Page 1 sur 2 1 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 11

Discussion: Directives de fin de vie et don d'organe

  1. #1

    Date d'inscription
    mai 2019
    Localisation
    Loos
    Messages
    18

    Lightbulb Directives de fin de vie et don d'organe

    Bonjour, suite à l'affaire Vincent Lambert, on nous pousse à écrire nos directives de fin de vie.

    Cela m'a amené à me demander, si je meurt dans un accident, est-ce que je voudrais qu'on prélève mes organes pour sauver des vies ?

    La réponse est oui évidemment, quand on peut sauver des vies on n'hésite pas une seconde.

    A quoi sert de laisser pourrir les organes en terre alors qu'ils peuvent sauver plusieurs personnes ?

    J'en ai parlé à mes parents, qui étaient plutôt réticents, mais j'ai fini par les convaincre en leur expliquant que le corps est parfaitement recousu et qu'on ne voit rien, la toilette et tout le rituel peuvent se faire normalement.

    C'est important car même si je suis d'accord, mes parents pourraient s'y opposer le moment venu.

    J'ai vérifié, ce n'est pas interdit par la religion.

    Je n'ai que 22 ans, mais on ne sait pas ce qui peut arriver, alors je vous invite à tous y réfléchir et à convaincre vos proches, car il y a un cruel manque d'organes en France.

  2. #2
    Administrateur Avatar de Ilyes
    Date d'inscription
    septembre 2010
    Localisation
    France
    Messages
    10 042

    Par défaut

    As-salam 'alaykum wa rahmatullah wa barakatuh,

    Tu prends des sujets lourds avec de la légèreté. Il faut faire un minimum attention, et se poser différentes questions :
    - Qui l'autorise et qui ne l'autorise pas parmi les savants ?
    - Quelles sont les alternatives technologiques à l'heure actuelle ? Ne sont-elles pas préférables à un don d'organe à la mort d'une personne ?
    - Si le don d'organe à la mort se diffuse largement, peut-on craindre des conséquences éthiques et commerciales ?

    Ce n'est pas un sujet qui se limite à savoir si après un don d'organe le corps devient du hachis parmentier pour lequel faire le lavage mortuaire reviendrait à faire un smoothie, c'est bien plus complexe et sérieux que ça. La religion n'est pas un jeu, on n'arrive pas forcément à une fatwa avec 2-3 réflexions autour d'un thé.

    Donc peut-être que tu as raison, peut-être que tu as tord, mais en tout cas à ce stade de réflexion il n'y a pas de véritable conclusion à émettre à moins de chercher à avoir un islam fortement instable et décalé de la réalité. C'est le genre de sujet où l'on pourrait faire une thèse de doctorat, et je t'invite à regarder la consistence d'un PDF travaillé par un thésard, parfois pour des problématiques où l'on voudrait répondre en quelques phrases seulement.
    " Celui qui aime pour Allah, déteste pour Allah, donne par amour pour Allah, et se retient pour Allah, aura complété sa Foi " - Ja'far as-Sâdiq ('alayhi as-salam)

  3. #3
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 574

    Par défaut

    As-salam `alaykum wa rahmatullahi wa barakatuh

    Parmis ceux autorisants, Dar al Ifta Egypte, une fatwa émise par un conseil de savants d'Al Azhar :


    Don des organes
    Numéro : 8136
    Date : 04/03/2015


    Peut-on faire don de ses organes après sa mort ?

    Réponse : Conseil de Fatwa

    Il est religieusement permis de transplanter l’organe d’un mort en faveur d’un vivant à condition que cette opération remplisse les conditions suivantes :

    1- La mort du donateur doit être religieusement prouvée par l’entier abandon de la vie. Pour le constater, il faut s’assurer que tous les organes et les membres du corps ont complètement cessé de fonctionner, de sorte qu’il devient impossible de revenir encore à la vie. En effet, cette constatation doit être confirmée par un document écrit et signé de trois témoins intègres et experts en la matière à qui on confie la tâche de vérifier l’acte de mort afin d’autoriser l’enterrement. En revanche, on ne fait pas de cas de la mort dite clinique ou cérébrale ; vu qu’elle n’est pas considérée comme une mort réelle du point de vue religieux, étant donné qu’il reste encore certains organes en vie et que les médecins experts divergent sur sa qualification d’une mort réelle et complète. En plus, la certitude de la vie d’une personne ne saurait être dissipée par le doute. Et par conséquent, selon l’avis des médecins, s’il s’avère impossible de transplanter en faveur d’un vivant un organe d’une personne effectivement ou cliniquement morte, dans ce cas, cette transplantation est interdite du même titre que l’homicide sans droit.

    2- La transplantation doit être exigée par les médecins en cas de dégradation de l’état de santé du bénéficiaire sans l’espoir de le sauver avec d’autre moyen.

    3- Le don d’un organe doit être confirmé par un testament rédigé par le donateur qui jouit pleinement de ses facultés mentales et qui procède à l’acte sans contrainte matérielle et morale. Notons que cette transplantation ne doit pas porter atteinte à la dignité humaine du donateur. Ceci dit, le testament ne doit pas impliquer la transplantation de plus d’un organe afin d’éviter la déformation du corps du donateur qui porte atteinte à la dignité humaine exigée par ce verset coranique : « Certes, Nous avons honoré les fils d’Adam. » (al-Israa, 70)

    4- La transplantation d’un organe d’un mort en faveur d’un vivant ne doit pas, en aucun cas, aboutir à la confusion de la filiation, tel que le don d’un organe génital ou d’autres, et ce, du même titre que la transplantation d’un organe d’un vivant en faveur d’un autre vivant.

    5- La transplantation doit être effectuée dans un centre médical, agréé par l’Etat, spécialisé en la matière et titulaire d’un permis d’exercer gratuitement cette activité, sans distinction aucune entre riches et pauvres. Il faut également prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter, en matière de soins médicaux, de donner la priorité à un cas au dépend d’un autre sauf pour nécessité médicale qui exige de s’empresser de le sauver d’un danger certain ou d’une mort immédiate.

    Et Allah Seul le sait par excellence.

    Source : http://www.dar-alifta.org/ViewFatwa....ngID=3&ID=8136

  4. #4

    Date d'inscription
    août 2018
    Localisation
    France
    Messages
    270

    Par défaut

    As Salamou Alaykoum wa rahmatullahi

    Et pour ceux qui refuse de faire dons de leurs organes, il faut s inscrire sur la liste de non donneurs car je crois avoir lu qu en France a présent si vous ne le faites pas, vous êtes un potentiel donneur et il est possible qu on viennent pillé votre corps...

    Pour vos enfants, le refus peut se faire à partir de l'âge de 12ans en y joignant une photocopie de sa pièce d'identité.


    https://www.registrenationaldesrefus.fr/#etape-1

  5. #5

    Date d'inscription
    mai 2019
    Localisation
    Loos
    Messages
    18

    Par défaut

    Même si tu n'es pas inscrit sur cette liste, il suffit de dire à ton entourage que tu refuses qu'on prenne tes organes après ta mort, car les médecins demandent toujours l'autorisation à la famille, donc pas d'inquiétude.

    Par contre si tu veux donner tes organes, il ne suffit pas le dire à ta famille, il faut aussi les convaincre d'accepter le moment venu. En plein deuil c'est un acte très difficile pour des parents d'accepter qu'on ouvre le corps de leur enfant mort, même si c'est pour en sauver un autre. J'admire beaucoup les familles qui le font, qu'Allah les rétribue dans l'au delà.

    *liens édités*
    Dernière modification par Ilyes ; 22/05/2019 à 10h36. Motif: Liens hors-charte

  6. #6

    Date d'inscription
    mai 2019
    Localisation
    Loos
    Messages
    18

    Par défaut

    Pour répondre plus précisément aux questions d'Ilyes :

    - une majorité de savants l'autorise et surtout rien ne l'interdit dans le Livre Saint
    - il y a une pénurie d'organes en France, et la greffe implique un traitement immunosuppresseur très lourd, donc jamais on ne va faire une greffe d'organe quand il y a une autre alternative, qui est évidemment préférable
    - les conséquences éthiques sont du ressort de la conscience de chacun, c'est pour cela qu'il faut y réfléchir et prendre une décision de notre vivant. La volonté du défunt est toujours à respecter.
    - les conséquences commerciales ne se posent pas en France, il est impossible pour qui que ce soit de vendre les organes d'un défunt. Ma question de départ ne concerne que les personnes vivant en France.

    Remarque : chaque année en France 600 personnes meurent faute de greffe.
    Dernière modification par salam59120 ; 22/05/2019 à 08h28.

  7. #7
    Administrateur Avatar de Ilyes
    Date d'inscription
    septembre 2010
    Localisation
    France
    Messages
    10 042

    Par défaut

    As-salam 'alaykum wa rahmatullah wa barakatuh,

    Citation Envoyé par salam59120 Voir le message
    - une majorité de savants l'autorise
    Il faudrait que tu montres explicitement au moins une partie des nombreux exemples qui font que ça en constitue une majorité.

    Citation Envoyé par salam59120 Voir le message
    et surtout rien ne l'interdit dans le Livre Saint
    C'est ton interprétation.

    Citation Envoyé par salam59120 Voir le message
    - il y a une pénurie d'organes en France, et la greffe implique un traitement immunosuppresseur très lourd, donc jamais on ne va faire une greffe d'organe quand il y a une autre alternative, qui est évidemment préférable
    Les alternatives sont récentes et sont encore à l'interface application/recherche. Or le sujet que tu évoques concerne principalement les moyen et long termes.

    Citation Envoyé par salam59120 Voir le message
    - les conséquences éthiques sont du ressort de la conscience de chacun
    Non le monde n'est pas aussi beau. Si on ne régule rien les gens se lâchent. Cela est un raisonnement laïque.
    Maintenant si je raisonne un peu plus sérieusement, j'espère ne pas être assez fou pour me constituer ma propre éthique en dehors de ce qu'Al-Hakim m'a expliqué à travers les sources islamiques et leurs dépositaires.

    Citation Envoyé par salam59120 Voir le message
    - les conséquences commerciales ne se posent pas en France, il est impossible pour qui que ce soit de vendre les organes d'un défunt. Ma question de départ ne concerne que les personnes vivant en France.
    La France n'est pas isolée. Si d'autres pays décident d'introduire un peu de commerce là-dedans, ça impactera sur la France.

    Personnellement je sais que je n'ai pas les compétences pour pouvoir discuter solidement sur ce sujet. Mes questions servaient surtout à te montrer que toi non plus. Tu cherches à répondre "précisément" à mes questions qui chacune nécessitent un minimum d'étude approfondie. On ne fait que survoler le sujet, arriver à des conclusions aussi fermes dans notre contexte n'est de mon point de vue pas un comportement responsable.
    On peut se faire une idée, une opinion, c'est normal. Mais venir nous donner des recommendations qui s'apparentent à une fatwa "Le don d'organe est classifié mandub", c'est grave.
    " Celui qui aime pour Allah, déteste pour Allah, donne par amour pour Allah, et se retient pour Allah, aura complété sa Foi " - Ja'far as-Sâdiq ('alayhi as-salam)

  8. #8
    Editeur
    Date d'inscription
    octobre 2010
    Localisation
    France
    Âge
    29
    Messages
    2 197

    Par défaut

    Citation Envoyé par Mariellah Voir le message
    As Salamou Alaykoum wa rahmatullahi

    Et pour ceux qui refuse de faire dons de leurs organes, il faut s inscrire sur la liste de non donneurs car je crois avoir lu qu en France a présent si vous ne le faites pas, vous êtes un potentiel donneur et il est possible qu on viennent pillé votre corps...

    Pour vos enfants, le refus peut se faire à partir de l'âge de 12ans en y joignant une photocopie de sa pièce d'identité.


    https://www.registrenationaldesrefus.fr/#etape-1
    Salam aleykoum,

    c'est certain même, à partir du moment où tu ne demandes pas une feuille à remplir et renvoyer (c'est assez simple et rapide à faire) dans lequel tu marques ton refus, il se donne le droit dès lors (si tu n'as pas remplis cette feuille de ton vivant) de venir puiser dans ton corps comme bon leur semble une fois que tu es décédé.

  9. #9
    Avatar de mohamed romain
    Date d'inscription
    juillet 2010
    Localisation
    Cassis
    Âge
    29
    Messages
    7 132

    Par défaut

    Salam aleykoum

    Je me permets de rentrer dans cette discussion, juste pour dire à Salam et Ylies qu'il me semble que Talib a tranché la question avec sa réponse.

    Ensuite, si on se pose la question: est- ce qu'il faudra continuer les dons d'organes quand la science aura réglé la question des organes "synthétiques", moi je dis que c'est une question à se poser, là aussi il faudra se ranger derrière l'avis des savants. Et comme je suis un mauvais élève, qui finit par écouter ce que lui disent ses profs mais après n'en avoir fait qu'à se tête (des années d'expérience), je donne mon avis personnel: oui, il faudra continuer.


    C'est évident qu'il faut respecter des règles, mais je trouve que c'est un très beau geste de vouloir faire don de soi- même pour sauver les autres, et plus que triste de les laisser mourir, juste par ce qui ressemble à de la négligence: celle de ne pas avoir dit qu'on était d'accord pour donner ses organes. Je suis assez d'accord avec Salam pour dire qu'il est plus que dommage que des gens meurent alors qu'on pourrait leur sauver la vie avec des transplantations. On pourrait au moins limiter la casse, en suivant les règles que Talib à données.


    Pensons aussi au don du sang.

  10. #10
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 574

    Par défaut

    Wa `alaykum as-salam wa rahmatullahi wa barakatuh

    J'ai seulement transmis une fatwa d'un conseil de savants compétents et habilités à celà issus d'une institution académique islamique reconnue, à savoir Al-Azhar.

    En effet il faut respecter les conditions qui sont précisés dans la fatwa en cas de don d'organe.

    Citation Envoyé par mohamed romain Voir le message
    Salam aleykoum

    Je me permets de rentrer dans cette discussion, juste pour dire à Salam et Ylies qu'il me semble que Talib a tranché la question avec sa réponse.

    Ensuite, si on se pose la question: est- ce qu'il faudra continuer les dons d'organes quand la science aura réglé la question des organes "synthétiques", moi je dis que c'est une question à se poser, là aussi il faudra se ranger derrière l'avis des savants. Et comme je suis un mauvais élève, qui finit par écouter ce que lui disent ses profs mais après n'en avoir fait qu'à se tête (des années d'expérience), je donne mon avis personnel: oui, il faudra continuer.


    C'est évident qu'il faut respecter des règles, mais je trouve que c'est un très beau geste de vouloir faire don de soi- même pour sauver les autres, et plus que triste de les laisser mourir, juste par ce qui ressemble à de la négligence: celle de ne pas avoir dit qu'on était d'accord pour donner ses organes. Je suis assez d'accord avec Salam pour dire qu'il est plus que dommage que des gens meurent alors qu'on pourrait leur sauver la vie avec des transplantations. On pourrait au moins limiter la casse, en suivant les règles que Talib à données.


    Pensons aussi au don du sang.

Page 1 sur 2 1 2 DernièreDernière

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •