Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Discussion: Naissance enfant hors mariage

  1. #1

    Date d'inscription
    juillet 2019
    Localisation
    France
    Messages
    1

    Par défaut Naissance enfant hors mariage

    Bonjour, je souhaite avoir vos conseils concernant une situation complexe, je poste ce message sur le forum jurisprudence car j'aimerai avoir des sources claires, sourates, hadiths etc..

    J'ai présenté un ami et une amie à moi qui ont eu une courte relation, un enfant est né de cette union et le père de l'enfant refuse de reconnaître l'enfant, il fait comme si rien ne s'était passé, il justifie même ce comportement par l'Islam.

    Je ne suis pas musulman mais eux deux se considèrent comme tel, j'aimerai trouver une solution non pas pour mes deux amis qui manque certainement de responsabilité mais pour cet enfant qui n'y est pour rien dans toute cette histoire.

    Merci pour vos conseils.

  2. #2
    Editeur
    Date d'inscription
    octobre 2010
    Localisation
    France
    Âge
    29
    Messages
    2 197

    Par défaut

    Bonjour,

    Ce n'est pas évident, déjà l'Islam est étranger à leurs pratiques car les relations hors mariage ne sont pas reconnues. C'est considéré comme de la fornication qui est un très grave péché en Islam.
    Ensuite, concernant l'enfant, l'Islam demande aux hommes d'agir comme des êtres responsables, comme l'indique ce hadith:

    Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

    D'après 'Abdallah Ibn 'Omar (qu'Allah les agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit:
    « Chacun d'entre vous est un berger et chacun d'entre vous sera interrogé concernant son troupeau.
    Le dirigeant est un berger, l'homme est un berger pour les gens de sa maison, la femme est une bergère pour la maison de son époux et pour ses enfants.
    Ainsi chacun d'entre vous est un berger et chacun d'entre vous sera interrogé concernant son troupeau ».
    (Rappoté par Boukhari dans son Sahih n°5200 et par Mouslim dans son Sahih n°1829)

    Il va donc de soit que même si l'enfant est issu d'une union illégitime les parents doivent en assumer les conséquences et se comporter de manière juste avec l'enfant, et de façon responsable comme nous le demande notre religion.

    Et Dieu est plus savant.
    Ô les croyants! Quiconque parmi vous apostasie de sa religion... Allah va faire venir un peuple qu’Il aime et qui L’aime, modeste envers les croyants et fier et puissant envers les mécréants, qui lutte dans le sentier d’Allah, ne craignant le blâme d’aucun blâmeur[...]

  3. #3
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 579

    Par défaut

    As-salam `alaykum wa rahmatullahi wa barakatuh

    Ceci est une fatwa de Dar al Ifta Egypte (savants d'Al Azhar)

    L’affiliation de l’adultérin

    Numéro : 8285

    Date : 23/03/2015



    L’homme est-il religieusement permis de s’attribuer un enfant en absence de preuve attestant qu’il est son enfant biologique ? On m’a informé qu’Abu Hanifa et ach-Chaféi avaient interdit l’adoption de l’enfant illégitime ; car, selon eux, cet enfant n’est pas le sien. Cette opinion est-elle vraiment juste ?


    Réponse : Conseil de Fatwa

    Oui, l’opinion qui prévoit l’illégitimité d’affilier un enfant adultérin au fornicateur est juste et fait l’unanimité de tous les savants musulmans qui considèrent que la fornication n’entraine pas l’affiliation de l’enfant adultérin au fornicateur. Mais il convient d’attirer l’attention sur la différence entre l’affiliation de l’enfant adultérin au fornicateur et l’octroi de la paternité à un enfant qui n’est pas le sien. Les savants sont unanimes pour considérer la paternité comme étant résulté d’une union légitime et non pas d’une relation biologique. Ainsi, le fornicateur n’a pas le droit de réclamer sa paternité de l’enfant, fruit de sa relation interdite avec sa mère ; car, en Islam, le sperme d’adultère est nul et sans effet conformément au Hadith : « L’enfant appartient au lit conjugal et le fornicateur n’aura rien. ». En revanche, la relation entre l’enfant et sa mère est une relation biologique.

    En réponse à votre question relative à l’homme qui veut s’attribuer un enfant, nous indiquons qu’il est autorisé de le faire conformément à l’avis de certains jurisconsultes. Mais cette autorisation est conditionnée par ce qui suit :

    _ La mère de l’enfant ne doit pas contester cette affiliation.

    _ La femme ne doit pas être mariée durant sa conception de l’enfant ; car si elle était mariée pendant la conception, l’enfant sera, unanimement, affiliée au mari de la femme.

    _ L’homme peut s’attribuer l’enfant sans déclarer qu’il s’agit de son enfant adultérin, et ce, en vue de protéger l’avenir de l’enfant et d’éviter la confusion de la filiation. Dans ce cas, la paternité accordée à l’enfant doit être considérée comme résultant d’un coït par erreur. Car si l’homme déclare solennellement qu’il accorde sa paternité à l’enfant en raison d’adultère, dans ce cas, sa paternité sera unanimement rejetée. En effet, la charia tolère la filiation de l’enfant au géniteur qui n’avoue pas avoir commis l’adultère avec la mère de l’enfant par souci de garder en secret son péché. Ainsi, personne n’a le droit de le poursuivre pour lui appliquer la peine d’adultère ; mais la charia lui ordonne plutôt de s’en repentir à Allah. En vérité, cette question figure parmi les questions critiques en matière de fiqh qui prend en compte les circonstances respectives de chacun.

    Et Allah Seul le sait par excellence

  4. #4
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 579

    Par défaut

    Citation :

    L'enfant qui est naît de cette relation est innocent au regard de Dieu.

    Il y a des savants(Fuqaha) qui ont dit que si l'enfant est reconnu par son père et si la mère n'est pas marié à un autre homme: l'enfant ainsi né est affecté à son père et recevra tous ses droits comme l'enfant légitime (héritage...). Abû Hanîfa a préconisé le 'Satr' (cela veut dire que cet homme épouse cette femme et affecte à lui l'enfant (né de leur union illicite) pour 'ne pas dévoiler ce péché')

    Enfin, au cas de désaveu du père, la filiation est toujours maintenue à l’égard de la mère (ce qu'on appelle ici en France (dans le droit français 'enfant naturel').

    Source : https://www.doctrine-malikite.fr/for...al_m39212.html

  5. #5
    Avatar de Halim
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Région parisienne
    Messages
    1 850

    Par défaut

    Citation Envoyé par Azerty34 Voir le message
    Bonjour, je souhaite avoir vos conseils concernant une situation complexe, je poste ce message sur le forum jurisprudence car j'aimerai avoir des sources claires, sourates, hadiths etc..

    J'ai présenté un ami et une amie à moi qui ont eu une courte relation, un enfant est né de cette union et le père de l'enfant refuse de reconnaître l'enfant, il fait comme si rien ne s'était passé, il justifie même ce comportement par l'Islam.

    Je ne suis pas musulman mais eux deux se considèrent comme tel, j'aimerai trouver une solution non pas pour mes deux amis qui manque certainement de responsabilité mais pour cet enfant qui n'y est pour rien dans toute cette histoire.

    Merci pour vos conseils.
    Bonjour Azerty34
    bienvenu dans le forum
    ce que tu racontes est hélas une triste et dure réalité
    mais c'est très sympa de penser à cet enfant ..
    après la solution dépend aussi et surtout de la bonne volonté des intéressés
    et à mon avis ce n'est pas juste un manque de connaissances des sources musulmane (coran, hadith etc.)
    car si c'était vraiment le cas ça se verrait dans l'attitude avant pendant et après cette épreuve
    le problème c'est plus un "manquement" dans l'attitude ...
    certains n'hésitent pas à prendre des "infos" sur l'islam quand ça les arrange
    mais la religion ce n'est pas un "jeu", c'est un tout avec une profondeur et une cohérence
    et il faut déjà commencer par soi, être sincère, honnête, ne pas être dans l’égoïsme, savoir se remettre en question, voir ses fautes et surtout quand ça touche autrui
    ensuite chercher à réparer du mieux qu'on peux et apprendre de ses erreurs pour gagner en maturité..
    là ce n'est pas juste un simple "discours " mais un vrai travail sur soi et d'action
    sans ça on ne peut pas vraiment avancer , on tourne plus en rond, on se rejette la faute à coup de verset et de hadith...
    après il faut aussi laisser le temps au temps, la venu d'un enfant hors mariage est une épreuve
    les "responsabilités" (contrairement aux "avantages" ) ça n'est pas trop recherché
    ton ami changera peut être sa vision des choses avec le temps en gagnant en maturité
    c'est possible de lui parler mais après ça reste sa responsabilité...
    quant à ton amie elle a maintenant besoin, à défaut de a présence du père, d'avoir des gens autour d'elle qui l'aide et l'accompagne
    surtout qui ne la juge pas mais l'aide à avancer incha Allah
    car l'islam nous enseigne à ne jamais désespérer
    quoi qu'on est fait il est toujours possible d'avancer, de se repentir et réformer

    courage à eux !
    merci à toi !
    Dernière modification par Halim ; 31/07/2019 à 14h49.

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •