Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

Discussion: Conditions du mariage : la kafa'ah (équivalence)

  1. #1

    Date d'inscription
    octobre 2017
    Localisation
    ile de France
    Messages
    22

    Par défaut Conditions du mariage : la kafa'ah (équivalence)

    As salam alaykoum

    Cela fait quelques temps qu'au regard de certain topic "problèmes de couple" j'hésitais a faire une synthèse d'une règle de fiqh soumise à pas mal de divergences.

    Régulièrement on vois passer sur Yabi des sujet du style "j'ai épousé un homme musulman mais qui ne pratique pas ou qui fait des gros péchés" ou "je suis de telle origine, je veux épouser un homme de telle origine et mes parents s'opposent".

    Systématiquement ces topic partent en sucette...

    Pourtant l'islam a donné à cette problématique avec la règle de kafa'ah; règle qui est le plus souvent ignorée ou négligée de nos jours.


    La kafa'ah



    Bismillah ar Rahman ar Rahim


    Cette règle stipule qu'une femme ne peut pas épouser un homme inférieur à elle, elle relève des droits de la femme. Elle est basé sur 1 verset et 3 hadiths :

    It is the saying of Nabi (Sallallaahu Alayhi Wasallam), ‘Listen! Women should be married off only by their (Shar’ee) guardians (Wali) and their marriage should take place only with suitable matches.’ (Akfaa).’ (Daaraqutni and Bayhaqi)

    Rapporté par Ali ibn abi talib, le Prophète (saws) à dis « Ne retarde pas trois choses : la prière, la prière mortuaire (al-janâza) et le mariage d'une célibataire lorsqu'elle rencontre quelqu'un qui veut l'épouser, qu'elle veut épouser, et qui est d'un niveau compatible au sien », Jami` at-Tirmidhi Vol. 1, Book of Salat, Hadith 171 *.

    « On se marie avec une femme pour une de ces quatre choses : pour son argent, pour sa parenté, pour sa beauté et pour sa pratique de la religion. Réussis donc, pauvre de toi, en choisissant celle qui pratique la religion. »
    Sahih al-Bukhari Vol. 7, Book of Marriage, Hadith 27
    Sahih Muslim Vol. 4, Book of Marriage, Hadith 3457

    {Le fornicateur n'épousera qu'une fornicatrice ou une associatrice. Et la fornicatrice ne sera épousée que par un fornicateur ou un associateur ; et cela a été interdit aux croyants}. (Sourate 24 /3)



    I) Motivation


    Assurer la concorde et un minimum d'entente entre les époux. Trop de différences sociale, culturelle ou d'éducation ont de forte chance d'amener des querelles entre les époux ou entre leurs familles. De plus la femme pourrait se voir imposer des coutumes qui ne sont pas les siennes et qu'elle rejette (entre dans ces coutumes, les différences de madhab / minhaj).
    Mais aussi préserver les intérêts de la femme. comme on peut le voir trop souvent, une femme mariée a un pervers ou un grand pécheur subit beaucoup d'injustices et se retrouve à devoir obéir à une personne indigne de cette charge.

    La kafa'ah est une hikma et ne doit pas être négligée.




    II) La wilayah de la femme pubère


    Selon les écoles Maliki, Shafi'i et Hanbali, la femme Bikr (vierge / qui n'a jamais été mariée) à l'obligation d'avoir l'accord de son waliy pour contracter mariage.

    Selon l'école Hanafi la même femme n'a pas cette obligation à condition d'être saine d'esprit, mature, autonome financièrement, de choisir un époux kufuu (équivalent) et d'exiger de lui au moins un certain montant de dote (mahr al-mithl**).
    Si l'époux ne répond pas aux critères de kafa'a ou que la dote est inférieur au mahr al-mithl le waliy de la femme peut faire annuler le mariage.



    III) La qualification


    D'aucun pourraient être tenté de penser que cette règle est une simple recommandation pour le mariage qui reste prioritaire quoi qu'il arrive. Il n'en est rien, cette règle fait partie des règles légales du nikah, mais les écoles ont divergé quand au degrés d'impératif.

    - Une minorité de savants (Hanbali principalement, mais aussi quelque avis isolé Shafi'i) ont fait de cette règle une condition obligatoire de validité du mariage. En d'autre terme, si l'équivalence n'est pas là, le mariage n'est pas effectif, et ni le consentement de la femme et / ou de sa famille ne peuvent faire dérogation. Un qadhi a l'obligation de dissoudre une telle union et l'éventuel enfant né de ce type d'union est considéré comme adultérin.

    - La majorité en ont fait une condition de continuité du mariage, un droit pour la femme et selon certaines écoles également le waliy de la femme. Le mariage avec un homme non kufuu (équivalent) est effectif mais peut être dissoud de manière unilatérale et a n'importe quel moment par la femme ou éventuellement son waliy.
    Au sein de cet avis, les école Hanbali, Shafi'i et Maliki a étendue le droit à la femme et a son tuteur, alors que l'école Hanafi ne réserve ce droit qu'à la femme sans droit de regard du waliy.



    (suite)

  2. #2

    Date d'inscription
    octobre 2017
    Localisation
    ile de France
    Messages
    22

    Par défaut

    IV) Les conditions d'équivalences


    Là encore les savants ont divergé, bien qu'il se soient tous accordés pour la première.

    Ibn Mansur, dans le Lisan al arab a définit la kafa'a comme l'équivalence de l'homme avec la femme en terme de noblesse (hasab), piété (din), lignage (nasab), famille (bayt) etc
    Selon, Shaykh Khalid Saifullah Rahmani 9 critères ont été invoqué en combinaisons variables par les écoles juridiques :


    A Digne de confiance et ayant la Taqwa
    B Libre ou esclave
    C Musulman de souche ou convertis
    D Lignage
    E Statut financier
    F Prestige et honneur familiale
    G Métier, profession
    H Absence de défauts physiques
    I Intellect, instruction et maturité




    A) Digne de confiance et ayant la Taqwa


    "Lorsque celui dont vous agréez la religion et le caractère vous demande (la main de votre fille), mariez-les [quand votre fille veut se marier avec elle]. Si vous ne le faites pas, il y aura une tentation et un grand mal sur la terre" (at-Tirmidhî, n° 1084, 1085).

    A savoir la religion et la conduite honorable. La religion implique la pratique mais également le niveau de science de l'époux :

    ".. Dis : « Sont-ils égaux ceux qui savent et ceux qui ne savent pas ? » Seuls les doués d’intelligence se rappellent " S39 V 9

    La probité se retrouve quand à elle dans les versets unissant le fornicateur à la fornicatrice. Le mariage d'une femme chaste et bonne musulmane est interdit avec le pervers impénitent poursuivant dans les grands péchés.
    A contrario, le repentis sincère peut épouser une femme de bonne moralité sous réserve du point 8.


    B ) la condition de non servitude.

    Eu égare au fait que l'esclave est considéré comme un bien meuble ne disposant pas de sa personne, certaines écoles ont interdit son mariage avec la femme libre sur la base de l'impossibilité pour l'esclave d'imposer le 'amr (commandement) au libre.

    Nota : l'argument est parfois invoqué pour le cas des sans papiers.



    C) Convertis

    La règle concernant la mésalliance entre musulmane de souche et converti est globalement
    tombée en désuétude
    néanmoins à l'époque califale, un convertis de première génération ne pouvait épouser qu'une convertie de première génération. Le convertis de deuxième génération pouvait épouser une convertie de première et deuxième génération. La règle s'étendait jusqu'à la troisième génération, après quoi la famille était considérée comme musulmane de souche.


    D) Le lignage

    L'argument découle de ces hadiths :
    » Allah a certes créé les créatures, et Il m’a placé dans le meilleur groupe d’entre eux, puis parmi les meilleures tribus. Il m’a ensuite placé dans la meilleure tribu, puis parmi les meilleures familles. Il m’a ensuite placé dans la meilleure des familles, et je suis de par moi-même et de par ma famille le meilleur d’entre eux. »
    – Shaykh Al Albani le considère authentique (Sahih), voir Mishkat Al Massabih, Volume 3, Hadith n° 5757 –
    At-Tirmidhi a dit : « C’est un hadith hassan. »

    Un hadith similaire se trouve dans Kanz al ummal (vol 8;p 248)

    Salman a dit :
    يا معشر العرب لتفضيل رسول الله إياكم لا ننكح نساءكم ولا نؤمكم في الصلاة
    « Ô Arabes ! En vertu de la préférence qu’a le Messager d’Allah pour vous, nous n’épousons pas vos femmes, et nous ne vous dirigeons pas dans la Salat. »
    Muhammad Ibn Abi ‘Umar Al ‘Adani et Sa’id dans son Sunan.

    Il y a débat sur l'authenticité de ces hadiths du point de vue des muhadithun, néanmoins certain fuqaha les ont considéré comme valides. On peut citer entre autre ibn Taymiyah (Kitab Fasl fi Ad-Dalil ‘ala Fadl Al ‘Arab (Tome 1, pages 287 à 290)) mais également les juristes de Kufa comme Mohammed Shaybani (al Jami' al Saghir) ou ibn Abidin (Hashiyah /Radd al-Muhtdr). Kasani ( Bada'i' al-Sana'i' Vol. II; p 319 ) limite cette règle aux zones d'implantation de longue date de l'islam.

    Ce système crée une pyramide de statut. Au sommet les descendant du Prophète (saws) par Hassan (as) et Husein (as) : seyyed, sayyida. Puis les autre descendant (sharif), puis les collatéraux (abbasside), puis les Quraishite, puis les arabe et enfin les mawali.

    Dans ce contexte le terme "arabe" concerne exclusivement les arabes péninsulaires, excluant le levant, le Maghreb, le Mashrek ou l'ancienne perse.

    Cette règle se retrouve encore aujourd'hui les shafi'ite hadhrami du Yemen et de Singapour, mais également de manière directe ou indirecte dans l'école hanbali (et ses subdivisions) dans la péninsule arabique (impossibilité pour une femme qatari d'épouser un non émirati).

    Etrangement les jafa'arite (shia) rejettent cette règle et autorisent une descendante d'Hassan (as) ou hussein (as) a épouser qui elle souhaite tant que l'homme est musulman.

    Nota : cette règle est parfois invoquée pour les mariages endogamiques.



    (suite)


  3. #3

    Date d'inscription
    octobre 2017
    Localisation
    ile de France
    Messages
    22

    Par défaut

    E) Statut financier

    Fatima bint Qays vint demander conseil auprès du Prophète (salla Allah alayhi wa sallam) au sujet des prétendants : Abou-l-Djahm et Mouawiya, il les désapprouva en disant : « Mouawiya est un va-nu-pieds désargenté et Abou-l-Djahm est d’une violence chronique [avec les femmes]. » (Boukhari et Mouslim)

    Certaine écoles imposant a l'époux d'entretenir la femme selon le rang et le confort dont elle bénéficiait dans sa famille, cela rend incompatible le mariage du pauvre avec la riche. De plus, cette règle vise a éviter les coureur d'héritage ou des biens de la femme.


    F) Prestige.

    Selon Abou Hourayra, le Prophète (bénédiction et salut de Dieu sur lui) a dit: "On épouse la femme pour quatre raisons: Pour son argent, pour sa famille (noblesse / prestige), pour sa beauté, ou pour sa religion (sa chasteté). Emporte celle qui a la religion, puissent tes mains se couvrir de poussière!" al-Nasaa’i 3230 / al-Nasaa’i Vol. 4, Book 26, Hadith 3232

    Reliquat de la culture arabe ante-islamique, on retrouve encore cette règle en iraq, dans les pays limitrophes ou l'Arabie péninsulaire, souvent quand il s'agit de mariage de fille de chef tribaux ou de notables.


    G) Métier, profession

    Ce point est particulièrement complexe fluctuant en fonction du urf local, et de fait du temps et de l'espace. Mais de façon simplifiée, les plus nobles professions sont ceux des sciences islamique (alim(a), mufti(a), cheikh(a); et les moins nobles ceux qui touche aux najassat: éboueur, entretiens des bain public, fossoyeur, tanneur, etc). Pour ce qui est entre deux, tout dépend du urf....


    H) Absence de défauts physiques

    Ce point concerne les défauts empêchant l'acte conjugale (impuissance, castration complète, vaginisme, ouverture entre le vagin et le rectum), les tares héréditaires; les MST (y compris chez le repentis) ainsi que les autre maladie contagieuse telle la lèpre.

    Nota : cette catégorie est parfois invoquée en cas de grande disparité d'apparence.


    I) Intellect, instruction et maturité

    L'idiot (maladie mentale) ou l'attardé ne sont pas équivalent à la femme saine d'esprit. De même pour ibn Abidin, l'illettré ou celui n'ayant pas eu d'instruction n'est pas équivalent à la femme instruite.
    Enfin le garçon immature (intellectuellement) n'est pas éligible au mariage au regard de ses devoirs.




    V) La position de chaque école


    1) Malikite

    L'école Malikite se limite au critère A (piété / bon comportement).
    Le critère H est présent dans l'école malikite mais comme condition du mariage et non dans la kafa'a.
    Il est a noté qu'il existe certain avis isolés, malikites rajoutant des critères similaires aux shafi'ites, par exemple en Mauritanie.


    2) Hanafi

    A Digne de confiance et ayant la Taqwa.
    Il existe une divergence entre l'avis de Shaybani et de l'autre abu Hanifa au sujet du niveau d'impiété et son degrés public ou non. Les deux opinions ont été mentionné chez abu Yussuf (Kasani, Bada'i' al-Sana'i', Vol. II, p. 320, and Ibn 'Abidin, Hashiyah /Radd al-Muhtdr, Vol. II, p. 440. Sarakhsi, Al-Mabsiit Vol. V, p. 25,
    B Libre ou esclave
    D Lignage (cf : Darrul Mukhtaar)
    E Statut financier (Darrul Mukhtaar vol.3 pg.90; MH Sa’eed, Kasani, Vol. II, p. 319; Sarakhsi, Vol. V, p. 25. )
    G Métier, profession (Darrul Mukhtaar vol.3 pg.90; MH Sa’eed, Shaybani, al-Jdmi' al-Saghir, ibn Abiddin, Hashiyah /Radd al-Muhtdr, Sarakhsi, al-Mabsui, Kasani, Badd'i' al-Sand'i'n al-Durr al-Mukhtdrn Haskafi )
    H Absence de défauts physiques
    I Intellect, instruction et maturité (ibn Abiddin, Hashiyah /Radd al-Muhtdr; Vol. II, p. 442-444, Timirtashi, Haskafi, Qadi Khan) Qadi Khan place le non arabe lettré / instruit au même rang que la Sayyidah en arguent que le ilm est supérieur au lignage.


    3) Shafi'i

    Il est a noté que dans un premier temps (comme c'est souvent le cas avec cette école), l'avis étais le même que les malikite, puis il a évolué.
    A Digne de confiance et ayant la Taqwa
    B Libre (Al Umm; Ash Sahfi'i)
    D Le lignage (Umdat as-Salik wa 'Uddat an-Nasik, ibn an-Naqib al-Misri )
    G Métier, profession
    H Absence de défauts physiques, ce point n'étant pas impératif mais juste recommandé

    Nuh Ha Mim Keller, ibn Naqib al-Misri

    (suite)

  4. #4

    Date d'inscription
    octobre 2017
    Localisation
    ile de France
    Messages
    22

    Par défaut

    4) Hanbali

    Selon le premier avis (ibn Qudemah, al Mughnii, vol 9)
    A Digne de confiance et ayant la Taqwa
    D Le lignage (‘Umdat as-Salik wa ‘Uddat an-Nasik )
    E Statut financier, en se basant sur le hadith de Fatima bent Qays et de la pauvreté de Mu'awiya.
    H Absence de défauts physiques

    Selon le second avis (idem)
    A Digne de confiance et ayant la Taqwa
    B Libre (ibn Hanbal et ibn Rahwayh)
    D Le lignage (ibn Hanbal et ibn Rahwayh)
    E Statut financier, en se basant sur le hadith de Fatima bent Qays et de la pauvreté de Mu'awiya. (ibn Hanbal et ibn Rahwayh)
    F Prestige et honneur familiale (Ibn Qudemah, al-Moughnii (7/30); ibn al-Moudhir )
    G Métier, profession (ibn Hanbal et ibn Rahwayh)
    H Absence de défauts physiques (en le restreignant à la lèpre, l'incapacité au coït) (ibn Qudemah, al Mughnii, vol 9)
    I Intellect, instruction et maturité (restreint à la folie) (ibn Qudemah, al Mughnii, vol 9)

    الكفااة في النكاح (Kafa'ah in Marriage) , Abdul Sattaar Abu Ghuddah et les 3 compilations d'avis d'ibn Hanbal et ibn Rahwayh par le fils du premier, al Sijistani et al Kausaj









    * Ce hadith est mentionné comme da'if au sein de Tirmidhi, mais il existe une version acceptable chez Al Bayaqi

    ** mahr al-mithl :
    Maliki : 3 dirham : 9,18 gr d'argent pur
    Hanafi : 10 dirham : 30.61 gr d'argent pur
    Shafi'i & Hanbali : toute chose licite ayant une valeur commerciale, y compris une bague de fer

    A titre de comparaison le mahr fatimi (donné par 'Ali a Fatima) est de 480 dirhram ( 1469.64 gr d'argent) le mahr donné par le Prophète (saws) à ses épouses : 500 dirham (1487.5 gr d'argent)

  5. #5

    Date d'inscription
    octobre 2017
    Localisation
    ile de France
    Messages
    22

    Par défaut

    Salam alaykoum mes frères et sœurs,

    ce travail remarquable est fait par un de nos frères musulmans, j'ai juste fais Copier/Coller, donc faite lui des dou3as, qu'Allah le récompense, et vous récompense.

  6. #6

    Date d'inscription
    août 2017
    Localisation
    Nord-Est
    Messages
    119

    Par défaut

    Assalamu 'alaykum, en effet point très important puisque beaucoup se permettent d'utiliser la facilité de la femme pour se marier sans wali (règle chez les hanafites) en oubliant la règle de la kafa'a alors que le wali peut par la suite faire annuler le mariage auprès des autorités islamiques en soulevant ce point là justement.

    Je me souviens que fut un temps, le même temps où suivre un des 4 mazhabs était ringard, où ça disait "les parents s'opposent à ce que je me marie avec un homme autre que de mon bled, je vais me marier sans leur approbation et sans leur consentement"

  7. #7

    Date d'inscription
    octobre 2017
    Localisation
    ile de France
    Messages
    22

    Par défaut

    Entièrement d'accord avec toi, les imams ne font plus leurs travails, c'est devenu pour certain comme les rappeurs, avoir plus de fans, mais pas la satisfaction d'Allah malheureusement.

    Abou Hannifa est le seul qui a un avis particulier sur le Walli, mais dure sur la Kafa'a, alors que les Hadiths qui exigent le wali sont nombreux, voir même certain verset, et les quatre califes bien guidés, exigeaient le Wali.

  8. #8
    Avatar de muhibb
    Date d'inscription
    octobre 2009
    Localisation
    Terre d'Allah
    Messages
    17 162

    Par défaut

    As salamu 'alaykum,
    Macha'Allah, très bon travail, nécessaire à notre époque. Effectivement, beaucoup s'empressent de marier sans wali en prétendant que les hanafis le permettent alors qu'il n'en est rien.

Discussions similaires

  1. Équivalence 4 buruds
    Par Abu Idris dans le forum Jurisprudence malikite
    Réponses: 43
    Dernier message: 13/06/2014, 14h05
  2. Les conditions du mariage
    Par YUSUF36 dans le forum Le mariage
    Réponses: 1
    Dernier message: 07/06/2014, 14h12
  3. Conditions du mariage
    Par YUSUF36 dans le forum Le mariage
    Réponses: 9
    Dernier message: 07/06/2014, 14h09
  4. Conditions mariage
    Par colinerc dans le forum Al-Fiqh - La Jurisprudence
    Réponses: 13
    Dernier message: 19/10/2010, 23h38
  5. Les Conditions Du Mariage Musulman
    Par samiya dans le forum Soutien dans l'épreuve
    Réponses: 19
    Dernier message: 05/07/2006, 22h12

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •