Page 4 sur 4 PremièrePremière 1 2 3 4
Affichage des résultats 31 à 33 sur 33

Discussion: al-Imam Zayd ibn `Ali ibn al-Hussein ibn `Ali ibn Abi Talib & les zaydites

  1. #31
    Administrateur Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 730

    Par défaut

    Une biographie courte (video produite par des zaydites du Yemen en arabe sous-titré en anglais)


    Vers la fin de la video il est cité des propos similaires attribués à l'Imam Zayd (a.s)

    Voir ci-dessous

    Citation Envoyé par talib abdALLAH Voir le message
    اَعُوذُ بِاللهِ مِنَ الشَّيطَنِ الرَّجِيمِ

    بِسمِ اللهِ الرَّحمَنِ الرَّحِيم

    اَلحَمدُلِلهِ رَبِ العَلَمِينَ


    Wa Sallalahu 'ala sayiddina Muhammad wa 'ala alihi wa sahbihi wa sallam taslima





    Asalam 'alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh



    Revoir inch'Allah :
    al-Imam Muhammad al-Baqir ibn `Ali ibn al-Hussein



    Il semble que les propos rapportés par le Cheikh Sa`id Kamali à partir de 2:20 de la video auraient été un enseignement remontant à l'ancêtre de l'Imam al-Baqir (a.s) en la personne de Sayyiduna `Ali ibn Abi Talib (a.s), il aurait transmis cet enseignement en réponse à une question qu'on lui a posé et qui aurait été posé aussi à son ancêtre.

    Cette citation en effet figure au sein de l'ouvrage Nahj al-Balagha, dans lequel se trouve un sermon (n.178 ou autre selon l'édition) attribué à l'Imam `Ali ibn Abi Talib (a.s) répondant à son compagnon Dhi`lib al-Yamani de manière similaire


    Citation de la video :

    Un homme vint vers l'Imam al-Baqir (a.s) alors qu'il se trouvait au sein de la Ka`aba :

    "As-tu vu Dieu pour que tu l'adores ainsi ?"

    Mohammed al-Baqir (a.s) relâcha sa tête et médita longuement, puis la releva et lui répondit :

    "Je n'adorerai jamais un Dieu, que je ne peux voir !"

    L'homme lui demanda : "Et comment l'as-tu vu ?"

    Il lui répondit :
    "Les regards ne l'ont pas contemplé avec les yeux,

    Cependant ce sont les coeurs qui le contemplent avec les vérités de la foi,

    Il n'est pas comparable aux hommes et n'est point atteignable par les sens !

    Il s'est différencié des choses et les choses sont distinguées de Lui et rien ne Lui est égal"




    Wa Allahu A`lam

    Dernière modification par talib abdALLAH ; 19/10/2020 à 18h18.

  2. #32
    Administrateur Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 730

    Par défaut

    اَعُوذُ بِاللهِ مِنَ الشَّيطَنِ الرَّجِيمِ

    بِسمِ اللهِ الرَّحمَنِ الرَّحِيم

    اَلحَمدُلِلهِ رَبِ العَلَمِينَ


    Wa Sallalahu 'ala sayiddina Muhammad wa 'ala alihi wa sahbihi wa sallam taslima





    Asalam 'alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatuh





    Extrait d'une biographie écrite par des savants zaydites (Traduit à partir de l'anglais Imam Rassi Society)


    Après la révolution de l'Imam Zayd (`alayhi as-salam )





    En apprenant la mort de l'imam Zayd, les Omeyyades se sont réjouis. Ils jubilaient devant une mort qui aurait été pleurée par le Prophète d'Allah (Sallallahu `alayhi wa alihi wa sallim). L'imam a été tué et il n'était plus là pour qu'ils le voient. Mais ils étaient encore imprégnés de haine et ils ne se calmèrent pas avant d'avoir trouvé la tombe et d'avoir déterré le corps et fait avec lui ce qu'ils avaient fait avec les corps des autres shahid (martyrs).



    Le lendemain, une récompense excessive a été annoncée pour toute personne pouvant fournir des informations sur le lieu d'inhumation de l'imam Zayd. Certains individus malades et pathétiques ont divulgué l'information. Les Omeyyades l'ont déterrée et ont sorti le corps de sa tombe. Ils se moquent de tout enseignement traditionnel ou religieux à ce sujet.



    Il ne leur suffisait pas de le faire tuer



    ils ont dû le creuser, le crucifier, le brûler et le noyer[38]



    Les restes ont été mis sur un chameau emmené et déposé devant le palais royal. La tête a été décapitée.



    Yusuf ibn 'Umar al-Thaqafi a fait envoyer la tête à al-Sham. Après que la tête soit arrivée et qu'Hisham l'ait vue, il a ordonné que la tête soit exposée dans toutes les provinces. Un stratagème par lequel il pensait pouvoir terroriser les gens en les empêchant de penser à faire ce que l'imam Zayd a fait. En d'autres termes, il voulait les tuer psychologiquement. La tête a traversé de nombreuses terres jusqu'à ce qu'elle atteigne Médine. Et sur la tombe du Prophète (Sallallahu `alayhi wa alihi wa sallim), au mépris et au manque de respect envers le Prophète (Sallallahu `alayhi wa alihi wa sallim), la tête a été levée et affichée pour que le public puisse la voir. Les habitants de Médine furent convoqués à la masjid (mosquée) et on leur dit qu'ils devaient désavouer 'Ali ibn Abi Talib et Zayd ibn 'Ali[39]. Puis la tête fut emmenée en Égypte et postée à la masjid centrale pendant des jours. Après cela, la tête a été emportée et enterrée secrètement dans ce masjid.



    Al-Meqrizi a dit : Ses effets sont toujours là, entre Keiman et l'Égypte. Les gens s'y rendent pour la barakah (bénédiction). À 'Ashura, les gens sont particulièrement enthousiastes à l'idée d'y aller. Certains ont dit que la du'a y est accepté et que l'endroit a un air de lumière [40].



    Le corps aurait été cloué sur une croix dans un état de nudité à Koufah. On dit aussi que des araignées ont tissé une toile pour recouvrir les parties intimes du corps. Chaque fois que la toile d'araignée était enlevée, les araignées en tissaient une autre.



    Al-Hasan ibn 'Ali ibn Jaber al-Habal, le poète d'Ahl al-Bayt, a composé des poèmes décrivant cet incident.



    Devant ce corps dénudé, les gens se souvenaient de cette personnalité pieuse et aimable qu'était Zayd. Leurs yeux pleuraient et leurs esprits s'envolaient.



    Lorsque les Omeyyades ont réalisé que les paroles de Zayd résonnaient et que ses positions étaient remémorées par les gens, ils ont décidé de faire disparaîtres ses restes. Ils ont ordonné que son corps soit brûlé et que ses cendres soient dispersées sur terre, dans l'air et dans la mer. Yusuf ibn 'Umar a dit : Par Allah, ô peuple de Kufah ! Je vous ferai le manger dans votre nourriture et le boire dans votre eau[41].



    Ils ont fait tomber ton corps et l'ont mis au feu



    Ils voulaient brûler vos restes honorables et purs



    Ils vous ont jeté dans le feu de l'action, dans un acte de haine



    Cela exprimait également leur haine de Mohammed (Sallallahu `alayhi wa alihi wa sallim) et leur haine de vous voir recevoir un enterrement normal[42].



    Toutes les tentatives visant à effacer la mémoire de l'imam Zayd ont échoué. À l'endroit où il a été cloué, un cercueil a été construit. Des gens de nombreuses régions du monde s'y rendent encore. Un autre cercueil a été construit à l'endroit même où sa tête a été enterrée en Égypte. Et cela se perpétue encore aujourd'hui.



    La persécution des partisans de l'imam Zayd



    Les dirigeants tyranniques ont l'habitude de construire leur réputation sur un tas de crânes appartenant à leurs adversaires. Ils suivent le programme habituel consistant à tuer et à bannir leurs adversaires. Un tyran fera pratiquement n'importe quoi pour rester sur son siège de pouvoir. Et s'il parvient à capturer un de ses antagonistes, il essaie de le soumettre à toutes sortes de tortures pour dissuader ses futurs adversaires potentiels. Hisham ibn 'Abd al-Malek et ses employés "fédéraux" n'ont pas fait exception. Après avoir tué l'imam Zayd, ils se sont attaqués à ses partisans. Les fonctionnaires omeyyades ont fait tout ce qu'ils pouvaient pour mettre fin à tous les "restes" de leurs adversaires. Ils ont été libéraux dans leurs exécutions et leur "terreur d'État". Ils n'ont pas épargné les femmes et les enfants. Ils sont même allés au-delà des traditions et des normes de la jahiliyah (pratiques préislamiques). Les historiens ont documenté certains événements macabres et malheureux. En voici quelques uns :



    *Une fille qui avait conseillé à sa mère d'héberger une fille de l'imam Zayd ibn 'Ali a été appelée par les autorités omeyyades. À son arrivée, elle a reçu cent coups de fouet et sa maison a été démolie.




    *Une femme qui avait aidé l'imam Zayd a été arrêtée. Lorsqu'elle s'est présentée au tribunal, le verdict a été que sa main et son pied devaient être coupés. Elle a plaidé pour qu'on lui coupe d'abord le pied afin qu'elle puisse s'occuper de ses vêtements avant que sa main ne soit coupée ! Mais ils ont coupé les deux et n'ont pas arrêté la circulation sanguine et elle s'est vidée de son sang. Ensuite, son mari a été convoqué uniquement pour se faire couper la tête[43].



    *Yusuf ibn 'Umar a envoyé chercher la femme de l'imam Zayd, qui était de la tribu d'Ezd. Elle lui a été amenée. Quand elle est entrée dans sa cour, il lui a dit O ennemi d'Allah ! Tu as épousé Zayd ibn 'Ali ? Elle lui répondit : oui, bien sûr que je l'ai épousé. Et s'il avait demandé la main de votre fille, je la lui aurais donnée. Yusuf ibn 'Umar était enragé. Il a dit : déshabillez-la et apportez-moi le fouet !



    Elle a dit : "Malheur à toi, ennemi d'Allah". Je suis une femme ; comment oses-tu ordonner qu'on m'arrache mes vêtements ? Il dit : "Ne faites pas attention à elle ; déchirez-lui ses vêtements et ensuite elle fut fouettée à plusieurs reprises et sans pitié.



    Elle dit à Hisham : "Comment faites-vous cela ? Je suis une de tes tantes éloignées. Je suis de la tribu d'Ezd et ta mère aussi ?



    Yusuf ibn 'Umar a dit : "Maudit soit celui qui est votre neveu.



    Elle a dit : Oui, et maudite soit celle qui est moins de la famille que toi... ta mère.



    Alors Yusuf ibn 'Umar a dit à ses sbires : Tuez-la.



    Ils ont tous commencé à la frapper violemment et sauvagement, pendant qu'elle disait : Je ne peux pas croire que tu sois une personne attachée à la liberté ; tu ne peux pas être un Arabe quand tu veux tuer par l'épée ; tu es un esclave du clan Thamud.



    Elle fut ainsi torturée jusqu'à sa mort ; qu'Allah la bénisse. Ensuite, Hisham a donné l'ordre de jeter son corps dans la rue. Ses cousins attendirent la tombée de la nuit et allèrent récupérer son corps et l'enterrer[44].



    Une femme ayant la capacité physique fragile pour une telle persécution, une femme qui a été créée pour des questions féminines et familiales, même elle ne pouvait pas échapper à l'élan de la révolution et a donc été exposée à ce qui est typiquement non féminin. Elle a enregistré une résistance honorable et un exemple d'élévation de l'esprit pour le djihad pour toutes les femmes partout dans le monde.



    Ce sont là des aperçus qui nous ont été rapportés par les historiens et il y en a beaucoup d'autres qui jonchent le parcours du passé omeyade. Mais ce qui n'a pas été enregistré par l'histoire est peut-être encore plus tragique.



    Les conséquences des oppresseurs



    Une victime se soulage de l'agonie et des moments difficiles en versant des larmes chaudes sur ses joues. Certaines circonstances de la vie sont désagréables. Mais cet univers opère dans une sphère plus large de justice divine. Allah a promis de prendre des mesures contre les dirigeants totalitaires : Et ne croyez pas qu'Allah ignore ce que font les malfaiteurs : Il leur accorde un répit jusqu'au jour où leurs yeux seront horrifiés... (14:42).



    Cette action divine peut commencer dans ce monde avant le prochain : telle est leur ignominie dans ce monde. Mais dans la vie à venir [encore plus] de terribles souffrances les attendent... (5 : 33).



    Allah a accéléré son action punitive contre ceux qui avaient un rôle à jouer dans le meurtre de l'Imam Zayd (AS) et la mutilation de son corps. Les historiens nous disent que le boucher 'Ali ibn Abdullah l'Abbasside a sorti le corps de Hisham de sa tombe et a ordonné que le corps soit frappé jusqu'à ce qu'il soit déchiqueté. Une fois sorti de la tombe, le corps semblait avoir été conservé avec un certain astringent. Puis son corps a été mis sur une croix et ensuite il a été incinéré. Ensuite, les cendres étaient jetées au vent. Ce qui a été fait à l'imam Zayd par Hisham, par un concours de circonstances, a ensuite été fait à Hisham[45].



    Quant à Yusuf ibn 'Umar al-Thaqafi, il a été tué. Une corde était attachée à son cadavre et des enfants ont traîné son corps dans les rues de Damas. Abu Ghassan al-Thaqafi a dit : les gens d'al-Sham m'ont dit qu'ils avaient vu le corps de Yusuf ibn 'Umar avec des cordes attachées aux membres et traîné dans les rues[47].



    Le chef de la police de Yusuf ibn 'Umar, Kharrash ibn Hawshub (qui a supervisé l'incinération du corps de l'imam Zayd) a été fouetté mille fois. Son estomac a été ouvert, puis son corps a été jeté aux chiens. Après cela, il a également été incinéré.



    Un autre dégénéré et pervers du nom d'al-'Ala' ibn Zaid est venu avec un chargement de bois et l'a vendu pour alimenter le feu qui brûlait le corps de l'imam Zayd et qui aurait dit Je suis venu avec ce chargement pour rendre service à Allah et faire brûler ce pervers (ce qui signifie Imam Zayd). Et moins de trois semaines après cela, cette même personne a brûlé à l'intérieur d'une maison alors qu'elle avait une liaison (homosexuelle) avec un garçon[48].


    [39]Tarikh al-Kufah, p. 365



    [40]Is'af al-Raghibeen, p 41 ; Nur al-Absar, p.217 ; Al-Bahr al-Zakhkhar, Vol I, p 226



    [41]Tarikh al-Ya'qubi, Vol II, p. 256.



    [42]Poésie de al-Hasan ibn 'Ali ibn Jaber al-Habal.



    [43]Ansab al-Achraf, p. 255



    [44]Al-Futuh, Vol VIII, p. 123.



    [45]Nour al-Absar, p. 215 ; Ma'ather al-Abrar, (manuscrit), Al-Ithninyeh, (manuscrit)



    [46]Amali al-Murshed bi-Illah al-Ithnyniyeh (manuscrit).



    [47]Tarikh Dimashq, par Ibn 'Asaker, 29/99 (abrégé)



    [48]Ghurbal al-Zaman, p. 120 ; Amali al-Murshed bi-Ilah al-Ithnyniyeh, (manuscrit)






    Citation Envoyé par talib abdALLAH Voir le message
    اَعُوذُ بِاللهِ مِنَ الشَّيطَنِ الرَّجِيمِ

    بِسمِ اللهِ الرَّحمَنِ الرَّحِيم

    اَلحَمدُلِلهِ رَبِ العَلَمِينَ


    Wa Sallalahu 'ala sayiddina Muhammad wa 'ala alihi wa sahbihi wa sallam taslima





    Asalam 'alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatuh




    Par Ustadh Dawud Walid :


    -->
    My Spiritual Visit to Ahl al-Bayt in Morocco - Ustadh Dawud Walid

    -->
    "Blacks" in early Islamic history (Arabs, Non-Arabs, Sahaba, Ahlul-Bayt) - Shaykh Dawud Walid




    [...] L'autre grande tragédie dont a été infligé la Oummah après le martyre de Sayyiduna Husayn et de ses compagnons à Karbala fut le martyre de son petit-fils Zayd.


    Zayd, qui est né à Médine, a refusé de prêter allégeance à Hisham bin Abd al-Malik, le tyran Ommeyade.


    Zayd a eu beaucoup d’élèves qui lui ont donné bay’ah lors de sa confrontation contre Hisham. Abu Hanifah était l'un de ceux qui le soutenaient. Abu Hanifah aurait envoyé son allégeance par l'intermédiaire d'un messager parce qu'il était malade. Il a également envoyé avec lui 30 000 dirhams.


    Muhammad ad-Dibaj, fils de Ja’far as-Sadiq, a déclaré: «Que la miséricorde soit sur Abou Hanifah. Il a certainement confirmé son amour pour nous [Ahl al-Bayt] en aidant Zayd bin Ali. »


    Zayd, comme son grand-père, a été martyrisé en Irak et sa tête décapitée a été envoyée en Syrie. Son cadavre a été suspendu à une église en Irak. Lorsque sa ‘awrah’ a été exposé, il a été rapporté qu’une araignée avait tissé une épaisse toile recouvrant ses parties intimes de manière à ce qu’elle ne puisse pas être vue. Une autre karamah (miracle) rapporté est que les gens marchaient près de son cadavre et qu'il sentait d'un parfum doux comme du musc.


    Le corps de Zayd a ensuite été coupé de l'église puis brûlé. Ce qui a été rapporté de façon solide est que ses cendres ont été jetées dans le fleuve Euphrate, de sorte que les gens ne pourraient pas faire de ziyarah (visite auprès du lieu d'enterrement) si ses cendres avaient été enterrées.
    Dernière modification par talib abdALLAH ; 20/10/2020 à 16h40.

  3. #33
    Administrateur Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 730

    Par défaut

    L'avis des zaydites sur le narrateur considéré fiable chez les sunnites Ibn Shihab az-Zuhri

    Source Imam Rassi Society





    Quant au rôle d'Ibn Shihab az-Zuhri, il a officié l'exécution de l'Imam Zayd (as) et a justifié son assassinat. L'imam Ahmed b. Suleiman (as) a déclaré dans son Usul al-Ahkam :

    Urwa n'a pas rapporté le hadith depuis le Prophète ; le narrateur du hadith, az-Zuhri, était l'un de ceux qui gardaient la poutre de bois utilisée pour la crucifixion de Zayd bin 'Ali, sur lui la paix, et donc, ses hadiths sont rejetés.



    L'imam al-Mu'ayyad Billah (as) a dit :

    Sa fiabilité tombe parce qu'il a gardé la poutre de bois utilisée pour la crucifixion de Zayd bin 'Ali, sur lui la paix. Il y a également eu une dispute entre lui et Zayn al-Abidine ibn al-Hussayn (as) au sujet de l'éloge fait à Mu`awiyah [...]



    Il était également un fonctionnaire rémunéré connu des Omeyyades. L'imam Mansuur Billah al-Qaasim b. Muhammad (as) a déclaré dans son Al-I'tisaam

    az-Zuhri fait également partie de la chaîne des narrateurs, et il était un fonctionnaire des Bani Umayya. Il n'y a aucun désaccord entre les gens sur le fait qu'il avait l'habitude de recevoir des paiements de leur part.




    L'imam Mansur Billah Abdullah b. Hamza (as) a dit dans son "Ash-Shaafi" :

    Az-Zuhri était la langue de Bani Umayya et spécifiquement pour Hisham b. Abdul-Malik, le tyran oppresseur.

    et dans le même texte il a dit :

    Ibn Shihab était incliné vers le dunya. Il a contribué à l'oppression des Bani Umayya grâce à son savoir.

    Ibn Hajar a dit dans son Tahdheeb at-Tahdheeb

    Az-Zuhri considérait qu'il était permis d'accepter des paiements et il travaillait pour Bani Umayya.

    Adh-Dhahabi a dit dans son al-Mizaan dans sa biographie de Khaarija b. al-Mus'ab que ce dernier a dit :

    J'ai rencontré az-Zuhri alors qu'il était le chef de la police des Bani Umayya. Je l'ai vu monter à cheval et dans sa main se trouvait une lance...


    Et Allah sait mieux ce qu'il en est !


    Quant aux sources sunnites, elles sont tout à fait d'accord avec ce que nous avons mentionné. Les deux dernières sources que j'ai citées dans mon précédent billet sont des sources sunnites. De plus, Haafiz adh-Dhahabi a dit dans son Mizan concernant az-Zuhri : "Il racontait de faux hadiths en toute connaissance de cause (yudallis)". Dans la terminologie des hadiths, les tadlees font référence à la pratique de raconter des ahadith faibles ou inauthentiques tout en sachant que c'est le cas. Un spécialiste des hadiths (j'oublie qui, de mémoire) a dit que le tadlis est le "frère du mensonge" ou quelque chose dans ce sens.


    (NOTE de l'éditeur : le tadlis consiste aussi le fait de rapporter des hadith fiables mais en ajoutant des commentaires personnels des mots supplémentaires au hadith original, il peut se produire des confusions parfois entre commentaires et matn original)

    Et Allah sait ce qu'il en est !



    Quant aux sources sunnites concernant le rôle d'az-Zuhri dans l'exécution de l'Imam Zayd b. Ali (as), il n'a pas été possible de trouver de référence.

    Au lieu de m'inquiéter du rôle d'az-Zuhri dans l'assassinat de l'Imam Zayd (as), je m'inquiéterais davantage du rôle d'az-Zuhri dans la narration de faux ahadith, qui se trouve dans les sources sunnites. Souvenez-vous que le Messager d'Allah, paix et bénédictions soient sur lui et sa progéniture, a dit dans un hadith confirmé bien connu : ((Quiconque m'attribue faussement un hadith devrait prendre place dans le feu de l'enfer)). Cette déclaration est claire et sans équivoque. Par conséquent, si une conversation avec un sunnite doit avoir lieu à propos d'az-Zuhri, ce devrait être celle-ci.

    Et Allah sait mieux ce qu'il en est !
    Dernière modification par talib abdALLAH ; 20/10/2020 à 17h15.

Page 4 sur 4 PremièrePremière 1 2 3 4

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •