Page 1 sur 2 1 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 16

Discussion: La bigoeterie dans la religion - Mohamed BAJRAFIL

  1. #1
    ex-Halim7878 Avatar de Halim
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 319

    Par défaut La bigoeterie dans la religion - Mohamed BAJRAFIL

    L'augmentation du nombre des péchés dits majeurs dans le temps est le fruit de la bigoterie et de l'ignorance chez, nous, les musulmans.

    Aujourd'hui, tout est haram, interdit s'entend. Même respirer peut pour certains poser problème. La vie du musulman est devenue un cauchemar. Pourtant, la facilité est l'ADN principal de notre religion. J'en vois certains s'offusquer de la réforme, considérée comme la menace principale de l'islam aujourd'hui. Surtout quand elle est adossée à l'Occident, présenté comme un bloc monolithique à la solde des puissances militaro-sionistes. Il faut, disent-ils, la combattre, sous peine de voir l'islam devenir une coquille vide.

    Deux choses doivent leur être dites d'entrée de jeu.

    La première est la suivante: Êtes-vous réellement croyants? Autrement dit: Croyez-vous au Coran? Oui, s'empresseront-ils de répondre. Et là l’assommoir leur tombe dessus par ce verset: "Certes Nous avons fait descendre le rappel; certes Nous en sommes les protecteurs jusqu'au jour des récompenses." Dieu vous dit que rien ne peut faire disparaître cette religion. Rien! Vous entendez? Rien, Il dit. Doutez-vous de Sa parole? C'est un comble!

    En réalité, ce n'est pas l'islam qu'on veut protéger mais plutôt nos habitudes. Sauf que celles-ci se trouvent aujourd'hui aux antipodes de ce que disent les Textes dont on se veut les principaux défenseurs. On se permet de voler, de tuer, de piller, de maudire, d'insulter, de calomnier, de haïr en leur nom. C'est un comble! Regardez l'attentat perpétré hier à Mogadiscio. Que reste-t-il au Diable, si c'est au nom de Dieu qu'il a été commis? Franchement!

    L'autre chose est que l'islam est un corps. Tout ce qui lui est étranger finit tôt ou tard par en être dégagé. Les divisions des musulmans en factions sont étrangères à l'islam. Raison pour laquelle, elles sont discutées et remises en cause constamment. Surtout quand elles se sortent mutuellement de la maison Islam.

    Le principal ennemi de toutes les religions est la bigoterie. Et ce, de l'aveu du Coran et de la Sunna. Un hadith du Prophète recueilli par Ibn Hibbâne dit : " La pire chose que je craigne pour ma communauté est un homme qui lit si souvent le Coran qu'il finit par en avoir l'aura. Il attaque son frère à l'épée et lui dit: " Tu es un associateur". Le Prophète prédit même leur échec permanent.

    Analysons la progression de la bigoterie. Sa principale expression passe par le nombre de péchés constatés par la personne. Plus on en voit, plus on est bigot. Ne cherchez pas autre chose. Ils vont vous sortir tel ou tel pieux prédécesseur qui était dur dans sa pratique pour noyer le poisson de leur bigoterie. La réalité est tout autre. Il suffit de voir combien de questions ont été posées par les compagnons pour comprendre qu'ils vivaient leur vie, loin de toute forme de bigoterie. 12 questions ou 13, selon les versions, ont été posées au Prophète par les compagnons, rapporte Ibn 'Abbas.

    Regardons les péchés majeurs, comme le propose un penseur contemporain. On voit leur nombre augmenter à une vitesse incroyable, à mesure que l'on s'éloigne, dans le temps, de la source prophétique, alors qu'il devrait être fixé par le Seul Créateur!
    1) Le premier à écrire un livre sur les péchés majeurs s'appelle al-Bardîji (m en 301 H). Pour lui, il n'y en a que 13.
    2) Le deuxième est al-Tabari (m en 310). Pour lui, le nombre de péchés majeurs est de 9.
    3) Vient ensuite Abu al-Tayyib al-Makki (m en 386 H). Il en compte, lui, 17, dans sa célèbre Nourriture des cœurs (Qût al-qulûb).
    4) Al-Râfi'i (m en 623 H), comme al-Nawawi, (m 676 H) et Ibn Rif'a (m en 710 H) en comptabilisent 40.
    5) Al-Dhahabi (m en 748) en relève 76, dans son livre célèbre Les péchés majeurs.
    6) Ibn al-Nuhâs (m en 814) en dénombre 171 dans son livre Tanbih al-Ghâfilîn.
    7) Ibn Hajar al-Haytami (m en 974 H) en compte plus de 400 dans son célèbre livre "Al-zawâjir 'ani 'qtirâfi al-kabâ'ir". 466 précisément.

    La question à se poser est la suivante: d'où vient tout cela? Le Prophète ne nous a-t-il pas appris que "l'illicite est ce que Dieu a décrété comme tel et le licite ce qu'Il a déclaré tel dans Son livre; que ce qu'Il a tu est une permission"?

    Vous voyez, chers vous, ce qu'on a fait de l'islam? Alors, messieurs les pourfendeurs de la réforme et autres complotistes à-deux-francs-six-sous, le pire ennemi de l'islam c'est la bigoterie. . À force de serrer les gens, ils finissent par tout abandonner. C'est une réaction naturelle. La dégringolade de la sacro-sainte bigoterie saoudienne doit servir de leçon pour tous.

    Quant au réformisme, il ne prendra corps que s'il reste en phase avec la raison, les bonnes manières et l'esprit des Textes. Pas leur lettre. Omar I. al-Khattâb s'est opposé à la lettre du Texte coranique qui permet le mariage temporaire, mais est resté fidèle à son esprit en l'interdisant. Le bigot ignore toujours l'esprit. Il regarde le doigt quand on lui montre la lune.

    Alors, chers vous, vivez votre vie. Le haram, c'est vraiment très peu de choses. Sinon, on va tout vous interdire même prier en pantalon jean, porter une casquette, une cravate, manger avec une fourchette, jouer au Scrabble. Vous ne me croirez pas mais les bougres nous ont pondu un livre sur l'interdiction de porter une cravate, intitulé al-qawl al-batta fî man labisa al-crafatta. Comme ils t'en ont pondu un autre sur l'interdiction de manger avec une cuillère, appelé: 'Inzâl al-Swawâ'iq fî man akala bi al-malâ'iq". Ils ont osé!

    Vivez votre vie et ne vous éloignez surtout pas d'une pratique raisonnée de votre religion à cause d'eux. L'islam est beau, sachez-le. Ils travaillent à l'enlaidir, par leur ignorance. La religion est une facilité. Ils œuvrent à l'alourdir, par leur imbécilité.

    La vraie réforme doit œuvrer à remettre la bigoterie à sa place, c'est-à-dire le néant, poubelle des sottises et des crimes. Autrefois, les musulmans discutaient de tout. On a, en effet, vu des débats sur le statut coranique de certains chapitres, comme les deux derniers chapitres du Coran considérés par Ibn Masund comme n'en faisant pas partie. L'islam a-t-il pour autant disparu? Non! Sinon, nous ne serions pas musulmans aujourd'hui.

    Alors, quand certains estiment qu'un réformiste ou un prétendu tel dit n'importe quoi, qu'ils lui répondent calmement et s'inscrivent dans un débat constructif. Mais, qu'ils ne se lancent pas dans des attaques ad personam, qui ne peuvent être que l'expression d'un esprit au mieux immature, au pire dérangé.

    Humainement vôtre.

    (le 16/10/2017)

    M. B
    Dernière modification par Halim ; 03/11/2017 à 11h28.

  2. #2
    Avatar de Mohamed_
    Date d'inscription
    janvier 2016
    Localisation
    France
    Messages
    702

    Par défaut

    Assalamou'alaykoum

    Barakalahou fik, J'ai aussi du mal à croire que le messager d'Allah alayhi salat wa salam enseignait aux anciens polythéistes et autres, qu'il y a plus de 400 grand péchés dans notre religion, ils auraient tous fuit l'Islam.

  3. #3
    ex-Halim7878 Avatar de Halim
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 319

    Par défaut

    Citation Envoyé par Mohamed_ Voir le message
    Assalamou'alaykoum

    Barakalahou fik, J'ai aussi du mal à croire que le messager d'Allah alayhi salat wa salam enseignait aux anciens polythéistes et autres, qu'il y a plus de 400 grand péchés dans notre religion, ils auraient tous fuit l'Islam.
    wa aleykum salam cher frère

    je trouve le texte "intéressant" sur le fond mais un peu "sévère " dans la forme

    la question de la "normativité" et de la réduction du "moubah " (le "permis") sont au-delà d'une certaine forme de "bigoterie" aussi à lier à d'autres questions comme par ex :

    - l'extension du territoire musulman après la mort du prophète et la nécessité pour les musulmans d’organiser les nouveaux territoires,de traiter de nouvelles problématiques etc...
    - l'organisation et la "codification" du savoir islamique (époque dite du "tadwine") et le lien avec l'autorité politique et l'émergence des dynasties (comme les omeyyades, les abbassides etc)
    - les débats politco-religieux et l'émergence des différents courants de pensée etc.
    - la question de l'ijtihad et du patrimoine islamique ...

    etc.

    Bref un vaste sujet d'étude !

    Mais en gros je suis d'accord sur le fait de ne pas tout " interdire "
    Dernière modification par Halim ; 03/11/2017 à 14h53.

  4. #4
    Avatar de Mohamed_
    Date d'inscription
    janvier 2016
    Localisation
    France
    Messages
    702

    Par défaut

    En fait, pour moi çà dépend. Certaines choses pour moi ne sont pas interdite ou obligatoire ou recommandé en sois, mais si l'objectif derrière est noble, si le savant se rend compte par exemple que l'influence des non musulmans est dangereuse au point de vouloir les détourner de l'Islam, surtout chez les gens simple gens qui n'étudient pas la religion, qui sont impressionnés par certains discours ou autres des non musulmans, et que s'il est nécessaire d'interdire ou d'obliger les musulmans à faire certaine chose dans le but de les préserver de cela, ou par exemple si certains actes relève d'une interdiction globale comme l'orgueil etc..

    Je pense que certaines interdiction, obligation, recommandation avaient ce but déjà pendant la révélation, comme par exemple la barbe, ou l'interdiction de certaines couleurs au niveau des vêtements, ou le fait de jeuner un jours supplémentaire, ou d'éviter de jeuner certains jours, le port de l'or ou de la soie, les vêtements qui dépassent les chevilles etc. Ça varie en fonction du temps et des défis auxquelles sont confrontés les musulmans d'une époque.

  5. #5
    Editeur Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    5 712

    Par défaut

    As-salam 'alaykum wa rahmatullahi wa barakatuh

    Plûtot que de réforme mieux vaut parler de revivification, le sens des deux mots est différent si celà concerne l'Islam en tant que religion.

    Si réforme il doit il y avoir c'est surtout celle des coeurs et celà passe l'éducation spirituelle, telle qu'elle a été entrepris par des prédicateurs soufis dans différentes contrées et les oulémas reconnus de "l'orthodoxie" islamique, citons l'Indonésie, la Malaisie, atteinte par des commercants musulmans et des prédicateurs venus d'Arabie et du Yemen. L'Islam a ensuite régi les rapports sociaux, commerciaux et politiques de ces contrées, les populations ayant intériorisés et adhérés aux valeurs venues d'ailleurs avec des croyants représentant l'intégrité de l'Islam, sans laxisme, sans extrémisme, par leur comportements exemplaires.

  6. #6
    ex-Halim7878 Avatar de Halim
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 319

    Par défaut

    Citation Envoyé par Mohamed_ Voir le message
    En fait, pour moi çà dépend. Certaines choses pour moi ne sont pas interdite ou obligatoire ou recommandé en sois, mais si l'objectif derrière est noble, si le savant se rend compte par exemple que l'influence des non musulmans est dangereuse au point de vouloir les détourner de l'Islam, surtout chez les gens simple gens qui n'étudient pas la religion, qui sont impressionnés par certains discours ou autres des non musulmans, et que s'il est nécessaire d'interdire ou d'obliger les musulmans à faire certaine chose dans le but de les préserver de cela, ou par exemple si certains actes relève d'une interdiction globale comme l'orgueil etc..

    Je pense que certaines interdiction, obligation, recommandation avaient ce but déjà pendant la révélation, comme par exemple la barbe, ou l'interdiction de certaines couleurs au niveau des vêtements, ou le fait de jeuner un jours supplémentaire, ou d'éviter de jeuner certains jours, le port de l'or ou de la soie, les vêtements qui dépassent les chevilles etc. Ça varie en fonction du temps et des défis auxquelles sont confrontés les musulmans d'une époque.
    on trouve par ex le principe de "sadd ad darai" expliqué ainsi chez les malikites :

    " Sadd al-darai' est la prévention des moyens qui peuvent entraîner une nuisance. Le principe général est que ce qui mène vers l'illicite est illicite (et ce qui mène vers le recommandé est recommandé, vers le non-souhaitable, non-souhaitable etc.).

    Par exemple, les savants considèrent qu'il est interdit de conserver du vin même si le but est d'en faire du vinaigre, car la tentation est toujours possible.

    Autres exemples:

    Creuser des puits est une bonne chose mais si cela est fait au milieu d'une route non (car il y a le risque que des gens y tombent)...

    Utiliser un médicament autorisé en vu de l'ivresse qu'il procure est interdit .

    Le gaspillage -même dans les choses licites- mais cela dépend de l'état matériel de la personne concernée et de la nature de la dépense: exemple une personne qui a une famille à charge ou des dettes n'a pas à donner tout son argent en aumône!

    Il est interdit de se retrouver dans un lieu ou dans une situation qui pourrait entraîner la survenue de quelque chose d'illicite: endroit où de l'alcool ou de la drogue est consommé, lieu de débauche

    etc. "


    source : http://www.doctrine-malikite.fr/Doct...kite_a136.html
    Dernière modification par Halim ; 03/11/2017 à 15h59.

  7. #7
    Modérateur Sermenté Avatar de Ilyes
    Date d'inscription
    septembre 2010
    Localisation
    France
    Messages
    8 982

    Par défaut

    As-salam 'alaykum wa rahmatullah wa barakatuh,

    Citation Envoyé par Mohamed_ Voir le message
    Je pense que certaines interdiction, obligation, recommandation avaient ce but déjà pendant la révélation, comme par exemple la barbe, ou l'interdiction de certaines couleurs au niveau des vêtements, ou le fait de jeuner un jours supplémentaire, ou d'éviter de jeuner certains jours, le port de l'or ou de la soie, les vêtements qui dépassent les chevilles etc.
    Ton raisonnement a été effectivement utilisé par les savants ayant établi les règles de shari'a, mais attention, dans ce que tu as cité il y a des sagesses et des secrets derrière ces pratiques... Ce qui peut paraître un détail cache des océans. Le Prophète (sallAllahu 'alayhi wa sallam) était d'une subtilité exceptionnelle, il citait la raison de pratiquer un acte au bon moment d'une manière simple et claire, alors qu'il pouvait y avoir aussi beaucoup plus derrière cette pratique. Seulement le Prophète (sallAllahu 'alayhi wa sallam) a exposé simplement les choses pour que les simples d'esprit puissent comprendre. Le Prophète (sallAllahu 'alayhi wa sallam) a insisté sur la bonne transmission des hadiths parce qu'il savait tout ce qui était derrière ses paroles, et que chacun après lui prendra plus ou moins des sagesses révélées en fonction de ses capacités.
    Donc oui certaines pratiques ne doivent pas être prises avec extrémisme comme les vêtements qui dépassent des chevilles, néanmoins cela ne doit pas nous laisser sous-estimer les enseignements du Prophète (sallAllahu 'alayhi wa sallam).
    " Celui qui aime pour Allah, déteste pour Allah, donne par amour pour Allah, et se retient pour Allah, aura complété sa Foi " - Ja'far as-Sâdiq ('alayhi as-salam)

  8. #8
    ex-Halim7878 Avatar de Halim
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 319

    Par défaut

    Citation Envoyé par talib abdALLAH Voir le message
    As-salam 'alaykum wa rahmatullahi wa barakatuh

    Plûtot que de réforme mieux vaut parler de revivification, le sens des deux mots est différent si celà concerne l'Islam en tant que religion.

    Si réforme il doit il y avoir c'est surtout celle des coeurs et celà passe l'éducation spirituelle, telle qu'elle a été entrepris par des prédicateurs soufis dans différentes contrées et les oulémas reconnus de "l'orthodoxie" islamique, citons l'Indonésie, la Malaisie, atteinte par des commercants musulmans et des prédicateurs venus d'Arabie et du Yemen. L'Islam a ensuite régi les rapports sociaux, commerciaux et politiques de ces contrées, les populations ayant intériorisés et adhérés aux valeurs venues d'ailleurs avec des croyants représentant l'intégrité de l'Islam, sans laxisme, sans extrémisme, par leur comportements exemplaires.
    Oui ce point rejoint je trouve ce que dit en France le Pr Eric Geoffroy : « Pour moi, seule la spiritualité peut être un remède à ce nihilisme. Pas la spiritualité comme l’envisagent certains, à savoir une bulle dans laquelle on se réfugie, mais une conscience qui éclaire ce que l’on vit. Les réformes politiques ou religieuses, l’observance des rituels ne suffisent pas : nous avons besoin de l’éclairage de la spiritualité, qui donne du sens et nourrit l’être. »

    source: http://www.lalsace.fr/actualite/2016...age-de-l-islam
    Dernière modification par Halim ; 03/11/2017 à 16h23.

  9. #9
    Avatar de Mohamed_
    Date d'inscription
    janvier 2016
    Localisation
    France
    Messages
    702

    Par défaut

    Citation Envoyé par Ilyes Voir le message
    As-salam 'alaykum wa rahmatullah wa barakatuh,


    Ton raisonnement a été effectivement utilisé par les savants ayant établi les règles de shari'a, mais attention, dans ce que tu as cité il y a des sagesses et des secrets derrière ces pratiques... Ce qui peut paraître un détail cache des océans. Le Prophète (sallAllahu 'alayhi wa sallam) était d'une subtilité exceptionnelle, il citait la raison de pratiquer un acte au bon moment d'une manière simple et claire, alors qu'il pouvait y avoir aussi beaucoup plus derrière cette pratique. Seulement le Prophète (sallAllahu 'alayhi wa sallam) a exposé simplement les choses pour que les simples d'esprit puissent comprendre. Le Prophète (sallAllahu 'alayhi wa sallam) a insisté sur la bonne transmission des hadiths parce qu'il savait tout ce qui était derrière ses paroles, et que chacun après lui prendra plus ou moins des sagesses révélées en fonction de ses capacités.
    Donc oui certaines pratiques ne doivent pas être prises avec extrémisme comme les vêtements qui dépassent des chevilles, néanmoins cela ne doit pas nous laisser sous-estimer les enseignements du Prophète (sallAllahu 'alayhi wa sallam).
    Wa 'alaykoum salam wa rahmatoulah wa barakatouh

    Oui, je suis convaincue que chaque parole avaient par moment plus d'un objectif, je ne cherche pas à restreindre à un objectif précis. Par exemple, je me dis que pour l'or, il se peut que l'interdiction avait pour but d'éviter que les hommes deviennent arrogant, et qu'ils deviennent plutôt généreux en faisant l'aumône, mais le fait de porter l'or en soit n'est pas quelque chose d'interdit, la preuve les femmes le portent bien pour des raisons d'embellissement, et l'homme en générale ne le porte pas vraiment pour cette raison, juste pour afficher un rang sociale. Mais il se peut qu'un bijou revêt une signification tout autre pour la personne.

    Çà me dérange de prendre un texte sans en saisir les sagesses, par exemple le fait de laisser les vêtements dépassé les chevilles, c'est le genre d'interdiction qui dépend vraiment du contexte de l'époque qui n'est vraiment plus d'actualité aujourd'hui, qui va laisser trainer ses vêtements comme le faisaient autrefois les gens pour afficher leur rang ? Il se peut qu'il y est des vêtements au dessus des chevilles qui sont tout autant portés par arrogance, pour se distinguer des autres, comme le faisaient à une époque la noblesse française... Pour moi la sunnah, c'est la mise en pratique du Coran a un moment donné de l'histoire, certaine chose peuvent être encore d'actualité de nos jours comme d'autres non.

  10. #10
    ex-Halim7878 Avatar de Halim
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 319

    Par défaut

    Citation Envoyé par Mohamed_ Voir le message

    ...Çà me dérange de prendre un texte sans en saisir les sagesses, par exemple le fait de laisser les vêtements dépassé les chevilles, c'est le genre d'interdiction qui dépend vraiment du contexte de l'époque qui n'est vraiment plus d'actualité aujourd'hui, qui va laisser trainer ses vêtements comme le faisaient autrefois les gens pour afficher leur rang ? Il se peut qu'il y est des vêtements au dessus des chevilles qui sont tout autant portés par arrogance, pour se distinguer des autres, comme le faisaient à une époque la noblesse française... Pour moi la sunnah, c'est la mise en pratique du Coran a un moment donné de l'histoire, certaine chose peuvent être encore d'actualité de nos jours comme d'autres non.
    Ce que tu dis Mohamed me fait rappeler les questions des "finalités " (maqasid) c'est un sujet passionnant mais qui fait débat !

Page 1 sur 2 1 2 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Je réfléchos donc je vis - Pr Mohamed Bajrafil
    Par Halim dans le forum Autres sujets islamiques
    Réponses: 0
    Dernier message: 10/04/2017, 10h15
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 13/12/2014, 19h59
  3. Mohamed Bajrafil - Le Coran incite-t-il à battre la femme ? (Sourate 4, Verset 34).
    Par Islam X Al-Chāfi’ī dans le forum Sagesses tirées du Coran et de la Sounnah
    Réponses: 1
    Dernier message: 31/01/2013, 14h51
  4. Mohamed Bajrafil - Gestion des conflits dans un couple
    Par Pakos Repenti dans le forum Vidéos
    Réponses: 3
    Dernier message: 06/06/2012, 14h50
  5. Mohamed Bajrafil - Leçon d'humanité à la France.
    Par Islam X Al-Chāfi’ī dans le forum Poésies
    Réponses: 4
    Dernier message: 13/05/2012, 22h09

Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •