اَلحَمدُلِلهِ رَبِ العَلَمِينَ ؕ وَالصَّلَوةُ وَ السَّلَامُ عَلَى سَيِـّـدِ المُرسَلِين
اَمَّا بَعدُ فَاَعُوذُ بِاللهِ مِنَ الشَّيطَنِ الرَّجِيمِ
بِسمِ اللهِ الرَّحمَنِ الرَّحِيم


السلام عليكم ورحمة الله تعالى وبركاته

Asalamu 3alaykum wa rahmatullahi wa barakatuh







*








L'islam et l'écologie



Source : Doctrine-malikite.fr



*


L’islam et le respect de la nature : extrait d'une conférence donnée par Shaykh Tarik Abou Nour dans le cadre du dialogue interreligieux et à l'occasion du sommet de Rio 2012 (Rio+20) sur la terre:

« Dieu, C'est Lui qui a créé les cieux et la terre, et qui, du ciel a fait descendre l'eau; puis, d'elle Il a fait sortir différents fruits... Et pour vous il assujetti les vaisseaux qui, par Son ordre, voguent sur la mer, comme Il a mis à votre service les rivières. Et pour vous, Il a assujetti le soleil et la lune à une perpétuelle révolution. Et Il vous a assujetti la nuit et le jour. Et, ce que vous lui demandiez, Il a donné. Et si vous comptez les bienfaits de Dieu, vous ne saurez les dénombrer. L'homme est grand prévaricateur, vraiment, grand mécréant!» Coran, Sourate 14, versets:32-33 et 34.

En vérité, il y a dans la création des Cieux et de la Terre et dans l'alternance de la nuit et du jour tant de signes pour des gens doués d'intelligence,
qui, debout, assis ou couchés, ne cessent d'invoquer Dieu et de méditer sur la création des Cieux et de la Terre en disant : «Seigneur ! Ce n'est pas en vain que Tu as créé tout cela ! Gloire à Toi ! Préserve-nous du châtiment de l'Enfer !
Coran, sourate 3, versets 190 et 191.




Synthèse :


Dieu dit dans le Coran à propos du dernier Messager (paix et salut sur lui): « Et Nous ne t’avons envoyé que comme une miséricorde pour les mondes. » ( Coran 21/107.)

Abû Hurayra rapporte que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « J’ai été envoyé comme miséricorde et non pas comme châtiment. » (Rapporté par al-Bukhârî dans son Târîkh et ad-Dâramî (2/173).)

Et cette miséricorde ne se bornait pas aux humains seulement, mais elle s'étendait aussi aux animaux et aux végétaux, le Prophète de l’islam dit « Toute œuvre charitable envers une créature vivante a une récompense».

L’islam s’est intéressé à la nature, aux animaux et aux plantes et a ordonné d’en prendre soin et de ne pas détruire ce patrimoine précieux de l’humanité qui fait partie des bienfaits de Dieu sur les hommes et du dépôt sacré de Dieu chez l’Homme:

La morale islamique ne règle pas seulement les conduites des hommes envers Dieu et des uns envers les autres, elle s’intéresse aussi aux animaux et à la nature, avec ses éléments matériels et ses végétaux.

Ainsi, pour le Coran, la terre de Dieu (où l’humain est établit par Dieu comme son vicaire/lieutenant, Khalîfa, selon le terme coranique) cette terre est faite pour être cultivée et non pas pour être détruite ; les mers, ciel et terres sont mis au service de l’homme pour ses besoins de navigation, de transport de marchandise, d‘approvisionnement en «nourriture délicieuse licite»… ; ils ne doivent en aucun cas servir de terrains pour la destruction et les choses nuisibles.

Allah dit dans le Coran (s2/v205 et 206), pour dénoncer l’attitude de certains destructeurs : « ...Sitôt qu’ils t’ont quitté, ils œuvrent à semer la corruption sur terre en ravageant les champs et en détruisant le bétail, or Dieu n’aime pas la corruption/destruction. Et si l’on vient à lui demander de craindre Dieu, sa fierté le conduit à s’obstiner. La Géhenne aura raison de lui : quelle détestable couche !»

Il dit également s7/v56: « ne semez pas la corruption/destruction sur terre, après que l'ordre y a été établi... »


Dénonciation de l’excès et du gaspillage et appel à la mesure/équilibre :

Allah dit dans le Coran : sourate 7, verset 31,32 et 33 :

7.31. Ô fils d’Adam ! Mettez vos plus beaux habits à chaque prière ! Mangez et buvez en évitant tout excès ! Dieu n’aime pas les outranciers.

7.32. Dis : «Qui a déclaré illicites les parures et les mets succulents dont Dieu a gratifié Ses serviteurs?» Réponds : «Ils sont destinés en cette vie aux croyants et ils seront leur apanage dans la vie future.» C’est ainsi que Nous exposons clairement Nos signes à des gens qui comprennent.

7.33. Dis encore : «Mon Seigneur a interdit seulement les turpitudes apparentes ou occultes (cachées), le mal et toute violence injustifiée, de même qu’Il a interdit de Lui prêter des associés qu’Il n’a jamais accrédités et de dire de Lui des choses dont vous n’avez aucune connaissance.»

"Ne commettez pas d'excès, Allah n'aime pas ceux qui commettent des excès" (S:6/ V:141)

"Ne sois pas prodigues car les prodigues sont les frères des démons et le démon est très ingrat envers son seigneur." (S:17/ V:26).

Même dans les adorations : la mesure est demandée, par exemple il est conseillé et méritoire d’utiliser peu d’eau pour les ablutions....

Une des spécificités de la communauté musulmane est jutement l’équilibre et le juste milieu : Allah dit dans le Coran : « C’est ainsi que Nous fîmes de vous une communauté du juste milieu… »

Coran: Sourate II, verset 143




Les plantes :


Le Prophète (paix et salut sur lui) a incité les musulmans à planter et leur promet le grand mérite pour cela :

« Chaque musulman qui plante une plante (arbre ou autre), alors tout ce qui en sera mangé sera compté pour ce musulman comme acte de charité. Tout ce qui en sera volé sera compté pour lui comme acte de charité. Tout ce qu'un animal en mangera sera compté pour lui comme acte de charité. Tout ce qu'un oiseau en mangera sera compté pour lui comme acte de charité. Ce qui en sera pris (diminué) par quiconque sera compté pour lui comme acte de charité. " Rapporté par Muslim Kitâb al-musâqât bâbu fadli al-ghars wa az-zar’ (1552)

Il dit aussi : « Si la fin du monde venait à survenir alors que l'un d'entre vous tenait dans sa main une plante, alors s'il peut la planter avant la fin du monde, qu'il le fasse ! » Rapporté par Ahmad

Le récit suivant montre la miséricorde du Prophète (paix et salut sur lui) même vis-à-vis des objets inanimés :

Ibn Omar (qu’Allah l’agrée) rapporte que le Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) avait l'habitude de faire sa Khoutba (sermon) en s'appuyant sur un tronc de palmier. Quand il utilisa une tribune (en bois qu’un menuisier avait construit pour lui) au lieu de ce tronc, ce dernier commença à pleurer. Le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) se dirigea vers lui, mit sa main sur lui pour qu'il cesse de pleurer [Sahîh Al-Boukhârî, Vol.4, Hadîth N.783]

Même en cas de guerre, le Prophète de l’islam (paix et salut sur lui) interdit aux musulmans d’abattre des arbres (non morts), (sauf pour des besoins alimentaires) (au même titre qu’il avait interdit de tuer les femmes, les enfants, les vieillards et les hommes de religion qui ne doivent nullement être inquiété ainsi que leur lieux de culte, et de ne pas détruire les constructions : cela fait partie de la charte de la guerre en Islam).




Les animaux :


L’Islam prêche également la compassion envers les animaux ; ainsi, ils ne doivent être ainsi utilisés qu’aux fins pour lesquelles ils sont destinés et non pour des besoins de divertissement (comme le combat de coqs ou la tauromachie).

Un jour, en voyant une hirondelle voler à ras du sol, le Prophète (à lui bénédictions et salut) lança à ses Compagnons : «Qui a affligé cette hirondelle en lui enlevant son petit ? Rendez-lui donc son oisillon
».

‘Abd Allâh Ibn `Umar rapporta que le Prophète dit : « Une femme fut vouée à l’Enfer à cause d’une chatte qu’elle enferma sans lui donner à manger, ni lui laisser la liberté de déterrer quelque rongeur pour s’en nourrir. » ( Hadîth rapporté par Al-Bukhârî et Muslim.)

Ibn Mas`ûd rapporte : « Lors d’un voyage en compagnie du Messager de Dieu, ce dernier s’éloigna un peu du campement. A ce moment, nous vîmes un petit oiseau avec deux oisillons dont nous nous emparâmes. L’oiseau virevoltait autour de nous lorsque le Prophète revint. Il nous demanda alors : "Qui a affligé cet oiseau en lui enlevant ses petits ?" Puis, il nous demanda de remettre les oisillons à leur place...» ( Hadîth rapporté par Abû Dâwûd dans ses Sunan.)

« Abû Hurayra rapporte que le Prophète entra dans un enclos et un chameau vint se prosterner devant lui. Cette histoire du chameau est également rapportée par Tha’labat Ibn Mâlik, Jâbir Ibn Abdellah et ‘Abdellah Ibn Jaafar qui précise : chaque fois qu’un homme pénétrait dans l’enclos, ce chameau l’attaquait. Mais lorsque le Prophète y pénétra, il appela le chameau qui baissa la tête et vint se mettre devant lui. Il le saisit par la tête et dit : « nulle chose, entre le ciel et la terre, n’ignore que je suis l’Envoyé de Dieu, à l’exception de ceux qui ont désobéit parmi les Djinn et les humains »

Il est dit également dans une autre version que le Prophète leur dit : il se plaint du travail harassant et du manque de nourriture depuis son jeune âge. Et les gens reconnurent leur tort.

Umm Salama rapporte : le prophète se trouvait dans le désert lorsqu’une gazelle l’appela : ô envoyé de Dieu ! Il lui demanda : Qu’a tu ? Elle lui dit : cet arabe bédouin m’a attrapé et j’ai deux petits dans cette montagne. Libère moi pour que je puisse aller les allaiter, ensuite je reviendrai. Il lui demande : Tu le ferais ? Elle répondit : Oui. Il la libéra. Et elle partit puis revint. Il l’attacha. L’arabe bédouin se réveilla et dit : ô envoyé de Dieu ! As-tu besoin de quelque chose ? Il lui dit : libère cette gazelle. Il la lâcha et elle se lança dans le désert en répétant : je témoigne qu’il y a d’autre dieu que Dieu et que tu es l’Envoyé de Dieu !

Le dernier Messager d’Allah nous rapporte :"Un chien très assoiffé passait dans un endroit où se trouvait une prostituée des fils d’Israël, elle l'a vu, et quand elle a remarqué qu'il était sur le point de mourir de soif, elle lui a donné à boire. Pour cette bonne action, elle fut absolue, tous ses pêchés furent pardonnés. "

Le récit suivant, tenu également du Prophète, appui aussi la même valeur celle de l’importance de la compassion et de la miséricorde et du respect de la vie et sa sacralité : «Un homme souffrant d’une soif intense est descendu dans un puits pour se désaltérer ; mais en remontant, il vit un chien haletant de soif et léchant le sol humide. Il se dit alors : ce chien souffre cruellement de la soif comme moi-même auparavant; sur ce, il redescend dans le puits, remplit sa pantoufle d’eau et donne à boire au chien assoiffé. Pour ce geste, ses péchés lui furent pardonnés».




Selon la déclaration sur les droits de l'homme en Islam adoptée le 5 août 1990, au Caire (Egypte), lors de la 19e Conférence islamique des ministres des Affaires étrangères, Article 2 et 3 :




Article 2 :

a) La vie est un don de Dieu, garanti à tout homme. Les individus, les sociétés et les Etats doivent protéger ce droit contre toute atteinte. Il est défendu d'ôter la vie sans motif légitime.

b) Le recours à des moyens conduisant à l'extermination de l'espèce humaine est prohibé.

c) La préservation de la continuité de l'espèce humaine jusqu'au terme qui lui est fixé par Dieu est un devoir sacré.

d) L'intégrité du corps humain est garantie; celui-ci ne saurait être l'objet d'agression ou d'atteinte sans motif légitime. L'Etat est garant du respect de cette inviolabilité.



Article 3

a) Il est interdit, en cas de recours à la force ou de conflits armés, de tuer les personnes qui ne participent pas aux combats, tels les vieillards, les femmes et les enfants. Le blessé et le malade ont le droit d'être soignés; le prisonnier d'être nourri, hébergé et habillé. Il est défendu de mutiler les morts. L'échange de prisonniers, ainsi que la réunion des familles séparées par les hostilités constituent une obligation.

b) L'abattage des arbres, la destruction des cultures ou du cheptel, et la démolition des bâtiments et des installations civiles de l'ennemi par bombardement, dynamitage ou tout autre moyen, sont interdits.



Note:

L'islam à travers la sunna autorise (et même demande) de tuer les animaux qui peuvent nous nuire ou nous porter préjudice comme la vipère, le scorpion, l'animal atteint de la rage...






*




wa Asalamu 3alaykoum wa rahmatullahi wa barakatuh




Subhanak Allahumma wa bi hamdik. Ashhadu al-la ilaha illa ant. Astaghfiruka wa atubu ilayk


اللهمَّ صَلِّ عَلى سَيِّدِنا مُحَمَّدٍ و عَلى آلِهِ و صَحبِهِ و سَلِّم
Allâhumma salli 'alâ Sayyidinâ Muhammadin wa 'alâ âlihi wa sahbihi wa sallim.



وسُبْحَانَ رَبِّكَ رَبِّ الْعِزَّةِ عَمَّا يَصِفُونَ وَ سَلامٌ عَلَى الْمُرْسَلِينَ وَالْحَمْدُ لِللهِ رَبِّ الْعَلَمِينَ

wa subḥāna rabbika rabbi l-ʿizzati ʿammā yaṣifūn wa-salāmun ʿalā l-mursalīn wa-l-ḥamdu li-llāhi rabbi l-ʿālamīn