Page 1 sur 4 1 2 3 4 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 36

Discussion: Sujets: Le pont As-Sirate - Le salut en Islam: La responsabilté de l'homme sur sa croyance,les gens de la Fatra et du Livre,les Musulmans,validité des religions

  1. #1
    Avatar de rzak
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Bénin
    Messages
    176

    Par défaut Sujets: Le pont As-Sirate - Le salut en Islam: La responsabilté de l'homme sur sa croyance,les gens de la Fatra et du Livre,les Musulmans,validité des religions

    Assalamou 'Aleykoum frères et sœurs.

    pouvez-vous m'aider à mieux comprendre ces versets de la sourate 19 - Maryam

    71. Il n'y a personne parmi vous qui ne passera pas par [L'Enfer] : Car [il s'agit là] pour ton Seigneur d'une sentence irrévocable.
    72. Ensuite, Nous délivrerons ceux qui étaient pieux et Nous y laisserons les injustes agenouillés.
    Dernière modification par talib abdALLAH ; 26/10/2016 à 22h38.

  2. #2
    Avatar de rzak
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Bénin
    Messages
    176

    Par défaut

    SALAM,

    Pour être plus précis, c'est un chrétien qui m'a posé cette question et moi je lui ai répondu que ce passage fait allusion au pont sirat que tout le monde traversera à des vitesses proportionnelles au degré de foi de chaque individu.

    Il me dit même le pieux? je le répond: le pieux a des défauts que nous ignorons...je ne parle pas des Prophètes.
    Il me dit que tous irons d'abord en enfer donc? J'ai pas répondu à cette question. C'était hier soir et je lui ai dit de patienter jusqu'à aujourd'hui pour lui fournir plus de détails Incha ALLAH.

    Voilà...
    Ai-je mal répondu? ou d'autres détails se cache t-il dans ces versets?

    Merci d'avance.

  3. #3
    Editeur Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    6 308

    Par défaut

    بِسمِ اللهِ الرَّحمَنِ الرَّحِيم

    Wa Sallalahu 'ala sayiddina Muhammad wa 'ala alihi wa sahbihi wa sallam taslima



    Asalam 'alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh

    Qu'Allah te préserve et tes proches Rzak.


    Est-ce que tu as pu te référer à un tafsir, sinon je partage avec toi l'explication des savants exégètes inch'Allah.

  4. #4
    Avatar de rzak
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Bénin
    Messages
    176

    Par défaut

    Wa Aleykoum Salam wa Rahmatoullah wa Barakatouh frère talib AbdALLAH,

    Amine, qu'ALLAH vous préserve également ainsi que vos proches.

    non, je ne me suis pas référer à un tafsir. Allez-y frère talib AbdALLAH, donnez moi toutes les explications dont vous disposez, je vous suis.

    Merci d'avance.

    SALAM

  5. #5
    Editeur Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    6 308

    Par défaut

    L'explication souvent donnée concernant ces versets du Coran est celle du passage sur le Pont as-Sirate au dessus de l'Enfer mais il existe une divergence qui est rapporté par Ibn Kathir (rahimahullah)

    Par la suite une synthèse a été donnée par des savants que je partagerai après ceci inch'Allah.



    Tafsir ibn Kathir
    :


    L’homme dit: «Une fois mort, vais-je revivre à nouveau?» (66)

    Ne se rappelle-t-il pas, cet homme, que nous l’avons créé une première fois et que nous l’avons tiré du néant? (67)

    Je jure que je rassemblerai les hommes et les génies et que je les ferai agenouiller devant l’enfer. (68)

    Puis je tirerai de chaque secte ceux qui se seront montrés les plus irréductibles envers le Miséricordieux. (69)

    Nous connaissons mieux que personne ceux qui encourent l’enfer. (70)



    L’homme s’étonne comment il sera sorti de la tombe vivant une fois réduit en poussière, puis ramené à la vie! Dieu, en confirmation de cette résurrection, n’a-t-ll pas dit:

    «Si quelque chose est étonnant, c’est bien les propos de certains: «Comment, disent-ils c’est au moment même que nous tombons en poussière que nous recommençons une nouvelle vie» [-Coran XIII,5]

    et: «L’homme oublie-t-il que nous l’avons créé d’une goutte de sperme ? Le voilà qui se dresse en véritable adversaire oubliant sa propre origine, il nous pose des questions de ce genre: «qui peut ranimer les os tombés en poussière?» [Coran XXXVI, 77-78].

    En réponse aussi à la question de cet homme, Dieu lui fait connaître que le recommencement de la création est une chose qui Lui est très facile: «C’est Lui qui fait renaître la création. Il Lui est encore plus facile de la faire renaître» [Coran XXX, 27],

    A cet égard il est cité dans le Sahih que l'Envoyé de Dieu - qu’Allah le bénisse et le salue- a dit:

    «Dieu le Très Haut a dit:

    «Le fils d’Adam m’a accusé de mensonge sans avoir le droit de le faire. Il m’a nui sans avoir le droit de le faire. Il m’a accusé de mensonge en disant: «Dieu ne me fera pas renaître comme II m’a créé», or la permière création n’était pas plus facile pour moi que son recommencement. Quant à sa nuisance, elle consiste à dire: «Dieu s’est donné un enfant»; or Je suis l’Unique, l’impénétrable, et Je ne suis pas engendré, Je n’engendre pas et nul ne m’est égal»

    (Rapporté par Boukhari).




    «Je jure que je rassemblerai les hommes et les génies»

    Dieu a juré par Sa propore et Noble personne qu’il rassemblera les hommes et leurs démons qui les adoraient en dehors de Lui. Ils seront agenouillés autour de la Géhenne, et de chaque groupe II extraira d’abord ceux qui étaient les plus obstinés contre Lui, le Miséricordieux, puis les moins et ainsi de suite jusqu’à ce que leur nombre soit complet. Quand ces générations d’infidèles se seront toutes rejointes en enfer:

    «la dernière, montrant la précédente, dira: «Seigneur, voilà les gens qui nous ont égarés.Double-leur le supplice du feu» [Coran VII, 38], et Dieu de répondre: nous connaissons parfaitement ceux qui méritent plus d’y brûler, et ceux qui méritent un double supplice .







    Ceux-là seront tous précipités sans exception. La décision est arrêtée irrévocablement par ton Seigneur. (71)

    Je sauverai ensuite les soumis et Je laisserai les méchants agenouillés dans l’enfer. (72).


    Cette précipitation en enfer -ou l’arrivée auprès de lui-a suscité une divergence dans les opinions dont nous allons montrer ci-après comment les ulémas ont avancé leurs interprétations :


    L’imam Ahmed rapporte qu’Abou Samia a dit:

    «En discutant la question de la précipitation, certains ont dit que les croyants n’y entreront plus, et d’autres ont répondu que tous les hommes y seront précipités sans exception, puis Dieu sauvera ceux qui ont auront cru.

    Je rencontrai Jaber Ben Abdullah et, en lui posant la même question il répondit: «Tous sans exception».

    Puis il boucha ses oreilles de ses mains et poursuivit:

    «Que Dieu me frappe de surdité si je n’avais pas entendu l’Envoyé de Dieu -qu’Allah le bénisse et le salue- dire:

    «Aussi bien les pieux que les pervers entreront en Enfer qui, pour les premiers, sera paix et fraîcheur comme le feu était pour Abraham. Même un grand bruit sera entendu en Enfer à cause de cette fraîcheur. Puis Dieu en fera sortir les croyants et y laissera les prévaricateurs agenouillés».




    - Qaïs Ben Abi Hazem raconte:

    «Mettant sa tête dans le giron de sa femme, Abdullah Ben Abi Rawaha pleura et sa femme fit de même.

    Il lui demanda: «Pourquoi pleures-tu ?»

    Et elle de répondre: «Je t’ai vu pleurer et j’ai pleuré à mon tour».

    Il répliqua:

    «Je pleure parce que je me rappelle des dires de Dieu: «Ceux-là seront tous précipités sans exception» Je ne sais pas si je serai sauvé ou non».





    - Abou Ishaq rapporte:

    «Lorsque Abou Maysara voulait se coucher, il disait souvent: «Que ma mère ne m’eût pas enfanté» et pleurait.

    On lui demanda: «Pourquoi pleures-tu ô Abou Maysara?».


    Il répondit:

    «Ce verset nous annonce que nous serons précipités en Enfer mais il ne nous affirme pas que nous en serons sauvés !».




    - Abdullah ben Mass'oud rapporte que l’Envoyé de Dieu -qu’Allah le bénisse et le salue- en commentant le verset précité- à dit:

    «Tous les hommes y seront précipités, puis ils en seront sauvés grâce à leurs œuvres.»




    - Dans une autre version, Abdullah Ben Mass'oud a dit:

    «Les hommes seront tous retenus sur le pont (Sirat) autour de la Géhenne, puis ils seront sauvés en fonction de leurs œuvres :

    II y aura ceux qui traverseront le pont à la vitesse de l’éclair, d'autres à la vitesse du vent, d’autres comme un vol d’oiseau, d’autres à la vitesse de chevaux de races ou de chameaux, d’autres à la vitesse de la course de l’homme, et leur dernier aura une lumière qui ne dépassera pas les pouces de ses orteils, il glissera et tombera.

    Ce pont est une glissade munie des arêtes, sur les deux bords se trouveront des anges tenant des crampons en feu par lesquels ils saisiront les hommes».



    - Oum Moubachir la femme de Zaïd Ben Haritha rapporte que l’Envoyé de Dieu -qu’Allah le bénisse et le salue- se trouvait dans l’appartement de Hafsa quand je l’ai entendu dire:


    «Quiconque a participé à la bataille de Badr et a prêté serment d’allégeance le jour de Houdaybya, n’entrera plus en Enfer».

    Hafsa lui dit: «Dieu n’a-t-ll pas dit: «Ceux-là seront tous précipités sans exception».

    Il lui répondit: «- Mais II a dit à la suite: «Je sauverai ensuite les soumis».




    Une fois les hommes auront passé sur le pont à une vitesse qui sera proportionnelle à leurs œuvres, les autres tomberont en Enfer.

    Puis les anges, les Prophètes et les croyants intercéderont en faveur des (autres croyants) qui auront commis des grands péchés dans le bas monde, et, grâce à cette intercession, une grande foule sortira du Feu calcinée sauf la partie du visage qui sera marquée par les traces des prosternations. Seuls resteront en Enfer ceux qui y seront voués pour l’éternité.



  6. #6
    Editeur Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    6 308

    Par défaut

    Le Pont : Sirât [Les composantes du Jour Ultime]

    source : http://havredesavoir.fr/pont-sirat/



    Nous devons croire qu’après la reddition des comptes et la pesée des œuvres, les gens traverseront le pont jeté sur l’Enfer, appelé « As-Sirât ».

    La traversée de ce pont s’impose à tous les gens : les Prophètes, les véridiques, les croyants, les incroyants, ceux qui auront à rendre des comptes comme ceux qui en seront dispensés. Seul se maintiendra sur le pont celui qui dans le monde d’ici-bas se serait maintenu sur la voie de Dieu, qu’est la religion vraie.

    Nous lisons dans certains hadiths authentiques que la traversée de ce pont par les gens sera en fonction de leurs actes :

    Les uns le traverseront avec la rapidité des astres en chute, d’autres comme le vent, d’autres en un clin d’œil, d’autres comme un marcheur rapide. Celui qui n’a à son actif que peu de bonnes œuvres traversera le pont avec beaucoup de difficultés, en s’écroulant et en s’agrippant. Et ses flancs seront touchés par le feu.

    Ceux qui le traverseront diront : « Louange à Dieu qui nous a préservés de toi après nous avoir exposés à ton épreuve. Il nous a, certes, donné ce qu’il n’a donné à personne ».

    Il existe au sujet du Sirât une somme de hadiths authentiques. Al-Boukhari et Mouslim rapportent, d’après Abou Hurayra (rad) :

    « Des gens ont dit au Prophète : « Ô Envoyé de Dieu ! Verrons-nous Notre Seigneur le Jour de la résurrection ? »

    Il répondit : « Avez-vous quelque difficulté à voir la pleine lune quand aucun nuage ne la cache ? »

    Non ! Ô Envoyé de Dieu !

    « Eh bien ! Vous le verrez comme vous voyez la pleine lune. Dieu rassemblera, le Jour de la résurrection, les gens et leur dira : « Que celui qui adorait une chose la suive ».

    Certains suivront le soleil, d’autres la lune, d’autres les fausses divinités « Taghût ».

    Ne resteront que les croyants de cette communauté auxquels seront encore mélangés les hypocrites.

    Se présentant à eux sous une forme qu’ils ne Lui connaissent pas, Dieu leur dira : « Je suis votre Seigneur ».

    Ils rétorqueront : « Nous demandons la protection de Dieu contre toi ». Nous ne bougerons pas tant que Notre Seigneur ne viendra pas à Nous. A sa vue, nous Le reconnaîtrions, Dieu Exalté soit-il se montrera alors à eux sous la forme qu’ils connaissent et dira : « Je suis Votre Seigneur ».

    Ils diront : « Certes oui, Tu es Notre Seigneur ». Et ils le suivront. Puis on jette le pont sur l’Enfer.

    Nous serons moi et ma communauté, les premiers à le traverser.

    Ce jour-là, ne prendront la parole que les Messagers. Ils ne cesseront de dire : « Ô Seigneur Dieu sauve ! sauve ! ».

    Sur le pont, se trouveront des crochets semblables aux épines du chardon. Avez-vous déjà vu un chardon ?

    Les gens dirent : « Oui Ô Messager de Dieu ».

    Il dit : « Eh bien ! Ces crochets ressemblent aux épines du chardon, sauf que Seul Dieu en connaît les dimensions. Ils happent les gens selon leurs œuvres. Les croyants seront, du fait de leur labeur, saufs. D’autres seront frappés, jusqu’à ce que Dieu les sauve ».


    La traversée du pont est celle que mentionne Dieu dans ce verset : « Il n’est personne parmi vous qui ne doive passer par l’Enfer » (S 19 : V 71).

    Mouslim rapporte que l’Envoyé de Dieu (saws) a dit : « N’entrera en Enfer, si Dieu le veut, aucun des Compagnons qui ont fait serment sous l’arbre. Hafsa (que Dieu l’agrée) récita alors : « Il n’est personne parmi vous qui ne doive passer par l’Enfer ».

    Le Prophète (saws) lui répondit :

    « Certes, Dieu dit : « Puis, Nous sauverons les pieux et y laisserons les coupables à genoux »
    (S 19 : V 72), indiquant ainsi que le passage par le Feu n’implique pas qu’il faille y entrer.

    Selon Ibn Mas’oud, le pont de l’Enfer est semblable au fil d’une épée. La première catégorie de gens passe comme l’éclair, la deuxième comme le vent, la troisième comme le meilleur cheval de race, la quatrième comme l’âne le plus rapide puis les gens passeront tandis que les anges diront : « Seigneur Dieu sauve-les, sauve-les ! » (Ibn Jarir).

    Selon al-Moughira ibn Cho’ba, le Prophète (saws) a dit :

    « On reconnaîtra les croyants sur le pont le jour de la résurrection à ces paroles qu’ils ne cesseront pas de répéter :

    « Seigneur sauve-nous, sauve-nous ! » (at-Tirmidhi et al-Hakim).

    Ibn Mas’oud dit :

    « Tous les gens viendront au pont c’est-à-dire qu’ils se tiendront debout au-dessus de l’Enfer. Puis ils traverseront le pont selon la qualité de leurs œuvres. Certains d’entre eux passeront comme l’éclair, d’autres comme le vent, d’autres comme l’oiseau, d’autres comme le meilleur cheval de race, d’autres comme le meilleur chameau, d’autres comme un coureur humain si bien que le dernier à traverser le pont est un homme dont la lumière est au niveau de son gros orteil et elle lui permet de passer sain et sauf.

    Une fois qu’ils l’auront traversé, les croyants seront retenus sur une passerelle entre le Paradis et l’Enfer pour régler leurs comptes et être quittes les uns à l’égard des autres.

    Lorsqu’ils seront purifiés, permission leur sera donnée d’entrer au Paradis. Abû Sa’id Al-Khudri (rad) rapporté que l’Envoyé de Dieu (saws) dit :

    « Lorsque les croyants échapperont au Feu ils seront retenus sur un pont entre le Paradis et le Feu. Là, ils régleront leurs comptes. Purifiés, l’autorisation leur sera donnée d’accéder au Paradis. Je jure, par Celui qui détient l’âme de Muhammad dans Sa main, qu’ils connaissent leurs demeures au Paradis plus qu’ils ne connaissent celles qu’ils ont dans le bas monde » (al-Boukhari).



  7. #7
    Editeur Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    6 308

    Par défaut

    Etant donné que votre interlocuteur est chrétien il est important d'expliquer ce qu'est la fatra :


    Quant à la parole du Très Haut qui dit : « Certes, ceux qui ont cru, ceux qui se sont judaïsés, les Nazaréens, et les Sabéens, quiconque d'entre eux a cru en Allah, au Jour dernier et accompli de bonnes œuvres, sera récompensé par son Seigneur ; il n'éprouvera aucune crainte et il ne sera jamais affligé » (Sourate 2 La Vache, verset 62) elle ne contredit point le verset « Celui qui veut une autre religion que l’Islam, il ne sera pas accepté »



    Ce verset sur les gens du Livre désigne ceux qui se sont convertis et soumis à Allah, ainsi que ceux qui ont cru au Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) sans avoir eu l'occasion de pouvoir le suivre tel le cas du cousin de son épouse Khadidja (qu'Allah l'agrée) qui s'appelait Nawfal qui était chrétien et qui, lorsque le Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) reçut le début de la révélation et lui demanda conseil, celui-ci lui affirma qu'il était le Prophète annoncé, ainsi il crût en lui et s'est soumis de cœur, mais il mourut avant que les prescriptions de l'Islam ne soient révélées.


    De même, il y a le cas de ceux qui n'ont pas reçu l'appel de l'Islam, ils ne peuvent être considérés comme responsable, cette catégorie de personne est appelée les gens de la Fatra , ils devront faire le pacte d'obéissance à Allah le jour de la Résurrection puis Allah les mettra à l'épreuve, ceux qui lui obéiront seront sauvés et ceux qui lui désobéiront seront perdus. Enfin concernant le cas de ceux qui ont précédé la venue du Prophète Mohammed (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) s'ils ont suivi les prophètes qui leur ont été envoyés et bien ceux-là sont des soumis (c'est la signification du terme musulman) et ils ont droit au Paradis.


    Il est rapporté par Souddi au sujet de ce verset : « Il fut révélé au sujet des compagnons de Salman Farisi (qu’il rencontra avant l’Islam) que lorsque celui-ci raconta leurs situations au Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) disant : « Ils priaient, jeûnaient, et croyaient en toi et attestèrent que tu viendrais en tant que prophète » et lorsque Salman finit d’énumérer leurs mérites, le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) lui dit : « Ô Salman, ils font partie des Gens du Feu » et cela fut très difficile pour Salman, Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) révéla alors ce verset.


    La croyance du juif concerne ceux qui se sont conformés à la Thora et à la tradition de Moïse jusqu’à la venue de ‘Issa (sur eux la paix). Depuis la venue de ‘Issa (sur lui la paix) , tous ceux qui se sont conformés à la Thora et ont suivi la tradition de Moïse sans vouloir les délaisser pour suivre ‘Issa (sur eux la paix) , ceux-là font désormais partie des perdants. Et la croyance des Nazaréens concerne ceux qui se sont conformés à l’Évangile et aux lois de ‘Issa (sur lui la paix) et qui l’acceptèrent, ceux-là furent croyants, jusqu’à ce que vienne Mohammed (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) . Aussi ceux qui ne voulurent pas suivre Mohammed (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) ni délaisser la tradition de ‘Issa (sur lui la paix) et l’Évangile, ceux-là furent désormais des perdants.


    Ce qui signifie que toute personne ne se verra accepter une direction ou une œuvre que si elle est en conformité avec la Loi de Mohammed (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) dès qu’il fut envoyé avec ce dont il fut envoyé. Mais avant cela, tous ceux qui ont suivi le prophète de leur époque, ceux-là furent les biens guidés et sur le chemin de la réussite. Ce fut ainsi le cas des juifs qui suivirent Moussa (sur lui la paix) en jugeant selon la Thora à son époque, puis lorsque ‘Issa (sur lui la paix) fut envoyé il devint nécessaire pour les fils d’Israël de le suivre et de se limiter à lui et ses partisans devinrent les Nazaréens.


    Puis, lorsqu’Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) envoya Mohammed (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) pour clôturer la prophétie et comme Messager pour les fils d’Adam dans leur globalité, alors il devint nécessaire de croire en son message, d’obéir à ses commandements et de s’éloigner de ce qu’il a défendu. Ce sont ceux-là les croyants véritables et la communauté de Mohammed (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) furent appelés « croyants » en raison de leur grande foi, de l’intensité de leur conviction ainsi que par le fait qu’ils croient en l’ensemble des prophètes précédents et en l’Inconnaissable dans ce qui doit survenir. Quant aux Sabéens il y a des divergences à leurs sujets, certains disant qu’ils sont un peuple entre les Mages, les juifs et les Nazaréens n’ayant pas de religion propre, ils sont considérés comme des Gens du Livre, leur livre étant les Psaumes, certains savants avancent que les Sabéens désignent tous ceux à qui le message d’un prophète n’est pas parvenu, et Allah est le plus savant. »

    source : http://www.tidjaniya.com/tidjaniya-faq-82.php

    Dernière modification par talib abdALLAH ; 08/12/2015 à 12h26.

  8. #8
    Editeur Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    6 308

    Par défaut

    Toujours sur la question de la fatra et de la responsabilité de l'homme sur sa croyance :

    « Si un malheur les atteignait en rétribution de ce que leurs propres mains avaient préparé, ils diraient : « Seigneur, pourquoi ne nous as-tu pas envoyé un Messager ? Nous aurions alors suivi tes signes et nous aurions été croyants. » » (Sourate 28 Le Récit, verset 47)


    Ibn Abi Hatim rapporte dans son commentaire du Qoran, au sujet de ce verset, selon une bonne chaîne de rapporteurs (Hasan) le hadith d’Abou Sa’id El Khoudri (qu’Allah l’agrée) dans lequel le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « La personne décédée pendant la Fatra dira : « Seigneur, aucune révélation ne m’est jamais parvenue et aucun messager n’est venu à moi. » » Le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) récita alors : « Seigneur, pourquoi ne nous as-tu pas envoyé un Messager ? Nous aurions alors suivi tes signes et nous aurions été croyants. »



    Selon le verset qui dit : « Et Nous ne faisons point périr de cité avant qu’elle n’ait eu des avertisseurs à titre de rappel, et Nous ne sommes pas injustes.» (Sourate 26 Les poètes, versets 208 et 209)


    Abd ibn Houmayd, Ibn Moundhir et Ibn Abi Hatim rapportent dans leurs commentaires du Qoran que Qatada explique ces versets par : « Allah n’a jamais fait périr de cité sans avoir préalablement exposé Ses arguments à ses habitants, sans les avoir démontré par des preuves évidentes, sans leur avoir laissé le temps de se rétracter, et qu’un prophète et une révélation ne leur soient parvenus. Ceci à titre de rappel et d’exhortation et de preuve pour Allah au Jour du Jugement. « Nous ne sommes pas injustes. »

    C'est-à-dire : « Nous n’en sommes pas à les châtier, tant que des arguments et des preuves ne leurs soient parvenus. » »




    Il y a d’autres versets de ce genre. Quant aux hadiths au sujet des épreuves que subiront les gens de la Fatra, il est rapporté par Ahmed Ibn Hanbal, Ishaq ibn Rahwiyah ainsi que Baïhaqi dans son livre El I’tiqad après l’avoir authentifié selon Aswad ibn Sari’ (qu’Allah l’agrée) que le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit :


    « Quatre (catégories) feront l’objet d’un examen au Jour du Jugement : le sourd, l’aliéné, le vieillard sénile et celui décédé durant la Fatra. Le sourd dira : « Seigneur, certes l’Islam est venu, mais je n’entendais absolument rien ». L’aliéné dira : « Seigneur, certes l’Islam est venu, mais les enfants se jouaient de moi en me souillant avec de la fiente. ». Le vieillard dira : « Seigneur, certes l’Islam est venu, mais je ne comprenais plus rien. ». Celui qui est décédé durant la Fatra dira : « Seigneur, aucun de Tes Messagers n’est venu à moi. » Chacun devra alors jurer qu’il obéira à tout ce qu’il lui sera ordonné. Allah leur fera alors savoir qu’Il leur ordonne d’entrer en Enfer ! À ceux qui auront obéi, ses flammes seront fraîches et salutaires. Quant à ceux qui s’y seront refusés, ils y seront conduits de force. »


    Il est rapporté aussi par Abdrazzaq, Ibn Jarir, Ibn El Moundhir et Ibn Abi Hatim selon Abou Houreyra (qu’Allah l’agrée) qui rapporte du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) : « Au Jour du Jugement, Allah réunira les gens nés dans la Fatra, l’aliéné, le sourd-muet et les vieillards décédés avant l’avènement de l’Islam. Un émissaire leur sera envoyé et leur dira : « Entrez dans le Feu ! » Ils diront : « Comment pourrait-il en être ainsi alors qu’aucun messager n’est venu à nous ? » Le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « Par Allah ! S’ils y étaient entrés, ses flammes auraient été fraîches et salutaires. » Un (second) émissaire leur sera envoyé. Il sera alors obéi par ceux d’entre eux (prédestinés) à le faire. »




    Abou Houreyra ajouta : « Récitez si vous le désirez : « et Nous n’avons jamais châtié avant l’envoi d’un messager. » » La chaîne de ce hadith est authentique selon les critères de Boukhari et Mouslim et il est Marfou’.


    Il est rapporté encore par El Hakem dans El Moustadrak et El Bazzar selon Thaouban (qu’Allah l’agrée) que le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit :


    « Au Jour du Jugement, les païens de l’époque de la Jahiliya viendront portant leurs idoles sur le dos. Allah les interrogera à leur sujet. Ils diront :

    « Seigneur, Tu ne nous as pas envoyé de Messager et aucune prescription de ta part ne nous est parvenue. Si Tu nous avais envoyé un messager, sois certain que nous aurions été Tes serviteurs les plus dévoués. » Allah leur dira : « Qu’en serait-il de votre obéissance si en ce jour Je vous donnais un ordre ? Obéiriez-vous ? » Ils répondront : « Oui. » Il leur ordonnera alors de se rendre au seuil de la Géhenne et d’y entrer de leur plein gré. Ils s’en iront.


    Arrivé à proximité, ses grondements et ses crépitations se feront entendre. Ils rebrousseront chemin, reviendront auprès de Lui et diront : « Seigneur, ne nous expose pas à ses tourments. » Il leur dira : « N’avez-vous pas prétendu que vous m’obéiriez si Je vous donnais un ordre ? » Allah leur fera prêter serment qu’ils ne s’y refuseront pas une seconde fois et leur dira : « Rendez-vous au seuil de la Géhenne et entrez-y. » Ils y retourneront.


    Arrivé à proximité ils se raviseront, reviendront et diront : « Seigneur, épargne-nous ses tourments. Jamais nous n’aurons le courage d’y entrer. » Allah leur commandera alors : « Entrez-y méprisés ! » Le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) ajouta : « S’ils avaient obéi dès la première injonction, les flammes de la Géhenne leur seraient devenues fraîches et salutaires. »
    » El Hakem a dit de ce hadith qu’il est authentique selon les critères de fiabilité de Boukhari et Mouslim.





    Souyouti démontre qu’il existe trois catégories d’individus au sein de la Fatra :



    1) Ceux qui, par un effort de réflexion personnel, ont déduit les principes de la croyance authentique. Parmi eux certains ne se sont pourtant pas conformés aux prescriptions d’une législation existante, alors que d’autres se sont totalement conformés à l’une d’elle tels Toubba’ et son peuple (Christianisme).


    2) Ceux qui ont modifié et dénaturé la révélation d’Abraham, qui sont devenus polythéistes, qui ont dénigré le monothéisme, qui ont institué leurs propres lois et définis eux-mêmes le licite et l’illicite. Ces gens représentent en fait la majeure partie des gens de la Fatra, ils forgèrent des mensonges sur Allah et construisirent des temples païens afin de concurrencer la Ka’ba bénie.


    3) Ceux qui n’ont été ni polythéistes, ni monothéistes, qui n’ont pas adopté la législation d’un Envoyé et ne se sont pas érigés en législateurs, ni n’ont inventé une religion, mais qui, au contraire, ont passé leurs vies dans l’indifférence.


    En fait, seuls les gens de la deuxième catégorie justifient un châtiment du fait que rien n’excuse leur impiété.


    Qu’Allah nous pourvoie du respect qui incombe envers la majesté de la meilleure des créatures notre maître bien-aimé Mohammed (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui).




    source : http://www.tidjaniya.com/tidjaniya-faq-12.php
    Dernière modification par talib abdALLAH ; 08/12/2015 à 12h42.

  9. #9

  10. #10
    Avatar de rzak
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Bénin
    Messages
    176

    Par défaut

    ALLAHOU AKBAR, frère talib AbdALLAH, vous êtes vraiment dense.

    Merci beaucoup, c'est très instructif, Barak ALLAHOU fik.

    J'en suis très ravis, qu'ALLAH vous récompense de la meilleure des manières.

    SALAM (*_*)

Page 1 sur 4 1 2 3 4 DernièreDernière

Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •