Page 1 sur 2 1 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 18

Discussion: SALAM. Quelqu'un se reconnaitra-t-il ?

  1. #1

    Par défaut SALAM. Quelqu'un se reconnaitra-t-il ?

    SALAM

    Je suis l'auteur d'un texte que j'ai mis en vidéo et j'ai hésité à le partager sur ce forum parce que je ne sais pas si il y a sa place mais je désire après réflexion le partager .
    Ce texte est long et sa lecture vous délestera d'une demi heure de votre temps.Merci à celles ou ceux qui en auront eu la patience.
    En le lisant ayez à l'esprit qu'il ne faut pas se fier immédiatement aux apparences et qu'il faut parfois un temps avant de se faire un avis ou une opinion y compris pour soi-même.
    Le titre est plus une invitation qu'une interrogation.

    SALAM


  2. #2
    Une très grande soeur qui a portée Forum Islam sur ses bras pendant des années Avatar de Rosepine
    Date d'inscription
    août 2007
    Localisation
    dans ma bulle
    Messages
    23 580

    Par défaut

    Salam

    tu peux nous dire de quoi ça parle stp?

  3. #3

    Par défaut

    Citation Envoyé par Rosepine Voir le message
    Salam tu peux nous dire de quoi ça parle stp?
    Salam Je suis conscient que sa lecture peut dérouter certaines personnes et j'aurai beaucoup de difficultés à le résumer mais disons qu'il s'agit de la découverte et la connaissance de soi à travers et au fil de l'écriture d'un texte. Salam

  4. #4
    Avatar de Daoud Ben Abdoullah
    Date d'inscription
    février 2018
    Localisation
    ile Maurice
    Messages
    239

    Par défaut

    Citation Envoyé par 14223ON Voir le message
    Salam Je suis conscient que sa lecture peut dérouter certaines personnes et j'aurai beaucoup de difficultés à le résumer mais disons qu'il s'agit de la découverte et la connaissance de soi à travers et au fil de l'écriture d'un texte. Salam
    C'est très beau .Masha Allah, beaucoup de sentiments, et une envie de vivre, je ne regrette pas d'avoir passé un petit temps avec ses mots, et je crois qu'il y a ces "jolis coeurs", partout , là , où on ose regarder car c'est mon coeur qui s'est pris au jeu de prendre le fil du texte...
    je pense dire que celui qui a essayé, a de forte chance de réussir ... pour ma part, je ressens qu'il réussit ... Bravo !

  5. #5
    Une très grande soeur qui a portée Forum Islam sur ses bras pendant des années Avatar de Rosepine
    Date d'inscription
    août 2007
    Localisation
    dans ma bulle
    Messages
    23 580

    Par défaut

    Citation Envoyé par 14223ON Voir le message
    SALAM

    Je suis l'auteur d'un texte que j'ai mis en vidéo et j'ai hésité à le partager sur ce forum parce que je ne sais pas si il y a sa place mais je désire après réflexion le partager .
    Ce texte est long et sa lecture vous délestera d'une demi heure de votre temps.Merci à celles ou ceux qui en auront eu la patience.
    En le lisant ayez à l'esprit qu'il ne faut pas se fier immédiatement aux apparences et qu'il faut parfois un temps avant de se faire un avis ou une opinion y compris pour soi-même.
    Le titre est plus une invitation qu'une interrogation.

    SALAM

    Salam alaykoum

    J'ai essayé. Comme tu as dis que ça prendra une demi heure j'ai attendue d'avoir un bon moment à moi pour me plonger avec attention.
    Malheureusement, bien que la vidéo est joliment faite , de belles images qui accompagnent mais que l'on ne sait pas suivre avec la lecture . Je n'ai pas pu continuer ma lecture..
    C'est trop long à lire sur une vidéo, ce genre de texte je préfère vraiment le lire sur papier ou en article mais pas dans une vidéo

    La police d'écriture choisit dans la vidéo , n'était pas évident à lire (pour moi ). Je suis sous endroid, j'ai eu du mal à lire car trop petit et parfois la couleur du texte se confondait avec la couleur des images
    Du coup c'est très inconfortable à lire. Je n'ai pas pû apprécié ma lecture d'autant plus que ce genre d'écriture ne m'est pas familière. Elle est tres littéraire. J'ai presque eu l'impression de me replonger dans les livres de balzac .

    J'avais envie de continuer pour comprendre de quoi Il s'agit. Il me semblais que je lisais , les pensées d'une personne qui a touché le fond ou a vécu des moments très dur. J'ai ressentie comme une souffrance et qu'en suite il a trouvé quelque chose ou quelqu' un qui lui a redonné de l'espoir . Un espoir très fragile. On a l'impression d'être sur une vague de sentiment qui montent pour s'en sortir pleine d'espoir une porte qui s'ouvre sur un avenir meilleur pour ensuite être tiraillé par des questions ou des souvenirs qui le replonge dans le désespoir et qui le fait douter de trouver cette porte du bonheur. ..

    Je n'ai pas pu allé plus loin...
    C'est mon ressenti
    Est ce que j'ai raison ou je suis complètement à côté de la plaque ?

    Je suis desolee, je suis certaine que tu as beaucoup travaillé dessus et c'est très bien fait. C'est juste que ça ne me convient pas la lecture en vidéo. Je préfère les textes mais peut être que je verrai mieux sur pc ..
    Alors je vais réessayé
    Ou si tu peux le mettre sur le forum en de texte ?
    Dernière modification par Rosepine ; 10/11/2018 à 07h38.

  6. #6

    Par défaut

    SALAM
    Heureux que cela ai pu te toucher,merci à toi.
    Salam

  7. #7

    Par défaut

    SALAM
    Effectivement la lecture sous Android n'est peut-être pas idéal.
    Tu as dis "On a l'impression d'être sur une vague de sentiment qui montent pour s'en sortir pleine d'espoir une porte qui s'ouvre sur un avenir meilleur pour ensuite être tiraillé par des questions ou des souvenirs qui le replonge dans le désespoir et qui le fait douter de trouver cette porte du bonheur. .."
    C'est cela même et je vais tenter de le mettre en texte qui est long,cela te permettra de le lire en entier.Je te remercie en tout cas d'avoir essayé.

    1
    Que n'a-t-il eu envie,d'un tout nouveau départ
    De croire par ces mots,à un si bel espoir
    S’épanche de ces lettres l’émoi secret touchant
    Frénésie de sa main mène fébrilement
    Au vaisseau inconnu, interpréter l’histoire
    Viennent clés du langage lui donner le pouvoir
    Clairvoyante vision perception de l’instant
    Intense sensation qui sublime présent
    Et soudain réalise qu’existe un autre part
    Apparaissent alors regrets de sa mémoire
    Naufrage de soupirs puis de sanglotements
    Trop mure de souvenirs brisent le contenant
    Comme barrage cède à furie d’un lahar
    Débris de ses élans d’autres âges prennent part
    Perceptions par milliers jaillissent brusquement
    Et racines s’étanchent au plus profondément
    Comme bête haletante qu'on mène à l'abreuvoir
    Assoiffé de ces mots comme encre sur buvard
    Pensées de s'éclairer à ces mots tournoyants
    Fusent claquent et l’entourent en le bouleversant
    Rêves de s’enrouler sur le grand dévidoir
    Des illusions rendues ce nouveau défouloir
    Ne marche déjà plus s’envole à travers temps
    Il s'écrit à lui-même en se remémorant
    Et ses joies et ses peines en vide réservoir
    De ce trop-plein de dire resté dans l’isoloir

    Que de terres promises l'ont oublié un temps
    Mais que souffles nouveaux,fondent si beau moment
    Il jubile de plaisir,il ne peut pas y croire
    C'est pourtant à présent,relevant son regard
    Par-dessus les écueils,de longs atermoiements
    Se propulse d'un bond,plus haut qu'au firmament
    Il découvre en ce texte,un de ces moments rares
    Et dans la vie d'un homme,que l'on nomme aussi phare
    Il espère et bien plus,que se fixe l’instant
    En son for intérieur,il y croit à présent
    Qu'en sera-t-il demain ?Cela le laisse hagard
    Se peut-il que d'un coup,a nouveau il s'égare ?
    [/SIZE][/CENTER][/SIZE][/SIZE]

  8. #8

    Par défaut

    2
    Et que joie et délices acquis si fraîchement
    Aussi vite venus,s'en aille subitement
    Non cela ne se peut,et il n'est pas trop tard
    Pour que si beau cadeau,de son cœur ne s'empare
    Fasse naître en son sein la lueur permettant
    Laisser dos au passé et affronter le temps
    Oubliés les remords serviles désespoirs
    Effacés déceptions et regrets,il repart
    À l'assaut de ces mots, de ces monts ,il le sent
    Il ne pourra les vaincre qu'en ne les gravissant
    Sur ces vierges sommets où porte son regard
    Le front haut et si fier ,de courage il se pare
    Et clamer verbes fort,désormais qu'il est temps
    Que du fond de son âme sortent pressentiments
    Ne reculera pas, maintenant il s'empare
    De ce qu'hier encore paraissait illusoire
    Il ne peut contenir les frissons du moment
    Tient le cap s'acharne, il en fait le serment
    Et ce serait trahir,ou bien pire ne pas croire
    Que ces bienfaits du ciel ne puissent être de gloire
    À tout prix, ne laissez aucun homme, même cent
    Entraver le destin de tous ses sentiments
    Chaotiques ordonnés , méritent leurs histoires
    Et comment pourrait-il les laisser ainsi choir
    Ils n'ont soif que de vivre et plus qu’intensément
    Ne jamais plus souffrir d'un tel enfermement
    Le carcan sur son cœur cédera aux nectars
    Cette soif de partir, de nouveaux territoires
    Il ne vivait qu'hiver et son renoncement
    Aujourd'hui et demain lui seront son printemps
    Qu'en leurs absences hier au milieu du brouillard
    Il avait vécu seul sans jamais percevoir
    Qu'ils étaient là en lui attendant patiemment
    Qu'on leur ouvre la porte pour sortir du néant
    Ne pas se résigner et surtout ne pas croire
    Qu'au milieu de la boue on ne puisse entrevoir
    Maculé de lumière cet émerveillement
    Sens qu’un homme debout son épanouissement
    Et dans la résonance d'un ton déclamatoire
    Voix pleine de puissance de nous conter l'histoire
    D'une vie sans relief , apparences seulement
    Collé de bout d'ennui se font jaillissements
    Aspirant un ailleurs qui tutoie les victoires
    Et laissant loin de lui lendemains de cafard
    Tous les maux de la terre dont il était souffrant
    D'abdiquer sur l'autel du juste jugement
    Loin de vie pointillé ou instants accaparent
    Années jours et minutes sans autres échappatoires
    Que la triste rengaine du recommencement
    À moins qu'éclat ne viennent initier mouvement
    Que l'alchimie obtienne le glas de l’accessoire
    Loin de ses mornes jours qui soudain se séparent
    De ce temps avachi terne et assoupissant
    Qui nous anéantit enferme l'éloquent
    Bientôt il se reprend élocution rembarre
    Son être bannira pensés diffamatoires

  9. #9

    Par défaut

    3
    Il ne saurait plus taire désormais il attend
    De faire face à l’austère il leur jette le gant
    Tentant dernière fois de leurs réquisitoires
    De le faire vaciller et le doute en poignard
    Geôliers l'entraveront lui diront méprisants
    Qu'il a gâché sa vie qu'il vaut peu,qu’il le sent
    Que jamais le corbeau ne devint sur le tard
    Pareil au rossignol même dans cauchemar
    Qu'il est tard,qu'il est creux ,que personne ne l'attend
    Forces le quitteront et ses désirs ardents
    Écrire il ne pourra lui pauvre scribouillard
    Qu’à la source des mots il ne pourra reboire
    Hors de lui chassera sinistre règlement
    Les jettera en l’air lui et ses partisans
    Avoir voix au Chapitre face à ces goguenards
    N’est pas pour lui déplaire dresse des traquenards
    Qu'importe la césure et son requis tranchant
    Qui inflige morsure lui cassera les dents
    Hémistiche coupure de son grand découpoir
    Qui toise qui se fiche du plus pur nous dépare
    Des syllabes se moque lui est bien plus seyant
    Et ce texte les troque en s'en débarrassant
    Riches ou pauvres rimes ne pourront que valoir
    Que ce qu’elles procurent provoquent grand chambard
    Masculines féminines, est-ce donc suffisant ?
    Singulières ou plurielles, en les utilisant
    Elles qui se contrefichent du discriminatoire
    Explosent poudrière de tous ces papelards
    Répétitions de mots les assume bégaiements
    Jamais ne nous déçûmes de tels rabâchements
    Que mélanges des temps les veut ostentatoires
    Présent passé futur bien plus évocatoires
    De ce mètre comptable fait feu d’enjambement
    Que ne trébuchent pieds ainsi en se faisant
    Rigueurs académiques dans leur lourd corbillard
    Les pulvérisera balaiera ces vantards
    Rudesses sémantiques nous privent en se coupant
    Des promesses captives lyriques envolements
    De l’impact n’en a cure lui qui n’est pas Ronsard
    N'a que faire de censure de son grand écumoire
    Il compose décompose et inlassablement
    Alphabet a pour plaire à son contentement
    Et bien qu’il vous assène de ces quelques brocards
    Il faudra vous y faire Il tiendra le crachoir

    Ne vous y trompez pas il n’est pas bien méchant
    Son vœu n’est que d’écrire il est même attachant
    Ne surtout rien omettre que se vident tiroirs
    Du lancinant passé qui perce de son dard
    Et ressasse nos vies en nous empoisonnant
    Du venin du peut-être aurai-je fait autrement
    Au-delà du paraître et de son air criard
    Qui nous impose à tous le manipulatoire
    S’il ne ressemble à rien, ce texte ,saignement
    N’a que pour s’en remettre, ces mots en pansements
    Tribuns ,griots, conteurs héritiers lui font-part
    Et l’écho d’égaler dans l'éclat se mouvoir

  10. #10

    Par défaut

    4
    Il n’a pas de tribu et encor moins de clan
    L’important est de n’être ni le noir ni le blanc
    Langage est sans frontières d’essence migratoire
    Là où il passe, il reste résiste et contrecarre
    Folies couleurs de peaux, nations empires mourants
    Qui saignent humanité depuis la nuit des temps
    Que vérité console l’auguste pleurnichard
    On ne peut la chasser sortez donc vos mouchoirs

    Il baignera visage du levé ravissant
    Promesses d’une page aux reflets saisissants
    Son passé il le sait n'est pas fruit du hasard
    Le cancre qu'il était peut enfin prendre part
    À récolte des fruits en a rêvé souvent
    Tout au fond de la classe, sans oser pour autant
    Montrer que lui aussi devant un auditoire
    Ne tremble déjà plus il va au tableau noir
    Mots devenus amis hier encore distants
    De sa main les unit se montrent alors aimants
    Et ses doigts de puiser au vaste répertoire
    De l'Alpha l'Oméga ses lèvres s'accaparent
    De leur sens désaltère ses écrits balbutiants
    Aspergent de leurs gouttes affection se répand
    Avide de leur goût s’en délecte à en boire
    S'en humecte la bouche du fabuleux pouvoir
    De ces mots qui nous touchent traduisent l’émouvant
    Le vieillard farouche le transforme en enfant
    Qu'hier il a été et le passé s’effare
    Parvient du bout des lettres qui lui laissent entrevoir
    Qu’entièreté de vie lui donne attachement
    Que discours viennent à lui si naturellement
    Ils fracassent les murs de tous ces échaudoirs
    Que sont ces écorcheurs maîtres du péremptoire
    Contemplateurs serviles du malheureusement
    Et leurs langues habiles griffent déchirements
    Assassins de lueurs aux dires inquisitoires
    Les hautains arrogants aux discours braillards
    Il n’attend rien de l’homme pas un remerciement
    Il puise aussi sa force dans le renoncement
    N’en déplaise aux extrêmes de droite ou laïcard
    Qu’indispose l’idée qu’indigène blédard
    De n’être que racaille peu ou prou approchant
    Aligne ,ose, réplique, soit de taille et se fend
    De dire haut et fort qu’il est assez bizarre
    Au nom de république et de nous, décevoir
    Idée si pathétique tel obscurcissement
    Qu’on n’accepte que l’autre s’il n’est pas différent
    La patrie des lumières s’éclaire d’un bougeoir
    Où sont ses droits de l’homme devenus rêves épars
    Aux frontons la devise se défait lentement
    Liberté pas venue ,était-elle au courant?
    Égalité pas vue enfermée au placard
    Fraternité vaincue à grand coup d’assommoir
    Pas venu pas vu et vaincu, si seulement!
    Et comme il lui faut rendre bien lui appartenant
    À illustre grand homme jamais ne se compare
    Veni, vidi, vici il le laisse à César

Page 1 sur 2 1 2 DernièreDernière

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •