Page 1 sur 3 1 2 3 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 29

Discussion: al-Imam Zayd ibn `Ali ibn al-Hussein ibn `Ali ibn Abi Talib & les zaydites

  1. #1
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 579

    Par défaut al-Imam Zayd ibn `Ali ibn al-Hussein ibn `Ali ibn Abi Talib & les zaydites


    اَلحَمدُلِلهِ رَبِ العَلَمِينَ ؕ وَالصَّلَوةُ وَ السَّلَامُ عَلَى سَيِـّـدِ المُرسَلِين
    اَمَّا بَعدُ فَاَعُوذُ بِاللهِ مِنَ الشَّيطَنِ الرَّجِيمِ

    بِسمِ اللهِ الرَّحمَنِ الرَّحِيم

    السلام عليكم ورحمة الله تعالى وبركاته


    Asalamu 3alaykum wa rahmatullahi wa barakatuh









    *




    al-Imam Zayd ibn `Ali ibn al-Hussein


    fils de l'Imam `Ali "Zayn al `Abidin" fils d'Al-Hussein fils de l'Imam `Ali ibn Abi Talib

    descendant du Prophète Mohammed



    صلى الله عليه وعلى آله وسلم



    *





    L’imam Zayd ibn Ali, en tant que combattant pour la cause de Dieu, prêchant sa religion, était un symbole pour les hommes de son époque, une perle pour les gens de sa génération, et un guide pour les gens de la maison du Prophète en son temps. Dieu lui a ouvert les portes du savoir, grâce à son éducation par des savants, tels son père le pieux Ali et Jabir ibn Abdallah al-Ansâri. Lorsqu’on posa la question à Jaafar al-Sadiq au sujet de son oncle, l’imam Zayd, il dit : Par Dieu, il nous surpassait tous dans la lecture du Livre de Dieu, et la connaissance des lois religieuses, tout en restant le plus attaché aux liens familiaux. Par Allah ! Il n’a pas laissé son pareil, tant pour ce qui concerne les affaires de ce monde, ou celles de l’au-delà.



    Al-Cha’bi dit : « Les femmes n’ont pas accouché de plus vertueux que Zayd ibn Ali, ni plus connaisseur des lois religieuses, ni plus courageux ou plus ascète ».



    On interrogea al-Baqir au sujet de son frère Zayd. Sa réponse fut : « Zayd a été le plus doué pour le savoir. » Cette confession confirme que Zayd était plus savant que lui. Que dire alors de cet homme dont la valeur et le savoir dépassaient al-Baqir, et dont la vertu et la droiture sont reconnues ? Faisant la biographie de Jabir al-Jaafi, Al-Dhahabi écrit qu’il a appris de Baqir soixante-dix mille hadiths. Qu’en est-il alors de celui dont le savoir surpasse celui d’al-Baqir, comme ce dernier le reconnaît lui-même ?



    Abu Hanifa, que Dieu lui soit miséricordieux, dit : « Je n’ai pas vu un homme pareil à Zayd. Je n’ai pas vu plus connaisseur des lois religieuses ou plus savant que lui ».

    Parmi ceux qui se sont intéressés à la biographie de Zayd, il y a : al-Dhahabi dans son texte sur Jabir al-Jaafi, al-Mazzi dans Tahdhib al-Kamal, ibn ‘Asâkir, ad-Daylami dans al-Adhkâr et dans son Musnad, as-Suyuti dans al-Jâmi’ al-Kabir fi musnad Hudhayfa ibn al-Yamène, al-Dhahabi encore dans an-Nubalâ, al-Maqrizi dans al-Mawa’iz wal i’tibar, ibn Khaldoun dans al-‘Ibar, ibn al-Athir, al-Hakim dans Jalâ’ al-absâr, ibn ‘Inba dans Bahr al-ansâb, et la liste est encore longue.



    Il s’est notamment spécialisé dans l’éloquence et la rhétorique comme il s’est spécialisé dans la science du Coran et des lectures. On rapporte sur lui d’ailleurs une lecture particulière. Nachouan ibn Saïd en donne des informations, aussi bien que le cheikh Abu Hayyan, le leader des grammairiens, qui l’a présentée dans son ouvrage Al-Nîr al-Jalî fî qirâ’ati Zayd ibn Ali. L’auteur de : al-Kashâf, en rapporte également beaucoup. Jabir rapporte qu’il a interrogé Muhammad ibn Ali al-Baqir au sujet de son frère Zayd. Il lui a dit : – Tu me demandes de te parler d’un homme plein de foi et de savoir, de la tête aux pieds. Un homme qui est le maître parmi les gens de sa maison. Dans Mishkât alanwâr, Al-Daylami parle du Jihad de l’imam Zayd ibn Ali, en mentionnant ce qui s’est passé entre lui et Hichem.



    Concernant ce qui a été prédit par son ancêtre al-Mustapha (l’élu) à son propos, alSuyûti rapporte dans al-Jâmi’ al-Kabir fi musnad Hudhayfa ibn al-Yamène, que : Le Prophète (صلى الله عليه وعلى آله وسلم) a un jour regardé Zayd ibn Haritha et il a pleuré. Puis, il a dit : « L’opprimé parmi les gens de ma maison, porte ce prénom. Le tué pour Dieu et le supplicié dans ma nation, porte le même prénom », en faisant allusion à Zayd ibn Haritha. Ensuite, il lui a dit : « Approche-toi, ô Zayd. Dieu a augmenté mon amour pour toi, car tu portes le même prénom que mon cher petit-fils, Zayd ». (Cité par ibn ‘Asakir.)



    Al-Daylami dans Mishkât al-anwâr, al-Mahdi Li-dîne Allah Muhammad ibn Muhammad ibn al-Mutahhar dans al-Minhâj, al-Hakim dans Jalâ’ al-absâr, et l’imam Abu Talib Yahya ibn al-Hussein dans al-Amâli, rapportent tous que le Prophète (صلى الله عليه وعلى آله وسلم) a dit : « Le martyr dans ma communauté est celui qui défendra la vérité. C’est le crucifié de Kunâsa (endroit à Kûfa). Il est le guide des moudjahidines, et le meneur des croyants portant sur leurs fronts le signe lumineux de leur piété. Le Jour de la résurrection, ses amis seront reçus par les anges les plus proches de Dieu. Ils les inviteront en disant : Entrez. Vous n’avez plus rien à craindre, et plus rien ne vous chagrinera. »



    Al-Daylami dans Mishkât al-anwâr, al-Hakim dans Jalâ’ al-absâr, et l’imam alMahdi dans al-Minhâj, rapportent tous que le Prophète (صلى الله عليه وعلى آله وسلم) a dit à Hussein ibn Ali : « Ô Hussein ! Un homme de ta descendance passera le Jour de la résurrection avec ses amis par-dessus les têtes des gens. Portant sur leurs fronts le signe lumineux de la piété, ils entreront au paradis, sans même être jugés. »



    Al-Daylami rapporte également, aussi bien qu’al-Mahdi dans al-minhâj, l’auteur de hidâyat arrâghibîn et al-Hakim al-Jachmi, d’après Anas, que le Messager de Dieu (صلى الله عليه وعلى آله وسلم) a dit : « Un homme de ma descendance, dont le nom est Zayd, sera tué à un endroit appelé Kunâsa, parce qu’il aura prêché la cause de la vérité. » Dans al-minhâj, une autre phrase termine ce hadith : « Aucun œil, l’ayant vu dans sa nudité, ne verra le paradis. »

    Sa situation :



    C’était un homme qui jeûnait un jour sur deux, et passait la nuit entière éveillé, comme son père le pieux Ali, que la paix soit sur eux. Parmi ses ouvrages, on cite son musnad intitulé al-majmu’ al-fiqhi (recueil de jurisprudence), et al-majmu’ al-hadithi , qui s’intéresse essentiellement aux propos du Prophète (صلى الله عليه وعلى آله وسلم). Celui qui les a rassemblés est Abdelaziz ibn Ishâq al-Baghdadi.



    Il est aussi l’auteur de Tafsir al-gharib min al-Qur’ân , Tathbit al-imama, Mansak al-hajj.



    Il est né en l’an 76 de l’hégire, et quand il a atteint l’âge de 46 ans, il a été tué par une flèche, cinq jours avant la fin de Muharram, en l’an 122 de l’hégire.



    L’auteur de ‘Umdat attâlib al-Sharif, Ahmed ibn Ali ibn ‘Inba, dit à propos de lui : Zayd, le martyr, fils d’Ali ibn al-Hussein ibn Ali ibn Abi Taleb, que Dieu honore son visage, a pour pseudonyme : Abu al-Hussein. Fils d’une mère qui était esclave, ses qualités et ses attributs moraux sont trop nombreux pour être détaillés. Durant le règne de Hichem ibn Abdel Malik, quinze mille hommes parmi les habitants de Kûfa lui ont fait le serment d’allégeance. Mais la veille de sa révolte, ils ont pris leurs distances, à part trois cent seulement qui lui sont restés loyaux. Quand il fut tué, on envoya sa tête en Syrie, puis à Médine, où on l’accrocha près de la tombe du Prophète (صلى الله عليه وعلى آله وسلم), et son cadavre fut exposé nu. Mais dans le même jour, une araignée le recouvrit de sa toile. Il est tout de même resté ainsi crucifié et exposé durant quatre ans. Puis, on l’a fait descendre, pour le brûler. Ses cendres ont été jetées dans l’Euphrate. Son meurtrier est Youssef ibn Muhammad ibn Youssef ibn Omar al-Thaqafi.



    Zayd, que Dieu l’agrée, a eu quatre fils, dont : Yahya, qui fut tué à Jawzajân à l’âge de dix-huit ans. D’après le Tarikh de Yâfi’i, lorsque Zayd est sorti, une grande assemblée de gens est venue lui dire : – Déclare que tu renies Abu Bakr et Omar, et nous te prêterons le serment d’allégeance. Il leur répond : – Je ne le ferai pas. Ils lui disent : Alors, nous te renions. Il leur dit : – Allez vous-en. Vous êtes les rafidha (négateurs) !



    Depuis, on les appelle Rafidha. Quant à ceux qui lui sont restés fidèles, ainsi qu’à Abu Bakr et Omar, on les appela les Zaydites. Ibn al-Athir en parle longuement dans la deuxième partie de son ouvrage, ainsi qu’ibn ‘Asâkir dans le chapitre sous la lettre Z, et alDhahabi dans Tahdhib al-tahdhib (quatrième partie, sous la lettre Z).





    Source :

    https://ia802509.us.archive.org/30/i...yd.pdf#page=42

    https://ia802509.us.archive.org/30/i...yd.pdf#page=43




    Question à propos de Zayd et des Zaydites, suivie des réponses du cheikh Bakr ibn Muhammad ibn Achour al-Sidqi, le mufti de l’Egypte, et du cheikh Salim al-Bichari, grand imam d’al-Azhar (que leurs âmes reposent en paix).

    - Que pensez-vous des Zaydites, disciples de l’imam Zayd fils de notre maître, le pieux, Ali ibn al-Hussein ibn al-imam Ali ibn Abi Taleb, que Dieu soit satisfait d’eux ?

    Sont-ils chiites ou non ?




    Réponse du Mufti :

    Louange à Allah, Seigneur de l’univers. Prières et paix sur le dernier des prophètes, et sur sa famille, et ses compagnons. Le grand savant al-Sabbân dit dans son livre is’âf arrâghibin fî sîrat al-mustafâ wa fadhâili ahli baytihi attâhirin, ce qui suit : Assayyid Zayd ibn Ali, le le pieux, ibn al-Hussein ibn Ali ibn Abi Taleb, est le frère de Muhammad al-Baqir et l’oncle de Jaafar As-Sadiq. C’est à lui qu’on rattache les Zaydites. Nombreux sont les gens de Kûfa qui lui ont prêté le serment d’allégeance, en lui demandant de renier Abu Bakr et Omar, afin d’obtenir leur soutien et leur loyauté. Il leur a répondu : - Non, je ne les renierai pas. Au contraire. Ils lui ont dit : - Alors, c’est nous qui te renions. Il leur a dit : - D’accord. Allez-vous-en. Vous êtes les rafidha (négateurs). Depuis, on les appela « rafidha ». Par la suite, des gens sont venus lui dire : nous suivons aussi Abu Bakr et Omar et nous renions ceux qui les renient. Il les reçut. Ils combattirent avec lui, et on les appela : les zaydites.


    Abu Hanifa dit : J’ai vu Zayd ibn Ali comme j’ai vu les gens de sa famille. Je n’ai pas vu un homme de son époque meilleur que lui, dans la jurisprudence, dans la science, dans la rapidité et l’éloquence de la réponse. Il était sans pareil. Il argumentait grâce au Coran. Une fois, il a lu le verset : {Et si vous vous détournez, Il vous remplacera par un peuple autre que vous, et ils ne seront pas comme vous.}


    Il a dit : Ceci est un avertissement et une menace de la part de Dieu. Il a ajouté :

    Seigneur Dieu, ne nous considère pas comme ceux qui se sont détournés de Toi, ceux que Tu replaceras par un autre peuple.

    En somme, notre maître et seigneur, l’imam Zayd, fils de notre maître et seigneur l’imam Ali, le pieux, est un des membres de la maison du Prophète (ppsl) les plus vertueux, aussi bien qu’un des plus grands membres de la famille sunnite. Un homme dévot et fidèle. Celui qui dit qu’il est chiite, rafidhi (négateur), ou quelque chose de similaire, est aussi injuste que tyrannique. {Les injustes verront bientôt le revirement qu'ils [éprouveront]!}(Coran : 26 :227)

    Et Dieu est le plus savant.


    Bakr ibn Muhammad Achour al-Sidqi al-Hanafi

    23 Chawwâl 1328.





    Et voici la réponse du Mufti de l’Egypte:

    Nous avons lu la fatwa de l’honorable Mufti de l’Egypte, et nous confirmons sa justesse et sa véracité, ne laissant place à aucun doute.



    Le cheikh de la mosquée al-Azhar

    Salim al-Bichari










    *




    wa Asalamu 3alaykoum wa rahmatullahi wa barakatuh


    Subhanak Allahumma wa bi hamdik. Ashhadu al-la ilaha illa ant. Astaghfiruka wa atubu ilayk


    اللهمَّ صَلِّ عَلى سَيِّدِنا مُحَمَّدٍ و عَلى آلِهِ و صَحبِهِ و سَلِّم

    Allâhumma salli 'alâ Sayyidinâ Muhammadin wa 'alâ âlihi wa sahbihi wa sallim.
    Ô Allâh prie et salue notre seigneur Muhammad, ainsi que sa famille et ses Compagnons.



    وسُبْحَانَ رَبِّكَ رَبِّ الْعِزَّةِ عَمَّا يَصِفُونَ وَ سَلامٌ عَلَى الْمُرْسَلِينَ وَالْحَمْدُ لِللهِ رَبِّ الْعَلَمِينَ
    wa subḥāna rabbika rabbi l-ʿizzati ʿammā yaṣifūn wa-salāmun ʿalā l-mursalīn wa-l-ḥamdu li-llāhi rabbi l-ʿālamīn

    Et Gloire à ton Seigneur, le Seigneur de la puissance. Il est au-dessus de ce qu'ils décrivent !
    Et paix sur les Messagers,
    et louange à Allah, Seigneur de l'univers !
    Dernière modification par talib abdALLAH ; 04/08/2019 à 03h07.

  2. #2

  3. #3

  4. #4

  5. #5
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 579

    Par défaut

    En complément :

    Un aperçu du dogme et de l’histoire des Zaydites


    Mardi 11-12-2012| IslamWeb


    Note de l'éditeur : la section croyance de cet article comporte des erreurs, en matière de croyance le site d'où il est extrait a un référenciel salafi/wahhabi ou tayimien.


    Parmi les propos les plus connus concernant les Zaydites, on trouve celui qui dit que ces derniers constituent la secte chiite la plus proche des Gens de la Sunna, cette assertion est très juste si on prend le terme « Gens de la Sunna » dans son acception la plus générale, c’est-à-dire que cela renvoie à tous ceux qui reconnaissent la légitimité des quatre Califes Bien-guidés : Abû Bakr, ‘Umar, ‘Uthmân et ‘Alî (Radhia Allahou Anhoum).


    La plupart des Zaydites acceptent leur Califat selon cet ordre, seulement ils considèrent que même si Abû Bakr et ‘Umar étaient des imams justes, ‘Alî, selon leurs croyances, était plus à même de devenir Calife qu’eux au moment où ils furent désignés ; malgré tout, les Zaydites ne réfutent aucunement leur autorité. En fait, selon leurs préceptes al-Mafdûl (celui qui réunit les conditions de l’Imamat) peut prendre le pouvoir même si la personne la plus méritante (al-Fâdil) est présente.


    Cette dernière position est celle des deux Califes Abû Bakr et ‘Umar (Radhia Allahou Anhouma), cette dernière position fut d’ailleurs un point de rupture entre les Zaydites et les Râfida (secte chiite). A ce propos l’Imam al-Dhahabî rappelle dans son Siyar a’lâm al-nubalâ` que ‘Îsâ ibn Yûnus a dit : « Les Râfida sont venus voir Zayd, puis ils lui dirent : « Désavoue Abû Bakr et ‘Umar et nous te soutiendrons », celui-ci leur répondit : « Je leur reste fidèle », ils lui répondirent : « Alors nous te rejetons (narfuduka) » ; et c’est de là qu’ils furent appelés les Râfida (Ceux qui rejettent). Quant aux Zaydites, ils suivirent l’avis de Zayd, combattirent à ses côtés et se revendiquèrent de lui ».



    La biographie de Zayd ibn ‘Alî :

    Son nom complet est Zayd ibn ‘Alî ibn al-Husayn ibn ‘Alî ibn Abî Tâlib (Radhia Allahou Anhou) Abû al-Husayn al-Hâchimî al-‘Alawî al-Madanî, il est le frère de Abû Dja’far al-Bâqir. Zayd est né en 75 de l’Hégire, il apprit la science auprès de son grand frère al-Bâqir ainsi qu’auprès de Wâsil ibn ‘Atâ`al-Ghazzâl qui est le cheikh et la tête des Mutazilites (une secte musulmane), Zayd apprit donc auprès d’eux le mutazilisme, ses compagnons le suivirent donc dans cette voie et devinrent tous des Mutazilites. Toutefois, Zayd et son frère al-Bâqir polémiquèrent sur certains points, ce qui amena ce dernier à désapprouver Zayd sur le fait qu’il ait été le disciple de Wâsil ibn ‘Atâ`al-Mu’tazilî. En effet, al-Bâqir pensait que ce dernier avait prononcé des paroles qui n’étaient pas en accord du tout avec sa propre doctrine, parmi ces paroles il y a le fait que Wâsil ait déclaré qu’il est permis de dire que ‘Alî (Radhia Allahou Anhou) a commis une faute en combattant les gens du Chameau ; sur le Destin, il dit que l’homme est l’auteur de ses actes ; parmi les conditions de l’Imam, il y a le fait que ce dernier doit se révolter contre les tyrans, celui qui n’agit pas de la sorte ne peut être considéré comme l’Imam, et à ce propos, un jour al-Bâqir dit à Zayd que : « Selon les préceptes de ta doctrine, ton père (‘Alî Zayn al-‘Âbidîn) ne fut pas Imam, car il ne s’est jamais révolté contre quiconque de même que personne ne s’est révolté contre lui ».


    Al-Dhahabî a dit au sujet de Zayd :
    « Il avait beaucoup de science et agissait avec grandeur et probité […] Un fois il rendit visite au dirigeant de l’Iraq, Yûsuf ibn ‘Umar, auquel il offrit de beau présent, malgré cela Zayd fut refoulé ; suite à cet épisode des gens de Kûfa vinrent voir Zayd et ils lui dirent : « Nous te faisons allégeance, retournons ensemble combattre ce vaurien de Yûsuf ». Zayd les écouta attentivement et décida donc de former une armée, il partit donc avec cette dernière pour affronter celle de Yûsuf. Zayd fut tué lors de cette bataille, son cadavre fut exhumé, décapité et mis en croix à Kûfa durant quatre années ». Sa mort survint au temps du Omeyyade Hichâm ibn ‘Abd al-Malik.



    Divers livres sont attribués à Zayd, les plus connus d’entre eux sont un recueil de hadiths et un autre recueil de jurisprudence, ces deux derniers ouvrages furent rassemblés en un seul grand recueil. Ces ouvrages ont été transmis par un des élèves de Zayd, Abû Khâlid ‘Amrû ibn Khâlid al-Wâsitî al-Hâchimî.


    Les successeurs de Zayd et les savants du Zaydisme :

    C’est le fils de Zayd, Yahya, né en 97 de l’Hégire, qui lui succéda, il poursuivit le combat contre les Omeyyades que son père avait initié, il vécut dans le Khorasan, il rassembla autour de lui une grande communauté avec la quelle il combattit les Omeyyades jusqu’à ce que l’émir de ces derniers le tua, cela se passa en l’an 126 de l’Hégire durant le Califat de Walîd ibn Yazîd ibn ‘Abd al-Malik al-Umawî.

    Ce sont Muhammad et Ibrâhîm, tous deux fils de ‘Abdallah ibn al-Hasan ibn ‘Alî, qui succédèrent à Yahya ; Muhammad, connu sous le nom de l’« âme pure », attaqua la ville de Médine, il y fut tué par Îsâ ibn Mâhân. Quant à Ibrâhîm, il attaqua la ville de Bassora, il y fut tué à son tour selon l’ordre d’al-Mansûr.

    Après cela les Zaydites apparurent dans le Khorasan avec à leur tête Nâsir al-Atrûch (230-304 de l’Hégire), il fut recherché par l’Etat de cette contrée, il dut donc se cacher et s’isoler, il trouva refuge dans les montagnes de la région des Daylamites, il trouva que ces derniers vivaient dans la mécréance, l’Islam ne leur était pas encore parvenu ; ainsi, Nâsir les appela à l’Islam mais selon la doctrine de Zayd ibn ‘Alî, ils embrassèrent donc cette voie et élevèrent leurs enfants dans cette foi. Le Zaydisme fut pratiqué ouvertement dans cette région.

    Un état Zaydite fut instauré au Yémen par al-Hâdi ilâl-Haqq Yahya ibn al-Husayn ibn al-Qâsim (245-298 de l’Hégire) ; ce dernier fut de ceux qui combattirent les Qarmates dans ce pays, il eut des disciples qui furent appelés les Hâdawiyya et qui essaimèrent au Yémen et dans le Hedjaz.


    La position des Zaydites sur l’Imâma :

    Les Zaydites sont convaincus que l’Imam doit obligatoirement être juste, pieux et capable d’idjtihâd en matière religieuse ; en outre, il doit être l’égal de ses sujets, il doit travailler pour défendre leurs intérêts et s’occuper de leurs problèmes. De plus, les Zaydites pensent qu’un injuste ou un tyran ne peut devenir Imam, selon eux il faut même se révolter contre ce type de dirigeant afin de lui reprendre le pouvoir, ils appuient cette règle sur le fait que Zayd ibn ‘Alî combattit le tyran Yûsuf ibn ‘Umar. Les Zaydites pensent également que les Gens de la maison du Prophète sont plus dignes de diriger le Califat que quiconque, ce Califat commença avec ‘Alî, puis passa à al-Hasan, puis après lui à al-Husayn, ainsi, selon eux, peut être Calife seulement les descendants d’al-Hasan et d’al-Husayn, lesquels descendants doivent en plus réunirent en eux des qualités essentielles comme le courage, une grande science, la capacité de faire l’idjtihâd ; par ailleurs, il est obligatoire de faire allégeance à ceux qui parmi eux ont obtenu l’Imâma par le sabre, on leur doit en sus une totale obéissance.


    Les croyances des Zaydites :

    Les croyances des Zaydites ne sont pas très éloignées de celles des Mutazilites ; par exemple, à l’instar de ces derniers les Zaydites pensent que le Coran a été créé, ils nient le fait qu’Allah est au-dessus de Sa création et qu’Il siège sur Son Trône, ils ont interprété à leur manière les attributs informatifs comme l’apparition, la descente ou les yeux, ils nient qu’Allah crée les actes de ses serviteurs et affirment que ce sont ces derniers qui créent eux-mêmes leurs actes, bons ou mauvais, ils ont rendu obligatoire le fait de suivre les Gens de la maison prophétique (Âlu al-bayt) ou bien ils prétendent que celui qui ne suit pas la voie du Zaydisme pratique une religion méprisable et son Islam s’en trouve gâté. Par ailleurs, les Zaydites sortent de l’Islam les gens qui commettent les grands péchés (al-kabâ`ir) et considèrent qu’ils resteront éternellement en Enfer, ils disent que celui qui fait un grand péché dans la vie d’ici-bas occupe une place intermédiaire entre deux places (manzila bayna al-manzilatayn), on ne peut donc pas dire que celui-ci est un croyant comme on ne peut pas que c’est un mécréant, mais selon les Zaydites c’est un pervers désobéissant ; les Zaydites nient en outre qu’il y aura intercession pour les personnes ayant commis des grands péchés, de plus ils rejettent le fait que les croyants verront leur Seigneur le Jour du Jugement.

    En sus de ces croyances erronées, les Zaydites ne croient pas au retour de Îsâ (Alaihi Assalam) sur terre (al-Radj’a) ni en la venue du Mahdî ; les Zyadites du commun ne pensent pas que les Imams issus des Gens de la maison prophétique sont infaillibles, ils nient de surcroît la Parole divine selon laquelle des choses qui étaient cachées Lui apparaissent fayughayyir qadarahu, c’est ce qu’on appelle la théorie d’al-Badâ’ élaborée par al-Mukhtâr al-Thaqâfî ; ainsi, les Zaydites ont décidé de croire que la science d’Allah est ancienne et inchangée, tout a déjà été écrit sur une Tablette préservée (al-Lûh al-mahfûzh). Pour ce qui s’agit des furû’, les Zaydites suivent l’école juridique de Abû Hanîfa sauf pour quelques furû’ sur lesquels sont tombés d’accord les Chaféites et les Chiites dja’farites. Enfin, les Zaydites ont autorisé le fait que règnent deux Imams en deux endroits différents du moment que chacun d’entre eux possède les attributs nécessaires, l’obéissance aux deux Imams est obligatoire.


    Les différentes sectes zaydites :

    Les Zaydites, comme les autres sectes musulmanes, se sont divisés en divers groupes, parmi ces derniers on trouve :

    1- La Djârûdiyya : cette secte rassemble les adeptes de Abû al-Djârûd Ziyâd ibn Abî Ziyâd. Ces derniers prétendent que le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a désigné ‘Alî comme successeur (Radhia Allahou Anhou) en le décrivant et sans le nommer, il est donc le vrai seul Imam après lui ; toutefois, les gens ont fauté, car ils n’ont pas reconnu la description

    2- La Sulmâniyya : il s’agit d’une secte fondée par Sulaymân ibn Djarîr, ce dernier disait que l’Imamat est le résultat d’une Chûrâ entre les gens, il est autorisé que l’Imam soit désigné par deux hommes parmi les meilleurs des musulmans, on peut désigner la personne qui réunit les conditions de l’Imamat (al-Mafdûl), quand bien même la personne la plus digne d’être Imam est présente. Sulaymân a donc reconnu que l’Imamat de Abû Bakr et celui de ‘Umar (Radhia Allahou Anhouma) étaient légalement valables, car leur désignation fut le résultat des efforts de la communauté. Mais il dit que la communauté a fait une erreur en faisant allégeance à Abû Bakr et ‘Umar alors que ‘Alî était présent, sans que toutefois cette erreur atteigne le degré de la perversion, car elle est fut commise après que les efforts de réflexion aient été consentis. Néanmoins, Sulaymân ibn Djarîr calomnia ‘Uthmân (Radgia Allahou Anhou).

    3- La Sâlihiyya et la Batariyya : la première secte rassemble les adeptes d’al-Hasan ibn Sâlih ibn Hayy et la seconde rassemble les adeptes de Kathîr al-Nawâ al-Abtar. Ces deux personnages suivent à peu près la même doctrine. Leurs propos sur l’Imamat sont les mêmes que ceux de Sulaymân ibn Djarîr à la différence près qu’ils n’ont pas comme ce dernier calomnié ‘Uthmân (Radhia Allahou Anhou). Selon eux ‘Alî est le meilleur des hommes après le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam), ‘Alî était le plus digne d’être Imam, mais il a laissé l’Imamat aux premiers Califes et en a été satisfait, il leur a confié cette responsabilité par obéissance et il a abandonné son droit de son plein gré. Ainsi, les adeptes de la Sâlihiyya et de la Batariyya acceptent ce que ‘Alî a accepté, ils ont par ailleurs rendu licite l’Imamat d’al-Mafdûl avec un report de la prise de pouvoir de celui qui en est le plus digne (al-Afdal), si bien sûr ce dernier donne son accord. Enfin, selon eux, celui qui parmi les descendants d’al-Hasan et d’al-Husayn (Radhia Allhou Anhouma) a sorti son sabre et qui est un savant, un ascète et un brave alors il est indiscutable que c’est lui qui doit être l’Imam.






    Dernière modification par talib abdALLAH ; 12/10/2019 à 09h12.

  6. #6

  7. #7
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 579

    Par défaut

    As-salam `alaykum wa rahmatullahi wa barakatuh

    Sur ceci :


    Les croyances des Zaydites :
    Les croyances des Zaydites ne sont pas très éloignées de celles des Mutazilites ; par exemple, à l’instar de ces derniers les Zaydites pensent que le Coran a été créé,

    Il a été retrouvé un manuscrit écrit par un zaydite descendant de l'Imam Zayd ibn `Ali (a.s) dans lequel est déclaré que le Coran est la parole d'Allah incréée
    (ghayr al-makhluq)

    Il s'agit d'un important document coranique signé en style coufique oriental, daté de 432AH / 1040-1CE (donc rare).

    Il porte une phrase dogmatique "al-qur'an kalam allah ghayr al-makhluq".


    Source : https://www.christies.com/lotfinder/...9-details.aspx


    Il y avait apparemment des divergences entre zaydites.




    Dernière modification par talib abdALLAH ; 26/07/2019 à 21h56.

  8. #8
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 579

    Par défaut

    ils nient le fait qu’Allah est au-dessus de Sa création et qu’Il siège sur Son Trône

    Sur la localisation ("Où" est Allah ?), voir la croyance de l'Imam `Ali Zayn-al-Abidin (a.s) qui n'était pas un mu`tazilite, qui n'a pas étudié avec Wasil ibn `Ata.

    L'Imam `Ali Zayn-al-`Abidin (a.s) était le père l'Imam Zayd ibn `Ali (a.s), il fut son enseignant en matière de religion, ils vivaient à Médine et la Mecque.

    Voir la croyance de l'Imam `Ali Zayn-al-`Abidin (a.s) transmise à ses descendants :

    L’Imâm Zaynou l-‘Âbidîn ibn al-Hussein ibn 'Ali ibn Abi Talib (salaf) a dit que Allâh est sans endroit et qu’Il n’est pas limité




  9. #9

  10. #10
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 579

    Par défaut

    En sus de ces croyances erronées, les Zaydites ne croient pas au retour de Îsâ (Alaihi Assalam) sur terre (al-Radj’a) ni en la venue du Mahdî ;
    Concernant le retour de Sayyiduna `Isa (`alayhi as-salam), les savants Zaydites n'ont pas de récit de type mutawatir sur ce sujet dans leurs recueils de ahadith et n'en font pas un point de croyance obligatoire

    Ils considèrent les récits rapportés dans les recueils sunnites, et si un zaydite veut suivre la position sunnite (récits mutawatir), il peut le faire.

    D'ailleurs, les zaydites croient à la venue du Dajjal, ils ont des ahadith concernant ce sujet.

    Les Zaydites croient en l'apparition à la fin des temps de Sayyiduna al-Mahdi (`alayhi as-salam), ils ont aussi des ahadith concernant ce sujet, ils n'ont pas la même croyance que celle des imamites rafidhites, des duodécimains concernant celà (imam caché, etc)


    Dernière modification par talib abdALLAH ; 26/07/2019 à 22h15.

Page 1 sur 3 1 2 3 DernièreDernière

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •