Affichage des résultats 1 à 7 sur 7

Discussion: L'amour du dernier Messager ﷺ et sa noble famille : un devoir sacré

  1. #1
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    11 486

    Par défaut L'amour du dernier Messager ﷺ et sa noble famille : un devoir sacré

    اَلحَمدُلِلهِ رَبِ العَلَمِينَ ؕ وَالصَّلَوةُ وَ السَّلَامُ عَلَى سَيِـّـدِ المُرسَلِين
    اَمَّا بَعدُ فَاَعُوذُ بِاللهِ مِنَ الشَّيطَنِ الرَّجِيمِ
    بِسمِ اللهِ الرَّحمَنِ الرَّحِيم


    السلام عليكم ورحمة الله تعالى وبركاته

    Asalamu 3alaykum wa rahmatullahi wa barakatuh







    *





    L'amour du dernier Messager
    et sa noble famille

    un devoir sacré




    Extrait du livre:

    «Muhammad, l'intercesseur de la Umma, l'élu de Dieu, le bien aimé des croyants»


    Tarik "Abu Nour" Bengaraï





    *




    Quant au devoir de l’aimer, plusieurs versets et hadîths authentiques l’ordonnent :


    Dieu – exalté soit-Il – dit dans le Saint Coran :

    «
    Dis : “Si vos pères, vos fils, vos frères, vos épouses, votre clan, les biens que vous avez acquis, un négoce dont vous craignez le déclin, des maisons où vous résidez, vous sont plus chers que Dieu et Son Prophète et la lutte dans le chemin de Dieu, alors attendez-vous à ce que Dieu vienne avec son Ordre.” Dieu ne dirige pas les gens pervers. » Coran 9/24.

    Anas rapporte que le Prophète (paix et salut sur lui) a dit : «
    Il existe trois qualités qui permettent à une personne de goûter à la douceur de la foi : préférer Dieu et Son Messager à toute chose, aimer quelqu’un seulement pour Dieu, et que l’idée de revenir à la mécréance lui fasse autant horreur que l’idée d’être jetée dans le Feu [de l’Enfer]. » [1]

    Le Prophète (paix et salut sur lui) a dit : «
    Nul n’est véritable croyant s’il ne m’aime pas plus que son père, son fils et tous les gens. » [2]

    Notre maître ‘Umar – que Dieu l’agrée – a dit au Prophète (paix et salut sur lui): «
    Je t’aime par-dessus tout, à part l’âme que je porte en moi. »

    Le Prophète lui répondit alors [en lui indiquant le chemin vers la foi] : «
    Aucun d’entre vous ne sera véritablement croyant tant que je ne serai pas, pour lui, plus cher que sa propre âme.

    ‘Umar dit alors : «
    Par Celui qui a révélé le Livre, je t’aime plus que mon âme. »

    Le Prophète (paix et salut sur lui) dit alors : «
    Maintenant ‘Umar, tu l’as [c’est-à-dire, tu as atteint la foi]. » [3]

    Ibn ‘Umar rapporte que le Prophète (paix et salut sur lui) a dit : «
    Si mon amour se mélange au cœur d’un homme, Dieu interdira l’Enfer à son corps. »[4]

    L’amour du Messager est avant tout synonyme de son obéissance.

    Dieu dit dans le Coran : «
    Nous n’avons envoyé de messager que pour qu’il soit obéi par la permission de Dieu. Si, lorsqu’ils ont fait du tort à leurs propres personnes, ils venaient à toi en implorant le pardon de Dieu, et si le Messager demandait le pardon pour eux, ils trouveraient, certes, Dieu très Accueillant au repentir, Miséricordieux. Non ! Par ton Seigneur ! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront pas demandé de juger de leurs disputes, et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement. »[5]

    Ce verset insiste sur le devoir d’obéir au Prophète car, en réalité, c’est la vraie preuve d’amour ; il relate aussi le grand mérite de demander pardon à Dieu par l’intermédiaire du Messager, et finalement, l’importance de la soumission inconditionnelle aux ordres du Messager.

    Le Prophète (paix et salut sur lui) précise que tout acte pieux fait par le fidèle est limité dans le temps et l’espace et conditionné par l’intention, si ce n’est l’amour pour lui qui est au-delà de la piété et permet au disciple, entre deux battements de cœur, d’être parmi la plus haute élite, en compagnie des prophètes dans le Paradis le plus haut. Il dit à un Compagnon qui venait demander la faveur de sa compagnie au Paradis alors qu’il savait que ses actes ne lui permettaient pas une telle station : «
    L’homme est avec celui qu’il aime. » [6] Autrement dit : « Si tu m’aimes, tu seras avec moi. »




    L’amour de sa famille



    L’amour des gens de la maison du Prophète fait partie de l’amour que l’on doit porter au Prophète (paix et salut sur lui).


    Dieu dit dans le Coran : «
    Dieu ne veut que vous débarrasser de toute souillure, ô gens de la maison [du Prophète] (ahl al-bayt), et vous purifier pleinement. » [7]


    Le Prophète (paix et salut sur lui) a dit : «
    Je suis sur le point d’être rappelé [par Dieu] et de répondre [à ce rappel]. Je vous laisse les thaqalayn [les deux dépôts] : le livre de Dieu et ma famille. [Dieu] m’a informé qu’ils ne se sépareront pas jusqu’à ce qu’ils reviennent vers moi près du bassin [jusqu’au Jour du Jugement]. Regardez donc bien comment vous les traiterez après moi. »[8]




    Muslim, at-Tirmidhî et al-Hâkim ont aussi rapporté ce témoignage de Zayd Ibn al-Arqam :



    « Un jour, le Messager de Dieu a prononcé un discours au milieu de nous. Après avoir loué et remercié Dieu, il a dit :


    “Ô gens ! Je suis un être humain.

    Bientôt, un messager de mon Seigneur viendra, et je répondrai.

    Je vous laisse les [deux] thaqalayn (deux lourds dépôts) :

    le premier est le Livre de Dieu, dans lequel il y a la bonne orientation et la lumière.
    Prenez donc le livre de Dieu et attachez-vous-y fermement !”

    Et il ajouta : “… et les gens de ma maison.

    Je vous rappelle Dieu par les gens de ma maison !”
    »



    Dans une autre version[9] , un Compagnon demanda : «
    En plus de tes épouses, quels sont les gens de ta maison ? »

    Le Prophète (paix et salut sur lui) répondit : «
    ‘Alî et sa descendance, al-‘Abbâs et sa descendance, Ja‘far et sa descendance, et ‘Aqîl et sa descendance. »



    Il faut noter qu’il y a plusieurs versions de ce hadîth authentique, dont une où le Prophète (paix et salut sur lui) cite aussi sa Sunna (tradition) en second lieu après le livre de Dieu et il dit ensuite : «
    ‘Itratî ahlu baytî. »



    L’imam Ibn Hanbal rapporte, d’après Abû Dharr, que le Messager de Dieu a dit :

    «
    Les gens de ma maison sont auprès de vous comme le bateau de Nûh (l’Arche de Noé) : celui qui est monté a été sauvé, et celui qui l’a manqué s’est noyé. »[10]



    Dieu dit dans le Coran : «
    Dis : “Je ne vous demande aucun salaire pour cela, si ce n’est votre amour envers les proches.” »[11]




    L’imam Ahmad, at-Tabarânî et al-Hâkim ont rapporté d’Ibn ‘Abbâs ce témoignage : «
    Lorsque ce verset a été révélé, on a demandé : “Ô Messager de Dieu ! Qui sont tes proches envers qui l’amour nous est obligatoire ?”

    Le Messager de Dieu répondit :
    “‘Alî, Fâtima et leurs deux enfants.” »



    Selon at-Tabarânî, dans Al-Awsât, Ibn ‘Umar a dit : « La dernière chose que le Prophète a dit est ceci :
    “Trouvez dans les gens de ma famille ma succession.” »


    Le Prophète a dit : «
    Ô gens ! Je ne suis qu’un être qui répondra bientôt au messager du Seigneur (l’ange de la mort). Je laisse entre vos mains deux dépôts précieux : le premier, le Livre (Coran) de Dieu ; vous y trouverez la bonne direction et la lumière, mettez donc ses prescriptions en pratique et attachez-vous-y. Et le deuxième, les membres de ma maison. Je vous appelle (à la vénération) de Dieu à travers les membres de ma maison, je vous appelle (à la vénération) de Dieu à travers les membres de ma maison. »




    Husayn demanda : «
    Ô Zayd ! Qui sont les membres de sa maison ? Ses femmes ne sont-elles pas de ses membres ? »

    Il répondit : «
    Certes, ses femmes font partie des membres de la maison, elles sont aussi les membres auxquels on ne fera pas aumône après son départ. »

    Il répliqua : «
    De qui s’agit-il donc ? »

    Zayd répondit : «
    Ce sont la famille de ‘Alî, la famille de ‘Aqîl, la famille de Ja‘far et la famille de ‘Abbâs. »[12]




    Ibn ‘Umar a raconté qu’Abû Bakr as-Siddîq – que Dieu l’agrée – a dit : «
    Cherchez la proximité (urqubû) de Muhammad à travers les membres de sa famille. » [13]


    Le Prophète (paix et salut sur lui) a dit : «
    Aimez Dieu pour Ses bienfaits sans fin, aimez-moi pour l’amour de Dieu, et aimez les gens de ma maison par amour pour moi. »[14]


    Ash-Sha‘bî rapporte : « Zayd, après avoir guidé la prière des morts, s’apprêtait à monter sur son mulet lorsque ‘Abdallâh Ibn ‘Abbâs arriva. Il lui céda sa monture. Ibn ‘Abbâs dit : “
    Oui, c’est ainsi qu’on nous a ordonné de nous comporter avec les oulémas (les savants en Dieu).” Zayd embrassa sa main et lui dit : “C’est ainsi qu’on nous ordonne d’agir avec les gens de la maison de l’Envoyé de Dieu.” » [15]


    Le respect du Prophète, de sa famille et de ses Compagnons, passe d’abord par l’obéissance à ses prescriptions et conseils, par le fait de le prendre comme exemple et de chercher les guides spirituels vertueux qui rappellent ses vertus, ses comportements et qui guident vers sa voie.





    Les principaux signes de son Amour


    Les principaux signes de l’Amour du Prophète (paix et salut sur lui) sont :




    1. Le fait de le préférer à tous les biens de ce bas monde, à soi-même et à quiconque (même à son enfant et à sa propre famille).

    2. Le fait d’aimer et de respecter sa noble famille et ses compagnons.

    3. Le fait de prier abondamment sur lui.

    4. Le fait d’aimer les gens de Dieu et les savants pieux et vertueux et chercher leur compagnie.

    5. Le fait de suivre ses enseignements et de lui obéir en toute chose et en toute situation.

    6. Le fait de défendre sa cause et sa sunna, d’abord et avant tout par le bon comportement (envers son prochain) et la bonne parole.

    7. Le fait de veiller à l’union sacrée de la Umma et d’éviter les causes de la division.


    Notes:


    [1]Tradition rapportée par al-Bukhârî, hadîth n° 16, p. 19, chap. Le livre de la foi (2), dans « Le sommaire du Sahîh al-Bukhârî » par l’imam Zayn ad-Dîn Ahmad Ibn ‘Abd al-Latîf az-Zubaydî, tome I. Rapporté aussi par Muslim.

    [2]Tradition rapportée par al-Bukhârî, hadîth n°14 et 15, p. 19, chap. Le livre de la foi (2), dans « Le sommaire du Sahîh al-Bukhârî » par l’imam Zayn ad-Dîn Ahmad Ibn ‘Abd al-Latîf az-Zubaydî, tome I. Rapporté aussi par Muslim et Nasâ’î.

    [3]Tradition rapportée par al-Bukhârî selon ‘Abdullâh Ibn Hishâm, hadîth n° 2144, p. 895, chap. Le livre des serments et des voeux (76), dans « Le sommaire du Sahîh al-Bukhârî » par l’imam Zayn ad-Dîn Ahmad Ibn ‘Abd al-Latîf az-Zubaydî, tome II.

    [4]Rapporté par Abû Na‘îm, dans Hilyatu al-awliyâ’ (7/255).

    [5]Coran 4/64-65.

    [6]Tradition rapportée par al-Bukhârî, hadîth n° 1530, p. 629, chap. Le livre des fastes des Compagnons du Prophète (000). Et est considéré comme Compagnon quiconque a vu ou a tenu compagnie au Prophète (56), dans « Le sommaire du Sahîh al-Bukhârî », par l’imam Zayn ad-Dîn Ahmad Ibn ‘Abd al-Latîf az-Zubaydî, tome II.

    [7]Coran 33/30-34.

    [8]Ce hadîth, appelé hadîth ath-thaqalayn, a été relaté par beaucoup de traditionnistes avec plusieurs versions : Muslim dans son Sahîh, Ahmad Ibn Hanbal dans son Musnad, (tome IV, p. 366), al-Bayhaqî dans ses Sunan (tome II, p. 148 et tome VII, p. 30), ad-Dâramî dans ses Sunan (tome II, p. 45 et tome VII, p. 102), at-Tahâwî dans Mushkil al-athâr (tome IV, p. 368), at-Tirmidhî dans ses Sunan, tome II, p. 308.

    [9]Voir le Sharh Muslim d’an-Nawâwî.

    [10]Tradition rapportée dans le Musnad de l’imam Ahmad : Ce hadith est aussi relaté par al-Hâkim dans Mustadrak as-Sahîhayn en disant que ce hadith est authentique (sahîh) selon les conditions de Muslim.

    Ibn Hajar al-Haytamî rapporte aussi ce hadîth dans son Majmu‘ al-Zawâ’id, selon al-Bazzâz qui le tient de ‘Abdallâh Ibn Zubayr et d’Ibn ‘Abbâs.

    [11]Coran 42/23.

    [12]Tradition rapportée par Muslim et an-Nawâwî, dans Le Jardin des Vertueux.

    [13]Tradition rapportée par al-Bukhârî, Muslim et an-Nawâwî

    [14]Tradition authentique selon les critères d’al-Bukhârî et Muslim, rapportée par at-Tirmidhî, at-Tabarânî, al-Hâkim, d’après Ibn ‘Abbâs.

    [15]Tradition rapportée par at-Tabarânî, al-Bayhaqî et al-Hâkim.









    Source : doctrine-malikite.fr




    *




    Dernière modification par talib abdALLAH ; 21/09/2019 à 19h49. Motif: Titre

  2. #2
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    11 486

    Par défaut La Famille du Prophète ﷺ - As-Sayyid Shaykh Muhammad Al Yaqoubi

    La Famille du Prophète

    Shaykh Muhammad Al Yaqoubi













    A propos du Shaykh :


    Shaykh Muhammad Abul Huda al-Yaqoubi compte parmi les plus grands savants de notre époque. D’origine chérifienne (Shaykh Muhammad est un descendant direct du Prophète béni ['alayhi salatu wassalam], par l'intermédiaire de Sayyiduna al-Hasan fils de ‘Ali ibn Abi Talib), sa famille émigra de l’Algérie vers la Syrie il y a plusieurs générations.


    Dès son plus jeune âge, Shaykh Muhammad fréquenta la Grande Mosquée des Omeyyades à Damas, Syrie – où son père enseigna pendant 40 ans – et put s'asseoir sur les genoux de certains des plus grands savants de l'époque. Sous la tutelle de son père, il suivit, dès l'âge de quatre ans, un solide cursus de sciences traditionnelles, comprenant l'étude des grandes œuvres classiques traitant de la Shari'a et des disciplines connexes (grammaire, rhétorique etc..). Il reçut des ijazas (certificats d'autorisations) en sciences du hadith, de la main des plus grands mouhaddithoune de Syrie.


    Shaykh Muhammad poursuit ensuite ses études universitaires au département de Shari'a de l'Université de Damas. Après avoir obtenu une licence en littérature arabe en 1987, il étudie la philosophie pendant deux ans à l'Université arabe de Beyrouth, avant d'intégrer, en 1991, le programme doctoral de linguistique du département d'études orientales de l'Université de Göteborg en Suède, où il fut par ailleurs chargé de recherche et enseigna les lettres classiques de la langue arabe. Le Shaykh dirigea également le pôle d'étude et de recherche de la maison d'édition Dar al-Athar al-Islamiyyah au Koweït en 1990.


    Après avoir été Imam à Göteborg et œuvré sans relâche pour l'Islam en Suède, la société islamique suédoise de Stockholm le désigna mufti pour la Suède en 1999.

    Shaykh Muhammad al-Yaqoubi donne fréquemment des Khoutbas et des conférences au Moyen-Orient, en Europe, au Canada et aux Etats-Unis, et enseigne la 'aqida, le tafsir, le hadith, le fiqh, le usul al fiqh, et encore bien d'autres disciplines. Le Shaykh est une autorité éminente dans le domaine du hadith, ses lignes de transmission (isnads) étant parmi les plus fiables du moment. Jusqu'à aujourd'hui, le

    Shaykh al-Yaqoubi a enseigné, entre autres :

    - Tafsir al-Nasafi
    - Sahih al-Bukhari (19 fois)
    - Sahih Muslim,
    - Al-Muwatta (6 fois)
    - Al Shama'il de l'Imam al-Tirmidhi (17 fois)
    - Sharh al-fiqh al-Akbar, al-Tahawiyya (plus de 20 fois)
    - Sharh al-'Aqaa'id al-Nasafiyyah,
    - Ihya 'Ulum al-Din,
    - Al-Hikam d'Ibn' Atta'illah,
    - Al-Shifa du Qadi 'Iyaad,
    - Al-Qudouri,
    - Al-Hidayah,
    - Maqaamt al-Hariri,
    - Mughni al-Labeeb
    - Etc..



    Des étudiants et des savants affluaient du monde entier en Syrie pour lui rendre visite, ainsi qu'au cours de ses voyages, pour entendre la malsalslaat* ou obtenir une autorisation (ijaza) de narration d'un hadith.

    (* note : dans la traduction (de l'anglais) il est écrit malsalslaat mais il semble que ce serait plutôt des ahadiths mousalsal bi al mousafaha ou autres, voir : http://www.aslama point com/forums/showthr...q%C3%BBb%C3%AE )

    Les gens qui ont embrassé l'Islam ou qui se sont repentis par sa cause (en écoutant ses discours) se comptent par milliers, et aujourd'hui, un grand nombre de ses étudiants parcourent le monde pour diffuser la Loi sacrée et revivifier le curriculum des Ulémas.


    On notera par ailleurs que le Cheikh commença à enseigner le tajweed (récitation coranique) à l'âge de onze ans, prononça son premier discours public un an plus tard, et délivra sa première khutba (prêche du vendredi) à l'âge de quatorze ans et demi, et son père l'autorisa à enseigner la Loi sacrée de l'Islam quand il eut atteint sa vingtième année.


    Shaykh Muhammad est père de trois enfants et réside depuis plusieurs années à Rabat, au Maroc






    *





  3. #3
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    11 486

    Par défaut L'Imam Shafi`i (ra) faisait le tawassul par la wasîla de la Famille du Prophète (paix et salut sur lui )

    Citation :



    *


    Haythami dit en plusieurs endroit dans ses ouvrages

    al-Sawa`iq al-muhriqa li ahl ad-dalal wa al-zandaqa (cf. p. 180)

    et al-Khayrat al-hisan (p. 69):



    "Imam Shafi`i faisait le tawassul

    par la wasîla de la Famille du Prophète (paix et salut sur lui ) (Ahl al-Bayt)

    quand il disait :




    "Al an-nabi dharî`ati wa hum ilayhi wasîlatî arjû bihim ûtâ ghadan bi yadi al-yamîni sahîfatî "




    La famille du Prophète

    est mon moyen et mon intercesseur envers lui.

    A travers eux j'espère recevoir mon livre dans la main droite le jour du Jugement.




    ( Source : doctrine-malikite.fr )



    *


    Dernière modification par talib abdALLAH ; 02/08/2017 à 16h59.

  4. #4
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    11 486

    Par défaut

    Citation :


    *


    یا أهل بیتِ المصطفی
    یا عدتی
    وَ مَن علی حبّهُم أعتَمدُ
    أنتم إلی اللهِ غَداً وَسیلَتی
    و کیف أخشی ؟
    و بکم اعتضدُ
    ولیّکم فی الخُلدِ حَیّ خَالدٌ



    O famille d'al-Mustafa ﷺ,

    O ceux vers qui je me tourne,

    O ceux dont l'amour est ma dépendance,

    Vous êtes mes intercesseurs au Jour du Jugement.

    Pourquoi devrais-je avoir peur quand je vous fais confiance et que j'ai conviction en vous ?

    Celui qui vous aime réside éternellement dans le paradis ...




    Source :

    Collection de poèmes de l'Imam Shafi’i’,
    pg. 222-223,
    Dar al-Kitab al-Arabi,

    Beirut,

    1414



    *


    Dernière modification par talib abdALLAH ; 02/08/2017 à 18h31.

  5. #5
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    11 486

    Par défaut Le role salvateur de la famille du Prophete Paix et Benedictions sur Lui ainsi que Sa Famille


    بِسمِ اللهِ الرَّحمَنِ الرَّحِيم

    Wa Sallalahu 'ala sayiddina Muhammad wa 'ala alihi wa sahbihi wa sallam taslima



    *



    Le role salvateur de la famille du Prophete

    Paix et Benedictions sur Lui ainsi que Sa Famille



    par Al Habib Abu Bakr











    Le Cheikh est yéménite et descendant d'Ahl-ul-Bayt



    *




    Dernière modification par talib abdALLAH ; 22/08/2017 à 10h40.

  6. #6
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    11 486

    Par défaut

    اَعُوذُ بِاللهِ مِنَ الشَّيطَنِ الرَّجِيمِ

    بِسمِ اللهِ الرَّحمَنِ الرَّحِيم

    Wa Sallalahu 'ala sayiddina Muhammad wa 'ala alihi wa sahbihi wa sallam taslima





    Asalam 'alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh







    Nom : Syaikh-Abdullah-Siddiq-al-Ghumari.jpg
Affichages : 146
Taille : 16,5 Ko




    Le charîf, Chaykh `Abdou-Llâh al-Ghoumârî al-Hasanî (rahimahullah) a dit à propos de la famille du Prophète :


    « Désobéir à Allâh n’indique pas une impossibilité de filiation prophétique, car le charîf (le descendant du Prophète) n’est pas préservé. Il est plutôt comme le reste des musulmans. Il ne lui sied toutefois pas de commettre des actes de désobéissance, ceci par considération envers sa filiation. Lorsque le charîf commet un acte de désobéissance par le fait qu’il se rassure d’être charîf, il verra son péché multiplié, et le châtiment auquel il s’expose se durcir.


    Egalement, l’Islam ne reconnait ni charîf, ni autre que cela en matière de jugement religieux.

    Allâh a dit « Le plus noble d’entre vous pour Allâh est le plus pieux. »

    Et le Prophète a dit : « Les gens sont de deux sortes : croyant, pieux et digne pour Allâh ; pervers, mauvais et vil pour Allâh. »

    Il a également mis en garde sa famille de se satisfaire de leur filiation, les ayant incité à obéir à Allâh et à ne point Lui désobéir.

    Quant à la parole d’Allâh : « Allah ne veut que vous débarrasser de toute souillure, ò Gens de la Maison, et vous purifier pleinement », il a été certifié à travers un hadîth authentique que ce verset fut révélé à l’égard de 5 personnes : le Prophète, `Alî, Fâtima, al-Hasan et al-Housayn, que la paix soit sur eux. Ceux-ci furent vraiment purifiés, car ils ne désobéirent jamais à Allâh. »

    Le charîf doit donc considérer son statut de charîf pour ne pas souiller à travers ses désobéissances l’honneur du sang du Prophète qui parcoure ses veines ; il veillera plutôt à honorer sa filiation en se conformant au modèle prophétique. Ceci concerne le charîf lui-même.

    La mission du reste des musulmans consiste à les aimer et les honorer ; ils doivent se garder de les détester et les rabaisser. L’amour de la famille du Prophète fait partie des portes les plus importantes par laquelle on gagne l’amour d’Allâh. C’est, plus que cela, un des signes majeurs de l’amour d’Allâh. Si l’on voit une personne prendre soin et chérir la famille du Prophète, on saura à n’en pas douter qu’Allâh aime cette personne. Quant à celui qui ne prête pas attention à eux et les néglige, sa situation est des plus embarrassante ; ne pas considérer la famille du Prophète est certes une transgression.

    Sachez qu’être sunnite, étymologiquement, c’est se conformer à la sounna. Et la sounna consiste à aimer la descendance du Prophète.

    Le Prophète a dit : « Aimez-moi pour l’amour d’Allâh, et aimez ma famille pour mon amour ».

    En d’autres termes, nous devons aimer le Prophète pour pouvoir prétendre à l’amour d’Allâh, et nous devons aimer la famille du Prophète pour pouvoir prétendre l’aimer, lui.

    Formulé autrement, personne ne trouvera l’amour d’Allâh sans passer par le Prophète, et personne ne trouvera l’amour du Prophète sans passer par sa famille.

    En outre, il ne faut pas conditionner l'amour qu'on porte à la famille du Prophète en fonction de leurs bonnes ou mauvaises action. Nous devons les aimer par le simple fait qu'ils portent le sang du Prophète, même s'ils sont désobéissants. On ne devrait pas trouver sur cette terre quelqu’un qui chérisse plus la famille du Prophète que celui qui prétend suivre la sounna.

    Mais, voyez-vous, le temps dérobe les réalités que contiennent les termes pour n’en laisser qu’une coquille vide.

    Aujourd’hui, on s’est donc imaginé qu’être sunnite, c’est simplement reconnaitre la khilâfa de notre maitre Aboû Bakr, ou s’affilier au credo de l’Imam al-Ach`arî, en abandonnant tout ce qui composait l’essence du sunnisme, dont l’amour des ahl al-bayt est un fondement majeur.

    Qu’Allâh nous pardonne, nous guide, et nous donne l’amour de la famille du Prophète. Ämîn.




    Source : Traduction du groupe Facebook Al-Mâlikiyyoûn (Les Mâlikites)

    Romain Bigards

    Source du texte arabe non indiqué
    Dernière modification par talib abdALLAH ; 18/07/2018 à 21h33.

  7. #7
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    11 486

    Par défaut

    Mis à jour

    Ajout de la traduction d'un texte attribué au Cheikh Abdullah al Ghumari (rahimahullah) :

    https://forumislam.com/forum_musulma...l=1#post870480

Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •