Page 3 sur 3 PremièrePremière 1 2 3
Affichage des résultats 21 à 23 sur 23

Discussion: Chiites et sunnites

  1. #21

    Date d'inscription
    septembre 2019
    Localisation
    France
    Messages
    93

    Par défaut



    Tout d’abord quelques mots pour compléter mon message précédent :

    Il apparaît qu’il y a deux principales sources au chiisme. Premièrement, des éléments d’origine juive et persane qui ont introduit des éléments étrangers dans l’islam pour le détruire de l’intérieur. On les trouve parmi les sectes chiites les plus extrémistes (ghulât), mais les chiites duodécimains ont été parfois influencés par certaines de leurs idées. Ainsi dans le kitâb al-irjâ’ d’un petit-fils de l’imâm ‘Alî, al-Hasan ibn Muhammad ibn al-Hanafiyyah, dont on a découvert il y a quelques décennies un manuscrit qui a tous les aspects de l’authenticité, il attribue la croyance en la falsification du Coran, que l’on retrouve chez les duodécimains, à la secte des Sabâ’iyyah. Cette secte, comme on le sait, a pour fondateur le juif faussement converti à l’islam ‘Abdullâh ibn Sabâ’, à qui l’on doit aussi la déification de l’imâm ‘Alî.

    D’autre part, la répression politique visant les ‘Alides, qui était spectaculaire mais ciblait quelques personnes bien définies sous les Omeyyades, s’est systématisée chez les ‘Abbassides. Cela entraîné en réaction un durcissement des positions doctrinales.

    Il n’existe pas chez les zaydites de croyances ghulât mais on y trouve d’une part ce durcissement progressif sur la question de l’imâmah, et, à une date plus tardive, l’adoption très large de la doctrine mu‘tazilite (qui est même restée plus « pure » que chez les duodécimains ou les ‘ibadites).

    Il est toutefois significatif que toutes les sectes zaydites répertoriées chez les hérésiographes (les modérées comme celles qui le sont moins) trouvent leur origine non pas dans le Hijâz, où vivaient la grande majorité des Ahl al-Bayt, mais encore une fois à al-Kûfah. Et qu’aucun des fondateurs dont ces sectes tirent leurs noms ne fait partie d’Ahl al-Bayt. Ce qui indiquerait que le zaydisme, en tant qu'école doctrinale distincte du sunnisme, ne tire pas son origine parmi les descendants du Prophète صلى الله عليه وسلم, bien que certains d’entre eux l’aient rallié plus tardivement.


    Citation Envoyé par talib abdALLAH Voir le message

    Pour ce qui est de l'école zaydite, elle fut bien diffusée et codifiée au Yemen, par des descendants d'Ahl-ul-Bayt qui avaient des chaînes de transmission remontant au Prophète (Sallallahu `alayhi wa alihi wa sahbihi wa sallim) et à l'Imam `Ali (RadhiAllahu `anhu).
    Il ne faut pas se laisser impressionner par ces supposées chaînes de transmission ininterrompues. Beaucoup sont des reconstructions tardives visant à créer un halo de légitimité autour de leur madhhab. Il suffit qu’un seul transmetteur, quand bien même il serait descendant du Prophète صلى الله عليه وسلم, ne soit pas digne de confiance pour que toute la chaîne soit discréditée.

    Qui plus est, le principal compilateur chez les Zaydites, Abû Khâlid al-Wâsitî, originaire d’al-Kûfah, n’est pas membre d’Ahl al-Bayt et fait partie de l'aile dure de l’école (jârudiyyah).

    Les spécialistes sunnites d’al-jarh wa t-ta‘dîl ont été unanimes à le discréditer comme fabricateur de hadiths. Et cette accusation est confirmée par le fait qu’il attribue aux imams médinois un fiqh purement kûfi, contraire à ce qui est connu d’eux par les voies authentiques. Pour cette raison, il n’est pas jusqu’aux orientalistes (comme Strothmann et Madelung) qui ne pensent que le musnad Zayd est une fabrication de son cru.

    Il est quand même intéressant de noter qu’il y défend la croyance en la prédestination, contrairement aux zaydites tardifs de tendance mu‘tazilite.

    Citation Envoyé par talib abdALLAH Voir le message
    Le tanzih pour réfuter le tajsim est une constante parmis les Imams d'Ahl-ul-Bayt à l'époque des salafs, de l'Imam `Ali (RadhiAllahu `anhu), en passant par l'Imam `Ali Zayn ul `Abidine ibn al-Hussein (`alayhi as-salam), et l'Imam Ja`far as-Sadiq (RadhiAllahu `anhu), ceci avant le mu`tazilisme et Wasil ibn `Ata
    La conception de Dieu qu’on trouve dans ces narrations est tout simplement la croyance de l’orthodoxie sunnite. Mais les paroles attribuées à l’imâm ‘Alî et à Ja‘far as-Sâdiq ont-elles des chaînes de transmission connues ?

    Quant à as-sahîfah as-sajjâdiyyah, l’ouvrage n’est normalement pas considéré comme authentique, du fait que la seule chaîne de transmission connue pendant des siècles passe par la voie de ‘Umayr ibn al-Mutawakkil qui rapporte de son père al-Mutawakkil ibn Hârûn qui rapporte de Yahyâ ibn Zayd ibn ‘Alî Zayn al-‘Âbidîn. Or, aussi bien ‘Umayr que son père sont des narrateurs inconnus.

    L’apparition un millénaire plus tard d’une riwâyah comprenant les 10 premiers imams des chiites duodécimains (jusqu’à ‘Alî at-Taqî, ce qui est sans doute une coquille pour ‘Alî an-Naqî) est une chose pour le moins étonnante. On peut gager que si une telle chaîne avait existé, les savants chiites comme al-Majlisî ne se seraient pas échinés à défendre la version rapportée par ‘Umayr face aux sunnites qui considéraient l’ouvrage comme fabriqué de toutes pièces. Et ce même si ce sont juste des invocations qui ne contiennent rien de problématique.

    Citation Envoyé par talib abdALLAH Voir le message
    Par la suite au cours du temps il semble y avoir eu un rapprochement vers le mu`tazilisme (partiellement) parmis les savant zaydites, Allahu `Alam.

    Que cette adoption du credo mu’tazilite ne fût pas systématique dans les siècles passés, soit. Plusieurs textes en attestent. Mais existe-t-il aujourd’hui un seul savant zaydite qui ne soit pas mu‘tazilite ? (La question n’est pas purement rhétorique, je veux simplement dire par là que je n’en connais pas et je suis preneur de toute information allant dans le sens contraire.)

    Pour conclure, j'ajoute que malgré ces quelques divergences (qui sont exceptionnelles, j'adhère à presque tout ce que vous avez posté sur ce forum), c'est toujours un plaisir de vous lire.

  2. #22
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 363

    Par défaut

    As-salam `alaykum wa rahmatullahi wa barakatuh

    Tout d’abord quelques mots pour compléter mon message précédent :

    Il apparaît qu’il y a deux principales sources au chiisme.

    Premièrement, des éléments d’origine juive et persane qui ont introduit des éléments étrangers dans l’islam pour le détruire de l’intérieur. On les trouve parmi les sectes chiites les plus extrémistes (ghulât), mais les chiites duodécimains ont été parfois influencés par certaines de leurs idées.

    Ainsi dans le kitâb al-irjâ’ d’un petit-fils de l’imâm ‘Alî, al-Hasan ibn Muhammad ibn al-Hanafiyyah, dont on a découvert il y a quelques décennies un manuscrit qui a tous les aspects de l’authenticité, il attribue la croyance en la falsification du Coran, que l’on retrouve chez les duodécimains, à la secte des Sabâ’iyyah.

    Cette secte, comme on le sait, a pour fondateur le juif faussement converti à l’islam ‘Abdullâh ibn Sabâ’, à qui l’on doit aussi la déification de l’imâm ‘Alî.

    Concernant ‘Abdullâh ibn Sabâ’ son existence est d'ailleurs attestée dans les références chiites anciennes, qu'il s'agissent des tendances rawafidh et zaydites, comme chez les sunnites.

    Les zaydites contemporains ne remettent pas en cause son existence.

    Cependant, il y a eu depuis quelques temps certains savants réformistes ou savants chiites duodécimains rawafidh qui ont commencé à nier celà en disant qu'il s'agissait d'une conspiration des Ommeyyades et que cette personne fut inventé en prétextant la qualité d'un rapporteur d'un récit "Sayf ibn Omar" alors qu'il existe d'autres narrations ne passant pas par lui indiquant l'existence de Ibn Saba.

    On peut comprendre peut-être qu'il y ai certaines paroles de l'Imam `Ali (RadhiAllahu `anhu wa `alayhi as-salam) ou attribuées à lui, qui soient insistantes comparé à d'autres compagnons concernant le tanzih, la négation de tout ce qui peut amener au tachbih, ou au tajsim, face à des disciples, des partisans qui avaient une croyance anthropomorphiste comme Ibn Saba et son cercle d'influence se réclamant de l'Imam.


    D’autre part, la répression politique visant les ‘Alides, qui était spectaculaire mais ciblait quelques personnes bien définies sous les Omeyyades, s’est systématisée chez les ‘Abbassides. Cela entraîné en réaction un durcissement des positions doctrinales.

    Principalement pour des raisons politiques les dirigeants de cette époque ont été injustes envers Ahl-ul-Bayt même si dans le même temps il pouvait y avoir des mariages entre Omeyyades et certains Ahl-ul-Bayt.

    Il suffit de voir les poèmes de Farazdaq pour se rendre compte de l'ambiance de l'époque, il y avait une certaine pression, une vigilance des autorités contre toute tentative de révolte.

    L'exception est le Calife Omar ibn Abd-al-Aziz (RadhiAllahu `anhu), j'ai pu lire qu'il était en relation avec l'Imam Zayd ibn `Ali (`alayhi as-salam) et qu'il a été juste avec les ahl-ul-bayt.

    Sous les Abbassides, il y a eu paradoxalement, une favorisation par l'autorité en place, des chiites rawafidh, des ghulat, apolitiques, pour contrer les alides zaydites plus proche de l'orthoxie mais politiquement et militairement actifs .

    Moulay Idris (RadhiAllahu `anhu) avait combattu, lors de la révolte zaydite, contre l'autorité Abbasside, puis il y a eu la bataille de Fakhkh, qui s'est soldé par un massacre de son parti, et il dut s'exiler au Maghreb.


    Il n’existe pas chez les zaydites de croyances ghulât mais on y trouve d’une part ce durcissement progressif sur la question de l’imâmah, et, à une date plus tardive, l’adoption très large de la doctrine mu‘tazilite (qui est même restée plus « pure » que chez les duodécimains ou les ‘ibadites).
    Peut-être que celà est lié au vécu personnel de ces membres d'Ahl-ul-Bayt, les épreuves et les injustices subies qui ont conduit à adopter cette notion que la justice est créé par Allah et que l'injustice est créé par l'homme, que l'homme créé ses propres actes, une chose qu'ils ont répugné à lui attribuer.

    Allahu A`lam



    Il est toutefois significatif que toutes les sectes zaydites répertoriées chez les hérésiographes (les modérées comme celles qui le sont moins) trouvent leur origine non pas dans le Hijâz, où vivaient la grande majorité des Ahl al-Bayt, mais encore une fois à al-Kûfah. Et qu’aucun des fondateurs dont ces sectes tirent leurs noms ne fait partie d’Ahl al-Bayt. Ce qui indiquerait que le zaydisme, en tant qu'école doctrinale distincte du sunnisme, ne tire pas son origine parmi les descendants du Prophète صلى الله عليه وسلم, bien que certains d’entre eux l’aient rallié plus tardivement.

    Il ne faut pas se laisser impressionner par ces supposées chaînes de transmission ininterrompues. Beaucoup sont des reconstructions tardives visant à créer un halo de légitimité autour de leur madhhab. Il suffit qu’un seul transmetteur, quand bien même il serait descendant du Prophète صلى الله عليه وسلم, ne soit pas digne de confiance pour que toute la chaîne soit discréditée.

    Qui plus est, le principal compilateur chez les Zaydites, Abû Khâlid al-Wâsitî, originaire d’al-Kûfah, n’est pas membre d’Ahl al-Bayt et fait partie de l'aile dure de l’école (jârudiyyah).

    Les spécialistes sunnites d’al-jarh wa t-ta‘dîl ont été unanimes à le discréditer comme fabricateur de hadiths. Et cette accusation est confirmée par le fait qu’il attribue aux imams médinois un fiqh purement kûfi, contraire à ce qui est connu d’eux par les voies authentiques. Pour cette raison, il n’est pas jusqu’aux orientalistes (comme Strothmann et Madelung) qui ne pensent que le musnad Zayd est une fabrication de son cru.

    Mais en considérant que l'Imam Zayd ibn `Ali (`alayhi as-salam) était un mujtahid, on peut aussi supposer qu'il a fondé un madhab et que ses élèves, ses descendants et d'autres membres d'ahl-ul-bayt, qui vivaient à la même époque, ont pris les fondements, le hadith, le fiqh de lui.

    Sur Abu Khalid al-Wasiti, j'avais dans un précédant post ecrit ceci, voir les liens inch'Allah :

    https://forumislam.com/forum_musulma...l=1#post894362

    https://forumislam.com/forum_musulma...l=1#post894369


    La question qu'on pourrait se poser serait est-ce que les ahl-ul-bayt contemporains par exemple de Abû Khâlid al-Wâsitî ont rejeté ce qu'il a pu rapporter ?

    De ce que j'ai pu lire sur le sujet, les savants zaydites affirment que les ahl-ul-bayt l'avait qualifié de fiable.

    Il y a une divergence de vue donc entre les savants sunnites et selon les savants zaydites concernant la fiabilité de ce transmetteur.

    Les spécialistes sunnites et zaydites d’al-jarh wa t-ta‘dîl ont divergé içi.


    La conception de Dieu qu’on trouve dans ces narrations est tout simplement la croyance de l’orthodoxie sunnite. Mais les paroles attribuées à l’imâm ‘Alî et à Ja‘far as-Sâdiq ont-elles des chaînes de transmission connues ?
    Selon par exemple les savants d'Al-Azhar, ce sont des paroles considérés authentiques concernant l'Imam Ja`far as-Sadiq (`alayhi as-salam).

    Pour le détail, les chaines de transmissions, je ne sais pas pour l'instant.

    J'ai connaissance du fait qu'il y avait une parole rapportée sans chaine de l'Imam `Ali concernant ce sujet, peut-être s'agit-il d'un rapport mutawatir qui ne nécissitait pas que l'on rapporte de chaine.

    Allahu `alam, le mieux est de consulter les savants spécialistes concernant ce sujet.


    Quant à as-sahîfah as-sajjâdiyyah, l’ouvrage n’est normalement pas considéré comme authentique, du fait que la seule chaîne de transmission connue pendant des siècles passe par la voie de ‘Umayr ibn al-Mutawakkil qui rapporte de son père al-Mutawakkil ibn Hârûn qui rapporte de Yahyâ ibn Zayd ibn ‘Alî Zayn al-‘Âbidîn. Or, aussi bien ‘Umayr que son père sont des narrateurs inconnus.

    L’apparition un millénaire plus tard d’une riwâyah comprenant les 10 premiers imams des chiites duodécimains (jusqu’à ‘Alî at-Taqî, ce qui est sans doute une coquille pour ‘Alî an-Naqî) est une chose pour le moins étonnante. On peut gager que si une telle chaîne avait existé, les savants chiites comme al-Majlisî ne se seraient pas échinés à défendre la version rapportée par ‘Umayr face aux sunnites qui considéraient l’ouvrage comme fabriqué de toutes pièces. Et ce même si ce sont juste des invocations qui ne contiennent rien de problématique.

    Concernant la transmission d'al-Sahifa as-Sajjadiyyah par as-Sayyid al-Imam Murtada az-Zabidi (rahimahullah)

    - Dans "Sharh Ihya'i `Ulum-id-Din", le Muhaddith, le Hafiz Muhammad Murtada az-Zabidi, l'explicateur de "al-Qamus", rapporte une citation d'al-sahifa as-sajjadiyah avec un isnad muttasil (chaîne continue de rapporteurs), un hadith muttasil est le hadith, entendu par le rapporteur, de son shaykh, et ainsi de suite, jusqu'au prophète ou à un compagnon par exemple, sans interruption, et concernant la citation jusqu'à l'Imam Zayn-ul-Abidin (`alayhi as-salam) à partir d'al-sahifa-sajadiyyah.

    - La lignée de l'Imam Murtada az-Zabidi (rahimahullah) selon ce que j'ai pu lire, a pour origine un groupe de musulmans "Wasiti" (de Wasit, Irak) qui s'étaient établis dans le nord de l'Inde, et remontant à l'Imam Zayd ibn `Ali (`alayhi as-salam)


    Que cette adoption du credo mu’tazilite ne fût pas systématique dans les siècles passés, soit. Plusieurs textes en attestent. Mais existe-t-il aujourd’hui un seul savant zaydite qui ne soit pas mu‘tazilite ? (La question n’est pas purement rhétorique, je veux simplement dire par là que je n’en connais pas et je suis preneur de toute information allant dans le sens contraire.)

    Pour conclure, j'ajoute que malgré ces quelques divergences (qui sont exceptionnelles, j'adhère à presque tout ce que vous avez posté sur ce forum), c'est toujours un plaisir de vous lire.
    Au plaisir de vous lire, et je vous remercie pour avoir contribuer au forum de facon bénéfique.

    Qu'Allah Subhanahu wa Ta`ala vous préserve ainsi que vos proches.

  3. #23

    Date d'inscription
    septembre 2019
    Localisation
    France
    Messages
    93

    Par défaut

    Citation Envoyé par talib abdALLAH Voir le message
    As-salam `alaykum wa rahmatullahi wa barakatuh
    wa ‘alaykumu s-salâmu wa rahmatullâhi wa barakâtuh.

    Citation Envoyé par talib abdALLAH Voir le message
    Concernant ‘Abdullâh ibn Sabâ’ son existence est d'ailleurs attestée dans les références chiites anciennes, qu'il s'agissent des tendances rawafidh et zaydites, comme chez les sunnites.

    Les zaydites contemporains ne remettent pas en cause son existence.

    Cependant, il y a eu depuis quelques temps certains savants réformistes ou savants chiites duodécimains rawafidh qui ont commencé à nier celà en disant qu'il s'agissait d'une conspiration des Ommeyyades et que cette personne fut inventé en prétextant la qualité d'un rapporteur d'un récit "Sayf ibn Omar" alors qu'il existe d'autres narrations ne passant pas par lui indiquant l'existence de Ibn Saba.
    Pour illustrer vos propos, il y a eu les travaux du savant chiite duodécimain irakien Murtadâ al-‘Askarî, notamment son ‘Abdullâh ibn Sabâ’ wa asâtîr ukhrâ. Cela confine souvent à la malhonnêteté : il ne souffle mot des narrations faisant mention d’Ibn Sabâ’ qui existent dans sa propre tradition.

    La spécificité de l’historien Sayf ibn ‘Umar est d’attribuer à Ibn Sabâ’ et à ses séides un rôle prépondérant lors de la fitnah ayant conduit au meurtre de ‘Uthmân ainsi que lors de la bataille du chameau. Les chaînes de transmission de Sayf sont problématiques car elles comprennent des narrateurs inconnus. Mais l’existence de cette secte et de son fondateur est, comme vous l’avez noté, attestée par de nombreuses autres sources.

    Citation Envoyé par talib abdALLAH Voir le message
    Sous les Abbassides, il y a eu paradoxalement, une favorisation par l'autorité en place, des chiites rawafidh, des ghulat, apolitiques, pour contrer les alides zaydites plus proche de l'orthoxie mais politiquement et militairement actifs.
    Intéressant. Pourriez-vous me fournir plus d’éléments à ce sujet ?

    Citation Envoyé par talib abdALLAH Voir le message
    Mais en considérant que l'Imam Zayd ibn `Ali (`alayhi as-salam) était un mujtahid, on peut aussi supposer qu'il a fondé un madhab et que ses élèves, ses descendants et d'autres membres d'ahl-ul-bayt, qui vivaient à la même époque, ont pris les fondements, le hadith, le fiqh de lui.
    Que l’imâm Zayd ait été un mujtahid et ait fondé un madhhab semble bien attesté, mais cela ne signifie pas qu’il était identique à ce qui lui est attribué aujourd’hui.

    Il est difficile de détricoter ce qui provient de l’imâm Zayd et ce qui a été ajouté en son nom.

    En tout cas, même en laissant de côté les questions purement doctrinales, certains principes invoqués dans les usûl al-fiqh sont hétérodoxes.

    Ainsi le rejet du consensus de la communauté et la seule prise en compte du consensus des Ahl al-Bayt (en lui conférant le même statut infaillible).

    Il est possible (bien que rien ne le prouve) que le consensus des Ahl al-Bayt ait été un argument juridique chez l’imâm Zayd, comme celui des médinois l’est chez l’imâm Mâlik.

    Cela serait acceptable, contrairement au fait d’y voir une source d’infaillibilité comme le font les zaydites contemporains.

    Mais tout cela relève de la conjecture. Comme avec Ja‘far as-Sâdiq, al-Awzâ‘î, Sufyân ath-Thawrî, al-Layth ibn Sa‘d, Abû Thawr et d’autres, on ne peut établir de manière fiable ce qu’était son madhhab. D’où l’interdiction de le suivre et l’obligation de se conformer aux quatre seules écoles à avoir été transmises authentiquement.

    Citation Envoyé par talib abdALLAH Voir le message
    La question qu'on pourrait se poser serait est-ce que les ahl-ul-bayt contemporains par exemple de Abû Khâlid al-Wâsitî ont rejeté ce qu'il a pu rapporter ?

    De ce que j'ai pu lire sur le sujet, les savants zaydites affirment que les ahl-ul-bayt l'avait qualifié de fiable.

    Il y a une divergence de vues donc entre les savants sunnites et selon les savants zaydites concernant la fiabilité de ce transmetteur.

    Les spécialistes sunnites et zaydites d’al-jarh wa t-ta‘dîl ont divergé içi.
    Je dirais plutôt que la science d’al-jarh wa t-ta‘dîl est très largement une spécificité sunnite. Que ce soit chez les duodécimains ou les zaydites, c’est une innovation tardive.

    Le travail des savants tardifs spécialistes de cette science (comme Ibn Hajar ou adh-Dhahabî) n’aurait pas grand sens s’ils ne pouvaient s’appuyer sur les citations de spécialistes contemporains des personnes critiquées ou ayant connu ces contemporains.

    Or cette dimension est totalement absente chez les imamites et les zaydites, où il s’agit de reconstruire a posteriori la fiabilité des narrateurs.

    On comprend aisément que des préoccupations idéologiques entrent alors en compte. Abû Khâlid al-Wâsitî étant le seul transmetteur des ahâdîth zaydites, le sauver après coup devient une nécessité impérieuse sous peine de voir s’effondrer tout le madhhab.

    Quant à votre question, on peut dire de manière générale qu’il n’y a pas eu de descendants du Prophète صلى الله عليه وسلم qui se soient particulièrement illustrés dans la science de la critique des narrateurs.

    Il n’y a donc rien de surprenant que l’on ne trouve pas d’avis, positif comme négatif, de leur part concernant Abû Khâlid al-Wâsitî.

    À cela s’ajoute, dans le cas précis des partisans de Zayd, qu’ils ont été très largement décimés lors de leurs soulèvements contre les Omeyyades. Les morts ne parlent pas (ou, en tout cas, pas sur ce genre de sujets).

    Toutefois, le cas d’un des spécialistes ayant accusé Abû Khâlid de fabriquer des ahâdîth est intéressant.

    Il s’agit de son contemporain Wakî‘ ibn al-Jarrâh (m. 129), un des plus grands spécialistes du hadîth d’al-Kûfah. Il était proche des cercles zaydites, al-Hasan ibn Sâlih ibn Hayy (considéré comme l’un des fondateurs de la secte zaydite des Butriyyah) était l’un de ses professeurs, comme le note adh-Dhahabî dans Mîzân al-I‘tidâl.

    Al-Khatîb al-Baghdâdî rapporte dans son Ta’rîkh Baghdad qu’il préférait ‘Alî à ‘Uthmân (position minoritaire mais acceptable selon les sunnites).

    L’hérésiographe mu‘tazilite an-Nâshi’ al-Akbar (m. 293), dans Usûl an-Nihal confirme cette position et dit qu’il avait des tendances chiites, tout en précisant qu’il ne parlait jamais en mal contre Talhah, az-Zubayr et ‘Â’ichah ni contre Mu‘âwiyyah ibn Abî Sufyân et ‘Amr ibn al-‘Âs ou n’importe quel autre compagnon du Prophète صلى الله عليه وسلم.

    Citation Envoyé par talib abdALLAH Voir le message
    Selon par exemple les savants d'Al-Azhar, ce sont des paroles considérés authentiques concernant l'Imam Ja`far as-Sadiq (`alayhi as-salam).

    Pour le détail, les chaines de transmissions, je ne sais pas pour l'instant.
    J’ai lu moi aussi la fatwâ d’al-Azhar qui déclare que cette narration est authentique. Étant donné que, de leur propre aveu, cette authentification a été contestée, le minimum de leur part aurait été d’en fournir la chaîne ou d’indiquer où on peut la trouver.

    En ce qui concerne la risâlah al-Quchayrî (mort en 465, et non en 365 de l’hégire comme l’écrit al-Azhar), le récit est rapporté sans chaîne (voir p. 18) :

    http://www.alqasimy.com/Files/books/...haireyya/_.pdf

    Les autres maîtres soufis plus tardifs mentionnés dans la fatwâ l’ont repris de ce grand ouvrage de référence.

    Quant à l’imâm al-Bâqillânî (le savant le plus ancien mentionné par la fatwâ), difficile de vérifier s’il cite une chaîne étant donné qu’on ne nous dit pas dans lequel de ses ouvrages on peut trouver la narration.

    Citation Envoyé par talib abdALLAH Voir le message
    J'ai connaissance du fait qu'il y avait une parole rapportée sans chaine de l'Imam `Ali concernant ce sujet, peut-être s'agit-il d'un rapport mutawatir qui ne nécissitait pas que l'on rapporte de chaine.
    Je pense que vous parlez de la parole attribuée sans chaîne à l’imâm ‘Alî par ‘Abd al-Qâhir al-Baghdâdî (m. 429) dans al-Farq bayna l-firaq.

    C’est quand même bien tardif pour y voir un rapport mutawâtir ou machhûr rapporté sans chaîne comme cela était souvent l’usage à l’époque des atbâ’ at-tâbi‘în.

    Citation Envoyé par talib abdALLAH Voir le message
    Concernant la transmission d'al-Sahifa as-Sajjadiyyah par as-Sayyid al-Imam Murtada az-Zabidi (rahimahullah)

    - Dans "Sharh Ihya'i `Ulum-id-Din", le Muhaddith, le Hafiz Muhammad Murtada az-Zabidi, l'explicateur de "al-Qamus", rapporte une citation d'al-sahifa as-sajjadiyah avec un isnad muttasil (chaîne continue de rapporteurs), un hadith muttasil est le hadith, entendu par le rapporteur, de son shaykh, et ainsi de suite, jusqu'au prophète ou à un compagnon par exemple, sans interruption, et concernant la citation jusqu'à l'Imam Zayn-ul-Abidin (`alayhi as-salam) à partir d'al-sahifa-sajadiyyah.

    - La lignée de l'Imam Murtada az-Zabidi (rahimahullah) selon ce que j'ai pu lire, a pour origine un groupe de musulmans "Wasiti" (de Wasit, Irak) qui s'étaient établis dans le nord de l'Inde, et remontant à l'Imam Zayd ibn `Ali (`alayhi as-salam)
    Là encore, j’ai lu le texte que vous avez posté, qui comprenait (dans le scan en arabe) la chaîne de l’imâm Murtadâ az-Zabîdî. Mais qu’elle soit citée par un immense savant et qu’elle soit muttasil n’est pas suffisant. Il resterait à vérifier la fiabilité de chaque maillon qui la compose.

    Je ne porte pas de jugement catégorique sur cette chaîne, je dis juste qu’il est étonnant que les savants antérieurs n’en aient pas fait mention.

    Surtout que la chaîne en question aurait fait figure de « chaîne en or » pour les chiites duodécimains, puisqu’elle comprend 10 de leurs imams. Ne trouvez-vous pas étrange que ceux-ci se soient attachés à la place à une version rapportée par deux narrateurs inconnus et par quelqu’un (Yahyâ ibn Zayd) qui, à l’instar de son père, a désobéi selon eux à l’imâm du temps en se révoltant ?

    À titre de comparaison, vous avez posté vous-même sur ce forum un lien vers une assise du chaykh Muhammad al-Ya‘qoubi où il transmet de manière mutassil le Sahîh d’al-Boukhârî. Les chaînes de ce chaykh recoupent celles qui sont connues depuis des siècles et que l’on trouve chez Ibn Hajar et chez d’autres.

    Citation Envoyé par talib abdALLAH Voir le message
    Au plaisir de vous lire, et je vous remercie pour avoir contribuer au forum de facon bénéfique.
    Qu'Allah Subhanahu wa Ta`ala vous préserve ainsi que vos proches.
    Qu’Allâh nous réunisse à jamais auprès de Lui comme Il nous a unis brièvement dans ce monde disparaissant.
    Dernière modification par Labbayk373 ; 15/10/2019 à 06h36.

Page 3 sur 3 PremièrePremière 1 2 3

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •