même s'ils sont capables de gagner leur vie. il doit prendre aussi en charge ses descendants, c'est-à-dire ses enfants et ses petits-enfants, s'ils sont pauvres et ne sont pas capables de gagner leur vie en raison de leur jeune âge ou d'une infirmité, à savoir une maladie qui les en empêche.

    le mari doit prendre en charge son épouse et s'acquitter de sa dot (al-mahr). il lui doit une mout^ah au cas où il divorcerait d'elle. la mout^ah est un bien que l'on donne à la femme dont on divorce sans raison à mettre sur son compte. celui qui possède des esclaves et des bêtes doit les prendre en charge et ne pas leur demander un travail dépassant leur capacité, ni les frapper sans droit.
    l'épouse doit obéir à son mari s'il désir avoir du plaisir avec elle, sauf pour ce qui n'est pas licite; et sans sa permission, elle ne peut pas faire un jeûne surérogatoire, ni sortir de son domicile.


  5. #5
    Date d'inscription
    juin 2006
    Localisation
    France
    Messages
    7 774

    Par défaut Re : Al-moukhtasar - Ar-riba (l'Usure)

    soubhan Allah

Discussions similaires

  1. Riba ou pas riba ! achat sur internet
    Par silprod dans le forum Al-Fiqh - La Jurisprudence
    Réponses: 5
    Dernier message: 04/08/2011, 15h49
  2. l'usure
    Par oumaazedine dans le forum Al-Ahâdîth - Les paroles du Prophète
    Réponses: 0
    Dernier message: 17/01/2011, 16h23
  3. Comment Arretez La Riba Usure Grave Interdit
    Par information dans le forum Autres sujets islamiques
    Réponses: 1
    Dernier message: 16/12/2007, 10h55
  4. Ar-riba (l'Usure)
    Par DjamL dans le forum Al-Fiqh - La Jurisprudence
    Réponses: 16
    Dernier message: 23/02/2005, 04h41
  5. Question Sur L'Usure (ribâ) Et La Bourse ...
    Par summayah dans le forum Al-Fiqh - La Jurisprudence
    Réponses: 20
    Dernier message: 13/09/2004, 12h39

Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •