Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Discussion: Delinking the Palestinians (Joseph Massad - The Electronic Intifada) - 22/12/2015

  1. #1
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 565

    Par défaut Delinking the Palestinians (Joseph Massad - The Electronic Intifada) - 22/12/2015

    اَعُوذُ بِاللهِ مِنَ الشَّيطَنِ الرَّجِيمِ

    بِسمِ اللهِ الرَّحمَنِ الرَّحِيم

    اَلحَمدُلِلهِ رَبِ العَلَمِينَ


    Wa Sallalahu 'ala sayiddina Muhammad wa 'ala alihi wa sahbihi wa sallam taslima





    Asalam 'alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh



    Delinking the Palestinians

    (Joseph Massad - The Electronic Intifada)

    - 22/12/2015 -




    Israel’s Arab allies seek to diminish Palestinian claims over Jerusalem.



    Faiz Abu Rmeleh ActiveStills



    Since the more recent third Palestinian uprising started in early October, there has been a rush by different Arab countries and intellectuals to legitimize their good relations with, and their love for, Israel.


    With the Palestinian uprising refusing to abate in November, panic set in among the Arab anti-Palestinian camp, which has gained considerable ground across the Arab world since the 1978 Egypt-Israel Camp David accords, precipitating a rush by Arab governments and their pundits to delink Arabs and Muslims from the Palestinians.


    On 1 November, the Egyptian government, in addition to being one of the two jailers of 1.8 million Palestinians in Gaza, voted openly and for the first time ever in favor of Israel at the United Nations when it supported the latter’s bid for membership of the UN Committee on the Peaceful Uses of Outer Space.


    A few weeks later, on 24 November, the Kuwaiti pundit Saleh al-Shayeji published an op-ed declaring that Israel is not “our enemy.”


    On 27 November, the United Arab Emirates government approved the opening of an Israeli diplomatic mission in Abu Dhabi.


    Meanwhile, Saudi officials manifested their love for Israel by continuing their open and secret meetings with its officials, who reciprocated with public declarations about Israel’s warm relations with its “Sunni Arab allies.”


    Normalization


    Whereas the Palestinian national struggle against the Jewish settler-colony has been thoroughly delegitimized in the eyes of many Arabs by the Palestine Liberation Organization’s surrender of the rights of the Palestinian people when it signed the 1993 Oslo accords, the question of Jerusalem has remained a sticking point for Arab countries seeking to normalize with Israel.


    While delinking the Palestinians from the interests of the Arab world and the Arab peoples has proceeded steadily since the 1970s for Arab governments and elites alike (including campaigns like “Jordan First,” “Lebanon First” and “Egypt First”), the Islamist countercurrent that emerged at the same time has undercut this effort considerably by insisting that Palestine remains a Muslim, if no longer, an Arab cause.


    Here Jerusalem is not seen as a large Palestinian city whose lands and holy places are being confiscated day by day for exclusive Jewish colonial use, and whose Palestinian population – Muslims and Christians alike – is expelled, besieged, humiliated and denationalized. Rather, Jerusalem is depicted as merely a religious symbol for Christians and Muslims whose sanctuaries have fallen under the rule of Israel and Jewish colonial settlers.


    Jewish settler-colonialism in this Palestinian city has not abated since the 1880s with the expulsion and ethnic cleansing of the first wave of Jerusalemites and the occupation and ethnic cleansing of the western parts of their city concluded in 1948.


    The remaining and oldest parts of Jerusalem, where its holy places are located, would not become subject to Jewish colonial supremacy until after Israel occupied them in 1967.


    The Hashemites of Jordan appointed themselves the “custodians” of the Muslim holy places of Jerusalem as part of their peace treaty normalizing relations with Israel in 1994. Their mission has been less than successful in the last two decades.


    Indeed, it has not stopped the encroachment of Israeli-government backed groups intent on destroying the al-Aqsa mosque and replacing it with a Jewish temple.


    Jordan did, however, recently agree with Israel to the installation of cameras inside the holy places (but not outside where Israeli troops often shoot and kill Palestinians), which Israel’s Prime Minister Benjamin Netanyahu will undoubtedly use to monitor and arrest Palestinians as part of the Israeli effort to suppress the ongoing uprising.


    But while the Hashemites would never compromise on the sanctity of Jerusalem, the Jordanian government successfully lobbied the Vatican beginning in the late 1990s to change the designation of the site of the baptism of Jesus from the west bank of the River Jordan, on the Palestinian side, where it had been traditionally, to the east bank of the river on the Jordanian side.


    The Vatican would add its stamp of approval during the 2009 visit of Pope Benedict XVI to the country. It has since become an attraction for European and American Christian tourists to the glee of Jordanian officials.


    More recently, the Jordanians successfully lobbied the UN cultural body UNESCO to support their contested claims. While the Jordanian project may be informed by plans to promote tourism and compete with Palestine as the “the birthplace of Christianity,” their actions intentionally or unintentionally serve the very same overall strategy of desanctifying Palestine’s holy places.


    Desanctifying Jerusalem


    But if the site of Christ’s baptism can be changed so easily, why not change the very character of the Muslim holy places in Jerusalem as well?

    To this latter task, the half-British Iraqi Orientalist Kanan Makiya, who lobbied the US government to invade and bomb Iraq in 1990–1991 and again in 2003 and predicted that Iraqis would welcome their American invaders with sweets and flowers, would step up to make the case.


    Makiya, who has received honorary doctorates from Israeli universities (to cover up the fact that he never earned a real doctorate from anywhere else), published a book in 2002 that was stillborn despite attempts to market it by some in the Western press, including the anti-Palestinian American left Zionist magazine The Nation, in which I published a response at the time.


    The book, titled The Rock, argued that the Dome of the Rock was in fact not a monument conceived and built by Arab Muslims but rather by a Jewish convert to Islam, Kaab al-Ahbar, who conceived it and pressed for its construction.


    The not-so-subtle objective of the anti-Palestinian Makiya was to rob Palestinians and Muslims of their patrimony over the Muslim religious sites of Jerusalem and strengthen Zionist colonial claims to the land and holy places of the Palestinians. His charlatanism would remain a relatively lonely effort among Arab intellectuals until recently.


    It would be a third-rate Egyptian novelist and chauvinist, one Youssef Ziedan, who would provide the new arguments. The pro-Mubarak Ziedan, who in November 2009 joined the campaign launched by the sons of Hosni Mubarak against Algeria when its national football team beat Egypt at a World Cup qualifying playoff match in Sudan, assailed the Algerians as living in a country that is “a desert that extends everywhere, including to the souls of its people.”


    He added that all the Algerian students he knew in graduate school were “exemplary in their stupidity, internal violence, and absolute fanaticism,” indeed that they exhibited the kind of cowardice “characteristic of desert dwellers,” and “whose country has never experienced the breeze of civilization.” Algerians, he added, were a bunch of criminals, “desert Bedouins who acquired a country and began to think of themselves as equal to Egyptians.”


    In his defense of Mubarak’s plan to bequeath his rule to his son Gamal, Ziedan chastised the Algerian government for criticizing Mubarak, insisting that “Egyptians know what is best for them,” and admonished Algeria for imposing taxes on the businesses of Egyptian billionaire Naguib Sawires. Ziedan’s Nazi-like diatribe against the Algerians was part of a campaign joined by a large segment of Egyptian intellectuals and media at the time. He ended his screed by calling on the Mubarak regime to cut off relations with the Algerians.


    As the Palestinians were delinked from Egyptian concerns through a renewed campaign of hate that the pro-Mubarak and pro-Sisi Egyptian media have not stopped spreading in the last four years, Ziedan was recently resurrected by the Sisi media to join the campaign against the Palestinian people by helping to delink Muslims in general, and not only Egyptian Muslims, from Jerusalem. Ziedan alleged, in a recent discussion with journalists, with the flimsy evidence of a propaganda upstart, that the place to which the Prophet Muhammad ascended as per the Quranic story was not Jerusalem, but, contrary to the beliefs of Muslims in the last 14 centuries, was in the Arabian Peninsula, near Taif in the Hijaz.


    In the tradition of Zionist propagandists who insist that since the Quran does not mention Jerusalem by name, the city is not holy to Muslims or to Islam, Ziedan hoped to de-sanctify the city in line with the ongoing anti-Palestinian policies of the regime and media of Egyptian ruler Abdelfattah al-Sisi.


    Israeli propagandists are often reminded that Mecca was mentioned but once in the Quran. Should Mecca too be considered unimportant for Muslims?



    Endangering Egypt’s Christians


    The attempts to desanctify Jerusalem for Muslims, however, have been supplemented by rehabilitating the city for Egyptian Christians. As Israel has continued to murder Palestinian men, women and children with increased intensity since the start of October, the new Egyptian Pope Tawadros II, who came of age during the Sadat era, embarked on a trip to Jerusalem contravening the Coptic Church’s standing policy banning under penalty of ex-communication any Egyptian Christian from visiting the occupied city until its liberation from Israeli settler-colonialism.


    Whereas Arab Christians who went on pilgrimage to the city stopped being able to do so after its fall to Israeli settler-colonialism, Egyptian Christians could in principle have resumed their pilgrimages after the Camp David accords, were it not for Coptic Pope Cyril VI who issued the decree banning Christian pilgrimage to the city following its fall in 1967.


    Pope Shenouda, who assumed the papacy in 1971, had the Holy Synod of the Coptic Orthodox Church of Alexandria and the See of St. Mark reiterate the decree in 1980.


    Pope Shenouda famously declared: “from the Arab national perspective, we should not abandon our Palestinian brothers and our Arab brothers by normalizing our relations with the Jews … From the church’s perspective, Copts who go to Jerusalem betray their church in the case of al-Sultan monastery that Israel refuses to return to the Copts.”


    Pope Shenouda’s defiance of the deal at Camp David and his refusal to accompany Egyptian President Anwar Sadat on his 1977 visit to occupied Jerusalem, not to mention his protests against the sectarian current that grew in the shadow of Sadat’s rule and which led to massacres of Egyptian Christians, would lead Sadat to exile him to a desert monastery in Wadi al-Natrun.


    Shenouda’s Sadatist and Sisi-esque successor Tawadros II, by contrast, understood the benefits he could obtain by undoing the defiance and cooperating with Sadat’s and Mubarak’s heir on the Egyptian throne.


    In doing so, Tawadros II seems oblivious to the dangers he has brought to the entire Egyptian Christian community, which is being tarred by Salafist and non-Salafist Muslim sectarian chauvinists as a sellout community to Israel on account of the pope’s actions.


    Like most Egyptian Muslims, most Egyptian Christians are poor and rural and have no stakes in this game, which is spearheaded by the Christian business class and the Coptic pope, yet they will be the ones to fall victim to sectarian violence as a result.


    In this context, contrast the silence of Tawadros on Palestinian suffering with Shenouda’s declaration in 2001 that he would not visit Jerusalem “except with a Palestinian visa” and accompanied by the head of al-Azhar, the renowned 1000-year-old center of Islamic learning in Cairo, and “my Arab brethren, which would only take place after the end of the occupation of Jerusalem.”


    It is curious that as of April 2014, Tawadros upheld Shenouda’s ban on pilgrimage to Jerusalem but saw fit to visit the city during the ongoing Israeli carnage of the Palestinians.


    It is worth recalling here that Palestinian Authority leader Mahmoud Abbas and his former prime minister Salam Fayyad have in recent years encouraged Arab Muslims and Christians, especially leaders of Muslim-majority countries, to visit Jerusalem, as part of the PA’s ongoing collaboration with Israeli strategy.


    Indeed, despite the refusal of most Muslims and their leaderships to heed the PA call, Egypt’s Grand Mufti Ali Gomaa took the PA up on its invitation and visited the al-Aqsa mosque in 2012.


    To further the delinking between Palestinians and Muslims, Israeli military contractors and American Islamophobes have been aggressively organizing and funding junkets to occupied Jerusalem for American Muslim “leaders.”


    These self-appointed leaders continue to go on these visits in defiance of Palestinian boycott calls, and then return home expressing their new-found admiration for Zionism.


    There seem to be several complementary strategies aiming to remove the last obstacle standing in the way of normalizing with Israel, including removing the taboo for Muslims and Christians to visit Jerusalem while under occupation, or in case this strategy fails (and its failure has indeed become a fact), to remove the sanctity of Jerusalem and that of the other holy places in Palestine altogether, transferring what can be transferred of them to neighboring countries.


    The fear harbored by anti-Palestinian Arabs that a third Palestinian uprising could renew the Palestinian anti-colonial struggle and in the process inspire those in the Arab world whose uprisings were suppressed by Saudi-sponsored counter-revolutions to rise up again, is the motivation behind the rush to normalize with Israel and do away with the question of the Jewish colonization of Jerusalem as a matter that should be of concern for Muslims and Christians in the Arab and Muslim worlds.


    Since Saudi Arabia has declared Iran and Shiites as the main enemy of all Sunni Muslims, any reminder that Israel has always been their enemy is unwelcome to the Saudi authorities and their Arab, and especially Egyptian, allies.


    In a post-coup Egypt drowning in a sea of nationalist chauvinism against all its neighbors – Sudan, Palestinians in Gaza (let alone the rest of the Palestinians), Syria, Ethiopia and Libya – except for Israel, the anti-Palestinian campaign is strongest. But it is also being echoed across Gulf countries whose insistence that Iran and not Israel is the enemy of the oil sheikhdoms would get a further push if the question of Palestine were dissolved once and for all.



    Joseph Massad is Professor of Modern Arab Politics and Intellectual History at Columbia University. He is the author most recently of Islam in Liberalism (University of Chicago Press, 2015).



  2. #2
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 565

    Par défaut

    Traduction Google brute vers le français non corrigée :

    Les alliés arabes d'Israël cherchent à réduire les revendications palestiniennes sur Jérusalem. Faiz Abu Rmeleh ActiveStills

    Depuis le début du troisième soulèvement palestinien, début octobre, différents pays arabes et intellectuels se sont empressés de légitimer leurs bonnes relations avec Israël et leur amour pour eux.


    Le soulèvement palestinien refusant de s’apaiser en novembre, la panique s’installe dans le camp anti-palestinien arabe, qui a considérablement gagné du terrain dans le monde arabe depuis les accords Egypte-Israël de Camp David de 1978, précipitant les gouvernements arabes et leurs séparer les Arabes et les musulmans des Palestiniens.


    Le 1er novembre, le gouvernement égyptien, en plus d'être l'un des deux geôliers de 1,8 million de Palestiniens à Gaza, a voté ouvertement et pour la première fois en faveur d'Israël aux Nations Unies lorsqu'il a soutenu la candidature de ce dernier aux Nations Unies. Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique de l'ONU.


    Quelques semaines plus tard, le 24 novembre, le publiciste koweïtien Saleh al-Shayeji a publié un éditorial déclarant qu'Israël n'était pas «notre ennemi».


    Le 27 novembre, le gouvernement des Émirats arabes unis a approuvé l'ouverture d'une mission diplomatique israélienne à Abou Dhabi.


    Dans le même temps, les responsables saoudiens ont manifesté leur amour pour Israël en poursuivant leurs réunions ouvertes et secrètes avec leurs responsables, qui ont rendu des déclarations publiques sur les relations chaleureuses qu’Israël entretenait avec ses «alliés arabes sunnites».

    Normalisation

    Alors que la reddition des droits du peuple palestinien par l'Organisation de libération de la Palestine lors de la signature des accords d'Oslo de 1993 par les organisations palestiniennes de libération de la Palestine a été complètement délégitimée aux yeux de nombreux Arabes, la question de Jérusalem reste en suspens point pour les pays arabes cherchant à se normaliser avec Israël.


    Alors que les gouvernements et les élites arabes s'éloignent des intérêts des Palestiniens des intérêts du monde arabe et des peuples arabes depuis les années 1970 (y compris des campagnes comme « Jordan First », «Lebanon First» et «Egypt First»), le contre-courant islamiste ce qui est apparu dans le même temps a considérablement sapé cet effort en insistant sur le fait que la Palestine reste une cause musulmane, sinon plus, arabe.


    Ici, Jérusalem n'est pas vue comme une grande ville palestinienne dont les terres et les lieux saints sont confisqués de jour en jour pour un usage colonial juif exclusif, et dont la population palestinienne - musulmans et chrétiens - est expulsée, assiégée, humiliée et dénationalisée. Jérusalem est plutôt décrite comme un simple symbole religieux pour les chrétiens et les musulmans dont les sanctuaires sont tombés sous le régime d'Israël et les colons coloniaux juifs.


    Le colonialisme des colons juifs dans cette ville palestinienne ne s'est pas affaibli depuis les années 1880 avec l'expulsion et le nettoyage ethnique de la première vague de habitants de Jérusalem, ainsi que l' occupation et le nettoyage ethnique des parties occidentales de leur ville, achevés en 1948.


    Les parties les plus anciennes et les plus anciennes de Jérusalem, où se trouvent ses lieux saints, ne seraient soumises à la suprématie coloniale juive qu’après leur occupation par Israël en 1967.


    Les Hachémites de Jordanie se sont eux-mêmes désignés «gardiens» des lieux saints musulmans de Jérusalem dans le cadre de leur traité de paix normalisant les relations avec Israël en 1994. Leur mission a été moins que fructueuse au cours des deux dernières décennies.


    En effet, cela n’a pas empêché l’empiétement de groupes soutenus par le gouvernement israélien et résolus à détruire la mosquée Al-Aqsa et à la remplacer par un temple juif.


    La Jordanie a toutefois récemment convenu avec Israël d'installer des caméras dans les lieux saints (mais pas à l'extérieur, où les soldats israéliens tirent et tuent souvent des Palestiniens), que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu utilisera sans aucun doute pour surveiller et arrêter les Palestiniens dans le cadre du conflit. Effort israélien pour réprimer le soulèvement en cours.


    Mais alors que les Hachémites ne feraient jamais de compromis sur le caractère sacré de Jérusalem, le gouvernement jordanien a réussi à faire pression sur le Vatican à la fin des années 1990 pour modifier la désignation du site du baptême de Jésus de la rive occidentale du Jourdain, du côté palestinien. , où il se trouvait traditionnellement, sur la rive est du fleuve, du côté jordanien.


    Le Vatican apposerait son approbation lors de la visite du pape Benoît XVI en 2009 dans le pays. Depuis, il est devenu une attraction pour les touristes chrétiens européens et américains à la grande joie des officiels jordaniens.


    Plus récemment, les Jordaniens ont réussi à faire pression sur l'UNESCO, l'organe culturel de l'ONU, pour qu'elle soutienne leurs revendications contestées. Bien que le projet jordanien puisse s’inspirer de plans visant à promouvoir le tourisme et à concurrencer la Palestine en tant que « lieu de naissance du christianisme », ses actions servent délibérément ou non la même stratégie globale de désanctification des lieux saints de la Palestine.

    Désacraliser Jerusalem

    Mais si le site du baptême du Christ peut être modifié si facilement, pourquoi ne pas changer également le caractère même des lieux saints musulmans à Jérusalem?

    Kanan Makiya, un orientaliste demi-britannique irakien, qui avait fait pression sur le gouvernement américain pour envahir et bombarder l'Irak en 1990-1991 puis en 2003, et prédit que les Irakiens accueilleraient leurs envahisseurs américains avec des bonbons et des fleurs , faire le cas.


    Makiya, qui a reçu des doctorats honorifiques d'universités israéliennes (pour dissimuler le fait qu'il n'a jamais obtenu un véritable doctorat ailleurs), a publié en 2002 un livre mort-né malgré les tentatives de commercialisation de celui-ci par la presse occidentale, y compris le Le magazine sioniste anti-palestinien de gauche, The Nation , dans lequel j’ai publié une réponse à l’époque.


    Le livre, intitulé The Rock , soutenait que le Dôme du Rocher n’était en réalité pas un monument conçu et construit par des musulmans arabes, mais plutôt par un Juif converti à l’islam, Kaab al-Ahbar, qui l’a conçu et qui a réclamé sa construction.


    L’objectif pas si subtil de la Makiya anti-palestinienne était de dépouiller les Palestiniens et les musulmans de leur patrimoine appartenant aux sites religieux musulmans de Jérusalem et de renforcer les revendications coloniales sionistes sur la terre et les lieux saints des Palestiniens. Son charlatanisme resterait un effort relativement solitaire parmi les intellectuels arabes jusqu'à récemment.


    Ce serait un romancier et chauvin égyptien de troisième ordre, Youssef Ziedan, qui fournirait les nouveaux arguments. Le pro-Moubarak Ziedan, qui a rejoint en novembre 2009 la campagne lancée par les fils de Hosni Moubarak contre l'Algérie lorsque son équipe de football nationale a battu l'Egypte lors d'un match éliminatoire de la Coupe du monde au Soudan, a affirmé que les Algériens vivaient dans un pays " un désert qui s'étend partout, y compris à l'âme de son peuple. "


    Il a ajouté que tous les étudiants algériens qu’il connaissait aux études supérieures étaient «exemplaires dans leur stupidité, leur violence interne et leur fanatisme absolu», en effet ils présentaient le genre de lâcheté «caractéristique des habitants du désert» et «dont le pays n’a jamais connu la brise de civilisation. "Les Algériens, a-t-il ajouté, sont une bande de criminels," des Bédouins du désert qui ont acquis un pays et ont commencé à se considérer comme égaux aux Égyptiens. "


    Dans sa défense du plan de Moubarak de léguer son règne à son fils Gamal, Ziedan a reproché au gouvernement algérien d'avoir critiqué Moubarak, insistant pour que «les Égyptiens sachent ce qui était le mieux pour eux», et a exhorté l'Algérie d'avoir imposé des impôts aux entreprises du milliardaire égyptien Naguib Sawires. . La diatribe nazie de Ziedan contre les Algériens faisait partie d'une campagne à laquelle se ralliait une grande partie des intellectuels et des médias égyptiens à cette époque. Il a mis fin à son intervention en appelant le régime de Moubarak à rompre ses relations avec les Algériens.


    Alors que les Palestiniens étaient dissociés des préoccupations égyptiennes par le biais d'une nouvelle campagne de haine que les médias égyptiens pro-Moubarak et pro-Sisi n'ont pas cessé de répandre au cours des quatre dernières années, Ziedan a récemment été ressuscité pour rejoindre la campagne contre les Palestiniens. les gens en aidant à dissocier les musulmans en général, et pas seulement les musulmans égyptiens, de Jérusalem. Dans une récente discussion avec des journalistes , Ziedan a allégué avec le fragile témoignage d'une propagande avancée que le lieu où le prophète Mahomet s'est élevé conformément à l'histoire coranique n'était pas Jérusalem, mais contraire aux croyances des musulmans au cours des 14 derniers siècles. , était dans la péninsule arabique, près de Taif dans le Hijaz.


    Dans la tradition des propagandistes sionistes qui insistent sur le fait que, puisque le Coran ne mentionne pas Jérusalem comme son nom, la ville n'est pas sainte pour les musulmans ou pour l'islam, Ziedan espérait la sanctifier de manière conforme à la politique anti-palestinienne en cours du régime. et les médias du souverain égyptien Abdelfattah al-Sisi .


    On rappelle souvent aux propagandistes israéliens que la Mecque n'a été mentionnée qu'une fois dans le Coran. La Mecque devrait-elle aussi être considérée sans importance pour les musulmans?

    Mettre en danger les chrétiens d'Egypte

    Les tentatives de désanctification de Jérusalem pour les musulmans ont toutefois été complétées par la réhabilitation de la ville pour les chrétiens égyptiens. Tandis qu'Israël continuait d'assassiner avec une intensité accrue hommes, femmes et enfants palestiniens depuis début octobre, le nouveau pape égyptien Tawadros II, devenu majeur à l' époque des Sadates , s'est embarqué pour un voyage à Jérusalem, en violation de la politique d'interdiction permanente de l'Église copte. sous peine d'ex-communication, tout chrétien égyptien qui se rendait dans la ville occupée jusqu'à sa libération du colonialisme israélien.


    Alors que les chrétiens arabes qui se rendaient en pèlerinage dans la ville cessaient de pouvoir le faire après sa chute dans le colonialisme israélien, les chrétiens égyptiens auraient pu en principe reprendre leurs pèlerinages après les accords de Camp David, sans le pape copte Cyrille VI, qui avait délivré le décret interdisant le pèlerinage chrétien dans la ville à la suite de sa chute en 1967.


    Le pape Shenouda, qui a assumé la papauté en 1971, a réitéré le décret en 1980 avec le Saint-Synode de l'Église copte orthodoxe d'Alexandrie et le siège de Saint-Marc.


    Le pape Shenouda a déclaré : «du point de vue national arabe, nous ne devrions pas abandonner nos frères palestiniens et nos frères arabes en normalisant nos relations avec les Juifs… Du point de vue de l'église, les coptes qui se rendent à Jérusalem trahissent leur église Monastère du sultan pour lequel Israël refuse de retourner chez les coptes.


    Le mépris du pape Shenouda à l'égard de l'accord de Camp David et son refus d'accompagner le président égyptien Anwar Sadat lors de sa visite à Jérusalem occupée en 1977 , sans oublier ses protestations contre le courant sectaire qui s'est développé dans l'ombre du régime de Sadate et qui a conduit à des massacres d'Egyptiens Chrétiens, conduiraient Sadate à l'exiler dans un monastère du désert à Wadi al-Natroun.


    Tawadros II, le successeur sadique et sisso-esque de Shenouda, comprit au contraire les avantages qu'il pourrait obtenir en annulant le défi et en coopérant avec l'héritier de Sadate et de Moubarak sur le trône égyptien.


    Ce faisant, Tawadros II semble oublier les dangers qu’il a présentés à toute la communauté chrétienne égyptienne, qui est gâchée par des chauvinistes sectaires musulmans, salafistes et non salafistes, en tant que communauté pleine à craindre pour Israël en raison des actes du pape.


    Comme la plupart des musulmans égyptiens, la plupart des chrétiens égyptiens sont pauvres et ruraux et n'ont aucun intérêt dans ce jeu, qui est le fer de lance de la classe des affaires chrétiennes et du pape copte. Pourtant, ce sont eux qui seront victimes de la violence sectaire.


    Dans ce contexte, comparez le silence de Tawadros sur les souffrances des Palestiniens à la déclaration faite par Shenouda en 2001 selon laquelle il ne se rendrait pas à Jérusalem «sans visa palestinien» et accompagné du chef d' al-Azhar , le célèbre centre islamique centenaire. apprendre au Caire, et «mes frères arabes, qui n'auraient lieu qu'après la fin de l'occupation de Jérusalem».


    Il est curieux qu’en avril 2014, Tawadros ait confirmé l’interdiction de pèlerinage à Jérusalem imposée par Shenouda, mais qu’il ait jugé bon de visiter la ville pendant le carnage perpétuel des Palestiniens par Israël.


    Il convient de rappeler ici que le dirigeant de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et son ancien premier ministre, Salam Fayyad, ont encouragé ces dernières années les Arabes musulmans et chrétiens , en particulier les dirigeants de pays à majorité musulmane, à se rendre à Jérusalem, dans le cadre de la collaboration actuelle de l'AP avec la stratégie israélienne. .


    En effet, malgré le refus de la plupart des musulmans et de leurs dirigeants de répondre à l'appel de l'Autorité palestinienne, le grand mufti égyptien Ali Gomaa a invité l'Autorité palestinienne à se rendre à la mosquée Al-Aqsa en 2012.


    Afin de favoriser la dissociation entre Palestiniens et Musulmans, des entreprises militaires israéliennes et des islamophobes américains ont organisé et financé de manière agressive des jvoyages à Jérusalem occupée à l'intention de «dirigeants» musulmans américains.


    Ces dirigeants autoproclamés continuent de faire ces visites au mépris des appels au boycott palestinien , puis rentrent chez eux pour exprimer leur nouvelle admiration pour le sionisme.


    Il semble exister plusieurs stratégies complémentaires visant à supprimer le dernier obstacle à la normalisation avec Israël, notamment le retrait du tabou des Musulmans et des chrétiens de se rendre à Jérusalem pendant l'occupation, ou en cas d'échec de cette stratégie (et cet échec est devenu un fait), supprimer le caractère sacré de Jérusalem et des autres lieux saints de Palestine, en transférant ce qui peut en être transféré aux pays voisins.


    La crainte suscitée par les Arabes anti-palestiniens qu'un troisième soulèvement palestinien puisse relancer la lutte anticoloniale palestinienne et inspirer dans le processus d'inspirer ceux du monde arabe dont les soulèvements ont été réprimés par les contre-révolutions parrainées par les Saoudiens derrière la ruée vers la normalisation avec Israël et l'abandon de la question de la colonisation juive de Jérusalem comme une question qui devrait préoccuper les musulmans et les chrétiens du monde arabe et musulman.


    Depuis que l’Arabie saoudite a déclaré l’Iran et les chiites comme le principal ennemi de tous les musulmans sunnites, tout rappel qu’Israël a toujours été leur ennemi n’est pas le bienvenu pour les autorités saoudiennes et leurs alliés arabes et surtout égyptiens.


    Après le coup d'État, l'Egypte s'est noyée dans une mer de chauvinisme nationaliste contre tous ses voisins - Soudan, Palestiniens à Gaza (sans parler du reste des Palestiniens), Syrie, Éthiopie et Libye - à l'exception d'Israël, la campagne anti-palestinienne est la plus intense. . Mais cela se répercute également dans les pays du Golfe dont l'insistance pour que l'Iran et non Israël soit l'ennemi des chouchous du pétrole aurait un nouvel élan si la question de Palestine était dissoute une fois pour toutes.


    Joseph Massad est professeur de politique arabe moderne et d'histoire intellectuelle à l'Université Columbia.
    Il est l'auteur le plus récent de Islam in Liberalism (University of Chicago Press, 2015).

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •