Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: La négation des temples israélites ou de leur emplacement précis (Temple de Salomon, Temple de David, Mont du Temple) au Moyen-Orient - Art. Wikipedia+suj. liés

  1. #1
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 569

    Par défaut La négation des temples israélites ou de leur emplacement précis (Temple de Salomon, Temple de David, Mont du Temple) au Moyen-Orient - Art. Wikipedia+suj. liés

    اَعُوذُ بِاللهِ مِنَ الشَّيطَنِ الرَّجِيمِ

    بِسمِ اللهِ الرَّحمَنِ الرَّحِيم

    Wa Sallalahu 'ala sayiddina Muhammad wa 'ala alihi wa sahbihi wa sallam taslima









    Asalam 'alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh




    La négation des Temples se réfère à l'assertion qu'aucun des Temples de Jérusalem n'a existé, ou que ceux-ci ne se situaient pas au sommet du mont du Temple.



    Sommaire

    1 Historique
    2 Dispute sur la situation exacte des Temples
    3 Voir aussi
    4 notes
    5 Références



    Historique




    Pillage du Second Temple de Jérusalem représenté sur le mur intérieur de l'arc de Titus à Rome






    Dore Gold, président du Centre des affaires publiques et de l'État de Jérusalem, un centre de recherche israélien indépendant, et ancien représentant permanent d'Israël auprès de l'Organisation des Nations unies, a utilisé le terme négation des Temples dans son livre de 2007, mis à jour en 2009: The Fight for Jerusalem: Radical Islam, the West, and the Future of the Holy City1 (Le combat pour Jérusalem; l'Islam radical, l'Ouest, et le futur de la Ville sainte). L'écrivain israélien David Hazony décrit le phénomène comme une campagne d'effacement intellectuel par les écrivains, érudits et responsables palestiniens…visant à miner la revendication juive sur toute la terre d'Israël, et compare ce phénomène à la négation de la Shoah2,3.


    Selon Gold et Dennis Ross, Yasser Arafat au sommet de Camp David II en 2000, a soutenu que le Temple juif se trouvait à Naplouse et non sur le mont du Temple à Jérusalem4;5;6. Gold décrit l'affirmation d'Arafat comme faisant partie d'une campagne pour délégitimer la revendication d'Israël sur la ville4. Il écrit que la négation du Temple est devenue un nouveau dogme palestinien4. Pour le pasteur Tom Doyle, la négation des Temples fait partie d'une stratégie musulmane pour dominer tout Jérusalem sans les Juifs7.


    Selon Dore Gold, à la suite de la remarque d'Arafat à Camp David, la négation des Temples s'est répandue au Moyen-Orient comme une trainée de poudre, et même s'est subtilement glissée dans les écrits des reporters occidentaux basés au Moyen-Orient. Gold cite le Time Magazine et son reporter Romesh Rotnesar comme exemple8.


    Dore Gold soutient que l'enlèvement par le Waqf de Jérusalem de matériel archéologique du Mont du Temple, sans supervision archéologique est une forme physique de négation des Temples9;10;11. Ce matériel soustrait a été considéré par Gabriel Barkay, archéologue et lecteur à l'université Bar-Ilan, comme des artefacts importants dans le cadre du Temple Mount Sifting Project (Projet de criblage du Mont du temple)11.


    L'écrivain Daniel Levin considère que la négation des Temples est un phénomène relativement récent qui est devenu principe central du nationalisme palestinien12. Il déclare que la fiducie foncière islamique détruit les ruines judéo-chrétiennes situées sous le mont du Temple, de façon à nier toute connexion entre le judaïsme et le christianisme et Jérusalem13. The New York Times note que la négation des Temples, de plus en plus répandue parmi les leaders palestiniens, a aussi une longue histoire : après la création de l'État d'Israël en 1948, le Waqf a retiré de ses guides toutes références au Temple du roi Salomon, dont l'emplacement sur le site était d'après ses dires précédents "incontestable"14;15;16.


    En 2009, James R. Davila, professeur d'études juives et principal du St Mary's College de l'université de St Andrews, critique la pratique croissante parmi les journalistes d'écrire comme si l'existence des anciens temples juifs sur le mont du Temple était une question contestable, avec deux versions contradictoires légitimes. Selon le professeur Davila, les "reporters doivent bien comprendre qu'il n'y a pas de discussion parmi les spécialistes concernant l'existence du temple israélite de l'Âge du fer, du Second Temple et du temple d'Hérode à Jérusalem sur l'esplanade du Mont du Temple. Encore une fois, les récits disant le contraire sont de la propagande et non pas de la science17.


    En 2005, dans un livre intitulé From Jerusalem to Mecca and Back; The Islamic Consolidation of Jerusalem (De Jérusalem à la Mecque et retour; La consolidation islamique de Jérusalem), Yitzhak Reiter décrit la tendance grandissante des autorités islamiques à dénier l'existence des Temples juifs sur le mont du Temple, et la caractérise comme faisant partie de la campagne pour accroitre le statut de Jérusalem et du mont du Temple dans l'Islam, dans le but de faire de Jérusalem une ville musulmane sous gouvernance arabe. Selon Reiter, ce récit correspond à l'opinion générale dans de nombreuses communautés musulmanes dans le monde, et est mise en avant par les figures religieuses, les politiciens, les universitaires les journalistes18;19


    Ce ne sont pas tous les penseurs musulmans qui acceptent cette négation des temples de Jérusalem. L'imam Palazzi, le responsable de l'Assemblée des musulmans italiens et co-fondateur et co-président de l'Amitié Islam-Israël, cite le Coran pour affirmer le lien spécial du judaïsme avec le mont du Temple. Selon Palazzi, les sources islamiques les plus sérieuses affirment la présence des Temples. Il ajoute que Jérusalem est sacrée pour les Musulmans à cause de sa sainteté antérieure pour les Juifs et de son statut de résidence des prophètes bibliques et des rois David et Salomon, qui sont tous, dit-il, des personnages sacrées aussi pour l'Islam. Il prétend que le Coran reconnait expressément que Jérusalem joue le même rôle pour les Juifs que la Mecque pour les Musulmans20

    Dispute sur la situation exacte des Temples

    Selon Benjamin Mazar, la forteresse romaine Antonia est située sur l'endroit le plus élevé du Mont du Temple, à l'endroit où se situe actuellement le dôme du Rocher. L'historien juif romain du Ier siècle, Flavius Josèphe, raconte que les Romains ont maintenu une légion complète de 5 000-6 000 soldats à Antonia. Les Temples se trouvaient 180 mètres plus au sud et 60 mètres plus bas que le complexe Antonia, sur le Mont Ophel, près de la source de Silwan, qui fournissait l'eau pour les sacrifices21;22.


    Un article contestant la situation des temples a été publié en première page du New York Times en octobre 201523. Cet article a été fortement critiqué par la communauté scientifique, entrainant une mise au point du New York Times24.


    notes

    • ↑ (en): Dore Gold: The Fight for Jerusalem: Radical Islam, the West, and the Future of the Holy City (Le combat pour Jérusalem; l'Islam radical, l'Ouest, et le futur de la Ville sainte); éditeur: Regnery Publishing; 2009; (ISBN 1596981024 et 978-1596981027)
    • ↑ (en): David Hazony: Temple Denial In the Holy City [archive]; The New York Sun du 7 mars 2007
    • ↑ (en): Dore Gold; pages: 10 et suivantes
    • a b et c (en): Dore Gold; page: 11
    • ↑ (en): Camp David: An Exchange [archive]; The New York Review of Books du 20 septembre 2001
    • ↑ (en): Dennis Ross interview on Fox News Sunday [archive]; 21 avril 2002]
    • ↑ (en): Tom Doyle: Two Nations Under God: Why You Should Care about Israel; éditeur: B&H Publishing Group; 2008; page: 6; (ISBN 0805447717 et 978-0805447712)
    • ↑ (en) Dore Gold; page: 12
    • ↑ (en): Nadav Shragai: Court temporarily halts removal of soil from Temple Mount [archive]; Haaretz Daily Newspaper; du 7 novembre 2004
    • ↑ (en): Artifacts from Temple Mount Saved from Garbage [archive]; Jewish VirtualLibrary; octobre 2005
    • a et b (en): Dore Gold; page: 16
    • ↑ (en): Daniel Levin: Denial on the Temple Mount [archive]; The Forward du 23 octobre 2009
    • ↑ (en): Embers of Truth in New Thriller [archive]; Chicago Jewish News du 14 aout 2009; consulté le 11 février 2016
    • ↑ (en): Mistrust Threatens Delicate Balance at a Sacred Site in Jerusalem [archive]; The New York Times du 22 novembre 2014
    • ↑ (en): A Brief Guide to al-Haram al-Sharif, une plaquette publiée en 1925 par le "Supreme Moslem Council" (Conseil suprême musulman), une institution mise en place par le gouvernement britannique pour administrer les waqfs et dirigé pendant le mandat britannique par Mohammed Amin al-Husseini, grand mufti de Jérusalem, indique page 4: Le site est un des plus vieux du monde, son caractère sacré date des temps les plus anciens (peut-être de la préhistoire), son identification avec le site du Temple de Salomon est incontestable. Il est aussi le lieu, selon la croyance universelle, sur lequel David construisit un autel en l'honneur du Seigneur, et offrit des holocaustes et des actions de grâce (2 Samuel 24:25)
    • ↑ (en): Joshua Hammer: What is Beneath the Temple Mount? [archive]; éditeur: Smithsonian Institution; avril 2011; consulté le 11 février 2016
    • ↑ (en): James R. Davila: "Temple Mount Watch: The BBC is taking Jewish-Temple denial in Palestinian circles rather more seriously than it deserves [archive]; Paleojudaica.com; 2 juin 2009
    • ↑ (en): From Jerusalem to Mecca and Back; The Islamic Consolidation of Jerusalem [archive]; 2005; The Jerusalem Institute for Israel Studies; The Hay Elyachar House
    • ↑ (en): Nadav Shragai: In the beginning was Al-Aqsa; A new study exposes the systematic Muslim denial of the existence of Solomon's Temple by clergymen, historians and statesmen. Some claim that the mosque was built in the times of Adam [archive]; Haaretz du 27 novembre 2005
    • ↑ (en): David Margolis: The Muslim Zionist [archive]; Los Angeles Jewish Journal du 23 février 2001
    • ↑ (en): George Wesley Buchanan: Misunderstandings about Jerusalem's Temple Mount [archive]; éditeur: Washington Report on Middle Eastern Affairs; août 2011; consulté le 11 février 2016; pages=16 à 64
    • ↑ (en): Ernest L. Martin: The Temples that Jerusalem Forgot; éditeur: Academy for Scriptural; 1994; (ISBN 0-945657-95-1 et 978-0945657958)
    • ↑ (en): Rick Gladstone: Historical Certainty Proves Elusive at Jerusalem’s Holiest Place [archive]; The New York Times du 8 octobre 2015; consulté le 11 février 2016
    • ↑ (en): Robin Ngo: Contested Temple Mount History? [archive]; éditeur: Bible History Daily du 13 octobre 2015; consulté le 12 février 2016



    Références

    • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Temple Denial » (voir la liste des auteurs).
    • (en): Dore Gold: The Fight for Jerusalem: Radical Islam, the West, and the Future of the Holy City; éditeur: Regnery Publishing; 2002; (ISBN 1596981024 et 978-1596981027)

    Dernière modification par talib abdALLAH ; 04/01/2019 à 20h58.

  2. #2
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 569

    Par défaut

    Article récent : Hassan Asfour: Arafat was killed for believing Solomon’s Temple was in Yemen


    En anglais : https://english.alarabiya.net/en/fea...-in-Yemen.html

    Traduction Google brute en français : https://translate.google.com/transla...-in-Yemen.html

  3. #3

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •