Page 1 sur 2 1 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 13

Discussion: Se référer à une des 4 écoles, ou se référer soit même

  1. #1

    Date d'inscription
    octobre 2017
    Localisation
    Près de Rennes
    Messages
    43

    Par défaut Se référer à une des 4 écoles, ou se référer soit même

    As salam aleykum
    Je me pose cette question qui je crois qu’il n’est pas si facile que ça d’y répondre..
    Est ce que c’est mieux de suivre une école juridique en particulier ou est-ce que l’on peut se référer soit même à notre propre opinion (en se référant au Coran et à La sunna,hadiths ) car à la base c’est ça c’est ces deux choses qui sont importantes nous le savons tous et les savants qui ont créés les écoles ont eux mêmes divergé.Et quand je dis se référer soit même ce n’est pas faire ce que l’on veut non c’est suivre le Coran quoi qu’il arrive mais avec sa propre analyse ( sans se prétendre savant bien entendu Et si l’on prend l’exemple du prophète il me semble qu il n’appartenait à aucune école car elles n’existaient pas. J’aimerais quelqu’un de « qualifier « pour répondre à cette question svp ^^ qui connaît énormément l Islam. Merci

  2. #2
    Modérateur Sermenté Avatar de Ilyes
    Date d'inscription
    septembre 2010
    Localisation
    France
    Messages
    9 012

    Par défaut

    Wa 'alaykum as-salam wa rahmatullah wa barakatuh,

    Pour pouvoir se référer soi-même il faut être mujtahid mutlaq, ça fait très longtemps que ça n'existe plus. Les grands savants se réfèrent à ces deux sources selon la méthodologie de leur école, en tant que mujtahid, seulement quand il y a besoin de nouveaux avis. Quant au non-savant, c'est un excellent moyen de s'égarer. Il est impossible pour un non-savant d'être bien guidé en se référant juste au Coran et aux hadiths, beaucoup ont essayé et on les a vu sur ce forum, à chaque fois c'était une catastrophe, ils racontaient bêtises sur bêtises, moi le premier il y a plusieurs années quand j'ai fait l'erreur une fois de déduire une règle de fiqh d'après un hadith que je pensais évident...

    Il n'y a pas besoin d'être qualifié pour répondre à cette question, c'est vraiment une base importante que tout le monde doit comprendre, sans quoi on apprendra un islam faux. Il est très facile de reconnaitre quelqu'un qui n'a pas adopté ce principe.
    " Celui qui aime pour Allah, déteste pour Allah, donne par amour pour Allah, et se retient pour Allah, aura complété sa Foi " - Ja'far as-Sâdiq ('alayhi as-salam)

  3. #3
    Editeur Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    5 992

    Par défaut

    As-salam 'alaykum wa rahmatullahi wa barakatuh



    La question devrait être posé plûtot de cette manière : "Qui est apte à l'Ijtihad ?"

    Pourquoi on se réfère aux savants qualifiés ayant fait consensus au sein du sunnisme : c'est parce que leurs methodologies d'extraction des ahkam, des avis juridiques, des commandements à partir des sources (Coran,Sunna ...) ont été considéré par consensus valide et ces methodologies se réfèrent aux 4 écoles juridiques reconnues.

    Les conditions pour faire l'Ijtihad sont conditionnnés par des critères ne permettant pas à n'importe qui de le faire.


    Donc si je te pose les questions :

    "Est-ce que tu maitrises l'arabe Coranique ?"

    "Est-ce que tu connais le Coran par coeur, des centaines de milliers de (200 000 ?, 300 000 ?, 400 000 ?, 600 000 ?) hadith par coeur ?"

    "Est-ce que tu connais tous leurs degrés d'authenticité ainsi que leurs interprétations et commentaires ?"

    "Est-ce que tu connais les avis des Compagnons sur différents sujets auquels ils ont répondu ?"

    "Est-ce que tu connais toutes les divergences de réponses selon chaque école concernant un sujet ?"

    "Est-ce que tu maitrise une methodologie d'extraction des règles juridiques à partir des sources ?"

    "Est-ce que tu es une personne pieuse et véridique ?"



    Suivre une école de jurisprudence, c'est ce que font la majorité des musulmans par exemple en Asie (Inde, Pakistan, Ouzbékistan, Chine Orientale...), ils ont adopté l'école hanafite depuis des siècles.

    Suivre une école juridique ne veut pas dire que l'on suit une voie avec une vision figé, les savants de tel ou tel école de jurisprudence se réunissent ensemble pour apporter des réponses à des questions contemporaines.




    Et les écoles de jurisprudence sont vivantes :




    • Ce qu'il faut savoir c'est que l'imam est le fondateur de l'école, il fonde les bases juridiques qui lui permettent de tirer les commandements du livre saint et de la sunna.






    • Mais il se trouve que dans toutes les écoles, il y a beaucoup d'avis qui ne vont pas dans le même sens que celui de l'imam pour différentes raisons :




    - soit, les disciples trouvent une argumentation qui a échappé à l'imam fondateur.

    - soit, tout simplement, les disciples (qu'ils soient directs ou indirects) ne partagent pas le fait que l'imam fondateur favorise tel ou tel dalil.

















  4. #4

    Date d'inscription
    octobre 2017
    Localisation
    Près de Rennes
    Messages
    43

    Par défaut

    D’accord, je suis un converti depuis quelques mois seulement ^^ donc j’apprends au fur et à mesure in sha allah. En tout cas je vois que vous êtes du même avis c’est bien, j’ai compris oui surtout le passage du Coran ou Allah azawajal dit Demandez donc aux érudits du Livre,si vous ne savez pas ( Sourate 21 v.7 ) ça et la vidéo que tu as posté talib c’est intéressant ����
    Barak Allahu fikum

  5. #5
    Editeur Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    5 992

    Par défaut

    Machaa Allah, Allahumma barik

    Qu'Allah Subhanahu wa Ta'ala te facilite.



    Pour ce qui est des questions qui nécessitent un avis juridique, les personnes habilités sont les savants qu'ont appelle les juristes (fuqaha au plur./faqih au sing.), et les muftis.



    Sinon des étudiants en religion peuvent dans une certaine mesure rapporter des avis de savants ou s'exprimer sur des sujets que tous musulman sont sensés connaitre, des choses de bases.

    Tu peux voir ce sujet inch'Allah :



    Ne pas emettre un avis juridique, une fatwa, sans habilitation


    Règles / Conditions de la Fatwa et de l'interpretation





    Source :

    http://www.doctrine-malikite.fr/Cond...tation_r5.html







    La Fatwa consiste en une interprétation (ou une compréhension) du texte traditionnel en vue de statuer sur un sujet ou émettre un ordre légal, c'est le domaine exclusif des savants compétents. Il peut s’agir aussi d’un effort juridique (Ijtihâd) du savant si le texte traditionnel est absent. Comme on l’a vu dans l’exemple précédent: les compagnons ont interprété la parole du Prophète (paix et salut sur lui) car ils ont vécu avec lui et ont été éduqué et enseigné par lui directement. En plus, ils n’ont pas hésité à revenir vers lui pour statuer sur leur interprétation.

    La discipline de la Fatwa et de l’interprétation du texte sacré a ses convenances et ses conditions. Elle obéit à des règles strictes.



    On cite parmi ces règles :



    1.
    La connaissance du Coran et de ses sciences (‘ulûm Al-qur’ân): ses différentes interprétations (les exégèses : selon Ibn ‘Abbâs, selon Ibn Mas‘ûd..), circonstances et causes de révélation de chaque verset (Asbâb An-nuzûl), statut de chaque verset ...ainsi que la connaissance du Hadîth et ses sciences: degré d’authenticité de chaque hadîth, sa portée, son statut.,son interprétation...



    2. La connaissance de l’abrogé et de l’abrogeant (An-nâsikh wa al-mansûkh) que cela concerne le Coran ou le Hadîth : certains versets figurent dans le Coran parce que la chronologie de la révélation l’a voulu et parce que la pédagogie évolutive de la sagesse coranique l’a exigé, mais ils ne sont plus applicable et ne comptent plus en matière de jurisprudence. A l’inverse, certains versets étaient révélés au Prophète (paix et salut sur lui) et les compagnons les avaient appris, ensuite, Dieu révéla qu’ils soient abrogés(annulés en lecture et écriture:naql) du Coran mais qu’ils restent applicables en matière de jurisprudence (hukm).


    Exemples d’abrogé et d’abrogeant :



    Pour le Coran :

    « Ils t’interrogent sur le vin et le jeu (de hasard). Dis « Il y a en eux un grand péché et des profits pour les gens et leur péché est plus grand que leur profit. »[1]

    Après la révélation de ce verset : une partie des musulmans a cessé de consommer le vin et une partie a réduit sa consommation…

    Ensuite, et dans la continuité de cette pédagogie éducative, la révélation encourage encore plus la non consommation du vin en ordonnant les musulmans à ne pas approcher la prière en état d’ivresse, ce qui ne constituait pas encore une interdiction ferme du vin :

    « O vous qui avez cru ! N’approchez pas la prière alors que vous êtes ivres jusqu’à ce que vous sachiez ce que vous dites… »[2]

    Puis enfin, quand la foi s’est consolidée dans les cœurs, le verset de la Sourate Al- Mâida a été ferme et claire pour interdire définitivement la consommation du vin et les jeux du hasard et pour abroger le premier verset cité:

    « O vous qui avez cru ! Le vin, la divination par les entrailles des victimes ainsi que le tirage au sort (jeu de hasard) ne sont qu’un acte impur de ce que fait Satan. Evitez le !....Le diable ne cherche qu’à introduire parmi vous les germes de la discorde par l’animosité et par la haine à travers le vin et le jeu (de hasard) et à vous détourner de l’invocation de Dieu et de la prière. Allez – vous donc y mettre fin ? »[3]




    Pour la parole du Prophète (paix et salut sur lui) (Hadîth):

    On cite l’exemple du Hadîth qui interdisait au début de l’Islam la visite des tombeaux (car les arabes à l’époque venaient de quitter les idoles de pierre) qui fut abrogé par le Hadîth suivant : « Je vous avais interdit de visiter les tombes, maintenant visitez les »[4] (car alors, en raison de leur foi, les compagnons ne risquaient plus d’adorer les morts ou les pierres)

    Il faut savoir distinguer aussi dans le Coran : « le Muhkam et le Mutashâbih » c'est-à-dire les versets qui sont fermes et clairs et les versets qui ne peuvent être compris qu’au deuxième degré[5] : comme « la main de Dieu est au dessus de leur main »[6]…







    3. Connaître la portée de chaque texte sacré ( portée générale, ou plutôt spécifique à une situation ou à une personne ou à une catégorie de personnes).


    Exemples:


    La prière de la peur (salât al-khawf) -décrite dans le Coran (Sourate An-nisâa, verset 102) et dans les Hadîths -est spécifique à une situation particulière...

    Les versets à propos des polythéistes ne peuvent pas s'appliquer aux croyants...






    4. Connaître les sujets à propos desquels les savants de la communauté ont établi un consensus (Ijmâ‘).






    5. Connaître les outils de la jurisprudence(droit) islamique comme l’analogie, les intérêts collectifs, les dérogations…Et la jurisprudence dans les situations exceptionnelles (famine, contrainte, guerre)… : à titre d’exemple citons ce qu’a fait le deuxième Calife, ‘Umar, qui a annulé la sanction contre le vol au moment de la famine qui a touché l’Arabie à son époque (car les gens volaient pour manger et survivre !)[7].

    'Umar a augmenté la sanction sur la consommation du vin, car les gens le consommaient de plus en plus à son époque.





    6. La piété, le scrupule, la crainte de Dieu et la sagesse sont de même des qualités requises : la Fatwa est en effet une très lourde responsabilité : les facteurs de piété et de firâsa(le fait de voir avec la lumière de Dieu : la sagacité) sont nécessaires dans certaines affaires : 'Uthmân Ibn ‘Affân (que Dieu l’agrée) ayant perçu(douté) que la femme qui a commis l’adultère (zinâ) n’avait pas connaissance du texte qui l’interdit ; a jugé qu’elle ne pouvait pas être sanctionnée par le Hadd…




    7.
    Connaître l’environnement (c'est-à-dire le contexte social et politique..) et l’impact des avis juridiques (sur l’intérêt et l’avenir de la communauté : particulièrement dans les pays non musulmans).



    Exemples:


    un Muftî ne peut pas se prononcer sur un produit financier sans consulter un spécialiste en finance pour connaître de façon précise son contenu...

    Idem pour un produit alimentaire nouveau ou un produit pharmaceutique...

    C'est pour cela qu'on trouve de plus en plus des comités de droit (Mujamma'ât fiqhiyya) composés en plus des savants en droit musulman, de spécialistes en divers domaines...

    Si pour une affaire donnée, le Muftî est confronté à plusieurs avis juridiques possibles, il optera pour l'avis à la fois recevable et en même temps qui facilite la vie des gens...

    Le Prophète (paix et salut sur lui) dit : «Cherchez la facilité (facilitez) et évitez la difficulté (les choses dures et compliquées) (ne rendez pas les choses difficiles) ; et soyez des annonciateurs de la bonne nouvelle et ne rebutez pas les gens (ne les dégoûtez pas et ne les faites pas fuir)»

    Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim






    Au regard de ce qu'on a dit, il paraît évident qu'il ne suffit pas de connaître le Coran par cœur et de maîtriser la langue arabe ou d’avoir fait quelques lectures de livres de la religion pour se permettre de donner des avis juridiques (fatwa)…Même le grand savant l’Imâm Mâlik de Médine : répondait fréquemment quand on lui posait des questions : « je ne sais pas ! » par crainte de Dieu et par pudeur.

    S’adonner à la Fatwa sans avoir les compétences requises, porte préjudice à la foi et c’est même une source d’égarement. Cette attitude irresponsable souille l’image de l’Islam et des musulmans dans le monde.

    Allah dit dans le Coran à ce propos : « ne dites pas au sujet de ce que vos langues décrivent en pur mensonge : « Ceci est licite (halâl) et cela est interdit (harâm) » afin de fabriquer le mensonge sur le compte de Dieu. Ceux qui fabriquent le mensonge sur le compte de Dieu ne récoltent pas le succès. Jouissance insignifiante et ils ont un supplice douloureux »[8]

    Le Prophète (paix et salut sur lui) a dit : « la personne qui se presse à donner les fatwas se presse vers l'Enfer »[9]. On signale l'exemple de compagnons qui refusaient de répondre aux questions et préféraient renvoyer le requérant à d'autres, par humilité et pour se décharger de la lourde responsabilité morale qu'impliquait l'exercice d'une telle fonction[10]. Une personne qui répond à toute question qui lui est posée est qualifiée de "fou". Des grands légistes ne se gênaient pas à répondre aux questions par: "Je ne sais pas", "Je l'ignore". Abû-Hanîfah disait: « Si je ne craignais la perte de la science, je me serais abstenu de répondre aux questions »[11]. L’Imâm Mâlik répondait souvent qu’on on l’interrogeait : « je ne sais pas »- comme on l’a vu– par humilité et par scrupule, malgré sa science vaste.




    Notes de bas de page:

    [1] Sourate 2, verset : 219

    [2] Sourate 4, verset : 43

    [3] Sourate 5, versets : 90-91

    [4] Al-Bukhârî

    [5] Voir le chapitre du dogme à propos du « Tafwîd »

    [6] Sourate 48 verset 10 : on ne peut comparer la main de Dieu à aucune de Ses créatures. Dieu n’a pas de semblable, et on ne peut rien imaginer à Son propos: car même notre imagination est une de Ses créations, donc elle reste faible et limitée, Dieu est au dessus de toutes nos comparaisons (voir le chapitre du dogme).

    [7] Voir au sujet du « Ta’wîl » (interprétation) : Mukhtasar as-sawâ'iq al-mursala d’Ibn Al-Qayyim, p. 155-156 et p. 39-48 – Majmû'atu rassâ'il al-imâm ash-shahîd, al-asl at-tâsi'a ashar – Al-madkhal li dirâsat a-s-sunna an-nabawiyya, Al-Qardâwî, p. 181-204 – Hujjat ullâh l-bâligha, Shâh Waliyyullâh, ou encore « hayâtu a-ssahâbati » (la vie des compagnons) de Kandahlâwî.

    [8] Coran : Sourate 16 ; versets : 116 et 117.

    [9] An-Nawawi, op. cit., 13-18.

    [10] Rapporté par Al hâfidh Abû Khaythama dans son livre " Kitan 'ilm" (21), rapporté par ad-Darimi( 137.p49/1)

    [11] Al-‘Imâdî, op. cit., 30-36; An-Nawawi, op. cit., 13-18; Ibn-as-Sâlih, op. cit., 71-85; Al-Qâsim, op. cit., 44-45.









    Pour approfondir :




    Dernière modification par talib abdALLAH ; 07/11/2017 à 01h12.

  6. #6
    Modérateur Sermenté Avatar de Ilyes
    Date d'inscription
    septembre 2010
    Localisation
    France
    Messages
    9 012

    Par défaut

    Une traduction meilleure de ce morceau du verset est " Demandez aux gens du dhikr si vous ne savez pas ". Le dhikr c'est le rappel d'Allah. Ce verset montre que la personne qu'on doit aller voir ne doit pas seulement être savante, mais aussi une personne pieuse qui se rappelle souvent d'Allah. Les paroles des gens du dhikr sont lumineuses, alors que les paroles des savants qui n'ont rien de plus que leur science sont mortes. On sent de toute façon la différence entre les deux catégories quand on compare les discours.
    " Celui qui aime pour Allah, déteste pour Allah, donne par amour pour Allah, et se retient pour Allah, aura complété sa Foi " - Ja'far as-Sâdiq ('alayhi as-salam)

  7. #7

    Date d'inscription
    octobre 2017
    Localisation
    Près de Rennes
    Messages
    43

    Thumbs up

    Merci pour vos réponses c’est au top !Par contre Ilyès quand tu parles des gens du dhikr , je comprends pas tt a fait car moi par exemple ou bcp d’entre nous j’imagine il nous arrive régulièrement de faire du dikhr .. et c’est pas moi par exemple qu’il faut venir voir car je n’ai pas encore assez de connaissances de l islam ^^

  8. #8
    Modérateur Sermenté Avatar de Ilyes
    Date d'inscription
    septembre 2010
    Localisation
    France
    Messages
    9 012

    Par défaut

    Peut-être pas pour des questions nécessitant d'être un savant, mais pour de simples conseils, si tu es du genre à faire beaucoup de dhikr, tu seras le genre de personne qu'il faudra aller voir pour être conseillé. Le dhikr développe l'intuition, illumine le cœur et donne une bonne odeur spirituelle. Il y a des sciences qui ne s'obtiennent que par le dhikr. Le dhikr est la clé de tout bienfait. Être assidu dans le dhikr est ce qui permet de progresser spirituellement, surtout à notre époque où l'élévation spirituelle est plus puissante que par le passé en contrepartie de l'obscurité qui s'est répandue sur Terre.
    " Celui qui aime pour Allah, déteste pour Allah, donne par amour pour Allah, et se retient pour Allah, aura complété sa Foi " - Ja'far as-Sâdiq ('alayhi as-salam)

  9. #9

    Date d'inscription
    octobre 2017
    Localisation
    Près de Rennes
    Messages
    43

    Par défaut

    D’accord. J’ai une autre petite question mais qui n’as pas de rapport je vous la pose ici .. on m’as prêté La bible et je voulais savoir si vous pensez que c’est haram ou makruh ou si il n’y a aucun soucis d’avoir la bible chez soit en sachant bien évidemment mon livre c’est le Coran et que c’est uniquement parce que je m’intéresse à voir les erreurs présentes dedans etc c’est juste à titre de connaissance en gros

  10. #10
    Modérateur Sermenté Avatar de Ilyes
    Date d'inscription
    septembre 2010
    Localisation
    France
    Messages
    9 012

    Par défaut

    On doit respecter un livre de Bible ou de Thorah du fait qu'ils contiennent des paroles véridiques parmi les falsifications. Il n'y a pas de soucis si tu le ranges correctement quelque part. Mais n'oublie pas d'être efficace dans ta méthode d'apprentissage, tu n'as que peu d'intérêt à lire un livre falsifié dès maintenant.
    " Celui qui aime pour Allah, déteste pour Allah, donne par amour pour Allah, et se retient pour Allah, aura complété sa Foi " - Ja'far as-Sâdiq ('alayhi as-salam)

Page 1 sur 2 1 2 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Comment bien coraniser de l'eau soit même ????
    Par Musulmane_27 dans le forum Le monde invisible
    Réponses: 40
    Dernier message: 30/04/2018, 17h01
  2. Comment veux-tu que l'ombre soit droite si le bâton est lui même tordu ?!
    Par votre frère mustapha dans le forum Al-Ihsân - La Spiritualité, l'Excellence
    Réponses: 0
    Dernier message: 24/02/2016, 10h54
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 08/03/2014, 00h07
  4. comment faire soit meme un tee-shirt puma?
    Par jihad5 dans le forum Juste pour rire = )
    Réponses: 9
    Dernier message: 05/03/2010, 20h49
  5. Juste besoin de discussion pour découvrire soit meme
    Par thourayat dans le forum La vie du forum
    Réponses: 1
    Dernier message: 09/04/2008, 02h07

Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •