Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Discussion: Le monothéisme a précédé le polythéisme

  1. #1
    Editeur Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    7 583

    Par défaut Le monothéisme a précédé le polythéisme

    اَعُوذُ بِاللهِ مِنَ الشَّيطَنِ الرَّجِيمِ

    بِسمِ اللهِ الرَّحمَنِ الرَّحِيم

    Wa Sallalahu 'ala sayiddina Muhammad wa 'ala alihi wa sahbihi wa sallam taslima





    As-salam `alaykum wa rahmatullahi wa barakatuh



    Source : un article



    Le concept de monothéisme depuis les temps anciens

    Le Dr Clifford Wilson ancien directeur de l’Institut australien d’archéologie décrit dans son livre, « L’ABC de l’archéologie biblique », la preuve de l’existence du monothéisme dans de nombreuses cultures anciennes. Nous présentons quelques extraits du chapitre 11 de son livre intitulé « Le concept de monothéisme dans l’Antiquité ».




    Le monothéisme dans l’Égypte ancienne



    Le monothéisme a été connu dans des temps très anciens. Le Livre des Morts égyptien démontre que le peuple égyptien a d’abord cru à un unique grand Dieu et pas à de multiples dieux. Avec le passage du temps, chacun des attributs connus du vrai Dieu ont été personnifié comme des divinités nouvelles et individuelles – et ainsi, le polythéisme s’est développé.



    Ce point de vue est bien documenté par le célèbre égyptologue, Sir Wallis Budge, dans son texte le plus connu, Le Livre des Morts. Voici les déclarations du Livre des Morts sur les attributs du vrai Dieu, choisis dans le Papyrus d’Ani:


    « Un hymne à Amon-Ra … le président de tous les dieux … Seigneur des cieux … Seigneur de la Vérité … créateur des hommes; créateur des bêtes … Ra, dont la parole est vérité, le Gouverneur du monde, le puissant de vaillance, le chef qui a fait le monde comme il s’est fait lui-même. Ses formes sont plus nombreuses que celles de n’importe quel dieu … » Que l’adoration te soit réservée, ô Créateur des dieux, qui a étendu les cieux et fondé la terre! Seigneur de l’éternité, créateur de la pérennité … créateur de la lumière … Il écoute la prière de l’opprimé, il est bon de cœur pour celui qui fait appel à lui, Il délivre l’homme timide de l’oppresseur … Il est le Seigneur de la connaissance, et la sagesse sort de sa bouche. « Il crée l’herbe verte sur laquelle les bovins vivent, et la vie par laquelle les hommes vivent. Lui qui a fait le poisson pour vivre dans les rivières, et les oiseaux à plumes dans le ciel. Il donne vie à ce qui est dans l’œuf … « Salut à toi, ô créateur de toutes ces choses, toi SEUL ET UNIQUE. Dans sa toute-puissance il prend de nombreuses formes. »


    Wallis Budge déclare: « Après avoir lu les extraits ci-dessus, il est impossible de ne pas conclure que les idées des anciens Égyptiens au sujet de Dieu étaient d’un caractère très élevé, et il est clair qu’ils ont fait dans leur esprit une nette distinction entre Dieu et les « dieux » … Voici donc nous avons un Dieu qui s’est créé lui-même, existant par lui-même et tout-puissant, qui a créé l’univers. »


    D’autres chercheurs ont approuvé les arguments de Sir Wallis Budge, et lui-même cite les autres. Un exemple est celui-ci: « Suite à leurs études des textes égyptiens, beaucoup des anciens égyptologues, par exemple Champollion-Figeac, de Rouge, Pierret et Brugsch, sont arrivés à la conclusion que les habitants de la vallée du Nil, depuis les temps anciens, croyaient en l’existence d’un Dieu unique, sans nom, incompréhensible, et éternel ». (p.105)


    Sir Flinders Petrie, le célèbre égyptologue, avait la même croyance. Dans la religion de l’Égypte antique, publié par Constable, London, 1908, il a écrit:


    « La conception d’un dieu fut-elle seulement une évolution à partir du culte rendu à un tel esprit, nous devrions trouver le culte de plusieurs dieux précédent l’adoration d’un dieu … Ce que nous trouvons en fait est le contraire de cela, le monothéisme est la première étape traçable en théologie … Aussi loin que nous pouvons retracer le polythéisme à ses premiers stades, nous constatons qu’il résulte de combinaisons du monothéisme. … Chaque ville semble avoir eu un seul dieu qui lui appartenait, auquel d’autres furent ajoutés au moment voulu. De même, les villes babyloniennes avaient chacune leur dieu suprême, et les combinaisons de ceux-ci et leurs transformations afin de les former en groupes lorsque leurs maisons ont été politiquement unies, montrent combien ils étaient essentiellement des divinités solitaires au départ ».




    Le monothéisme a précédé le polythéisme



    D’autres peuples ont également été à l’origine monothéistes, ne connaissant qu’un seul vrai Dieu. Le regretté Dr Arthur C. Custance a écrit une série intitulée The Doorway Papers (Brockville, Ontario, Canada). Dans le document 34, il donne la preuve que ce fut le cas avec nombre de ces peuples, contrairement à l’opinion de nombreux chercheurs. Au début, les chercheurs examinant les textes des peuples anciens:


    « … Se sont retrouvés face à un très grand nombre de dieux et de déesses et d’autres pouvoirs spirituels d’un niveau moindre qui semblaient être toujours en guerre entre eux, la plupart du temps, hautement destructeurs. … Alors que des tablettes de plus en plus anciennes, cependant, ont commencé à être déterrées et mises en lumière, et que la capacité à les déchiffrer s’est améliorée, la première image du polythéisme brut a commencé à être remplacée par quelque chose ressemblant à une hiérarchie d’êtres spirituels organisés en une sorte de cour avec un être suprême au dessus d’eux. » (p. 3)


    « Mythologie sémitique » de Stephen Langdon en 1931 a également avancé la vue que le monothéisme a précédé le polythéisme (contrairement à la croyance populaire/établie). Il a exprimé son opinion très clairement:


    « Pour moi l’histoire de la plus ancienne civilisation humaine est un déclin rapide du monothéisme au polythéisme extrême et à la croyance largement répandue aux mauvais esprits. C’est dans un sens très vrai l’histoire de la chute de l’homme. »


    Dans un article écrit en 1936, il déclare en outre:


    « L’histoire de la religion sumérienne, qui était l’influence culturelle la plus puissante dans le monde antique, pouvait être retracée au moyen d’inscriptions photographiques presque aux premiers concepts religieux de l’homme. Les éléments de preuve pointent sans équivoque vers un monothéisme originel, les inscriptions et les vestiges littéraires des plus anciens peuples sémitiques indiquent également un monothéisme primitif, et l’origine totémique de l’hébreu et d’autres religions sémitiques est maintenant entièrement discréditée. »


    Max Muller, un chercheur allemand a écrit dans « Lectures on the Science of Language (conférences sur la science du langage) », publié en 1875:


    « La mythologie, qui était le poison de l’ancien monde, est en vérité une maladie de la langue. Un mythe signifie un mot, mais un mot qui, en tant que nom ou attribut, a été autorisé à assumer une existence plus substantielle. La plupart des dieux grecs, romains, indiens, et autres dieux païens ne sont rien d’autre que des noms poétiques, qui ont été progressivement autorisés à assumer la personnalité divine jamais envisagée par leurs inventeurs originaux. … Eos était le nom de l’aube avant de devenir une déesse, la femme de Tithonos, ou le dernier jour. Fatum, ou le destin, signifiait à l’origine ce qui avait été dit, et avant que le destin ne devienne une puissance, encore plus grande que Jupiter, il signifie que ce qui avait été autrefois exprimé par Jupiter, et ne pourrait jamais être changé – pas même par Jupiter lui-même. … Zeus signifiait à l’origine le ciel lumineux, en sanskrit Dyaus; et la plupart des histoires racontées le concernant en tant que dieu suprême, avaient un sens seulement en rapport avec ce qui avait été dit à l’origine du ciel lumineux, la Danaé des temps anciens, maintenue par son père dans la prison sombre de l’hiver. … »


    Dans un autre livre, « Histoire de la littérature sanskrite », Max Mueller a écrit:


    « Il y a un monothéisme qui précède le polythéisme du Véda, et même dans l’invocation des dieux innombrables le souvenir d’un Dieu, un et infini, perce à travers la brume de la phraséologie idolâtre comme le ciel bleu qui est caché par les nuages ​​qui passent. »




    Preuve du monothéisme dans les communautés religieuses dispersées (primitives)



    Les travaux originaux en allemand de Wilhelm Schmidt ont été traduit en anglais et publiés en 1930 en un seul volume intitulé, » « The Origin and Growth of Religion: Facts and Theories (l’origine et la croissance de la religion: faits et théories) ». Dans son travail, Schmidt observe que beaucoup des « cultures les plus primitives » (c.-à-dire chasseurs, cueilleurs et stockeurs, et pasteurs nomades élevant des troupeaux) ont une foi simple en un Etre suprême qui n’a ni femme, ni famille. Sous lui et créée par lui se trouve la paire primitive dont la tribu est descendue. Selon Schmidt, nous trouvons cette forme de croyance chez les Pygmées d’Afrique centrale, les Australiens du sud-est, les habitants de la Californie centrale du nord, les Algonquins primitifs – et dans une certaine mesure les Koryaka et les Aimu.


    Don Richardson dans son livre « l’éternité dans leur cœur » (1981) parvient à une conclusion similaire. Il écrit:


    « Dans le désert du Kalahari, dans la forêt de l’Ituri, et d’autres lieux innombrables, cependant; les jeunes anthropologues arrivaient à un niveau plus profond de questionnement. Ils demandaient aux animistes:

    « En passant, qui a fait le monde? » et ont été surpris de les entendre répondre, souvent avec un sourire heureux, en nommant un seul être qui vivaient dans le ciel.

    « Est-il bon ou mauvais? » était une deuxième question habituelle.

    « Bon, bien sûr », fut la réponse invariable.

    « Montrez-moi l’idole que vous utilisez pour le représenter », pouvait demander le chercheur.

    « Quelle idole? Ne savez-vous pas qu’Il ne doit jamais être représenté par une idole? »


    Bien sûr, cela s’oppose aux enseignements de nombreux savants modernes. Cependant, comme Don Richardson le dit:


    « Ils ont commencé à découvrir ce que des milliers de missionnaires chrétiens explorateurs avaient déjà découvert – que environ 90% des religions populaires du monde sont imprégnées de présupposés monothéistes. »

    Don Richardson élabore tribu après tribu, montrant même qu’il y avait des hymnes avec une théologie qui était clairement compatible avec le fait d’un seul vrai Dieu. Voici une sélection des Karens de Birmanie:


    « Y’wa est éternel, sa vie est longue.

    Un éon – il ne meurt pas!

    Deux éons – il ne meurt pas!

    Il est parfait en attributs méritoires.

    Les éons suivent les éons – il ne meurt pas! »


    Ce peuple fait en fait référence à lui comme Créateur. Un autre hymne exalte Y’wa comme Créateur:


    « Qui a créé le monde au commencement?

    Y’wa a créé le monde au commencement!

    Y’wa a tout fixé.

    Y’wa est insondable! »


    Encore un autre hymne montre la profonde gratitude pour l’omnipotence et l’omniscience de Y’wa, combinée avec la reconnaissance d’un manque de relation avec Lui:


    « Le tout-puissant est Y’wa; lui auquel nous n’avons pas cru.

    Y’wa a créé autrefois les hommes;

    Il a une connaissance parfaite de toutes choses!

    Y’wa a créé les hommes au commencement;

    Il connaît toutes choses jusqu’à aujourd’hui!

    O mes enfants et petits-enfants!

    La terre est le lieu que Y’wa peut fouler avec ses pieds.

    Et le ciel est le lieu où il se trouve.

    Il voit toutes choses, et nous lui sommes manifeste. »


    Il semble presque que ces gens ont le récit de la création de la Bible sous leurs yeux. Don Richardson déclare: « L’histoire Karen de la chute de l’homme par rapport à de Dieu contient des parallèles saisissants avec la Genèse, chapitre 1:


    « Y’wa formé à l’origine le monde.

    Il a désigné la nourriture et la boisson.

    Il a désigné le « fruit de l’épreuve »

    Il a donné un ordre détaillé.

    Mu-kaw-lee a séduit deux personnes.

    Il leur a fait manger du fruit de l’arbre de l’épreuve.

    Ils n’ont pas écouté; ils n’ont pas cru Y’wa …

    Quand ils ont consommé le fruit de l’épreuve,

    Ils sont devenus sujet à la maladie, au vieillissement et à la mort … »


    Ces personnes Karen avaient obstinément adhéré à leur propre religion populaire malgré des tentatives de fortes pressions des birmans pour les convertir au bouddhisme!


    Don Richardson montre que de tels découvertes ont « perturbé les évolutionnistes plus que tout autre phénomène culturel. » Les théoriciens évolutionnistes soutiennent que le concept d’un Être suprême a été atteint seulement après être passé par des croyances plus modestes tels que les fétiches, les dieux de la nature, et le polythéisme. Ils trouvent maintenant des preuves de l’exact opposé, c’est-à-dire que plus les tribus les plus « primitives » ont des idées plus avancées sur un seul vrai Dieu – le monothéisme! Ainsi, en dépit de nombreux points de vue « savants » soutenant le contraire, les documents historiques et d’autres éléments rejettent l’animisme comme la religion « originale » et ils indiquent que les peuples ont connu du seul vrai Dieu dès le départ. C’est le même message du monothéisme que nous voyons dans la pratique du judaïsme, et du christianisme.


    [Deutéronome 6:4-5, Luc 12:29-30]

    « Écoute, Israël! l’Éternel, notre Dieu, est le seul Éternel.

    Tu aimeras l’Éternel, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme et de toute ta force.

    Et ces commandements, que je te donne aujourd’hui, seront dans ton coeur. »









  2. #2

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •