Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Discussion: Khartoum dénonce une implication du Mossad dans les violences de ces derniers jours - 22/12/2018

  1. #1
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 579

    Par défaut Khartoum dénonce une implication du Mossad dans les violences de ces derniers jours - 22/12/2018

    اَعُوذُ بِاللهِ مِنَ الشَّيطَنِ الرَّجِيمِ

    بِسمِ اللهِ الرَّحمَنِ الرَّحِيم

    Wa Sallalahu 'ala sayiddina Muhammad wa 'ala alihi wa sahbihi wa sallam taslima









    Asalam 'alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh


    Source : Press TV






    Khartoum dénonce une implication du Mossad dans les violences de ces derniers jours

    Sat Dec 22, 2018 09:12AM [Updated: Sat Dec 22, 2018 10:00AM ]







    Des Soudanais ont manifesté contre la hausse du prix du pain, le 19 décembre 2018. ©Tchad Pages


    On le voyait venir : la visite du président soudanais à Damas et sa mission de médiation visant à préparer un retour de Riyad en Syrie n'aurait pas plu à Israël. Ce serait le Mossad qui serait à l'origine des troubles de ces dernières 48 heures à Khartoum. L'hypothèse pourrait ne pas être totalement fausse dans la mesure où Israël comptait largement sur le régime "frériste" d'el-Béchir pour qu'il catalyse le processus de normalisation avec les pays du golfe Persique. Certains analystes vont encore plus loin : pour eux, "l'opération de charme" israélienne menée depuis des semaines auprès de Khartoum visait surtout à rompre tout lien entre le Soudan et Gaza. On a même parlé d'une toute prochaine normalisation Khartoum/Tel-Aviv. Mais Khartoum pourrait-il faire confiance à Israël, l'architecte de la scission du Soudan du Sud en 2010?

    Salah Gosh, le chef du service national de renseignement et de sécurité soudanais a accusé aujourd’hui, samedi 22 décembre, le Mossad d’avoir enrôlé les éléments du groupe Abdul Wahid Nour opérant dans les territoires occupés de la Palestine pour créer le chaos au Soudan.





    Le Soudan reste un anti-israélien chevronné


    Le vice-Premier ministre soudanais a réitéré le refus de son pays par rapport à la question de la normalisation avec Israël affirmant que ce n’est pas la demande de certains qui changeront la donne.


    « Nous avons identifié 280 membres du groupe dont un certain nombre a été recruté par le Mossad », a-t-il fait savoir.


    Le mouvement d’Abdul Wahid Nour est un groupe d'opposition basé au Darfour.

    Des éléments de ce mouvement recourent aux actes de violence lors de manifestations populaires.

    Ces évolutions font suite après le déplacement du président soudanais Omar el-Béchir en Syrie qui tente de baliser le terrain à la normalisation des relations entre Damas et le monde arabe.



    Omar el-Béchir en Syrie: Riyad plus seul que jamais !


    Arrivé dimanche après-midi à Damas, le président soudanais, Omar el-Béchir a rencontré son homologue syrien, Bachar al-Assad.

    Lire plus: Le Soudan dément toute normalisation avec Israël

    Ghosh a promis que la crise de liquidité prendrait fin en avril prochain.

    Des manifestations ont eu lieu hier, vendredi 21 décembre, dans certains districts de Khartoum, la capitale, et dans d’autres villes du Soudan en guise de protestation contre la hausse du prix du pain. Ces manifestations ont débouché jusqu’à présent sur la mort de huit personnes et l’instauration de l’état d’urgence dans certaines régions du pays.

  2. #2
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 579

    Par défaut

    Argument possible en faveur des Israéliens : stopper l'afflux des soudanais en Israël, par un changement de régime au Soudan

  3. #3
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 579

    Par défaut

    Manifestations au Soudan: le chef des renseignements y voit la main d'Israël



    Salah Gosh, chef des renseignements soudanais.
    © REUTERS/Mohamed Nureldin Abdallah



    Par RFI Publié le 23-12-2018 Modifié le 23-12-2018 à 01:51




    Au Soudan, les manifestations contre la hausse du prix du pain ont fait plusieurs morts dans des affrontements avec les forces de l’ordre depuis le début du mouvement le 19 décembre. Le gouvernement dénonce une instrumentalisation du mouvement tandis que l’opposition critique les méthodes violentes des autorités.

    Une fois n’est pas coutume, le chef des services de renseignements soudanais, Salah Gosh, s’est exprimé lors d’une conférence de presse, ce 21 décembre, alors que le pays est en proie depuis trois jours à des manifestations contre la hausse du prix du pain. Il accuse des individus liés à Israël et fraîchement arrivés au Soudan via Nairobi, au Kenya, d’inciter la population à la violence.



    « Les manifestations ne nous dérangent pas. Ce qui nous dérange, c’est l’insécurité », a-t-il déclaré avant d’annoncer l’arrestation de sept personnes en lien avec l'incendie d’un des sièges du parti au pouvoir, le Congrès national.



    Désastre économique



    De son côté, le leader d’opposition Sadek Al-Mahdi, président du parti Oumma, a condamné la répression armée de la part des forces de l’ordre, évoquant un bilan de 22 morts, bien au-dessus les chiffres officiels qui évoquent huit décès. L’ancien Premier ministre, qui s’exprimait pour la première fois depuis son récent retour au pays au terme de près d’un an d’exil, a condamné ce 22 décembre la « répression armée ».


    « Les erreurs du régime ont été perçues comme de la provocation par le peuple soudanais dans toutes ses composantes, a déclaré Sadek Al-Mahdi. Pour moi, il n’y a pas de doute. Ce mouvement a débuté de manière spontanée. Notre position a toujours été claire. Les peuples ont le droit, grâce à la Constitution et aux lois internationales, d’exprimer leur refus de l’injustice justice et la politique du gouvernement. Je le répète. Ce mouvement est spontané et totalement justifié. Mais nous voulons que tout cela se fasse sans violence ni destruction. D’autre part, le gouvernement doit s’engager à ne pas utiliser la violence contre le peuple ».



    Un autre mouvement d’opposition, les Forces du consensus national, a dénoncé le 21 décembre l’arrestation de quatorze de ses membres, dont Farouk Abu Issa, le président du parti.

    Pour les opposants, le gouvernement tente ainsi de mater ce mouvement de ras-le-bol populaire né d’une situation économique désastreuse. Le Soudan connaît en effet une inflation qui frôle les 70% ainsi que des pénuries de pain et d’essence.

  4. #4
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 579

    Par défaut

    Pour comprendre cette "paranoïa" de l'infiltration par des Israéliens, retour sur l'Opération Moïse :




  5. #5
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 579

    Par défaut

    Soudan: l'histoire atypique d'un club de vacances tenu par des espions israéliens



    Les dépliants du Club de vacances d'Arous vantaient, en Europe, ses eaux cristallines et ses poissons - © Tous droits réservés






    Myriam Baele Publié le jeudi 19 avril 2018 à 18h34 C'est un chapitre étonnant de l'histoire d'Israël et de l'Ethiopie, qui tient à la fois du roman d'espionnage rocambolesque et de l'épopée migratoire.



    Newsletter RTBF Info - Afrique

    Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.









    Son cadre: le club idyllique d'Arous, sur les côtes de la Mer Rouge. Un village de vacances où l'on pratiquait intensivement, début des années 80, le plongée sous-marine, la planche à voile et des missions d'agents secrets.


    "Gentils Organisateur" et agents secrets


    Tout laissait croire à un vrai club de vacances.


    Quinze bungalows face à la mer rouge, avec restaurant, planches à voiles, et matériel de plongée. Et sur les milliers de dépliants distribués dans les agences de voyage européennes, les photos de paysages maritimes ensoleillés et de poissons exotiques.


    Tout cela est vrai : les touristes ont effectivement afflué sur le site durant quatre ans, début des années 80, et profité des infrastructures, siroté des cocktails.


    Mais tout cela est faux aussi. C'était un club créé de toutes pièces par le Mossad comme façade pour les agents des services secrets israéliens. Des espions qui animaient le village de vacances pour mieux accomplir leur mission soudanaise : mener les juifs éthiopiens du Soudan jusqu'en Israël.


    Ce fut l'une des opérations, la plus romanesque peut-être, d'assistance aux juifs éthiopiens.



    Les activités nocturnes des moniteurs de plongée


    Pendant des siècles, les juifs "falashas" présents au nord de l'Ethiopie ont vécu isolés de tout autre communauté juive.


    Mais en 1977, le gouvernement israélien a reconnu la judéité de ces populations. Et lorsqu'elles seront menacées par l'instabilité politique et la perspective d'une famine en Ethiopie, dans les années 80, Israël se profilera comme un refuge. Les agents du Mossad, infiltrés dans le Soudan voisin, auront pour mission d'assister cette migration.



    L'exode des Ethiopiens "Falashas"


    Début des années 1980, les Ethiopiens franchissaient en masse les frontières avec le Soudan. Ils se sont retrouvés par milliers dans les camps soudanais. Le Mossad placera des juifs éthiopiens en infiltration dans ces camps, pour inciter leurs semblables à fuir collectivement, de nuit, et retrouver les agents israéliens pour les mener clandestinement vers Israël. 800 km en camions à l'insu des autorités soudanaises alors ennemies d'Israël, puis en bateaux. Plus tard l’exode se fera en C130.





    Des Éthiopiens "falashas" à bord d'un avion en direction de Tel Aviv, en mai 1991 - © PATRICK BAZ - AFP Cette couverture du club de vacances tiendra quatre ans. Le temps pour des centaines de touristes de noircir les pages du Livre d'Or d'Arous et pour 7000 Ethiopiens de gagner l'Israël.

    Aujourd’hui, l’histoire de ce club de vacances à double vie est entrée dans les mémoires collectives en Israël comme un épisode héroïque, aidé par le livre-mémoire de l’ancien agent Gad Shimron ("Mossad Exodus").




    D'autres opérations ont suivi: après "Moïse" (1984-1985), "Salomon" (1991). Et au total, ils seront plus de 90.000 à avoir atterri en Israël au fil des années 80 et 90.


    Héroïsme et amertume


    Ces opérations successives ont permis aux juifs éthiopiens d’arriver en Israël, d’y obtenir un accès à la santé, la sécurité, les ressources fondamentales.


    Mais la greffe n’a pas bien pris. Aujourd'hui, les quelque 135.000 juifs "falashas" d'Israël, manifestent régulièrement leur frustration.


    Ils dénoncent un maintien à l'écart de la société israélienne, des discriminations qui rendent toujours leur ancrage difficile, un taux de chômage élevé, une ségrégation de fait à l’école, trois décennies après leur arrivée.

  6. #6
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 579

    Par défaut

    Autres raisons de la paranoïa :

    - Bon nombre de réfugiés politiques soudanais ont trouvé refugé en Israël, le gouvernement soudanais craignant qu'Israël aide de quelques façons ces opposants, (Israël souhaitant de plus arrêter le flux de réfugiés politiques et de guerre)

    - Le Tchad voisin ou se trouvent certains opposants soudanais (certains groupes armés aussi) a de bonne relations avec Israël, de même que l'Egypte

    - Infiltrations historiques et soutien d'Israël à des groupes armés par le passé : Les ingérences de la CIA et du MOSSAD dans l'histoire du Soudan (depuis le 20ème siècle) - par à un américain chrétien journaliste indépendant (en)


    Wa Allahu A`lam

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •