Affichage des résultats 1 à 10 sur 10

Discussion: 1 seau d'eau sur la tête d'un SDF en chaise roulante

  1. #1
    Une très grande soeur qui a portée Forum Islam sur ses bras pendant des années Avatar de Rosepine
    Date d'inscription
    août 2007
    Localisation
    dans ma bulle
    Messages
    23 054

    Par défaut 1 seau d'eau sur la tête d'un SDF en chaise roulante

    Salam alaykoum
    action/réaction
    Votre avis
    La nuit de dimanche à lundi, selon nos informations, un propriétaire d’immeuble, à Ganshoren, a jeté un seau d’eau à la tête d’un SDF installé depuis quelque temps à l’entrée du bâtiment, un sans-abri en chaise roulante, amputé des deux pieds. Il faisait, cette nuit-là, entre zéro et -1 degré. Le propriétaire, qui habite en province, est ensuite rentré chez lui, laissant le SDF dans ses vêtements trempés.

  2. #2

    Date d'inscription
    décembre 2018
    Localisation
    united kingdom
    Messages
    566

    Par défaut

    Salam alekom,le sentiment de superiorite de certains va jusqu a penser que la.misere n a aucun droit d effleurer leur vie,ni meme leur.vue.,ni le precieux parterre ou ils posent leur pied superieur.. La race humaine dans toute sa laideur.

  3. #3
    Administrateur
    Date d'inscription
    septembre 2010
    Localisation
    France
    Messages
    9 565

    Par défaut

    Wa 'alaykum as-salam wa rahmatullah wa barakatuh,

    C'est assez inhumain. Le SDF est suffisamment faible et démuni, même s'il dérange à l'entrée du bâtiment il y a d'autres solutions pour résoudre le problème sans énormément d'efforts et avec un minimum de respect de la dignité humaine.

    Être dérangé par le SDF est compréhensible et humain, mais pour répondre de la sorte faut avoir un cœur mort et une éthique répugnante.
    " Celui qui aime pour Allah, déteste pour Allah, donne par amour pour Allah, et se retient pour Allah, aura complété sa Foi " - Ja'far as-Sâdiq ('alayhi as-salam)

  4. #4
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    10 108

    Par défaut

    As-salam `alaykum wa rahmatullahi wa barakatuh

    Le sans-abri, à cause de son handicap en plus déféquait et urinait sur sa chaise ou le trotoir s'il le pouvait.

    Imaginez dans quel état il devait être avec un seau d'eau par une température pareille.

    De ce que j'ai pu lire les riverains étaient habitués à sa présence mais certains parmis eux, si les propos tenus dans les réseaux sociaux sont vrais, avaient perdus patience à cause de certaines "incivilités" qu'il a eu envers eux.

    Plûtot qu'un seau d'eau, c'est d'être traité avec dignité, de lui prodiguer des soins, de l'aider psychologiquement, s'il refuse d'être aidé ce qui arrive parfois avec des sans-abris refusant de l'aide, "préférant" vivre dans la rue que dans des structures d'accueil.

  5. #5

    Date d'inscription
    août 2018
    Localisation
    France
    Messages
    260

    Par défaut

    ÉDITORIAL. Halte au scandale des morts de la rue
    Depuis le début de l'année, en seulement cinq semaines, au moins 32 personnes sans domicile fixe sont mortes dans les rues de France.
    Depuis le début de l'année, en seulement cinq semaines, au moins 32 personnes sans domicile fixe sont mortes dans les rues de France.
    Jeanne Emmanuelle HUTIN Modifié le 03/02/2019 à 07:03 | Publié le 03/02/2019 à 07:01
    Abonnez-vous à Ouest-France
    Depuis le début de l’année, en seulement cinq semaines, au moins trente-deux personnes sans domicile fixe sont mortes dans les rues de France ! C’est presque une personne par jour, révèle le collectif « Morts dans la rue » qui s’efforce d’attirer l’attention sur ces drames.


    Malgré les efforts de certaines villes et ceux, remarquables, de nombreuses associations, encore trop de familles avec enfants, de personnes jeunes ou âgées, malades, françaises ou étrangères, restent abandonnées aux rigueurs de l’hiver. Va-t-on attendre encore de nouveaux drames pour s’indigner collectivement de cette situation sans se mobiliser davantage ?

    Les dispositifs d’urgence saturent. En 2018, des familles ont été remises à la rue car elles ne remplissaient pas les conditions pour être prioritaires. Celles-ci se durcissent au point d’être parfois absurdes comme exiger d’une personne la preuve qu’elle est à la rue ! Ou inhumaines quand on déboute une famille ayant un enfant malade ! (1)

    S’il faut agir dans l’urgence pour loger ceux qui risquent de mourir de froid et de violence, il faut aussi éviter de telles situations. Or, une grande partie des sans domiciles fixes sortent des structures comme l’Aide à l’enfance, les prisons, les hôpitaux psychiatriques, sans préparation ni accompagnement suffisants : « Au lieu d’un nouveau départ, c’est parfois le moment d’une nouvelle chute pour les personnes les plus fragiles. » (1)

    Les témoignages sont inquiétants : « J’ai eu l’impression d’être trahi, je ne pensais pas qu’ils allaient m’abandonner comme ça. J’étais perdu », se souvient un ex-mineur non accompagné. Plus d’un tiers des jeunes sans domicile fixe âgés de 18 à 25 ans ont été placés en protection de l’enfance (1). Il en va de même pour les malades : « Ils nous placent à l’hôpital mais ne trouvent pas de solution après. On me disait que je n’étais pas capable d’avoir un logement. Alors je suis resté comme ça, un certain temps à la rue », témoigne l’un d’eux. Les prisonniers sont aussi concernés : « À la sortie, j’étais à la rue, j’ai dormi dans ma voiture pendant quatre mois et demi. »

    Pourtant, il existe des solutions comme le démontre la Finlande avec sa politique du « logement d’abord » pour « garantir un lieu de vie permanent à chacun, avec accompagnement personnalisé si besoin ». La Fondation Abbé-Pierre demande de « mettre en œuvre une véritable stratégie de « logement d’abord » à l’échelle nationale » et d’y consacrer les moyens nécessaires.

    À l’heure du Grand débat, où « le pays s’interroge sur son devenir, il est […] urgent que les plus fragiles soient au cœur des décisions d’avenir que la collectivité prendra, il en va du contrat social qui nous lie et des valeurs cardinales qui le portent », écrit Laurent Desmard, président de la Fondation Abbé-Pierre. Mettre fin au scandale des morts dans la rue suppose une convergence des politiques publiques et le soutien aux associations. Cela nécessite une volonté commune et requiert l’attention de tous.

    (1) Rapport sur le mal-logement - Fondation Abbé-Pierre.

    https://www.ouest-france.fr/reflexio...la-rue-6209129

  6. #6

    Date d'inscription
    décembre 2018
    Localisation
    united kingdom
    Messages
    566

    Par défaut

    Salam alekom, je me rappelle il y a une vingtaine d annees a nantes les sdf n avaient acces a.aucune toilette et allaient se soulager derriere une eglise proche d une.association ou ils venaient manger et se rechauffer, quand ils ont appris que la ville avait fait construire un coin toilette POUR CHIENS ils etaient degoutes et revoltes,surtout que l eglise se plaignait d eux alors qu elle devrait etre la premiere institution a faire quelque chose pour eux..quand on laisse a un etre humain une place moins importante que celle d un animal il ne faut pas.s etonner si celui ci ne fait plus confiance a la.race humaine.. Sortir de.la.rue demande tellement d efforts une fois qu on est pris dans le.tourbillon...
    Dernière modification par oumma2018 ; 10/02/2019 à 08h58.

  7. #7

    Date d'inscription
    août 2018
    Localisation
    France
    Messages
    260

    Par défaut

    Wa Alaykoum salam wa rahmatullahi

    Na3am c'est scandaleux!
    C'est déjà très très dur d être dans la rue, jeunes et vieux c est terrible

    Des âmes sans conscience...

    __________________________________

  8. #8

    Date d'inscription
    août 2018
    Localisation
    France
    Messages
    260

    Par défaut

    https://francetvinfo.fr

    Des pics, des bancs enlevés, un peu de tout" : la Fondation Abbé Pierre tient sa première cérémonie des Pics d’or pour "récompenser" les dispositifs anti-SDF
    Christian Page, ancien sans-abri, devant un dispositif anti-SDF à Paris, le 12 février 2019.Christian Page, ancien sans-abri, devant un dispositif anti-SDF à Paris, le 12 février 2019. (JEAN-MICHEL NAGAT / RADIOFRANCE)
    Jean-Michel Nagatfranceinfo – Radio France
    Mis à jour le 13/02/2019 | 06:37 – publié le 13/02/2019 | 06:11
    Piquets en métal, pots de fleurs en ciment, bancs enlevés... On compte 340 dispositifs anti-SDF en France, selon la Fondation Abbé Pierre.
    On les appelle les dispositifs anti-SDF. Ce sont des mobiliers urbains qui ont pour objectif d’empêcher les sans-abri de s’installer à certains endroits. Pour dénoncer le développement de ces équipements, la Fondation Abbé Pierre organise mercredi 13 février sa première cérémonie des Pics d’or. Il s'agit de "récompenser" ironiquement les auteurs de ces dispositifs parfois surprenants.



    À Paris, il y a par exemple cette grille fixée sur une sortie d'air chaud. Il s'agit d'une grille métallique pour que les sans-abri ne puissent pas s'y asseoir. Et puis, un peu plus loin, sous le porche d’un immeuble, un imposant pot de fleurs en ciment occupe l’espace et empêche toute personne de s’y abriter. Cela n'étonne pas Lionel, sans-abri depuis deux ans et demi. Il a fini par s’habituer à ces obstacles qui lui compliquent la vie. "Les gens nous chassent de plus en plus. Il y a des pics, des bancs enlevés, un peu de tout...", raconte-t-il.

    Les deux tiers des dispositifs anti-SDF en région parisienne

    Christian Page a été confronté aux mêmes difficultés pendant ses quatre années passées à la rue. Dans son quartier, le 10e arrondissement et les alentours du canal Saint-Martin, il compte plusieurs dispositifs anti-SDF. Il en a été victime, au pied de l’immeuble où il s’abritait, il y a encore quelques mois. "Je dormais là, et visiblement au bout d'un moment ça n'a pas plu, déplore-t-il. Ils ont posé des piquets en métal, ça doit valoir de l'argent, je ne sais pas combien ça coûte de chasser un SDF." Ces dispositifs ne font pas l’unanimité. Des voisins ont lancé une pétition pour s’opposer à cette installation, mais ils n’ont pas été entendus.

    Depuis un an, la Fondation Abbé Pierre recense les différents types de mobilier anti-SDF. Grâce aux photos envoyées par des centaines de contributeurs, l’association en a compté 340 à travers la France, dont les deux tiers en région parisienne
    Dernière modification par Mariellah ; 16/02/2019 à 10h22.

  9. #9
    Une très grande soeur qui a portée Forum Islam sur ses bras pendant des années Avatar de Rosepine
    Date d'inscription
    août 2007
    Localisation
    dans ma bulle
    Messages
    23 054

    Par défaut

    salam alaykoum

    Faut avoué qu'ici à bxl on ne passe pas un coin sans voir des sdf
    ça fait mal au coeur de voir ça , tu ne sais pas tous les aidé ou offrir un déjeuné et en plus , on a ce sentiment d'insécurité pas parceque ils sont dangereux . non du tout
    insécurité face à la vie, du fait de ce dire demain ça pourrait être moi
    parfois quand je m'achète un truc ou que je sors d'un resto et que je vois le long du chemin ces personnes qui s'installent pour la nuit ça me frustre, me culpabilise et du coup je suis dégoûtée de mes achats ou d'avoir passé cet instant d'insouciance

  10. #10

    Date d'inscription
    août 2018
    Localisation
    France
    Messages
    260

    Par défaut

    Wa Alaykoum salam wa rahmatullahi

    Tu as un coeur vivant,
    Je vis dans un village, je n en vois pas beaucoup des sdf
    À vrai dire j ai emménagée il y a quelques mois mais il y a une sdf
    Cette femme quand je l à voit, ça me déchire
    Elle est complètement perdue et surtout elle a l âge de ma mère!
    Comment peut-on laisser une pauvre femme comme ça dans la rue ça me sidère!
    J'ai voulu aller la voir plusieurs fois pour lui parler mais je n ose pas je voudrais pas la brusquer surtout avec mon voile lol
    je vais me renseignée sur elle

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •