Affichage des résultats 1 à 1 sur 1

Discussion: Violences verbales et insultes envers Alain Finkelkraut (en raison de ses positions politiques et idéologiques d'après les propos enregistrés) - 16/02/2019

  1. #1
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 572

    Par défaut Violences verbales et insultes envers Alain Finkelkraut (en raison de ses positions politiques et idéologiques d'après les propos enregistrés) - 16/02/2019

    اَعُوذُ بِاللهِ مِنَ الشَّيطَنِ الرَّجِيمِ

    بِسمِ اللهِ الرَّحمَنِ الرَّحِيم

    Wa Sallalahu 'ala sayiddina Muhammad wa 'ala alihi wa sahbihi wa sallam taslima





    Asalam 'alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh





    Contexte : avant la profanation



    -->
    Bas-Rhin : 96 sépultures d'un cimetière juif profanées - 19/02/2019

    --> "Rentrez à la maison, immigrez en Israël" a déclaré le min. de l'Immigration israélien après la profanation de 96 tombes juives en France - 19/02/2019









    « C’est pas les années 30 », réagit Alain Finkielkraut, victime d’insultes antisémites



    Alain Finkielkraut, philosophe, essayiste et académicien français, le 2 février 2016. | ARCHIVES PHILIPPE CHEREL - OUEST-FRANCE

    Ouest-France
    Modifié le19/02/2019 à 15h17Publié le18/02/2019 à 09h44


    Le philosophe Alain Finkielkraut a réagi dimanche 17 février sur CNews, aux attaques verbales dont il a fait l’objet, samedi à Paris, lors de la manifestation des Gilets jaunes. Selon lui, il s’agit d’une nouvelle forme d’antisémitisme.


    Alain Finkielkraut
    a été violemment pris à partie verbalement, samedi 16 février à Paris, lors du quatorzième « acte » du mouvement des Gilets jaunes. Le philosophe et académicien se trouvait à l’angle de la rue Campagne-Première et du boulevard du Montparnasse, dans le XIVe arrondissement de Paris. Il ne participait pas au cortège mais le regardait passer. Il a déclaré dans plusieurs médias qu’il sortait d’un taxi alors qu’il venait de raccompagner sa belle-mère après un déjeuner.




    « Il y a un nouvel antisémitisme »


    Celui-ci a alors été pris pour cible par des manifestants qui l’ont agoni d’injures. Sur des images diffusées par ***** Actualités, on peut voir le philosophe essuyer des insultes comme « Barre-toi, sale sioniste de m… ! », « N… ta mère », « Espèce de raciste, t’es un haineux, tu vas mourir, tu vas aller en enfer, espèce de sioniste ! ». Peu après, il est pris en charge par des policiers qui l’éloignent des manifestants hostiles.


    « J’ai reçu des attaques extrêmement pénibles mais j’ai reçu ensuite des témoignages de solidarité qui m’ont d’autant plus surpris que je ne savais pas que tout était filmé »
    , a réagi le philosophe, dimanche, sur CNews.


    « Il y a un nouvel antisémitisme »
    , a poursuivi le philosophe. « J’en suis l’une des cibles parce que les gens reconnaissent mon visage. Il faut s’y faire. Mais il ne faut pas tout confondre, c’est pas les années 30 », souligne l’académicien. Une référence à la forte résurgence de l’antisémitisme en France durant cette période., nourrie entre autre par les conséquences économiques de la Grande dépression.




    « Un groupe de gens difficilement situables »


    Interrogé dimanche par le Parisien sur l’identité de ses agresseurs, Alain Finkielkraut a estimé qu’il s’agissait d’un « groupe de gens politiquement difficilement situables, […] un mélange de gens des banlieues, de l’extrême gauche et peut-être aussi des soraliens [soutiens du polémiste Alain Soral]. »


    « Ça m’étonnerait que ce soient des Gilets jaunes d’origine car je suis un des seuls intellectuels à avoir soutenu le mouvement à ses débuts, en pointant qu’il y avait une grande incompréhension par rapport à cette France des méprisés »
    , a ajouté le philosophe.



    L’antisémitisme est un délit


    L’agression d’Alain Finkielkraut a été condamnée par l’ensemble de la classe politique. Toutefois Le Figaro, relève que nombre de messages ont fleuri sur les réseaux sociaux émanant d’anonymes mais aussi de personnalités de gauche ou d’extrême gauche, à l’instar du politologue de la France insoumise, Thomas Guénolé, qui minimisent le caractère antisémite des insultes prononcées.


    Un point de vue qui ne tient pas selon le journaliste et écrivain Dominique Vidal, auteur de l’essai Antisionisme = antisémitisme ? Réponse à Emmanuel Macron (éditions Libertalia). « À partir du moment où il y a un caractère haineux dans les propos, comme c’était le cas des Gilets jaunes face à Alain Finkielkraut, il s’agit forcément d’un délit, condamnable par la justice. Quand on lui dit "sale sioniste de merde", on n’est plus dans la théorie politique. C’est juste purement raciste », explique-t-il à FranceInfo. « L’antisémitisme est un délit, puni comme tous les racismes par les lois françaises. L’antisionisme est une opinion que chacun est libre d’approuver ou non », résume-t-il.

    Une enquête ouverte

    Le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête pour « injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion ». Le philosophe a indiqué pour sa part sur LCI qu’il ne porterait pas plainte. En revanche, la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), a annoncé dimanche matin dans un tweet qu’elle saisissait la justice.

    Après le lynchage public et antisémite d’Alain Finkielkraut hier, la @_LICRA_ a décidé de saisir la justice.

    — LICRA (@_LICRA_) 17 février 2019

    Selon Le Parisien,
    un des agresseurs, que l’on distingue très nettement sur les images de ***** Actualités, aurait été identifié. Il serait connu des services de renseignement pour avoir évolué en 2014 dans la mouvance radicale islamiste, mais il n’aurait jamais fait l’objet d’un suivi au titre du Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). Il n’a pas été interpellé.


    Ce mardi 19 février, plusieurs manifestations doivent avoir lieu en France, organisées par quatorze partis politiques, pour « dire non » à l’antisémitisme. Les actes antisémites ont augmenté de 74 % en 2018 en France, selon le dernier bilan du ministère de l’Intérieur.
    Dernière modification par talib abdALLAH ; 19/02/2019 à 21h57.

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •