Page 1 sur 2 1 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 20

Discussion: Le vrai visage du mariage

  1. #1
    Avatar de El Ibtisseim
    Date d'inscription
    octobre 2014
    Localisation
    par moment je me demande
    Messages
    267

    Par défaut Le vrai visage du mariage

    As salam Alaykoum wa rahmatoulah wa barakatou,

    Beaucoup veulent se marier, pour certains c'est un désir pour d'autre c'est un supplice.
    Meme si nous cherchons tous ( oui, je dis nous, cela ne m’intéresse toujours pas mais je tiens a satisfaire Allah quand meme) une personne musulmane, qui cherche a s'améliorer et a accomplir la seconde partie de son dine, nous avons aussi des principes et des criteres de " mortels" auxquelles nous tenons fermement concernant notre futur moitié.
    Que nous sommes ignorants, sans meme nous en rendre compte, il est fort probable, que nous rendions notre mariage caduques et que nous ayons a en répondre devant notre créateur suprême, le jour du jugement dernier.

    Ces phrases ne sont pas de moi, je les ai trouver par le plus grand des hasard soubh'An'Allah mais cela devrait etre "LA CHARTE DU MARIAGE" car en effet, il est fort a parié que beaucoup ne le sachent pas. Vous comprendrez en lisant ce qui suit.

    Le mariage est généralement considéré comme un tournant dans la vie de l'être humain, nombreux rêvant de rencontrer le partenaire de sa vie. Une "bonne alliance" est l'un des objectifs-clés des jeunes, qui sont souvent "endoctrinés" à ce sujet. Cependant, les relations hommes-femmes reposent sur des bases malsaines dans les sociétés ignorantes, à savoir les sociétés qui n'ont pas accepté de mettre en pratique le mode de vie coranique: les "amitiés", par lesquelles les deux sexes ne recherchent qu'une satisfaction émotionnelle, ne sont que des relations purement romantiques.
    En vérité, les mariages sont le plus souvent fondés sur des bénéfices matériels mutuels; ainsi, nombreuses sont les femmes qui espèrent trouver un homme aisé qui leur garantira un niveau de vie élevé, quitte à devoir cohabiter avec quelqu'un pour lequel elles ne ressentent aucune affection. De leur côté, les hommes recherchent une femme ayant un "look" très agréable.

    Les motivations des sociétés ignorantes dans ce domaine négligent un point crucial: ces considérations matérialistes sont finalement appelées à périr; Dieu peut reprendre la fortune d'un homme en un instant.
    De même, un joli visage peut se perdre par un accident de la vie quotidienne. De toute façon, le temps qui passe procure par la vieillesse des dommages irréversibles infligés à notre santé, à notre force et à notre beauté. Quelles seront donc, dans un système matérialiste, les conséquences de ces circonstances imprévisibles? Par exemple, pensez au cas d'un homme qui a épousé une femme uniquement parce qu'il était impressionné par sa beauté; comment réagira-t-il si un accident lui occasionne des séquelles esthétiques?
    Et même si aucun accident ne survient, la quittera-t-il dès l'apparition des premières rides?

    Les réponses à ces interrogations révèlent sans nul doute les fondements déraisonnables de la pensée matérialiste.
    Un mariage devient précieux lorsqu'il a pour seul objectif la satisfaction de Dieu. Sinon, il devient un fardeau dans ce monde-ci et dans l'autre. Et si rien ne se produit ici-bas, l'homme comprendra dans l'Au-delà qu'il s'est fourvoyé s'il avait un autre objectif en se mariant. Mais alors il sera trop tard; le Jour du jugement, il souhaitera que sa femme l'aide à obtenir son propre salut. Mais la terreur de ce jour rendra caduques toutes les relations entretenues dans ce monde. Dieu évoque les relations entre proches parents le Jour du jugement dans le verset suivant :

    ... Le malfaisant aimerait pouvoir se racheter du châtiment de ce jour, en livrant ses enfants, sa compagne, son frère, même son clan qui le protégeait. (Surat al-Ma'arij: 11-13)


    Il ressort de ces versets que les gens n'accorderont aucune attention à leurs conjoints, amis, frères ou sœurs le Jour du jugement. Dans leurs efforts désespérés pour obtenir leur salut, ils seraient prêts à utiliser leurs proches comme rançon si cela leur permettait d'échapper au châtiment. De plus, ils se maudiront mutuellement pour ne s'être pas mis en garde les uns les autres contre une fin si terrible. Le Coran mentionne le cas d'Abu Lahab et de sa femme, qui tous deux ont mérité le Feu éternel :

    Que périssent les deux mains d'Abu Lahab, et que lui-même périsse! Sa fortune ne lui sert à rien, ni ce qu'il a acquis. Il sera brûlé dans un Feu plein de flammes, de même que sa femme, la porteuse de bois épineux, qui aura à son cou une corde de fibres. (Surat al-Masad: 1-5)


    Le mariage acceptable aux yeux de Dieu est, par contre, fondé sur des critères totalement différents: seule la recherche de Sa satisfaction est un motif valable, et non un quelconque profit matériel ou physique. Pour les croyants, seule compte la taqwa, à savoir le fait d'éviter tout ce qui est interdit par Dieu et d'accomplir tout ce qu'Il a commandé, par crainte de Lui. Les époux trouveront la paix et le bonheur dans un tel mariage, comme le précise le verset suivant:

    Et parmi Ses Signes il y a le fait qu'Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l'affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent. (Surat ar-Rum: 21)


    Avec la taqwa comme seul lien, les époux peuvent envisager avec sérénité l'Au-delà. Comme ils s'exhortent mutuellement à la piété et dirigent leur vie dans le sens voulu par Dieu, il est probable qu'ils se côtoieront dans l'éternité. Leurs relations dans cette vie sont ainsi évoquées dans le Coran:

    Les croyants et les croyantes sont les alliés les uns des autres. Ils commandent le convenable et interdisent le blâmable, ils accomplissent la prière, s'acquittent de l'aumône légale et obéissent à Allah et à Son Messager. Voilà ceux auxquels Allah fera miséricorde, car Allah est Tout-Puissant et Sage. (Surat at-Tawbah: 71)


    Beaucoup penseront : " mais moi je le sais ça" : mon frere, ma soeur, le savoir est une chose mais l'appliquer en est une autre ; )

    Qu' ALLAH NOUS GUIDE TOUS VERS LE DROIT CHEMIN
    Dernière modification par El Ibtisseim ; 18/10/2015 à 02h01.
    Cette vie ici-bas n'est qu'amusement et jeu et c'est assurément la demeure ultime qui est la vraie vie, si du moins ils savaient

  2. #2
    Avatar de rzak
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Bénin
    Messages
    176

    Par défaut

    Wa 'Aleykoum Salam wa Rahmatoullah wa Barakatouh.

    Amine qu'ALLAH nous guide tous vers le droit chemin.

    Qu'ils soient musulmans ou pas, un bon mariage à toujours été celui dans lequel les deux conjoints ont les mêmes objectifs dans la vie. J'aime beaucoup parler là d'affinité.


    Un homme qui ne cesse à chaque instant de se soucier de sa vie future, dans la tombe et dans l'au-delà ne peut JAMAIS s'entendre avec une femme engagée pour le plaisir de ce monde ci. Et vis versa.


    La meilleure réussite (dans ce bas monde et dans l'au-delà), la paix du cœur c'est quand on a pour objectif (en tout ce que nous faisons) la satisfaction d'ALLAH et la vue se son visage.
    Selon Souhayb (DAS), le Messager de Dieu a dit: «Une fois que les gens du Paradis y seront entrés. Dieu béni par Lui-même et exalté dira: «Voulez-vous encore quelque chose?» Ils disent: «Ne nous as-Tu pas blanchi nos visages? Ne nous as-Tu pas introduits au Paradis et sauvés de l'Enfer?» Il soulève alors le voile et voilà qu'ils n'ont jamais rien reçu de plus cher que la vue de leur Seigneur». (Rapporté par Moslem)

    SALAM

  3. #3
    Avatar de El Ibtisseim
    Date d'inscription
    octobre 2014
    Localisation
    par moment je me demande
    Messages
    267

    Par défaut

    Citation Envoyé par rzak Voir le message
    Wa 'Aleykoum Salam wa Rahmatoullah wa Barakatouh.

    Amine qu'ALLAH nous guide tous vers le droit chemin.

    Qu'ils soient musulmans ou pas, un bon mariage à toujours été celui dans lequel les deux conjoints ont les mêmes objectifs dans la vie. J'aime beaucoup parler là d'affinité.


    Un homme qui ne cesse à chaque instant de se soucier de sa vie future, dans la tombe et dans l'au-delà ne peut JAMAIS s'entendre avec une femme engagée pour le plaisir de ce monde ci. Et vis versa.


    La meilleure réussite (dans ce bas monde et dans l'au-delà), la paix du cœur c'est quand on a pour objectif (en tout ce que nous faisons) la satisfaction d'ALLAH et la vue se son visage.
    Selon Souhayb (DAS), le Messager de Dieu a dit: «Une fois que les gens du Paradis y seront entrés. Dieu béni par Lui-même et exalté dira: «Voulez-vous encore quelque chose?» Ils disent: «Ne nous as-Tu pas blanchi nos visages? Ne nous as-Tu pas introduits au Paradis et sauvés de l'Enfer?» Il soulève alors le voile et voilà qu'ils n'ont jamais rien reçu de plus cher que la vue de leur Seigneur». (Rapporté par Moslem)

    SALAM
    Exactement,

    Peut importe le domaine, peut importe l'effort, peut importe les sacrifices, peu importe les gains,peu importe les pertes, tout ce que nous entreprenons, tout ce que nous accomplissons en tant que musulmans, ne doit avoir comme seul et unique but : LA SATISFACTION D'ALLAH EL 'ALI
    Cette vie ici-bas n'est qu'amusement et jeu et c'est assurément la demeure ultime qui est la vraie vie, si du moins ils savaient

  4. #4
    Avatar de Babi
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Paris
    Messages
    120

    Par défaut

    Citation Envoyé par El Ibtisseim Voir le message
    Exactement,

    Peut importe le domaine, peut importe l'effort, peut importe les sacrifices, peu importe les gains,peu importe les pertes, tout ce que nous entreprenons, tout ce que nous accomplissons en tant que musulmans, ne doit avoir comme seul et unique but : LA SATISFACTION D'ALLAH EL 'ALI
    Salam aleyki ma sœur,

    sujet, vaste, intéressant et passionné. En même temps, ta dernière phrase dans ta présentation initiale, nous dit toute la source des problèmes de mariage : savoir, n'est pas appliqué. Sinon Allah nous a donné les recettes nécessaires pour un mariage heureux. Mais influencé a mort que nous sommes par la culture moderne féministe, par la culture romantique hollywoodienne, par la culture matérialiste et de consommation, par l'envie de posséder au maximum cette Duniya même au détriment de Alakhira, par une culture de l'ostentation, du conformisme aux valeurs du milieu même si elles sont contraires à nos valeurs religieuses, on ne pourra jamais faire un mariage, heureux, épanoui, durable, vivant dans la sérénité, que Seul Allah procure, concevant une progéniture pieuse dévouée à Allah.

    en effet, que cherchent réellement les hommes et femmes musulmans de maintenant.

    d'abord la femme musulmane en Occident cherche en priorité un mari beau qu'il peut exhiber devant ses copines comme un trophée pour susciter leur jalousie, respectueux et respectable, romantique, aimant, accédant à toutes ses demandes, multipliant les gestes et marques d'amour, instruit au moins à son niveau, élégant, galant, attentionné, qui lui fait des sorties et vacances romantiques parfois même si contraire à notre religion, qui est tout le temps près d'elle sans interférence de sa famille, qui a les moyens de tous ces souhaits.

    et l'homme cherche une femme taille mannequin, belle, voire très belle, élégante, chaste, pudique, aimante mais pas au point de l'étouffer, attentionnée, cordon bleu, qui accepte son autorité, douce, peu bavarde voire un peu timide ( ne voyez pas mes choix en çe que je raconte mais c'est après observation, pour la petite anecdote, j'ai entendu une fois quelqu'un dire, la femme qui est bien c'est celle qui est innocente, timide et un peu naïve au point qu'elle ne fasse pas la différence entre une corde et un serpent, une manière de dire qu'elle est chaste), qui n'est pas hystérique, ni bagarreuse, conciliante, qui aime sa famille et la fréquente, qui le soutient dans les moments des difficultés, qui ne lui fait pas de chantage ni le manipule, qui sait entretenir une maison, s'occuper des enfants, qui est instruite et intelligente, respectueuse et respectable.


    dans les contrées non occidentales, les critères des hommes se limitent surtout à la beauté, et ou qu'elle soit de bonne famille.

    chez les femmes, c'est surtout le critère matérialiste.,c'est ainsi que tu vois des annonces ou une jeune fille très belle autour de la vingtaine cherche un mari de vingt à trente ans plus âgé car sûrement il s'est accompli financièrement.

    en réalité, on met le critère religieux en tête, mais en plus on exige la plupart de ces critères cités. Mais seul le désespoir s'installant nous pousse à revoir plusieurs de nos critères pour finalement accepter n'importe quoi dans certains cas. Mais d'ailleurs c'est quoi pour nous le critère religieux? C'est il prie, il jeune. Le reste on s'en fiche. car il y a beaucoup de choses que nous n'acceptons pas que la religion demande ou autorise dans le mariage.

    Par exemple, chez les femmes, beaucoup contestent l'autorité que la religion donne au mari, rejette la,polygamie meme quand c'est neçessaire pour l'homme et dans un pays où c'est autorisé ( en effet, il u a certaines situations qui appellent à la polygamie mais la n'est pas le sujet). Wallahi, moi j'ai eu a parlé a une femme musulmane,,qui dit moi je préfère autoriser à mon mari de faire Zina que d'épouser une autre femme. La femme exige de travailler même si elle n'arrive pas à remplir ses devoirs conjugaux a cause de cela...

    l'homme parfois, n'accepte pas que la femme se voile, il veut la voir toujours très sensuelle, il veut qu'elle travaille pour l'aider financièrement tout en exigeant qu'elle remplisse ses devoirs conjugaux à 100%. Ou bien lui exige toute la pudeur islamique tandis que lui même ne respecte rien...

    Il faut ajouter à cela que les femmes n'ont pas appris ou trouvent comme étant une corvée certaines choses des bases faisant partie de leur rôle notamment savoir cuisiner, entretenir et ranger une maison, être patiente avec les enfants.

    et les hommes ont tellement des distractions (football, sortie avec les amis, jeux vidéos...) qu'ils en arrivent à oublier leurs devoirs envers la femme. Et quand celle ci les réclame. On la trouve, possessive, jalouse, voire c....te.

    en effet, la culture moderne nous transforme en des grands enfants, obnubilés par leurs désirs, ne pensant pas aux autres, n'ayant aucune patience, donc égoïste, égocentrique... Et le mariage étant un long fleuve, je dirais plutôt une grande faite de vagues de querelles, de disputes, de mésententes, de bouderie mais aussi de joies, de convivialité, de bonheur, de pleurs, avec des personnalités pareilles inculquées par la modernité, on ne s'étonne pas de voir les divorces se multiplier.

    bref, tout ça pour confirmer ta thèse comme quoi savoir n'est pas appliqué. Car

    donc pour cela, nous avons besoin de nous rééduquer sur les valeurs de l'islam, de nous purifier de ses valeurs modernistes néfastes, d'éduquer notre NAFS a accepter et à être fière de notre religion.

    Qu'Allah nous fasse aimer sa religion et la fasse appliquer dans tous éléments même çeux a priori sont détestables pour notre NAFS. Amine.

    voila ma petite contribution en m'excusant d'avoir été long.

    salam.

  5. #5
    Avatar de Babi
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Paris
    Messages
    120

    Par défaut

    Salam aleyki,

    je vais te mettre un très long pavé mais bénéfique insha Allah.


    La Sunna dans le mariage


    Shaikh Sultan Al-‘Id


    Louanges à Celui qui vous a créés d’une seule âme, puis a créé d’elle son épouse pour qu’elle soit à ses côtés. Et j’atteste qu’il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah et que Muhammad est son serviteur et messager, que la prière d’Allah soit sur lui, sur sa famille et ses compagnons.


    Allah a établi le mariage comme sunna afin de peupler l’univers, lorsqu’Il dit : « Parmi Ses signes est qu’Il a créé de vous-mêmes vos épouses afin que vous cohabitiez avec elles, et Il a mis entre vous affection et miséricorde, il y a en cela un signe pour un peuple qui réfléchit ». Celui qui trouve de quoi se marier, qu’il le fasse, par peur de la tentation et par obéissance au messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) qui a dit : « Ö vous les jeunes ! Celui d’entre vous qui le peut, qu’il se marie, cela est meilleur pour préserver son regard et son sexe. Et celui qui ne peut pas, qu’il jeûne, cela sera un bouclier pour lui. » (Al-Bukhari et Muslim). Que le croyant sache que la facilité pour se marier est entre les mains d’Allah, qu’il revienne vers son Seigneur, cherche l’aide auprès de Lui et s’empresse vers Lui, car il est authentifié que le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Allah vient en aide à trois personnes : celui qui a une dette et veut la régler, celui qui veut se marier et celui qui combat dans le sentier d’Allah » (At-Tirmidhi et An-Nasa’i). Celui qui est décidé à se marier, qu’il consulte son Seigneur, afin qu’Allah lui prescrive le bien, s’Il le veut.


    Il est rapporté dans la sunna du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) qu’il faut regarder la femme qu’on désire épouser, d’après Jabir, le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Celui d’entre vous qui veut épouser une femme, s’il peut voir ce qui va pousser à l’épouser, qu’il le fasse » (Abû Dâwûd). Et Al-Mughira ibn Shu’ba rapporte : « Je me suis présenté pour épouser une femme. Le prophète m’a dit : « L’as-tu regardé ? » Je répondis : non. Il me dit : « Regarde-la, cela est meilleur pour vous unir » (An-Nasa’i). Celui qui veut se présenter pour épouser une femme, qu’il mette en avant certaines choses, parmi lesquelles : qu’elle soit pieuse, d’après la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « On épouse une femme pour quatre choses : son argent, sa famille, sa beauté ou sa religion. Mets la main sur celle qui a la religion, que tes mains te perdent ! » (Al-Bukhari et Muslim). ‘Abdullah ibn ‘Amr rapporte que le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « La vie n’est qu’une jouissance passagère, et la meilleure des jouissances de cette vie est l’épouse pieuse » (Muslim).


    Qu’il cherche une femme féconde, et il voit cela en regardant sa mère et ses sœurs, d’après la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Epousez la femme douce et féconde, car je veux être la communauté la plus nombreuse le Jour de la résurrection »(Abu Dawud et An-Nasa’i).


    Ensuite, qu’il se présente à son tuteur, et le mariage n’est pas valide sans l’accord du tuteur, d’après la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Toute femme qui s’est mariée sans l’accord de son tuteur, alors son mariage est nul, nul, nul » (Abu Dawud). Et Son tuteur doit mettre en avant certaines choses, parmi lesquelles : qu’il choisisse pour elle celui qui réunit la rectitude (salâh) et la piété (taqwa), car (cet homme) s’il aime (cette femme), il lui fera du bien et s’il ne l’aime pas, il ne lui fera aucun mal, d’après la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Si vient à vous celui dont vous agréez la religion et le comportement, alors mariez-le, sinon il y aura des troubles et de la corruption sur terre » (At-Tirmidhi et ibn majah).


    Et il ne faut pas que le tuteur demande trop de dot d’après la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Fait partie du bonheur (bon signe) de la femme, la facilité dans sa situation et la faiblesse de sa dot » (Abu Dawud). ‘Umar a dit : « N’augmentez pas les dots des femmes, car si c’était un honneur sur terre ou un acte de piété devant à Allah, le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) l’aurait fait avant vous, et le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) n’a pas donné à ses épouses, ni demandé pour se filles plus de 12 once, et l’homme ne cesse de dépenser (pour la dot) au point qu’il éprouve quelque chose en lui contre cette femme » (Rapporté par les quatre).


    Le tuteur doit consulter sa fille, et il commet un péché s’il l’a contraient, d’après le hadith rapporté par ‘Aisha : « Une jeune fille est venu voir ‘Aisha et lui a dit : « Mon père m’a marié à mon cousin pour agrandir sa richesse, et moi je ne veux pas ». ‘Aisha lui dit de s’asseoir jusqu’à ce que vienne le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam). Lorsqu’il vint, ‘Aisha lui expliqua la situation et le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) appela le père de la fille afin de régler ce problème, et la jeune fille dit : « Ö messager d’Allah, j’accepte ce que mon père veut, mais j’ai voulu montrer que la femme a son mot à dire. » (An-Nasa’i). Et dans le hadith rapporté dans les deux Sahih, d’après Abu Hurayra, le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « On ne marie pas la femme (qui a déjà été mariée) jusqu’à ce qu’elle l’ordonne, et on ne marie pas la vierge jusqu’à ce qu’elle accepte » les compagnons ont demandé : Comment accepte-t-elle ? Le prophète dit : « Par son silence ».


    Lorsqu’il se présente pour demander sa main, il ne peut rester seul avec elle tant qu’ils n’ont pas fait le contrat de mariage, d’après la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Aucun homme ne reste seul avec une femme, sans que shaytan ne soit le troisième » (Ahmad).


    S’ils sont d’accord (pour le mariage) qu’il fasse ceci :


    Premièrement : un repas de noce (walima) conformément à la Sunna du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam), Anas rapporte que le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) n’a pas fait de repas de noce plus conséquent que celui qu’il a fait pour son mariage avec Zaynab, il a sacrifié un agneau. (Al-Bukhari). ‘Abd Ar-Rahamn Ibn ‘Awf rapporte que le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) lui a dit : « Fait un repas de noce, ne serait-ce qu’avec un agneau » (Al-Bukhari et Muslim).


    Deuxièmement : qu’il invite les pauvres et les besogneux, car cela est meilleur pour que son acte soit accepté d’Allah, d’après le hadith d’Abu Hurayra : « Le pire des repas est le repas de noce pour lequel on invite les riches et on laisse les pauvres » (Al-Bukhari et Muslim).


    Troisièmement : qu’il s’éloigne du gaspillage, de la vantardise et qu’il s’en tienne à la sunna sans chercher à se montrer devant les gens et se faire connaître, Allah dit : « Ne gaspillez, car Il n’aime pas les gaspilleurs ».


    Quatrièmement : il ne lui est pas permis d’être négligeant le jour de son mariage, en faisant des choses interdites, comme la mixité, la musique et les chants interdits, les images, ou qu’il s’assoit avec son épouse devant les femmes. Cela fait partie des choses blâmables qui peuvent le conduire à l’échec de son mariage, ou plutôt qui le conduisent nécessairement à l’échec de son mariage et à l’absence de réussite, Allah dit : « Et celui qui craint Allah, Il lui facilite les choses ». Et celui qui accomplit ces choses (interdites) n’a pas craint son Seigneur, donc comment pourrait-Il lui faciliter les choses.


    Celui qui est invité à un repas de noce, doit faire attention à plusieurs choses :


    - qu’il réponde à l’invitation, d’après la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Celui d’entre vous qui est invité à un repas de noce, qu’il réponde à l’invitation » (Al-Bukhari et Muslim). Et Abu Hurayra a dit : « Celui qui ne répond pas à l’invitation à désobéit à Abul-Qâsim » (Al-Bukhari et Muslim).



    - Mais s’il a une excuse, il peut ne pas s’y rendre d’après ‘Ata qui rapporte qu’Ibn ‘Abbas a été invité à un repas alors qu’il était malade, il dit : « Répondez à l’invitation de votre frère, saluez-le de ma part, et dites-lui que je suis occupé » (rapporté par Abderazzaq).



    - S’il voit un mal (une chose illicite) au repas, qu’il s’en aille, d’après le hadith de ‘Aisha : « J’ai acheté du tissu sur lequel il y avait des images, lorsque le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) l’a vu, il est resté à la porte et n’est pas entré, et j’ai vu sur son visage la désapprobation » (Al-Bukhari et Muslim).



    - Qu’il demande la bénédiction pour les nouveaux mariés, d’après le hadith d’Abu Hurayra qui rapporte que lorsque le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) apprenait le mariage de quelqu’un, il lui disait : « Barakallahu fik, wa barakallahu ‘alayk, wa jama’a baynakuma bi khayr » (Abu Dawud et At-Tirmidhi).



    - le jour du mariage, il faut jouer du duff (sorte de tambour), dans lequel il y a deux bienfaits : annoncer le mariage, d’après la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « La différence entre le (mariage) licite et le (mariage) illicite est dans le fait de jouer du duff et d’annoncer le mariage » (At-Tirmidhi et An-nasa’i). ‘Aisha rapporte qu’une femme s’est mariée avec un homme des Ansars, le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) lui dit : « Ö ‘Aisha ! Qu’avez-vous fait ? Car les Ansars aiment s’amuser (les chants) » (Al-Bukhari). Il n’est pas permis d’utiliser autre chose que le duff comme instrument de musique, car le hadith montre l’autorisation du duff et de rien d’autre.


    Lors de la consommation du mariage, il est bon de faire attention à plusieurs choses :


    - Qu’il soit doux avec elle, en lui donnant par exemple quelque chose à boire, d’après le hadith d’Asma bint Yazid, lorsque le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a consommé le mariage avec ‘Aisha, elle dit : « Il est venu et s’est assis à ses côtés, on lui apporta une coup de lait et il but, il la retourna vers elle mais elle se détourna par timidité. Asma dit : je l’ai grondé et lui ait dit : prends de la main du prophète, elle prit alors la coupe et en but un peu. » (Ahmad)


    - Qu’il mette sa main sur son front et qu’il invoque, d’après la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Lorsque l’un d’entre vous se marie ou achète une monture, qu’il mette sa main sur son front, prononce le nom d’Allah, demande la bénédiction et dise : « Allah ! Je Te demande de m’accorder le bien (qui est en elle) et le bien sur lequel Tu l’as créée, et je cherche protection auprès de Toi contre son mal et le mal sur lequel Tu l’as créée » (Abu Dawud).



    - Qu’ils prient ensemble deux raka’at. L’éminent savant Al-Albani (rahimahullah) dit : « Car cela est rapporté des salafs, et il y a deux récits : Abu Sa’id mawla Abu Sa’id rapporte : « Je me suis marié alors que j’étais encore esclave. J’ai invité plusieurs compagnons du prophète, parmi lesquels Ibn Mas’ud, Abu Dhar et Hudhayfa. Ils m’enseignèrent ceci : lorsque ton épouse vient à toi, prie deux raka’at, puis demande à Allah le bien de celle qui est venue à toi et cherche protection contre le mal. Puis c’est entre toi et ton épouse.

    Shaqiq rapporte : « Un homme nommé Hariz vint et dit : j’ai épousé une jeune fille et j’ai peur qu’elle ne me déteste. ‘Abdullah ibn Mas’ud dit : « L’entente vient d’Allah et la haine vient du diable qui veut vous faire détester ce qu’Allah vous a rendu licite. Lorsque ton épouse vient à toi, dis-lui d’accomplir derrière toi deux raka’at » Et dans une autre version, il ajouta : « Dis : Allah ! Accorde-moi une bénédiction en cette femme, et accorde-lui une bénédiction en moi. Allah ! Unis-nous tant que Tu nous uniras dans le bien et sépare-nous si Tu nous envoies vers ce qui est meilleur » (Ibn Abi Shayba).


    Il est détestable de divulguer les secrets du couple, d’après la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « La pudeur n’est que bien » (Al-Bukhari et Muslim). Abu Sa’id rapporte que le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Parmi les pires des gens, au Jour de la résurrection, celui qui se confie à son épouse, tout comme elle se confie à lui, puis qui va répandre ses secrets » (Ahmad). Asmi Bint Yazid rapporte : « J’étais auprès du messager, alors que les hommes et les femmes étaient assis, et il dit : « Il se peut qu’il y ait des hommes qui répandent ce qu’ils font avec leurs épouses et des femmes qui parlent de ce qu’elles font avec leurs époux ». Asma dit : tout le monde se tu, je dis alors : Oui, messager d’Allah ils et elles le font. Le prophète dit : « Ne le faites pas, car cela est semblable à un diable qui rencontre une diablesse sur la route et qu’ils ont une relation sexuelle tandis que les gens les regardent. » (Ahmad).


    Et il faut que l’homme donne son droit à son épouse de ce point de vue, et que ni la prière ni le jeûne, ne l’en détourne, et s’il le fait il est en contradiction avec la guidée du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam). ‘Aisha rapporte Khuwala Bint Khasir ibn Umaya qui était l’épouse de ‘Uthman Ibn Madh’ur. Le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) vit du laisser aller dans son apparence et dit : « Ö ‘Aisha, comment se fait-il que Khuwayla se laisse aller ainsi ? Elle dit : cette femme a un mari qui jeûne le jour et prie la nuit, elle a désespéré de son mari et elle s’est laissé aller. Le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) fit alors venir ‘Uthman Ibn Madh’un et lui dit : Ö ‘Uthman ! T’écartes-tu de ma sunna ? Il dit : Non, par Allah, au contraire c’est ta sunna que je recherche. Le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) dit : « Quant à moi, je dors et je prie, je mange et je jeûne, et j’épouse les femmes. Crains Allah ô ‘Uthman, car ton épouse a des droits sur toi, et ton âme a des droits sur toi, jeûne et mange, prie et dors. » (Abu Dawud).


    L’épouse, elle aussi, lorsqu’elle vient à son mari doit s’embellir et être douce avec lui, d’après ce que rapporte An-Nasa’i, d’après Abu Hurayra, une femme a dit au prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Ö messager d’Allah, si la femme ne s’embellit pas pour son mari, il s’en détourne, il n’aime plus la regarder ». Et il est authentifié que ‘Aisha faisait cela, le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) rentra chez elle et vit (qu’elle s’était embellie), il dit : « Qu’est-ce cela ? » Elle dit : « je me suis embellie pour toi, messager d’Allah ». Et il est interdit à l’épouse de refuser le droit de son mari, d’après la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Lorsque la femme refuse de répondre à son mari qui l’appelle au lit, les anges la maudissent jusqu’à ce qu’elle se réveille. » (Al-Bukhari et Muslim). Voilà quelques points qui ont été rapportés dans la sunna du prophète sur le mariage.


    Deuxième partie de la khutba : (…)


    Parmi les choses que le Législateur a encouragé est la vie en couple de la meilleure manière, l’époux doit bien se comporter avec son épouse et être doux avec elle surtout si elle est jeune. ‘Aisha rapporte : « Le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) se tenait à la porte de mes appartements, et des Ethiopiens montraient leur dextérité à l’épée dans la mosquée, le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) me cachait de son vêtement afin que je puisse les regarder au-dessus de son épaule, puis il se levait pour moi jusqu’à ce que je m’en aille, en raison de mon jeune âge j’aimais les amusements. » (Al-Bukhari et Muslim). Une autre fois, le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) et ‘Aisha sont sortis en voyage, ‘Aisha dit : « J’étais alors jeune et je n’avais pas de poids. Le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) dit aux gens d’avancer et ils avancèrent (les laissant seuls à l’arrière) et il me dit : « faisons la course ». Nous avons couru et je l’ai devancé. Plus tard, alors que j’avais pris de l’âge et du poids, je sortis avec le prophète en voyage, il ordonna aux gens d’avancer et ils avancèrent (les laissant seuls à l’arrière), et il me dit : « faisons la course ». Nous avons couru et il m’a devancé et il riait en disant : « C’est ma revanche pour la dernière fois » (Abu Dawud). ‘Aisha rapporte que le messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) lui disait : « Je sais quand tu es satisfaite de moi et lorsque tu es énervée contre moi. » Elle dit : comment sais-tu cela ? Il dit : « Lorsque tu es contente du dis : par le Seigneur de Muhammad ! Et lorsque tu es énervée tu dis : par le Seigneur d’Ibrahim ! » (Al-Bukhari et Muslim).


    Parmi le bon comportement des gens doués d’intelligence est de patienter sur le comportement que peut avoir la femme, car elle est comme le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) l’a dit : « créée d’une côte et le haut de la côte est tordue, si tu veux la redresser tu la casses et si tu la laisses ainsi elle reste tordue, ayez donc un bon comportement avec les femmes » (Al-Bukhari et Muslim). Et la jalousie est une des choses sur lesquelles la femme a été créée, et l’homme doit prendre cela en considération (…) car les femmes du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) étaient jalouses, alors qu’en est-il de celles qui viennent après elles. Muslim rapporte, d’après ‘Aisha : « Un soir, j’ai perdu le prophète et je pensais qu’il était parti voir une de ses épouses. Je l’ai cherché et je l’ai trouvé incliné qui disait : « Subhanaka allahuma wa bi hamdik la ilaha illa anta ». Elle dit : par mon père et ma mère, tu es dans un état et moi dans un autre. ». Muslim rapporte aussi d’après ‘Aisha : « J’ai demandé au prophète et j’ai passé ma main dans ses cheveux, pensant qu’il s’était rendu chez une de ses épouses. Il me dit : « Ton shaytan est venu » je dis : et toi, tu n’as pas de shaytan ? Il dit : « Si, mais Allah m’a permis de le soumettre ».


    Il est permis à l’homme de mentir à son épouse afin de consolider leur amour, d’après le hadith d’Umm Kalthum bint ‘Uqba : « Je n’ai pas entendu le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) permettre le mensonge, sauf dans trois cas. Le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) disait : ce n’est pas un mensonge celui qui va dire des choses pour réconcilier les gens, celui qui dit des choses (fausses) pendant la guerre, et l’homme qui parle à sa femme ainsi que la femme qui parle à son mari ». L’imam An-Nawawi dit sur le sens du mensonge entre eux : c’est montrer le désir et le fait de promettre ce qui est nécessaire et ce qui ne l’est pas, et des choses de ce genre. Quant à la tromperie pour empêcher un de ses droits, à l’homme ou la femme, ou de prendre ce que lui ou elle n’a pas le droit de prendre, il y a unanimité de la communauté que cela est illicite.


    Les droits de l’époux sur son épouse sont nombreux et considérables (…) Comme le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Si je devais ordonner à une personne de se prosterner devant une autre, j’aurais ordonné à la femme de se prosterner devant son mari. » (At-Tirmidhi). Parmi les droits de l’homme sur son épouse : qu’elle lui obéisse dans tout ce qui n’est pas une désobéissance à Allah, qu’elle lui demande son autorisation si elle veut accomplir un jeûne surérogatoire, qu’elle ne fasse pas entrer chez en son absence celui qui n’est pas un mahram pour elle ou celui qu’il déteste voir rentrer chez lui, même si c’est un mahram ou une femme. Parmi ces droits, qu’elle ne sorte qu’avec sa permission, shaikh al-islam Ibn taymia a dit : « Il n’est pas permis à l’épouse de sortir sans l’autorisation de son mari, et il n’est permis à personne d’aller la voir et de lui parler de son mari. Et si elle sort sans son autorisation, elle est perverse, désobéissante envers Allah et Son messager et mérite le châtiment. ». Le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Il n’est pas permis à une femme de faire entrer quelqu’un dans la maison de son mari, alors qu’il le déteste, ni de sortir s’il le déteste, et qu’elle n’obéisse à personne contre lui. » (Al-Bayhaqi). Il lui est permis d’accomplir la prière à la mosquée, il ne doit pas l’en empêcher, mais son foyer est meilleur pour elle. Elle doit préserver les biens de son mari et ne pas gaspiller, car elle est gardienne dans la maison de son mari et sur ses biens et elle sera interrogée sur cela le Jour de la Résurrection. Elle doit s’occuper de la maison et l’aider surtout s’il est occupé par la recherche de la science. Et si elle ne peut pas faire certaines choses, qu’il ne la charge pas plus qu’elle ne peut supporter et qu’il l’aide, d’après la parole de ‘Aisha : « Le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) cousait ses vêtements et réparait ses chaussures et il faisait ce que font les hommes chez eux » (Muslim). Elle doit se rappeler les bienfaits que son mari lui donne et ne pas les renier, car cela amène la Colère d’Allah. ‘Abdullah ibn ‘Amr rapporte que le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Allah ne regarde pas une femme qui ne remercie pas son mari, alors qu’elle ne peut se passer de lui » (An-Nasa’i). Et il est connu que la majorité des gens du feu sont des femmes, car elle renient les bienfaits de leurs maris et maudissent beaucoup. Que les femmes prennent garde de trop se plaindre et de faire du mal à leur époux car le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Aucune femme de ce monde ne fait de mal à son mari, sans que son épouse (parmi les femmes du paradis) dise : (…) il est auprès de toi comme un étranger, il s’en faut de peu pour qu’il ne se sépare de toi et vienne à nous » (Ahmad).


    Quant aux droits de la femme, ils sont nombreux, parmi lesquels : qu’il l’aide à obéir à Allah, qu’il lui apprenne le tawhid, la croyance et les adorations et qu’il l’écarte du polythéisme, des innovations et des choses illicites. Aussi, à maintes reprises, qu’il la protège et l’éloigne des lieux douteux. La jalousie n’est pas d’avoir une mauvaise opinion sur elle et qu’il la trompe la nuit pour enterrer ses excès, car cela est interdit. Parmi ses droits, qu’il se comporte bien avec elle, qu’il réponde à ses besoins conformément à la bienséance, qu’il soit doux avec elle, qu’il dépense pour elle et ses enfants et ne soit pas avare avec eux. Mais elle ne doit pas l’accabler, d’après ce que Abu Khuzayma rapporte dans le chapitre de l’unicité d’après Abu Sa’id Al-Khudhri, le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Parmi les choses qui ont perdu les fils d’Israël est que la femme du pauvre lui demandait des vêtements et des choses que la femme riche n’avait pas. » (Silsila As-Sahiha). Et quel que soit la colère de l’épouse, elle ne doit pas demander que son époux la divorce, d’après la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Toute femme qui demande à son mari qu’il la divorce sans bonne raison, l’odeur du paradis lui est interdite. » (Abu Dawud). Les parents de l’épouse doivent craindre Allah et lui conseiller l’obéissance au mari, le bon comportement et la patience et qu’ils ne se mêlent pas de ce qui ne les regarde pas. ‘Umar a conseillé sa fille Hafsa, l’épouse du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam), en lui disant : « Est-ce que l’une d’entre vous met en colère le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) toute la journée, jusqu’au soir ? Elle dit : oui. Il répondit : « Tu as perdu, voudrais-tu qu’Allah se mette en colère pour la colère du prophète et que tu sois perdue (…) » (Al-Bukhari et Muslim)

  6. #6

    Par défaut

    Citation Envoyé par Babi Voir le message
    d'abord la femme musulmane en Occident cherche en priorité un mari beau qu'il peut exhiber devant ses copines comme un trophée pour susciter leur jalousie, respectueux et respectable, romantique, aimant, accédant à toutes ses demandes, multipliant les gestes et marques d'amour, instruit au moins à son niveau, élégant, galant, attentionné, qui lui fait des sorties et vacances romantiques parfois même si contraire à notre religion, qui est tout le temps près d'elle sans interférence de sa famille, qui a les moyens de tous ces souhaits.

    et l'homme cherche une femme taille mannequin, belle, voire très belle, élégante, chaste, pudique, aimante mais pas au point de l'étouffer, attentionnée, cordon bleu, qui accepte son autorité, douce, peu bavarde voire un peu timide ( ne voyez pas mes choix en çe que je raconte mais c'est après observation, pour la petite anecdote, j'ai entendu une fois quelqu'un dire, la femme qui est bien c'est celle qui est innocente, timide et un peu naïve au point qu'elle ne fasse pas la différence entre une corde et un serpent, une manière de dire qu'elle est chaste), qui n'est pas hystérique, ni bagarreuse, conciliante, qui aime sa famille et la fréquente, qui le soutient dans les moments des difficultés, qui ne lui fait pas de chantage ni le manipule, qui sait entretenir une maison, s'occuper des enfants, qui est instruite et intelligente, respectueuse et respectable.


    dans les contrées non occidentales, les critères des hommes se limitent surtout à la beauté, et ou qu'elle soit de bonne famille.

    chez les femmes, c'est surtout le critère matérialiste.,c'est ainsi que tu vois des annonces ou une jeune fille très belle autour de la vingtaine cherche un mari de vingt à trente ans plus âgé car sûrement il s'est accompli financièrement.

    en réalité, on met le critère religieux en tête, mais en plus on exige la plupart de ces critères cités. Mais seul le désespoir s'installant nous pousse à revoir plusieurs de nos critères pour finalement accepter n'importe quoi dans certains cas. Mais d'ailleurs c'est quoi pour nous le critère religieux? C'est il prie, il jeune. Le reste on s'en fiche. car il y a beaucoup de choses que nous n'acceptons pas que la religion demande ou autorise dans le mariage.

    Salam Aleykum,


    Parce que le mariage est aussi important (en témoigne les nombreux posts sur le sujet) on ne peut faire l'impasse sur les critères. Qu'importe qu'une femme désire un homme plus grand d'âge ou qu'un homme veut absolument une femme éduquée si pour eux ce sont des critères qui feront en sorte qu'ils aimeront la personne et peuvent être des facteurs pour un mariage heureux.

    D'ailleurs dans la phrase soulignée, cela amène au problème de "revoir ses critères". Ceci étant le symptôme précédant la maladie.

    Considérer les critères comme étant superficiels en cela réside peut-être le problème. Il me semble que dans l'école malikite, on considère en plus de l'aspect religieux tous les autres aspects notamment le rang de la famille, pour exemple une femme issue d'un milieu aisé a la légitimité de vouloir un homme d'un même milieu. Cette dernière remarque est à prendre avec précaution, je ne suis pas une référence pour tout ce qui touche à la mémoire.


    Homme Plumé
    Cette signature ne me ressemble pas.

  7. #7
    Avatar de Babi
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Paris
    Messages
    120

    Par défaut

    Citation Envoyé par Alouette Voir le message
    Salam Aleykum,


    Parce que le mariage est aussi important (en témoigne les nombreux posts sur le sujet) on ne peut faire l'impasse sur les critères. Qu'importe qu'une femme désire un homme plus grand d'âge ou qu'un homme veut absolument une femme éduquée si pour eux ce sont des critères qui feront en sorte qu'ils aimeront la personne et peuvent être des facteurs pour un mariage heureux.

    D'ailleurs dans la phrase soulignée, cela amène au problème de "revoir ses critères". Ceci étant le symptôme précédant la maladie.

    Considérer les critères comme étant superficiels en cela réside peut-être le problème. Il me semble que dans l'école malikite, on considère en plus de l'aspect religieux tous les autres aspects notamment le rang de la famille, pour exemple une femme issue d'un milieu aisé a la légitimité de vouloir un homme d'un même milieu. Cette dernière remarque est à prendre avec précaution, je ne suis pas une référence pour tout ce qui touche à la mémoire.
    salam aleykoum,

    je suis d'accord avec toi. Les critères sont à respecter. Il n'en faut pas faire l'impasse du tout. Çe n'est pas çe que je voulais souligner dans mon intervention. Les critères c'est l'ensemble d'envies, de désirs, d'exigences pour se sentir bien créées tout au long de notre vie par les expériences qu'on a eues, les conditionnements qu'on a vécus.... Les rejeter, c'est rejeter c'est qu'on est et cela n'est pas une bonne chose. Dans les mariages arrangés pour ne pas dire forcés, quand l'un des conjoints ne veut pas, les parents arrivent à le convaincre toujours par la raison en lui avançant des arguments pour laisser de côté ces critères et en accepter d'autres qui semblent très logiques et convaincants. Mais toujours, après mariage, le conjoint sentira un manque, une insatisfaction au fur et à mesure qu'il oublie les arguments qu'on lui a avances ou que la réalité montre leur insipidité. Çe qui amènera inévitablement au divorce ou au moins à la polygamie non neçessaire si le conjoint est un homme et avait choisi lui même.
    donc pour moi les critères ne se discutent pas, il n y a aucune logique dedans et c'est comme les empreintes digitales et chacun a ses fantasmes, ses exigences, ses goûts différents au moins a quelques nuances pres de çe lui s'un autre.

    c'est ainsi que j'ai connu un homme, expérience personnelle donc, qui n'aime que les femmes très obèses. C'est son critère essentiel et le reste ne compte pas. Plus elle est obèse, mieux c'est. Il m'a même donné l'explication qui le pousse à cela, que je trouve un peu obscène donc je ne la citerai pas ici. Alors que la société valorise l'homme musclé, j' n ai vu des femmes, tout ce qu'elles détestent c'est les hommes musclés.

    ceci dit, çe que je voulais souligner, çe qu'on donné réel plus d'importances a ces critères qu'au critère religieux. Alors que le Prophete salallahou aleyhi wa salam nous dit de plus insister sur cela en priorité. En effet, un conjoint peut acheter son conjoint de son propre gré puis se désillusionner. Mais s'il a la crainte d'Allah, il ne lui fera aucun mal.

    wallahou aalam.

    salam.

  8. #8
    Avatar de Babi
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Paris
    Messages
    120

    Par défaut

    Salam aleykoum,

    je je suis tombé un article intéressant sur le mariage et je tenais à le partager avec vous. Je précise que c'est écrit par un rabbin, mais je trouve que çe qu'il dit est vrai et la vérité est acceptée par le musulman d'où qu'elle vient. Mais je laisse l'honneur aux administrateurs de décider si c'est conforme ou pas à la charte et aux objectifs du forum, pour le garder ou le supprimer.


    10 manières d'épouser la mauvaise personne
    par le rabbin Dov Heller

    Le programme infaillible pour aboutir à un mariage malheureux...

    Lorsque les statistiques accusent plus que la moitié des mariages de finir par un divorce, il y a de quoi penser que la plupart des gens se trompent au moment de choisir la personne avec laquelle ils partageront le restant de leur existence.
    Pour éviter de tomber sous le coup de cette statistique, efforcez-vous d'intérioriser les dix conseils suivants :
    1. Vous choisissez la mauvaise personne, parce que vous vous imaginez que vous le/la changerez une fois que vous serez marié avec lui/elle.

    C'est l'erreur classique. N'épousez jamais un potentiel. La règle d'or est que si vous ne pouvez pas être heureux avec cette personne telle qu'elle est maintenant, ne l’épousez pas. Un de mes collègues a exprimé la sagesse en disant : « Vous pouvez vous attendre à ce que votre conjoint change après le mariage... en pire ! »
    Donc, dès qu'il s'agit des habitudes qui tiennent à l'esprit, au caractère, à l'hygiène, à la facilité de communication d'une personne, demandez-vous sérieusement si vous pouvez les supporter telles qu'elles sont maintenant.
    2. Vous choisissez la mauvaise personne parce que vous vous êtes davantage focalisé sur son physique que sur son caractère.

    L’attrait physique peut allumer une flamme ; mais seul un bon caractère peut l’entretenir. Méfiez-vous du syndrome « Je t'aime ». Il signifie souvent : « Je te désire ». Il y a attirance, certes ; mais avez-vous soigneusement vérifié les qualités de caractère de la personne ?
    Voici donc quatre traits de caractère qu'il faut absolument vérifier :
    L'humilité. Cette personne pense-t-elle que « faire ce qui convient » est plus important que de jouir de son petit confort personnel ?
    La gentillesse. Cette personne aime-t-elle faire plaisir à d'autres ? Comment se comporte-t-elle envers des personnes auxquelles elle n'est pas tenue de se montrer bonne? Accomplit-elle des fonctions bénévoles? Donne-t-elle de la charité ?
    La responsabilité. Puis-je compter sur cette personne, lorsqu'elle dit qu'elle fera certaines choses?
    Le bonheur. Cette personne s'aime-t-elle ? Est-elle heureuse de vivre ? Est-elle émotionnellement stable ?
    Interrogez-vous : Est-ce que je souhaite ressembler davantage à cette personne ? Est-ce que je veux avoir un enfant avec cette personne ? Est-ce que je souhaite que mon enfant ressemble à cette personne?
    3. Vous avez choisi le mauvais mari parce que cet homme ne sait pas de quoi une femme a le plus besoin.

    Les hommes et les femmes n'ont pas les mêmes besoins affectifs. Le plus souvent, ce sont les hommes qui ne le comprennent pas. Le Judaïsme impose à l'homme la responsabilité de comprendre les aspirations sentimentales de sa femme. Et de les satisfaire.
    Le besoin majeur de la femme est d'être aimée. De ressentir qu'elle est la personne la plus importante du monde dans la vie de son mari. Le mari a le devoir de vouer à sa femme une attention substantielle et de qualité.
    Voilà qui apparaît le plus clairement du monde dans l'approche du Judaïsme à l'intimité sexuelle. La Tora impose au mari de satisfaire les besoins sexuels de son épouse. L'intimité sexuelle répond au rythme de la femme. Les hommes sont orientés par un but, notamment dans ce domaine. Une femme sage a dit un jour : « Les hommes ont deux rythmes : tout ou rien ». Tandis que les femmes sont orientées par leur expérience. Lorsqu'un homme est capable de se maîtriser, et acquiert de l'expérience, il découvre ce qui rend sa femme heureuse. Lorsque l'homme oublie ses propres besoins, et se focalise sur le plaisir qu'il peut donner à sa femme, alors il arrive des choses merveilleuses.
    4. Vous avez choisi la mauvaise personne parce que vous ne partagez pas ses buts dans la vie, ni ses priorités dans ses choix.

    Nous disposons de trois moyens pour nous attacher à une autre personne :
    a) Le physique et la compatibilité d'humeur
    b) Le partage d’intérêts communs
    c) Le partage d’un but de la vie commun
    Assurez-vous que vous partagez le plus profondément possible ce que le but commun vous procure. Après le mariage, vous grandirez ensemble, ou chacun de son côté. Pour éviter de grandir chacun de son côté, il faut que vous vous représentiez clairement le but de vote existence en tant que célibataire ; ensuite, tâchez de trouver quelqu'un qui a abouti dans cette réflexion à la même conclusion que vous.
    C'est cela la véritable définition de l'âme sœur. Deux âmes avec un seul but. Deux personnes qui parviennent à la même compréhension du but de l'existence, et qui, par conséquent, adoptent les mêmes critères dans leurs priorités, dans leurs valeurs et dans leurs buts.
    5. Vous avez choisi la mauvaise personne parce que vous vous engagez trop vite sur le plan sexuel.

    Lorsque l'on tombe amoureux sous l'effet de l'attirance sexuelle, avant même de s'être engagé au mariage, cela suscite un grave problème. Souvent, en effet, cela rend impossible une réflexion honnête à propos de questions très importantes. L'engagement sexuel de quiconque tombe amoureux tend à couvrir l'esprit par des nuages ; la pensée est privée de sa clarté normale. Or, une pensée obscurcie par des nuages n'est pas en mesure de prendre de bonnes décisions.
    Il est inutile de procéder à des essais, à des expériences, pour savoir si le couple est sexuellement compatible. Si vous faites votre devoir, et si intellectuellement comme sentimentalement, vous êtes compatibles, vous n'avez aucun souci à vous faire sur le plan de la sexualité. Dans toutes les études qui ont porté à ce jour sur les causes de divorces, l'incompatibilité sexuelle n'est jamais citée comme cause principale des divorces.
    6. Vous avez choisi la mauvaise personne parce que vous n'avez pas un lien sentimental assez profond avec cette personne.

    Pour vous rendre compte si votre lien affectif avec une personne est plus profond qu'avec les autres personnes, demandez-vous : « Est-ce que je respecte et admire cette personne ? »
    La question n'est pas « Est-ce que je suis impressionné par cette personne », Tout le monde sait qu'on peut être impressionné par une belle Mercédès. Pourtant, ce n'est pas parce qu'une personne possède une belle Mercédès que nous allons la respecter. Ce qui doit nous inspirer le respect, ce sont des qualités de créativité, de loyauté, de détermination, etc….
    Demandez-vous aussi si vous faites confiance à cette personne. Ce qui implique que je sens très bien que je peux me fier à la stabilité de ses sentiments.
    7. Vous avez choisi la mauvaise personne, parce que vous avez choisi une personne en compagnie de laquelle vous ne ressentez pas une sécurité de votre sentimentalité.

    Interrogez-vous sur les points suivants : « Est-ce que je me sens calme, serein et détendu avec cette personne ? Est-ce que je peux être complètement moi-même et m'exprimer avec cette personne ? Est-ce que cette personne fait que je me sens heureux de moi-même ? Est-ce que j'ai un ami très intime avec lequel je me sens aussi bien qu'avec cette personne ? » Assurez-vous qu'en vous mariant, vous épousez effectivement une personne avec laquelle vous vous sentez aussi bien qu'avec votre ami le plus intime.
    Est-ce que vous avez peur de cette personne, d'une manière ou d'une autre ? Vous ne devez pas considérer qu'il faut que vous contrôliez spécialement ce que vous dites en sa présence par peur qu'elle vous juge. Si vous craignez d'exprimer vos sentiments et vos opinions ouvertement, c'est que votre relation laisse à désirer.
    Pour vous sentir bien, il faut que vous sentiez que cette personne ne cherche pas à vous contrôler, à vous dominer. Si une personne veut contrôler vos comportements, son attitude est celle d'une personne abusivement autoritaire. Gardez vos distances des personnes qui essaient constamment de vous changer. Il y a une très grande différence entre exercer un contrôle sur quelqu'un et essayer de lui suggérer de changer. Une suggestion est présentée à votre avantage; un contrôle est exercé à l'avantage de celui qui l'impose.
    8. Vous avez choisi la mauvaise personne parce que vous ne mettez pas tout à plat sur la table.

    Si quelque chose vous tracasse dans votre relation, il faut en discuter. Aborder les aspects peu confortables, un peu gênants, est le meilleur moyen de faire apparaître à quel point vous réussissez à communiquer ensemble, à négocier entre vous et à agir ensemble. Au cours des années de l'existence d'un couple, des difficultés peuvent surgir. C'est inévitable. Vous avez besoin de le savoir maintenant, avant de vous engager définitivement. Serez-vous capable de résorber vos différences et de construire des compromis qui vous conviennent à tous deux ?
    N'ayez jamais peur de faire connaître à l'autre ce qui vous travaille. D'ailleurs, c'est ainsi que vous pouvez apprécier combien vulnérable vous supportez d'être et de vous montrer en sa présence. Si vous ne supportez pas d'être vulnérable, alors vous ne pouvez pas être intime. Car les deux choses vont de pair.
    9. Vous choisissez la mauvaise personne parce que vous cherchez la relation comme moyen de vous évader de vos problèmes personnels et de votre solitude insupportable.

    Si vous êtes malheureux en étant célibataire, vous serez probablement malheureux une fois marié. En effet, le mariage ne règle pas par lui-même les problèmes personnels, psychologiques ou affectifs. Il risque même de les exacerber.
    Si vous ne vous sentez pas heureux de votre personne et de votre vie, prenez l'initiative de régler ce problème maintenant que vous êtes encore célibataire. D'abord, vous vous sentirez mieux. Ensuite, votre futur conjoint vous en sera toujours reconnaissant.
    10. Vous choisissez la mauvaise personne parce qu'elle est engagée dans une relation triangulaire.

    On dit qu'une personne est engagée dans une relation triangulaire à savoir qu’elle dépend d'une autre personne ou d'une chose, alors qu'elle essaie de développer une autre relation. Quiconque n'a pas coupé le cordon ombilical, au sens où il est encore sentimentalement dépendant de ses parents, lorsqu'il se marie, est l'exemple classique de triangulation. Il y a des gens dont le mariage est compromis par triangulation de certains domaines, tels que le travail professionnel, ou la drogue, ou la passion de l'internet, ou des hobbies, ou le sport ou leur amour de l'argent.
    Prenez bien soin de vous assurer que vous et votre partenaire êtes libres de tout triangle. Une personne prise dans un triangle, ne peut pas être pleinement disponible pour vous au niveau de ses sentiments. Vous ne serez pas sa priorité numéro un. Et ceci ne constitue pas une base saine pour un mariage.


    En espérant que cela vous profite.

    salam aleykoum.

  9. #9
    Modérateur Sermenté Avatar de NUBIA
    Date d'inscription
    novembre 2010
    Localisation
    la ville des Noix!!
    Messages
    4 757

    Par défaut

    Salam 3alaykoum,


    Chère soeur Alouette, tes ( trooooooooooop rares ^^ ) interventions sont une bouffée d'air frais.

    J'espère que tu vas bien ainsi que les tiens sous la protection du Tout Puissant swt.



    Citation Envoyé par Alouette Voir le message
    Salam Aleykum,

    Il me semble que dans l'école malikite, on considère en plus de l'aspect religieux tous les autres aspects notamment le rang de la famille, pour exemple une femme issue d'un milieu aisé a la légitimité de vouloir un homme d'un même milieu. Cette dernière remarque est à prendre avec précaution, je ne suis pas une référence pour tout ce qui touche à la mémoire.
    Tu as visé juste, je te rassure. C'est bien la position de l'école mâlikite.


    Citation Envoyé par Babi Voir le message
    Salam aleykoum,

    je je suis tombé un article intéressant sur le mariage et je tenais à le partager avec vous. Je précise que c'est écrit par un rabbin, mais je trouve que çe qu'il dit est vrai et la vérité est acceptée par le musulman d'où qu'elle vient. Mais je laisse l'honneur aux administrateurs de décider si c'est conforme ou pas à la charte et aux objectifs du forum, pour le garder ou le supprimer.
    ......

    En espérant que cela vous profite.

    salam aleykoum.
    Salam 3alaykoum frère Babi,


    Le prophète sallALLahou 3alayhi wa salam nous invite à rechercher toute science profitable même si celle ci se trouve ( vient de ) en Chine.

    Je trouve les conseils de ce rabbin avisés.

    Comme quoi aucune communauté religieuse n'est épargnée par les difficultés quant au mariage.


    Exception faite de cas extrêmes et particulièrement révoltants (nos frères du bled qui sont condamnés au célibat pou cause de dotes élevées), je remarque que les musulmans sincères qui cherchent à se marier manquent de tawwakul ( les échecs sont une rahmah d' ALLAh swt pour ne pas épouser la mauvaise personne) et ceux qui divorcent facilement manquent de patience et rahmah envers leur conjoint.

    Le critère religieux est essentiel d'un point de vue cultuel ( prières, jeûne etc... ) ET comportemental.

    Des soeurs éprouvées par un mari qui fait le LION dans le foyer et le chat à l'extérieur ( au lieu de l'inverse comme l'a rapporté une sahabiya à Oummouna 3Aicha radiya ALLAhou anha), il y'en a beaucoup malheureusement.

    ( NB: Les frères ont également leur part de soucis )


    qu ALLAh swt réforme nos coeurs.
    ALLAHOUMMA, Salli 3ala sayyiduna Muhammadan wa 3ala alihi wa sahbihi ajma3ine
    <3<3 La dunya est la fille d'Al Akhira. Si tu épouses la fille, la mère te devient interdite <3<3

  10. #10
    Avatar de El Ibtisseim
    Date d'inscription
    octobre 2014
    Localisation
    par moment je me demande
    Messages
    267

    Par défaut

    Salam Alaykoum a tous,

    Je n'ai pas fini de lire, mais une chose m'a interpeller:

    "il ne lui est pas permis d’être négligeant le jour de son mariage, en faisant des choses interdites, comme la mixité, la musique et les chants interdits, les images, ou qu’il s’assoit avec son épouse devant les femmes. Cela fait partie des choses blâmables qui peuvent le conduire à l’échec de son mariage, ou plutôt qui le conduisent nécessairement à l’échec de son mariage et à l’absence de réussite, Allah dit : « Et celui qui craint Allah, Il lui facilite les choses ». Et celui qui accomplit ces choses (interdites) n’a pas craint son Seigneur, donc comment pourrait-Il lui faciliter les choses."

    C'est vrai l'homme n'a pas le droit de s'assoir avec son epouse? En quoi est ce blamable? Et si c'est Blamable c'est pour cela que tout le monde le fait?
    Cette vie ici-bas n'est qu'amusement et jeu et c'est assurément la demeure ultime qui est la vraie vie, si du moins ils savaient

Page 1 sur 2 1 2 DernièreDernière

Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •