Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Discussion: La Libye, déchirée et exsangue, au bord de la guerre civile - 21/05/2019

  1. #1
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 574

    Par défaut La Libye, déchirée et exsangue, au bord de la guerre civile - 21/05/2019

    اَعُوذُ بِاللهِ مِنَ الشَّيطَنِ الرَّجِيمِ

    بِسمِ اللهِ الرَّحمَنِ الرَّحِيم

    Wa Sallalahu 'ala sayiddina Muhammad wa 'ala alihi wa sahbihi wa sallam taslima




    Asalam 'alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh


    La Libye, déchirée et exsangue, au bord de la guerre civile

    21/05/2019




    Dernière modification par talib abdALLAH ; 23/05/2019 à 22h42.

  2. #2

  3. #3
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 574

    Par défaut

    As-salam `alaykum wa rahmatullahi wa barakatuh

    Up

    --> La Libye, déchirée et exsangue, au bord de la guerre civile - 21/05/2019

  4. #4

    Date d'inscription
    mai 2019
    Localisation
    Loos
    Messages
    18

    Par défaut

    L'Egypte, ennemie des frères musulmans, livre des armes à Haftar, la Turquie qui est pro-frères musulmans livre des armes aux anti-Haftar, la Russie qui est toujours du côté des "hommes forts" est du côté de Haftar.. et la France aimerait éviter une guerre.

    Elle ferait bien de rester en dehors de tout ça sinon on va encore reprocher au gouvernement français de se mêler de se qui ne le regarde pas.

    Quand à l'Europe, elle est bien embêtée : elle a déboursé des millions pour que la Lybie empêche les migrants de débarquer chez elle, et ne sait pas si le maréchal Haftar continuera le deal.

    Comme d'habitude ce sont des civils innocents qui seront tués. C'est le lot de toutes les guerres.

  5. #5
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 574

    Par défaut

    Citation Envoyé par salam59120 Voir le message
    L'Egypte, ennemie des frères musulmans, livre des armes à Haftar, la Turquie qui est pro-frères musulmans livre des armes aux anti-Haftar, la Russie qui est toujours du côté des "hommes forts" est du côté de Haftar.. et la France aimerait éviter une guerre.

    Elle ferait bien de rester en dehors de tout ça sinon on va encore reprocher au gouvernement français de se mêler de se qui ne le regarde pas.

    Quand à l'Europe, elle est bien embêtée : elle a déboursé des millions pour que la Lybie empêche les migrants de débarquer chez elle, et ne sait pas si le maréchal Haftar continuera le deal.

    Comme d'habitude ce sont des civils innocents qui seront tués. C'est le lot de toutes les guerres.
    Les gouvernements de L'Egypte, des Emirats Arabes Unis, de l'Arabie Saoudite, du Tchad, d'Israël unis dans le soutien à Haftar.

    Le gouvernement Turc soutien le principal autre camp.

    Pour ce qui est du gouvernement de la France, et de certains autres européens un évènement c'est produit récémment, en Tunisie, qui donne sa version de l'histoire et les représentants français la leur :


    Des diplomates français interceptés à la frontière tuniso-libyenne

    18/04/2019
    Dernière modification par talib abdALLAH ; 24/05/2019 à 14h41.

  6. #6
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 574

    Par défaut

    Source : RFI

    Libye: Macron reçoit le maréchal Haftar

    22/05/2019




    Khalifa Haftar à Benghazi, en Libye, le 14 octobre 2017. (Photo d'illustration)

    © REUTERS/Esam Omran Al-Fetori


    ParRFI Publié le 21-05-2019 Modifié le 22-05-2019 à 09:23



    C’est une première. Emmanuel Macron reçoit ce 22 mai à l’Élysée le maréchal Haftar. Ce dernier s’entretiendra pour la première fois en tête à tête avec le président français. Il y a deux semaines, c’était Fayez el-Sarraj, le Premier ministre du gouvernement d’union nationale, qui était reçu à Paris. L’objectif de cette rencontre est de relancer le processus politique alors que les combats se poursuivent dans la banlieue sud de Tripoli entre les troupes du maréchal Haftar et les forces loyales à Fayez el-Sarraj. L'homme fort de l'Est libyen a lancé une offensive sur Tripoli le 4 avril dernier. Le maréchal Haftar que Paris, même s'il s'en défend, est depuis longtemps accusé de soutenir en sous-main.

    Pour le chercheur Jalel Harchaoui, les choses n’ont guère changé depuis le 4 avril dernier. Selon lui, la France soutiendrait toujours l’homme fort de l’Est libyen. Ce spécialiste de la Libye en veut notamment pour preuve l’absence de condamnation par Paris de l’offensive du maréchal Haftar sur Tripoli.

    « Ce que le gouvernement reconnu internationalement de Tripoli souhaitait, c’est ce qui explique la visite récente du Premier ministre Sarraj, c’est que la France dise de manière claire que le fait qu’il y ait 15 morts par jour depuis six semaines dans la zone de Tripoli, c’est dû à une décision unilatérale du maréchal Haftar. Et cela, la France refuse de le faire. Ce que Paris a fait jusqu’ici, c’est de déplorer que les choses plutôt violentes. »

    Régulièrement accusée de le soutenir en sous-main, la France avait bien été forcée de reconnaître à l’été 2016 qu’elle lui avait apporté un soutien technique, et ce après le crash d’un hélicoptère dans l’est de la Libye au cours duquel trois soldats des forces spéciales françaises avaient trouvé la mort. Un soutien pour combattre le terrorisme, se justifie-t-on au Quai d’Orsay. Que peut-il alors sortir d’une telle rencontre à l’Élysée aujourd’hui ?

    « Ce qui serait idéal, ce serait pouvoir annoncer une espèce de mesure de trêve ou de cessez-le-feu qui puisse, dans la réalité, accommoder le maréchal Haftar qui commence à être, d’un point de vue militaire, un peu fatigué, et en même temps pouvoir améliorer en quelque sorte l’image de la France en disant : "Vous voyez, nous sommes plutôt pour la paix et pas pour la guerre" », poursuit Jalel Harchaoui.

    Un cessez-le-feu dont Fayez el-Sarraj ne veut pas pour l’heure entendre parler, du moins sans qu’il ne soit question d’un retour des troupes du maréchal Haftar sur leurs positions d’avant le début de l’offensive sur Tripoli.

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •