Page 1 sur 4 1 2 3 4 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 32

Discussion: Références des versets relatifs à l'idôlatrie dans l'Ancient et le Nouveau Testament (Torah,Bible) et différentes lois en rapport

  1. #1
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 574

    Par défaut Références des versets relatifs à l'idôlatrie dans l'Ancient et le Nouveau Testament (Torah,Bible) et différentes lois en rapport

    اَعُوذُ بِاللهِ مِنَ الشَّيطَنِ الرَّجِيمِ

    بِسمِ اللهِ الرَّحمَنِ الرَّحِيم

    Wa Sallalahu 'ala sayiddina Muhammad wa 'ala alihi wa sahbihi wa sallam taslima


    As-salam `alaykum wa rahmatullahi wa barakatuh


    Références des versets relatifs à l'idôlatrie dans l'Ancient et le Nouveau Testament (Torah,Bible) et différentes lois en rapport :

    1.Vous ne devez pas faire pour vous-même ou ériger des images gravées.

    Ex 20:4-5
    Ex 20:23-24
    Ex 34:13-17
    Lev 19:4
    Lev 26:1
    Deut 5:8-10
    Deut 16:22
    Deut 27:15
    Actes 17:29
    Romains 1:22-23
    Revelation 9:20-21
    Revelation 13:14-15


    2.La peine de mort doit être prononcée pour idolâtrie / trahison.

    Ex 22:20
    Deut 17:2-5

    3.La captivité nationale est la punition de l'idolâtrie nationale.

    Deut 4:25-27
    Deut 8:19-20
    Deut 11:16-18
    Deut 29:23-27
    Chroniques 4:25-26
    Jeremie 44:3-6

    4.Vous ne ferez aucune mention du nom des dieux étrangers.

    Ex 23:13
    Joshua 23:7

    5. Vous ne laisserez pas les étrangers qui adorent les dieux païens habiter chez vous.

    Ex 23:32-33

    6.Vous brûlerez toutes les images gravées avec le feu.

    Ex 32:19-20
    Deut 7:25
    Rois 23:4-6
    Rois 23:11-15

    7.Vous ne devez pas apporter une image gravée dans votre maison.

    Deut 7:25-26
    Deut 13:16-17

    8.Vous ne devez en aucune façon vous identifier avec l'idolâtre.

    Deut 13:8

    9.Vous ne devrez pas suivre les autres dans l'idolâtrie.

    Deut 13:1-3
    Deut 13:6-9
    Deut 13:12-15

    10.Vous brûlerez une ville qui s'est tourné vers l'adoration d'idole.

    Deut 13:12-16



    Dernière modification par talib abdALLAH ; 29/08/2018 à 23h09.

  2. #2
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 574

    Par défaut

    Message réédité

  3. #3
    Avatar de maki
    Date d'inscription
    novembre 2017
    Localisation
    Eure - France
    Messages
    1 560

    Par défaut

    Salam Talib,

    S'il faut brûler toutes les villes idolâtres, on peut brûler toutes les villes de la terre, y compris la Mecque : il n'y en a pas une seule où l'on n'y adore pas Mamon.

    Quand on écrit des trucs pareils, il faut se méfier : on risque de se le reprendre vite fait dans la figure !!!

  4. #4
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 574

    Par défaut

    Citation Envoyé par maki Voir le message
    Salam Talib,

    S'il faut brûler toutes les villes idolâtres, on peut brûler toutes les villes de la terre, y compris la Mecque : il n'y en a pas une seule où l'on n'y adore pas Mamon.

    Quand on écrit des trucs pareils, il faut se méfier : on risque de se le reprendre vite fait dans la figure !!!
    Salam Maki

    Ces commandements et ces versets concernaient les Bani Isra'il, c'est à dire les enfants d'Israël, que les prophètes auraient transmis de Dieu selon la Bible au cours de leur histoire et de la constitution de leur pays.

    Sur les détails de l'application des ces lois voir : Lois sur l’idolâtrie et les traditions des gentils : Michné Torah de Maïmonide

  5. #5
    Avatar de maki
    Date d'inscription
    novembre 2017
    Localisation
    Eure - France
    Messages
    1 560

    Par défaut

    Salam Talib,

    Certes.
    "concernaient", au passé
    "auraient" au conditionnel
    "transmis de Dieu", la bonne blague...

    Il y a des choses vieilles, négatives et hautement douteuses qu'il serait préférable de ne pas ressortir de la poussière.
    Il faut mieux les laisser là où elles sont : dans les poubelles de l'histoire. Ce n'est pas avec des principes pareils que l'on bâtira la paix sur cette terre.

    Après, on peut bien sûr en parler, sur un plan historique, mais avec des commentaires ad hoc, parce que si les lecteurs prennent cela au premier degré et voient dans "idoles" tout ce qui n'est pas "musulman" (probabilité non égale à 0), on risque surtout d'attiser des feux de haine et de destruction.

  6. #6
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 574

    Par défaut

    Salam Talib,

    Certes.
    "concernaient", au passé
    Au passé, mais les lois divines de la Torah pour les juifs sont encore d'actualité en fonction de la possibilité et leurs conditions d'applications, nécéssitant des institutions comme le Grand Sanhédrin, le Beit Din, les tribunaux et les juges :

    Voir : Application de La Loi d'origine divine dans le judaïsme - Histoire du Sanhédrin : l'assemblée législative traditionnelle des Israélites et tribunal suprême

    Voir : Judaïsme - Lois sur l’idolâtrie et les traditions des gentils : Michné Torah de Maïmonide

  7. #7
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 574

    Par défaut

    "auraient" au conditionnel
    Etant donné que je suis musulman, j'indique "auraient".

    Concernant les récits et paroles rapporté des écritures des Gens du Livre :


    Les musulmans croient en ce qui a été reçu originalement aux Prophètes (que la paix soit sur eux) et ce que EUX ont transmis, ce qui nous est parvenu des prédications originales au cours du temps a été altéré.


    Les musulmans sont d'accord avec les histoires bibliques qui sont également présentes dans le Coran mais réfutent fermement celles qui sont en contradictions avec leurs croyances.

    Pour les histoires qui sont présentes dans la Bible qui ne sont pas trouvées dans le Coran et qui ne sont pas en conflit avec quoi que ce soit en Islam, les Musulmans sont invités à ni à y croire et ni à ne pas y croire.

    "Il n'y a pas de mal à ce que vous racontiez (ce que vous tenez) des Fils d'Israël" (al-Bukhârî, 3274) et : "Ce que les Fils d'Israël vous racontent, ne dites pas que cela est vrai, et ne dites pas non plus que cela est faux. Dites (simplement) : "Nous croyons en Dieu et en ses Prophètes"…" (Abû Dâoûd, 3644, voir aussi al-Bukhârî, 4215).

    Pour le musulman, du moment que les textes du Coran et de la Sunna ne spécifient pas le contraire, les données historiques et géographiques issues d'Ecritures antérieures peuvent être citées, même si les textes du Coran et de la Sunna ne les confirment pas non plus. Cependant ces données ne doivent en aucun cas être présentées ni considérées comme étant des données du Coran et de la Sunna.

    De même, le musulman se doit de garder à l'esprit – suivant en cela l'instruction du Prophète – qu'on ne sait pas lesquelles de ces données proviennent d'une révélation divine et lesquelles n'en proviennent pas (lâ yussadiqu wa lâ yukaddhibu kawnahâ minallâh).


    ( Dites : "Nous croyons en Dieu et en ce qu’on nous a révélé, et en ce qu’on n’a fait descendre vers Abraham et Ismaël et Isaac et Jacob et les Tribus, et en ce qui a été donné à Moïse et à Jésus, et en ce qui a été donné aux prophètes, venant de leur Seigneur : nous ne faisons aucune distinction entre eux. Et à Lui nous sommes Soumis".)


    Sourate 2, 136
    Abrogation des messages précédents : "Considérer véridique" n'implique pas "se référer à" :

    Un second point qu'il est important de rappeler ici est qu'il ne faut pas confondre :

    – le fait de "déclarer véridique" les Ecritures antérieures ("tasdîquhâ") (dans le sens que nous avons vu jusqu'ici, c'est-à-dire la partie de ces Ecritures qui est authentique),

    – et le fait de "déclarer toujours applicable" le contenu de ces Ecritures et donc de "s'y référer" ("al-i'tissâm bihâ").


    Certes, le Coran n'a jamais déclaré être venu abroger une croyance dont il est prouvé de façon authentique qu'un message de Dieu précédent l'avait révélée (le Coran a pu apporter des éléments de croyance qui n'étaient pas mentionnés dans un ou plusieurs messages précédents ; mais cela constitue un enseignement supplémentaire et plus complet, et non une abrogation). Par contre le Coran enseigne également que la Loi qu'il apporte abroge l'applicabilité des Lois apportées par les Ecritures – même authentiques – l'ayant précédé. Voilà la seconde cause qui explique les différences existant entre certaines données du Coran et celles d'Ecritures précédentes.



    La Loi que le Coran apporte
    :

    – contient donc certaines règles similaires à celles contenues dans les Lois précédentes (sans qu'il fasse nécessairement référence à ces Lois) : par exemple l'interdiction du porc ;

    – mais contient aussi d'autres règles différentes de celles contenues dans les Lois précédentes que, elles, il modifie (par exemple lui a interdit complètement la consommation d'alcool), ou il abroge explicitement (par exemple l'interdiction de consommer certaines graisses), ou encore il abroge implicitement, parce qu'il n'en parle pas et que le principe fondamental est la permission originelle (par exemple l'interdiction de faire cuire l'agneau dans le lait de sa mère) ;

    – contient enfin des règles absentes des Lois précédentes, parce que son message est à vocation universelle (comme la règle de dhimma, protection des non-musulmans résidents d'un pays musulman).


    Ces deux particularités – impossibilité d'établir l'authenticité et abrogation de certaines règles – font que le Coran déclare aussi que le musulman ne peut pas aller puiser aux sources des Ecritures antérieures les croyances et les règles qu'il considèrera valables. C'est ce que nous allons voir dans le point suivant…
    Le Coran et son complément, la Sunna, sont les deux textes de référence pour le musulman


    Le point 1 (l'impossibilité d'établir l'authenticité de chaque partie du texte biblique) et le point 2 (l'abrogation, par Dieu, de certaines règles révélées par Lui-même dans l'ancien texte) font que si d'une part le Coran dit qu'il vient "déclarer véridiques" ("tasdîq") les Ecritures révélées avant lui, il dit aussi d'autre part qu'il vient "prévaloir" ("haymana") sur elles : "Et sur toi [ô Muhammad] Nous avons fait descendre le Livre avec la vérité [il s'agit du Coran], qui déclare véridique l'Ecriture avant lui et qui prévaut sur elle" (Coran 5/48). Le Coran prévaut sur elles non pas dans le sens où il va les détruire, appeler à les détruire, empêcher juifs et chrétiens de les posséder, ou encore forcer juifs et chrétiens à se convertir à son message à lui, mais simplement dans le sens où il affirme que :


    – étant le dernier message de Dieu, ses enseignements constituent les enseignements désormais agréés par Dieu (c'est que nous avons vu plus haut dans le point 2 : "Abrogation") ;

    – lui sera intégralement préservé dans son authenticité originelle, tel que Dieu l'a révélé (Coran 15/9).



    Dès lors, pour le musulman, les données que les Ecritures révélées avant le Coran contiennent peuvent être rangées en 2 catégories (cf. Fat'h ul-bârî 13/408) :


    a) les croyances et normes (ahkâm) ;

    b) les récits historiques, les descriptions et noms de lieux géographiques, et autres données de ce genre ; les données de cette seconde catégorie peuvent à leur tour être classées en 3 sous-catégories (cf. Fat'h ul-bârî 8/214, Al-Fissal 1/241) :

    --- b.a) celles qui contredisent de façon formelle ce que mentionnent le Coran et / ou la Sunna ;
    --- b.b) celles qui sont les mêmes que celles que mentionnent le Coran et / ou la Sunna ;
    --- b.c) enfin celles que le Coran et / ou la Sunna n'approuvent ni ne contredisent.



    Pour ce qui est de la catégorie a (croyances – aqâ'ïd – et règles – ahkâm : obligations, interdictions, licite et illicite –), le musulman l'appréhende de la façon suivante :

    – si des points de croyances présents dans les Ecritures antérieures contredisent un point de croyances présent dans les Ecritures islamiques (Coran et Sunna), alors (étant donné qu'il n'y a jamais eu abrogation entre les différents messages de différents prophètes à propos des croyances) il considère que ce qu'avait dit le prophète antérieur a été mal compris et / ou mal retransmis ;

    – et si ce sont des règles qui sont différentes entre les Ecritures Antérieures et les Ecritures islamiques, alors le musulman ne se prononce pas (lâ yussadiqu wa lâ yukaddhibu kawnahâ minallâh) : il est possible que ce qu'avait dit le prophète antérieur a été mal compris et / ou mal retransmis, comme il est possible qu'il y ait eu abrogation.

    En tout état de cause, le musulman n'ira en aucun cas chercher ses croyances ou ses normes dans les textes bibliques : il considère que la seule source possible pour cela est constituée des textes du Coran et de la Sunna, avec la règle première de la permission originelle – dans le domaine de la vie quotidienne – et du non rajout d'actes – dans le domaine de culte. Si éventuellement il cite des données de ce genre, c'est uniquement pour mentionner ce que sont les choses chez les juifs ou chez les chrétiens.



    Pour ce qui est des catégories b.a, b.b et b.c, le musulman les considère de la façon suivante :

    – bien évidemment, il délaisse les données de la catégorie b.a et approuve celles de la catégorie b.b ;

    – quant à la catégorie b.c, le musulman suit à son sujet ce que le Prophète Muhammad a formulé ainsi : "Il n'y a pas de mal à ce que vous racontiez (ce que vous tenez) des Fils d'Israël" (al-Bukhârî, 3274) et : "Ce que les Fils d'Israël vous racontent, ne dites pas que cela est vrai, et ne dites pas non plus que cela est faux. Dites (simplement) : "Nous croyons en Dieu et en ses Prophètes"…" (Abû Dâoûd, 3644, voir aussi al-Bukhârî, 4215). Pour le musulman, du moment que les textes du Coran et de la Sunna ne spécifient pas le contraire, les données historiques et géographiques issues d'Ecritures antérieures peuvent être citées, même si les textes du Coran et de la Sunna ne les confirment pas non plus. Cependant ces données ne doivent en aucun cas être présentées ni considérées comme étant des données du Coran et de la Sunna. De même, le musulman se doit de garder à l'esprit – suivant en cela l'instruction du Prophète – qu'on ne sait pas lesquelles de ces données proviennent d'une révélation divine et lesquelles n'en proviennent pas (lâ yussadiqu wa lâ yukaddhibu kawnahâ minallâh).

    Source : Anas Lala (maison-islam.com)
    Dernière modification par talib abdALLAH ; 02/09/2018 à 14h58.

  8. #8
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 574

    Par défaut

    "transmis de Dieu", la bonne blague...
    Maki, demandez à un rabbin traditionnel juif si ces lois dans la Torah sont d'origine divine.

    Pour les musulmans La Torah est d'origine divine ainsi que al-Injil (Evangile) :

    Coran

    Sourate 5


    5.43. Mais comment te demanderaient-ils d’être leur juge quand ils ont avec eux la Thora dans laquelle se trouve le jugement d’Allah ? Et puis, après cela, ils rejettent ton jugement. Ces gens-là ne sont nullement les croyants.

    5.44. Nous avons fait descendre la Thora dans laquelle il y a guide et lumière. C’est sur sa base que les prophètes qui se sont soumis à Allah, ainsi que les rabbins et les docteurs jugent les affaires des Juifs. Car on leur a confié la garde du Livre d’Allah, et ils en sont les témoins. Ne craignez donc pas les gens, mais craignez Moi. Et ne vendez pas Mes enseignements à vil prix. Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, les voilà les mécréants.

    5.45. Et Nous y avons prescrit pour eux vie pour vie, œil pour œil, nez pour nez, oreille pour oreille, dent pour dent. Les blessures tombent sous la loi du talion. Après, quiconque y renonce par charité, cela lui vaudra une expiation. Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, ceux-là sont des injustes.

    5.46. Et Nous avons envoyé après eux Jésus, fils de Marie, pour confirmer ce qu’il y avait dans la Thora avant lui. Et Nous lui avons donné l’Evangile, où il y a guide et lumière, pour confirmer ce qu’il y avait dans la Thora avant lui, et un guide et une exhortation pour les pieux.

    5.47. Que les gens de l’Evangile jugent d’après ce qu’Allah y a fait descendre. Ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, ceux-là sont les pervers.

    5.48. Et sur toi (Muhammad) Nous avons fait descendre le Livre avec la vérité, pour confirmer le Livre qui était là avant lui et pour prévaloir sur lui. Juge donc parmi eux d’après ce qu’Allah a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, loin de la vérité qui t’est venue. A chacun de vous Nous avons assigné une législation et un plan à suivre. Si Allah avait voulu, certes Il aurait fait de vous tous une seule communauté. Mais Il veut vous éprouver en ce qu’Il vous donne. Concurrencez donc dans les bonnes œuvres. C’est vers Allah qu’est votre retour à tous; alors Il vous informera de ce en quoi vous divergiez.

    5.49. Juge alors parmi eux d’après ce qu’Allah a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, et prends garde qu’ils ne tentent de t’éloigner d’une partie de ce qu’Allah t’a révélé. Et puis, s’ils refusent (le jugement révélé) sache qu’Allah veut les affliger [ici-bas] pour une partie de leurs péchés. Beaucoup de gens, certes, sont des pervers.

    5.50. Est-ce donc le jugement du temps de l’Ignorance qu’ils cherchent? Qu’y a-t-il de meilleur qu’Allah, en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme?

  9. #9
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 574

    Par défaut

    Un article de Anas Lala sur ce sujet (maison-islam.com/articles/?p=404)


  10. #10

Page 1 sur 4 1 2 3 4 DernièreDernière

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •