اَعُوذُ بِاللهِ مِنَ الشَّيطَنِ الرَّجِيمِ

بِسمِ اللهِ الرَّحمَنِ الرَّحِيم

Wa Sallalahu 'ala sayiddina Muhammad wa 'ala alihi wa sahbihi wa sallam taslima





Asalam 'alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh



Bas-Rhin : 96 sépultures d'un cimetière juif profanées

VIDÉO - La préfecture a annoncé que 96 sépultures avaient été profanées dans un cimetière juif dans la nuit du lundi 18 au mardi 19 février.




Le cimetière juif de Quatzenheim profané. Crédit Image : Frederick FLORIN / AFP | Crédit Média : M6 | Date : 19/02/2019



Camille Schmitt et AFP


publié le 19/02/2019 à 11:51 mis à jour le 19/02/2019 à 13:22


96 tombes du cimetière juif de Quatzenheim dans le Bas-Rhin, au nord-ouest de Strasbourg, ont été découvertes profanées mardi 19 février, a annoncé la préfecture du Bas-Rhin qui a condamné "avec la plus grande fermeté" un "acte antisémite odieux".

"Ce mardi 19 février, environ 80 sépultures (ndlr : 96) du cimetière israélite de Quatzenheim ont été découvertes profanées", indique dans un communiqué la préfecture, alors que plusieurs rassemblements sont prévus ce mardi en France contre la hausse récente des actes antisémites.

Les tombes ont été marquées à la bombe de croix gammées bleues et jaunes. Une sépulture porte également l'inscription "Elsassisches Schwarzen Wolfe", ce qui signifie "Les loups noirs alsaciens". Cette marque pourrait être une référence à un groupe autonomiste alsacien actif dans les années 1970.



À lire auss



Antisémitisme : la réaction politique a été "globalement satisfaisante", dit Duhamel sur RTL




"Enquête de flagrance"


Le parquet de Strasbourg, compétent dans cette affaire, a indiqué ouvrir une "enquête de flagrance" confiée à la section de recherches (SR) de la gendarmerie de la capitale alsacienne.

La préfecture a condamné "avec la plus grande fermeté" un "acte antisémite odieux", et a exprimé "son soutien le plus total à la communauté juive qui a une nouvelle fois été prise pour cible". "L'antisémitisme porte atteinte aux valeurs de la République que tous les Français ont en partage. Aucune violence, aucune manifestation de haine ou d'intolérance ne doit mettre en péril le vivre ensemble", a déclaré, Jean-Luc Marx, le préfet du Bas-Rhin.

"Ça ne s'arrête plus, c'est secousse après secousse. Je ne sais combien de temps on va tenir (...) J'ai envie de vomir", a de son côté dit Maurice Dahan, président du consistoire israélite du Bas-Rhin.

Sur Facebook, l'ancien maire de la ville, Sylvain Waserman, a déploré ces actes. "Les mots ne suffisent plus, même s’il est essentiel de dire notre dégoût, notre colère et notre révolte contre cet antisémitisme effroyable contre lequel nous serons tant à manifester ce soir", a-t-il écrit.