Page 1 sur 2 1 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 11

Discussion: Face aux accusatons - Zakaria Seddiki

  1. #1
    ex-Halim7878 Avatar de Halim
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 315

    Par défaut Face aux accusatons - Zakaria Seddiki

    Salam aleykum un rappel important que je partage avec vous :

    Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux le Très Miséricordieux


    Revenir à nos principes

    Que la prière et la paix soient sur le Prophète Muhammad, sa famille, ses compagnons et ceux qui l’ont suivi avec excellence jusqu’au jour du jugement dernier.

    Le Prophète (que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur lui, pbsl) et le chef de la tribu des Bânû al-Mustaliq, Al-Harith Ibn Dirar al-Khuza‘i, avaient conclu un accord qui stipulait que lorsque la période de la zakat (aumône obligatoire purificatrice) arriverait, le Prophète (pbsl) lui enverrait un émissaire pour collecter les sommes relatives à ce pilier de l’Islam.

    Au moment venu, le Prophète (pbsl) désigna une personne pour s’acquitter de cette tâche. Cependant, cet émissaire faillit à son devoir et ne se rendit pas chez les Bânû al-Mustaliq. À son retour, il mentit au Prophète (pbsl) en prétendant qu’al-Harith avait refusé de lui remettre la zakat et que ce dernier l’avait même menacé de mort.

    Après avoir entendu son récit, le Prophète (pbsl) chargea d’autres Compagnons d’aller s’enquérir auprès d’al-Harith sur les motivations qui l’avaient amené à agir de la sorte – peut-être avait-il renié l’Islam ou alors y avait-il d’autres raisons. Le Prophète (pbsl) se dit qu’il prendrait une décision sur cette affaire suite aux informations que les Compagnons lui apporteraient.

    Arrivée à mi-chemin, la délégation tomba nez à nez avec al-Harith qui se rendait lui-même chez le Prophète (pbsl). Quand les Compagnons dirent à al-Harith qu’ils venaient le voir pour qu’il rende des comptes sur son refus de payer la zakat, ce dernier en fut très troublé. Il rétorqua qu’il n’avait jamais reçu la visite de l’émissaire.

    Ils décidèrent donc de se rendre chez le Prophète (pbsl) pour régler cette affaire. Devant le Prophète, al-Harith réitéra ses affirmations : il dit que l’émissaire n’était jamais parvenu à sa tribu et que c’était justement pour cette raison qu’il avait décidé de venir de son propre chef. Il s’était même demandé pourquoi le Prophète n’avait pas voulu de sa zakat, craignant qu’il lui reprochât un quelconque manquement.

    C’est à ce moment-là qu’Allah (Exalté soit-Il) révéla le verset suivant : « Ô vous qui croyez ! Si un scélérat (fasiq) vous apporte une nouvelle, assurez-vous de la véracité, de crainte de faire du tort à des innocents, par ignorance, et d’en éprouver ensuite des remords. » (Coran 49/6) Il s’agit là d’une injonction faite aux croyants de toujours vérifier et confirmer les informations rapportées par un « fasiq » (une personne non crédible), afin de ne pas atteindre des personnes innocentes par ignorance et de regretter ces actes par la suite. Ce verset est un enseignement prodigué par Allah (Exalté soit-Il) à toute la communauté, montrant la conduite à adopter lorsque des informations lui parviennent.

    Cette leçon a conduit au développement de toute une science consacrée aux règles de la narration et de la transmission. Les savants y ont décrété une règle majeure qui stipule que celui qui rapporte une information doit s’assurer de son exactitude. Chaque fois qu’une personne transmet une information, elle porte l’entière responsabilité de ce qu’elle affirme et doit en vérifier l’authenticité. Ainsi, il n’est pas permis de rapporter un hadith du Prophète (pbsl) sans l’avoir vérifié soi-même ou bien sans citer la personne qui l’a transmis (on dira par exemple qu’il a été transmis par l’imam al-Bukhârî).

    Contrairement à la parole du « fasiq » (c’est-à-dire une personne réputée de mauvaise moralité, qui s’adonne aux grands péchés ou qui revendique la pratique régulière d’un petit péché, selon la définition des juristes musulmans) qui doit être obligatoirement vérifiée, le verset précédent indique également que la parole d’une personne « ‘adl » (crédible, honorable et juste) ne doit pas être mise en doute et qu’elle doit être acceptée jusqu’à preuve du contraire. Par exemple, lorsqu’un éminent savant donne une information, elle peut être systématiquement validée, tandis que la parole d’un « fasiq » doit être vérifiée, mais sans pour autant être rejetée. Cela indique aux musulmans que le « fasiq » peut dire la vérité malgré sa réputation.

    L’injonction « tirez-la au clair » (ou bien « assurez-vous de la véracité », selon une autre lecture), présente dans le verset, implique deux éléments importants :
    • Premièrement, la vérification est un impératif obligatoire et le fait d’y manquer constitue un péché.
    • Deuxièmement, il ne suffit pas de vérifier une information pour pouvoir la transmettre, il faut également s’assurer du sens précis et de la motivation voulus par cette information.

    Une histoire vécue par le Prophète (pbsl) permet d’illustrer ce propos. Il sortit un soir en compagnie de son épouse Safiyya. Une personne l’ayant aperçu pressa le pas. Elle aurait pu dire : « J’ai vu le Prophète (pbsl) seul avec une femme, la nuit. » Malgré le fait que cette information soit vraie, il lui manque le second élément, à savoir que le rapporteur n’a pas vérifié l’identité de la femme en question. Car cela peut amener à croire que le Prophète était avec une femme qui ne lui était pas permise. En ne respectant pas la deuxième clause relative à la vérification de l’information, le rapporteur aurait pu commettre un péché. Revenons à l’histoire : en remarquant que cette personne avait pressé le pas, le Prophète (pbsl) comprit qu’elle avait mal interprété la situation. Il la rattrapa, de ce fait, pour lui assurer que la femme en question n’était autre que son épouse Safiyya. Il est donc très important d’intégrer qu’il y a deux niveaux de vérification de l’information dans l’absolu.

    Dans le cas où l’information entre dans le cadre d’un conflit ou d’un litige, à savoir lorsqu’une personne en accuse une autre, le Prophète (pbsl) a établi une règle générale qui stipule que « la preuve doit être apportée par l’accusateur et que celui qui nie doit jurer par serment. »

    Ainsi, et par principe, un musulman est crédible simplement par le fait qu’il est musulman et il n’a donc pas à prouver sa crédibilité. C’est nécessairement à celui qui remet en cause sa crédibilité d’apporter des preuves pour étayer son accusation. La personne accusée n’est tenue que par une seule chose si elle nie les faits qui lui sont reprochés : jurer qu’elle est innocente.

    Cependant, dans tout cas, il faut garder à l’esprit que tout accusé devra rendre des comptes à Allah s’il jure de son innocence alors qu’il est coupable. Le Prophète (pbsl) a bien mis en garde dans un hadith ceux qui exploitent leur éloquence et leur intelligence afin d’obtenir un jugement en leur faveur, tout en sachant pertinemment qu’ils sont dans le tort ; il dit que cela revenait à prendre une part de l’Enfer. En effet, bien qu’il fût le meilleur homme sur terre, le Prophète (pbsl) ne pouvait juger que sur la base des faits qui lui étaient présentés. Il en est de même avec tout juge actuel qui peut être la victime de l’éloquence des meilleurs avocats.

    L’enseignement prophétique ainsi que le verset coranique fondamental cité ci-dessus constituent ainsi les règles de base pour la gestion des informations d’ordre général ainsi que les informations d’ordre conflictuel.

    Le croyant peut être victime de calomnies qui touchent à son honneur ou à sa réputation. Le plus grand exemple est celui du Prophète (pbsl) avec son épouse ‘Aïsha (qu’Allah soit Satisfait d’elle) qui fut accusée dans son honneur.

    Dans le Noble Coran, Allah (Exalté soit-Il) évoque les calomnies portées à l’encontre des femmes mais pas celles des femmes portées à l’encontre des hommes. Cela s’explique par le fait que ce sont souvent les femmes qui sont victimes des calomnies des hommes. Le verset en question dit : « Et ceux qui lancent des accusations contre des femmes chastes… (Coran 24/4) », même si le contraire puisse arriver également. Auparavant, il était bien plus facile de jeter la pierre sur les femmes. Allah (Exalté soit-Il) a donc voulu alerter les croyants contre cette pratique odieuse qui visait les femmes et a décidé d’y mettre fin en instaurant un « hadd » (châtiment). En plus de cette sanction pénale, celui qui accuse injustement une femme sera considéré comme un « fasiq » et ses témoignages ne seront plus jamais considérés, perdant ainsi et à jamais toute crédibilité.

    Quand l’accusation se fait dans l’autre sens, à savoir quand la femme accuse l’homme, même si cela était plus rare à l’époque, l’affaire doit être gérée de la même façon. Mais, dans le cas où la femme est victime d’une agression sexuelle, le statut n’est pas le même car l’acte à juger n’est plus l’adultère mais l’agression et le viol qui sont bien évidemment beaucoup plus graves. Si agression il y a, la personne agressée doit alors faire preuve de l’agression.

    Revenons à l’histoire du Prophète (pbsl) avec son épouse ‘Aïsha et observons son comportement dans cette affaire. Au lieu de chercher à en découdre directement, le Prophète (pbsl) garda d’abord le silence, alors qu’il était directement concerné. Il est nécessaire de rappeler que cette affaire avait duré un peu plus qu’un mois pendant lequel les gens ne cessaient de parler et de colporter des rumeurs. Malgré la pression populaire, le Prophète (pbsl) se contenta d’aller chez ‘Aïsha pour lui dire : « Si tu es innocente, Allah t’innocentera. Si tu as commis ce dont on t’accuse, repens-toi et demande pardon à Allah et tu trouveras en Lui le pardon. »

    Par la suite, Allah révéla son innocence, ce qui est en soi un enseignement très important. En effet, avec cette histoire, Allah a voulu nous montrer qu’il est possible qu’il y ait beaucoup de fumée sans feu. Les gens avaient réussi à construire tout un mensonge, alors qu’à la base il n’y avait strictement rien. Il est donc nécessaire de rester extrêmement prudent pour ne pas tomber dans l’erreur de la calomnie. Le fait qu’une rumeur soit transmise, répétée et largement diffusée n’est en aucun cas une preuve en soi. Et on ne doit pas soupçonner l’accusé, quelle que soit l’ampleur de la rumeur.

    Le musulman reste crédible dans l’absolu jusqu’à preuve du contraire. Il ne s’agit pas ici de la présomption d’innocence comme « principe juridique », mais on parle de crédibilité comme « principe moral ». Il faut bien faire la distinction entre les deux notions qui sont de degrés différents. La présomption d’innocence est un principe universel qui concerne tous les êtres humains. Le principe de crédibilité, quant à lui, est nettement plus important car tout musulman doit rester crédible jusqu’à preuve du contraire, c’est bien au-delà de la présomption d’innocence.

    De plus, le degré de crédibilité est accentué quand les personnes sont reconnues par leur contribution à la communauté ou bien par leur savoir.

    Il est donc nécessaire d’adopter les références musulmanes dans l’analyse des situations ainsi que dans nos attitudes et nos comportements et ne pas se laisser perturber. Cela n’insinue aucunement que certaines personnes ne soient pas accusables. À part le Prophète (pbsl), toute autre personne peut faire objet d’une accusation et peut commettre le pire des péchés. Cela doit être complètement intégré dans la pensée des musulmans.

    Cependant, il y a une différence notoire entre la probabilité théorique d’un tel événement et le fait de l’attribuer concrètement à des personnes. Il faut faire la distinction entre la présomption d’innocence et la conservation de la crédibilité jusqu’à preuve du contraire.

    Et Allah est le plus Savant.

    Zakaria Seddiki
    Dernière modification par Halim ; 06/11/2017 à 17h55.

  2. #2
    Editeur Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    5 655

    Par défaut

    Wa 'alaykum as-salam wa rahmatullahi wa barakatuh



    BarakAllahufik wa JazakAllahu khayran pour ce rappel important Halim



    On a probablement tous malheureusement à un moment été négligent en s'engageant dans la précipitation d'un jugement sur une personne.

    Qu'Allah Subhanahu wa Ta'ala nous pardonne et nous guide afin de ne pas tomber dans ce piège, d'être injuste envers quiconque.



    Je cite Ustadh Abdus Shakur Brooks :




    Suspendre un jugement était une vertu louée parmi les Salaf,

    quand ils n'avaient pas assez de preuves pour affirmer ou nier quelque chose.

    Pourtant, aujourd'hui, suspendre le jugement n'est même pas une option;

    Les gens insistent pour affirmer et nier les choses dès qu'ils l'entendent.

    Cela explique pourquoi tant de gens sont confus.





    Wa 'alaykum as-salam wa rahmatullahi wa barakatuh

  3. #3

    Date d'inscription
    janvier 2017
    Localisation
    Marseille
    Messages
    555

    Par défaut

    Salam aleykoum
    Barak Llahou fik pour le rappel
    Il faut penser du bien de son frère ou de sa soeur jusqu'à preuve absolu du contraire

  4. #4
    ex-Halim7878 Avatar de Halim
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 315

    Par défaut

    wa aleykum salam
    Wa fik baraka oui
    l'islam est une religion qui concerne autant la relation verticale que la relation horizontale
    la spiritualité et aussi la justice
    Dernière modification par Halim ; 07/11/2017 à 09h15.

  5. #5
    ex-Halim7878 Avatar de Halim
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 315

    Par défaut

    Citation Envoyé par talib abdALLAH Voir le message
    Wa 'alaykum as-salam wa rahmatullahi wa barakatuh



    BarakAllahufik wa JazakAllahu khayran pour ce rappel important Halim



    On a probablement tous malheureusement à un moment été négligent en s'engageant dans la précipitation d'un jugement sur une personne.

    Qu'Allah Subhanahu wa Ta'ala nous pardonne et nous guide afin de ne pas tomber dans ce piège, d'être injuste envers quiconque.



    Je cite Ustadh Abdus Shakur Brooks :




    Suspendre un jugement était une vertu louée parmi les Salaf,

    quand ils n'avaient pas assez de preuves pour affirmer ou nier quelque chose.

    Pourtant, aujourd'hui, suspendre le jugement n'est même pas une option;

    Les gens insistent pour affirmer et nier les choses dès qu'ils l'entendent.

    Cela explique pourquoi tant de gens sont confus.





    Wa 'alaykum as-salam wa rahmatullahi wa barakatuh
    wa aleykum salam
    wa fik baraka cher frère et avec plaisir
    shokrane aussi pour la citation de Ustadh Brooks
    Dernière modification par Halim ; 07/11/2017 à 09h18.

  6. #6

    Date d'inscription
    janvier 2017
    Localisation
    Marseille
    Messages
    555

    Par défaut

    Citation Envoyé par Halim7878 Voir le message
    wa aleykum salam
    Wa fik baraka oui
    l'islam est une religion qui concerne autant la relation verticale que la relation horizontale
    la spiritualité et aussi la justice
    Tout à fait,la justice entre frère est particulière aussi ,si on est injuste envers son frère ,seul ce frère pourra nous pardonner.Allah ne pourra pas effacer les torts qu'on a commis envers nos frères et soeurs layoum qyamat.
    Dernière modification par 789 ; 07/11/2017 à 09h29.

  7. #7
    ex-Halim7878 Avatar de Halim
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 315

    Par défaut

    Citation Envoyé par 789 Voir le message
    Tout à fait,la justice entre frère est particulière aussi ,si on est injuste envers son frère ,seul ce frère pourra nous pardonner.Allah ne pourra pas effacer les torts qu'on a commis envers nos frères et soeurs layoum qyamat.
    Et ce sera malheureusement la "faillite" ! D’après Abou Hurayra le Prophète demanda un jour à ses compagnons: "Sauriez-vous me dire qui est celui qui a fait faillite " ? Ils dirent : "Celui qui a fait faillite parmi nous est celui qui a perdu son argent et tout ses biens." Il dit [le prophète]: "Celui de ma communauté qui a fait faillite est celui qui viendra le Jour de la Résurrection en ayant accomplit ses prières, observé le jeûne et payé la zakat mais qui aura par ailleurs insulté untel, calomnié untel, pris injustement les biens d’untel, versé le sang d’untel ou frappé untel. On répartira ses bonnes actions entre ses victimes et si celles-ci ne suffisent pas à le racheter auprès d’elles, on prélèvera alors de leurs péchés pour les lui imputer avant de le jeter dans le Feu. "(Hadith)
    Dernière modification par Halim ; 07/11/2017 à 09h59.

  8. #8

    Par défaut

    Citation Envoyé par 789 Voir le message
    Salam aleykoum
    Barak Llahou fik pour le rappel
    Il faut penser du bien de son frère ou de sa soeur jusqu'à preuve absolu du contraire
    Tout à fait,la justice entre frère est particulière aussi ,si on est injuste envers son frère ,seul ce frère pourra nous pardonner.Allah ne pourra pas effacer les torts qu'on a commis envers nos frères et soeurs layoum qyamat.
    'alaykoum salam,

    Oui tout à fait oukhti, merci de le rappeler.

    Déjà accuser une seule personne sans avoir la preuve du contraire c'est très grave, alors qu'en est-il d'accuser tout un groupe de personne alors qu'on ne connait absolument pas ce groupe en totalité.
    C'est pas parce qu'un arabe (ou plusieurs) a volé que tous les arabes sont des voleurs.
    C'est pas parce qu'un musulman (ou plusieurs) a posé une bombe que tous les musulmans sont des terroristes.
    C'est pas parce qu'un homme musulman (ou plusieurs) a maltraité sa femme que tous les hommes musulmans maltraitent leur femme.
    Etc...

    Si une personne a commit une erreur, on attribut l'erreur à cette personne seulement et non à toute sa communauté.
    Dernière modification par salam à tous ; 07/11/2017 à 13h02.

  9. #9

    Date d'inscription
    janvier 2017
    Localisation
    Marseille
    Messages
    555

    Par défaut

    Citation Envoyé par salam à tous Voir le message
    'alaykoum salam,

    Oui tout à fait oukhti, merci de le rappeler.

    Déjà accuser une seule personne sans avoir la preuve du contraire c'est très grave, alors qu'en est-il d'accuser tout un groupe de personne alors qu'on ne connait absolument pas ce groupe en totalité.
    C'est pas parce qu'un arabe (ou plusieurs) a volé que tous les arabes sont des voleurs.
    C'est pas parce qu'un musulman (ou plusieurs) a posé une bombe que tous les musulmans sont des terroristes.
    C'est pas parce qu'un homme musulman (ou plusieurs) a maltraité sa femme que tous les hommes musulmans maltraitent leur femme.
    Etc...

    Si une personne a commit une erreur, on attribut l'erreur à cette personne seulement et non à toute sa communauté.
    Applique ta moral à toi même aussi dans ce cas.C'est pas toi qui disait que les femmes arabes sont non affectueuse et ont toutes un mauvais comportement ?

  10. #10

    Date d'inscription
    janvier 2017
    Localisation
    Marseille
    Messages
    555

    Par défaut

    Si c'est pas toi en tous cas quand on a critiqué les femmes tu n'as pas contesté alors que pour les hommes tu t'achernes à continuer le débat ici quitte à être hors sujet
    J'ai vu ce que tu as fait à kaddache.Tu adores la polémique.Tu lui as laissé des dizaines de messages mais comme il a vu que tu étais proche du harcèlement ,il t'a ignoré .Il a compris à qui il avait affaire.Je t'ai ignoré une première fois.Je vais t'ignorer à l'avenir pour tous les posts que tu me laisseras.

Page 1 sur 2 1 2 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Face à Allah
    Par 14223ON dans le forum Autres sujets islamiques
    Réponses: 0
    Dernier message: 13/08/2016, 19h56
  2. Tariq Ramadan et cheykh Zakaria Seddiki (audios)
    Par Souphienne dans le forum Soutien dans l'épreuve
    Réponses: 9
    Dernier message: 19/06/2011, 22h57
  3. Face à la mort
    Par mayday dans le forum Al-Ihsân - La Spiritualité, l'Excellence
    Réponses: 4
    Dernier message: 13/02/2010, 11h02
  4. Face aux insultes
    Par islamavie99 dans le forum Soutien dans l'épreuve
    Réponses: 18
    Dernier message: 30/09/2009, 14h52

Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •