Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Discussion: Autopsie d'un coeur

  1. #1
    Avatar de Halim
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Région parisienne
    Messages
    1 742

    Par défaut Autopsie d'un coeur

    Le médecin des cœurs : salam aleykum (avec le sourire)

    Le jeune homme : (silence)

    Le médecin des cœurs : (toujours avec le sourire) Je vous en prie jeune homme installer vous

    Le jeune homme : (il s’installe)


    Le médecin des cœurs : (avec toujours le même sourire) Que puis-je pour vous ?


    Le jeune homme : Mon entourage m’a demandé de venir vous voir. Ils pensent que je dois changer mon comportement. Je ne suis pas convaincu par leur vision des choses mais voilà ils ont insisté et je suis là

    Le médecin des cœurs : (pensif) Oui je comprends …oui je comprends

    Le jeune homme: Et bien que comprenez-vous docteur ?

    Le médecin des cœurs : je comprends que votre entourage vous aime et veulent le meilleur pour vous

    Le jeune homme : Pas du tout docteur ! Ça m’agace vraiment ! Je suis assez grand pour savoir ce que je fais. Je n’ai besoin de personne dans cette vie

    Le médecin des cœurs : Oui en effet cher frère vous êtes maintenant un jeune homme capable de faire des choix mais là je vous parlais de l’amour de vos proches. Je sens qu’ils vous aiment beaucoup et c’est beau !

    Le jeune homme : l’amour, l’amour ça veut rien dire pour moi tout ça

    Le médecin des cœurs : Très bien jeune homme et que faites-vous dans la vie ?

    Le jeune homme : En ce moment je ne travaille pas. Je n’ai pas du tout envie de me faire exploiter. Je préfère être mon propre patron et n’avoir de compte à ne rendre à personne

    Le médecin des cœurs : C’est très intéressant et dans quel domaine souhaitez-vous vous investir ?

    Le jeune homme : Je ne sais pas encore mais le plus important c’est que je me fasse rapidement beaucoup d’argent. C’est ça qui compte le plus dans la vie. C’est comme ça qu’on est respecté.

    Le médecin des cœurs : Votre projet c’est donc de vous faire beaucoup d’argent. Peut-être aussi pour aider votre famille ou faire le bien autour de vous ?

    Le jeune homme : Certainement pas ! Mes parents travaillent, ma famille est loin d’être dans le besoin ! Et les gens autour de moi je ne m’en préoccupe pas !

    Le médecin des cœurs : C’est vrai que vos parents sont de riches commerçants dans cette ville. Ils ont tellement fais de bien autour d’eux. Les gens ici les aiment beaucoup. Que Dieu les protège. Je pensais qu’à votre tour vous souhaitiez partager avec vos proches et les gens de la ville les fruits de votre prochaine réussite incha Allah

    Le jeune homme: Non ! Chacun pour soi, Dieu pour tous !

    Le médecin des cœurs : Dieu effectivement est le Maitre et le Créateur de tous. Tous ce que nous possédons Lui appartient. A nous ensuite d’en être reconnaissant en faisant bonne usage

    Le jeune homme : Moi je vis ma vie, Dieu et tout le reste ça ne m’intéresse pas !

    Le médecin des cœurs : Vous croyez en Dieu ?

    Le jeune homme : Non. J’ai arrêté de croire en Dieu depuis l’accident mortel de mon meilleur ami. Il n’avait que 15 ans. (Larmes aux yeux) C’est absurde !

    Le médecin des cœurs : (silence) Que Dieu le couvre de Sa Miséricorde. Nous sommes tous que de passage

    Le jeune homme : Peu importe ! C’est moche de voir un ami mourir ainsi !

    Le médecin des cœurs : Vous deviez être très proches

    Le jeune homme : Oui (il essuie ses larmes) nous étions inséparables. On faisait tout ensemble. Nous étions heureux et nous avions plein de projet mais malheureusement tout est tombé à l’eau ! Tout ça c’est du passé

    Le médecin des cœurs : Pourquoi ne pas poursuivre ces projets !?

    Le jeune homme : ça ne m’intéresse plus. Et puis j’ai changé ma vision des choses. Nous étions trop naïfs à l’époque

    Le médecin des cœurs : La sincérité et la simplicité sont les qualités les plus remarquables et précieuses dans cette vie. Notre malheur c’est d’avoir oublié nos rêves d’enfants !

    Le jeune homme : (silence et regard dans le vide)

    Le médecin des cœurs : Vous pensez à quoi ?

    Le jeune homme : (froncement des sourcils) Non ! Dans cette vie ça ne marche pas ! Il faut être malin et rusé pour s’en sortir !

    Le médecin des cœurs : Pourtant vous vivez heureux autrement dans le passé ! Cette attitude vous rend-t-elle heureux à présent ?

    Le jeune homme : Oui tant qu’on ne me marche pas sur les pieds je suis heureux !

    Le médecin des cœurs : La prudence c’est du courage. La méfiance souvent de la peur. Plus on souffre plus on cherche à contrôler. Le marin mâte son bateau mais ne dompte pas la mer

    Le jeune homme : Je ne comprends pas

    Le médecin des cœurs : savoir qu’on ne maitrise pas tout dans cette vie nous aide à garder cette précieuse sincérité et simplicité dont je vous ai parlé. C’est en acceptant son état que la chenille devient papillon. C’est en étant humble qu’on gravit des montagne et réalise nos rêves d’enfants

    Le jeune homme : c’est bien beau tout ça mais l’heure de notre entretien est déjà terminée !

    Le médecin des cœurs : Oui effectivement. Le temps passe. On ne maitrise rien (pensif). Salam aleykum

    Le jeune homme : wa aleykum salam (sourire)
    Dernière modification par Halim ; 01/08/2019 à 12h34.

  2. #2
    Avatar de Halim
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Région parisienne
    Messages
    1 742

    Par défaut

    Désolé pour les éventuelles fautes d’orthographes

  3. #3
    Avatar de Halim
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Région parisienne
    Messages
    1 742

    Par défaut

    Autopsie d'un cœur (suite)

    Le médecin des cœurs : Salam aleykum ! Ravi de vous revoir jeune homme (sourire) ! Comment allez-vous depuis notre dernier rendez-vous ?

    Le jeune homme : ça va

    Le médecin des cœurs : Votre père m’a contacté la semaine dernière pour fixer ce nouveau rendez-vous. J’espère que ça vous convient ?

    Le jeune homme : je ne sais pas

    Le médecin des cœurs : La dernière fois nous avions évoqué plusieurs sujets. Est-ce que vous y avez repensez ?

    Le jeune homme : oui et non

    Le médecin des cœurs : Je vois. Ces sujets sont complexes

    Le jeune homme : J’ai pendant des années fait tout pour oublier la mort de mon ami, tous ces souvenirs, tous ces moments. Et puis, le fait d’en avoir parlé avec vous… c’était très bizarre, je ne sais pas !

    Le médecin des cœurs : qu’est ce qui était bizarre ? Le fait de vous rappeler de la mort de votre ami ou de l’amour que vous aviez pour lui ?

    Le jeune homme : Ah non docteur ! Arrêtez avec ça ! L’amour ce n’est pas pour moi ! Et ce n’est pas ça qui va m’aider à réaliser mes projets !

    Le médecin des cœurs : Très bien jeune homme. Qu’avez-vous fait depuis la dernière fois ?

    Le jeune homme : pas grand-chose (soupir). Je suis resté à la maison. J’ai regardé des films de sciences fictions. Rien de spécial

    Le médecin des cœurs : Ah j'aime bien les films de sciences fictions ! Connaissez vous le film Frankenstein ?

    Le jeune homme : non

    Le médecin des cœurs : C’est une histoire tirée d’un roman. Frankenstein est un savant qui décide un jour de fabriquer une créature fantastique pour comprendre l’essence de la vie. Mais devant la laideur de sa création il décide de s’enfuir. Ne trouvant l’amour et sa place dans la société cette créature va sombrer alors dans le mal et la vengeance...

    Le jeune homme : Par pitié docteur arrêté avec ces histoires sur l’amour !

    Le médecin des cœurs : L’histoire de Frankenstein interroge aussi les limites de la science, des responsabilités humaines dans la quête du savoir, de l’appétit excessif de la réussite et du danger de vouloir prendre la place de Dieu

    Le jeune homme : ça me fait une belle jambe ! Je préfère la saga Avengers !

    Le médecin des cœurs : Oh désolé jeune homme ! Je dois vous ennuyer avec mes histoires de Frankenstein. Et puis ça fait longtemps que je n’ai pas vu de films

    Le jeune homme : Vous n’êtes pas à la page Docteur (ton moqueur) !

    Le médecin des cœurs : A y réfléchir, toutes ces histoires fantastiques me font penser qu’en chacun de nous il y a quelque chose de beau à découvrir et à partager. Ne pensez-vous pas ?

    Le jeune homme : Non ! Pour moi ce qui compte c’est la réussite. Et pour ça je dois me battre !

    Le médecin des cœurs : je ne sais pas si c’est l’âge qui me fait parler ainsi mais plus le temps passe plus je me dis que finalement seul compte l’issu finale

    Le jeune homme : vous parler comme mon père

    Le médecin des cœurs : A notre âge nous sommes trop sérieux

    Le jeune homme : Oui Docteur vous être trop sérieux (petit sourire) !

    Le médecin des cœurs : Vous la jeunesse vous nous apporter tellement de légèreté dans nos vies. Espérons à notre tour vous donner un peu du sérieux de nos vies. Mais juste assez pour vous stimuler. Bien ! Je vois que l’heure de notre entretien arrive à sa fin ! Bonne fin de journée incha Allah. Salam aleykum (il lui serre la main)

    Le jeune homme : wa aleyum salam Docteur
    Dernière modification par Halim ; 01/08/2019 à 17h50.

  4. #4
    Avatar de Halim
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Région parisienne
    Messages
    1 742

    Par défaut

    autopsie d'un cœur (partie 3)


    Le médecin des cœurs : Ahlan wa sahlan jeune homme (grand sourire). Comment allez-vous !?

    Le jeune homme : ça va docteur

    Le médecin des cœurs : j’ai été très surpris par votre appel d’hier soir. Vous vouliez absolument me voir aujourd’hui, j’espère que ce n’est pas grave ?

    Le jeune homme : (sourire) Non Docteur. C’était ça ou j’allais avec mes parents à Maisons-Alfort voir de la famille …

    Le médecin des cœurs : Vous avez trouvé une excuse pour prendre congé ! Vos proches ne vous manquent pas ?

    Le jeune homme : J’ai mes parents ! Ça me suffit !

    Le médecin des cœurs : Pour moi, La famille c’est comme un arbre. Il y a le tronc mais aussi les racines, les branches et les feuilles. Chaque partie est importante

    Le jeune homme : Peut-être …mais je trouve ça ennuyeux et sans grand intérêt ! Et puis je ne sais pas quoi leur dire à chaque fois !

    Le médecin des cœurs : Réfléchir à ce qu’on va dire c’est déjà mettre une distance. Parfois il suffit simplement d’être là pour recevoir et donner. Oui être là pour apprendre à aimer

    Le jeune homme : Vous allez encore me parler d’amour docteur ! Décidément ! S’attacher à l’amour c’est se condamner à souffrir

    Le médecin des cœurs : L’amour est un souffle de vie. Chercher à le maitriser c’est se fatiguer et souffrir mais si vous vous laisser emporter alors là…

    Le jeune homme : C’est trop compliqué pour moi tout ça !

    Le médecin des cœurs : Oui je comprends jeune homme ! Je comprends !

    Le jeune homme : De toute façon Docteur vous ne me ferez pas changer d’avis !

    Le médecin des cœurs : Les cœurs sont entre les mains de Dieu

    Le jeune homme : Je sais ce que je veux et je vais vers ce que je sais

    Le médecin des cœurs : Pourtant changer d’avis est quelque chose de formidable ! On a tendance à trop cadrer les choses comme si la rigidité était signe de vérité et de certitude. Pourquoi alors chercher le savoir et la science ? Pour conforter son point ? Ou le confronter ?

    Le jeune homme : Je ne recherche pas le savoir Docteur ! Je vous l’ai déjà dit mon projet est d’être riche et d’être bien !

    Le médecin des cœurs : la savoir est préférable à la richesse ; il te garde, au lieu que tu gardes la richesse. La richesse diminue à mesure que l’on s’en sert, tandis qu’au contraire, plus on fait usage du savoir, plus il augmente. Ce n'est pas de moi ! C'est une sagesse musulmane (sourire)

    Le jeune homme : Moi je trouve ça dépassé

    Le médecin des cœurs : Tout ce qui ne servira pas dans l’au-delà voilà ce qui pour moi est dépassé et caduc !

    Le jeune homme : Arrêter avec ces histoires Docteur ! La religion ça ne m’intéresse pas !

    Le médecin des cœurs : Bien je vois que notre rendez-vous arrive à sa fin. Le temps passe vite mais ce fut un plaisir de vous voir. Je serais absent pendant quelque temps. Je vais accomplir le pèlerinage à la Mecque et voir ma famille de foi (sourire). Je vous contacterai à mon retour incha Allah

    Le jeune homme : très bien Docteur

    Le médecin des cœurs : Que Dieu vous protège et vous garde

    Le jeune homme : (gêné) merci Docteur salam
    Dernière modification par Halim ; 02/08/2019 à 15h52.

  5. #5
    Avatar de Halim
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Région parisienne
    Messages
    1 742

    Par défaut

    autopsie d'un cœur (quatrième partie)

    Le père du jeune homme : Al hamdulilah le Docteur est bien arrivé à la Mecque ! Il m’a appelé ce matin, il te passe le salam et a fait plein d’invocations pour toi !

    Le jeune homme : (silence)

    Le père du jeune homme : Quel honneur d’aller à la Mecque. Le hajj par la Grâce de Dieu, efface les péchés !

    Le jeune homme : moi les hajji que je connais mentent, volent et trichent

    Le père du jeune homme : hélas mon fils ! Par le hajj certains se font hôtes de Dieu d’autres se font maitres...

    Le jeune homme : Il y a trop de problème à cause de la religion !

    Le père du jeune homme : Le problème n’est pas la religion mais ce qu’en comprennent et font les gens

    Le jeune homme : Pourtant tous les jours à la TV on nous parle des problèmes avec l’islam

    Le père du jeune homme : Mon fils la religion invite les gens à se purifier du mal, de l’égoïsme et de l’orgueil. Elle les invite à faire le bien, à aimer pour les autres ce que l’on aime pour soi-même

    Le jeune homme : Mais a-t-on vraiment besoin de la religion pour faire le bien et éviter le mal ?

    Le père du jeune homme : La religion mon fils ce n’est pas juste une question de faire ou ne pas faire mais surtout de prise de conscience. L’Homme oublie plus qu’il ne se souvient. La religion c’est le rappel !

    Le jeune homme : Le rappel !?

    Le père du jeune homme : Oui se rappeler que nous avons un Créateur qui nous a honoré et responsabilisé. Un Dieu qui a transmis Son message à travers Ses messagers pour que nous l’adorions. Un Dieu vers qui nous retournerons après notre mort

    Le jeune homme : pour moi l’adoration c’est la soumission

    Le père du jeune homme : L’adoration mon fils est un moyen de libération des illusions de cette vie et des passions. N’observes tu pas chaque année la beauté du hajj : tous ces gens, venus du monde entier, quittant leurs vies mondaines, leurs familles, pour se consacrer à l’essentiel

    Le jeune homme : Non je n’ai jamais rien compris à ce rite !

    Le père du jeune homme : Et puis après le pélerinage il y a l’aid el kebir que nous allons bientôt fêter incha Allah en famille

    Le jeune homme : la fête du mouton !?

    Le père du jeune homme : L’aïd el kebir mon fils renvoie surtout à la sincérité, la patience et l’amour d’Ibrahim et de son fils envers Allah. Des qualités que tout père aimerait un jour ou l'autre partager avec son enfant

    Le jeune homme : (gêne)

    Le père du jeune homme : Bon je dois y aller j'ai encore du travail. A tout à l'heure incha Allah

    Le jeune homme : à tout à l’heure papa
    Dernière modification par Halim ; 05/08/2019 à 17h50.

  6. #6
    Avatar de Halim
    Date d'inscription
    août 2015
    Localisation
    Région parisienne
    Messages
    1 742

    Par défaut

    Autopsie d'un cœur (partie 5)

    La mère du jeune homme : quelle joie de pouvoir fêter en famille aïd al adha !

    Le père du jeune homme : oui al hamdulilah ! Ce matin le docteur a appelé de la Mecque. Il nous passe le salam et nous souhaite une bon aid

    Le jeune homme : chaque année c’est la même chose...pourquoi un tel engouement !?

    Le père du jeune homme : voyons ! C'est une grâce immense d'avoir encore la vie pour fêter en famille l'aid. La reconnaissance est la moitié de la foi. L’autre moitié c’est la patience

    La mère du jeune homme : oui soyons reconnaissants et sincères pour vivre et partager les nobles valeurs de l’islam

    Le jeune homme : dans notre monde la sincérité ne sert à rien

    Le père du jeune homme : la sincérité mon fils est synonyme de pureté du cœur et de proximité avec Dieu

    La mère du jeune homme : oui d’ailleurs le prophète Ibrahim et son fils ont su faire preuve de sincérité et de piété malgré toutes leurs épreuves

    Le jeune homme : je n'ai jamais compris pourquoi Ibrahim devait sacrifier son fils ! ça n'a pas de sens !

    Le père du jeune homme : et pourtant malgré cette dure épreuve nous voyons que Dieu n’a jamais abandonné Ibrahim...

    La mère du jeune homme : oui Dieu est avec les gens sincères, patients et reconnaissants. Aujourd'hui encore Ibrahim et son fils sont des modèles pour les croyants

    Le jeune homme : en France l'aïd est tellement mal vu !

    Le père du jeune homme : nous avons peut-être pas assez expliquer le message de l'islam mais il y a aussi mon fils des personnes qui malheureusement alimentent les préjugés et cherchent la division

    La mère du jeune homme : oui hélas ! et pourtant le prophète Ibrahim était tellement doux et miséricordieux même vis-à-vis des gens qui faisaient le mal comme le peuple de Lot...

    Le père du jeune homme : voilà pourquoi il est important d’apprendre la religion et de rappeler les valeurs transmis par les prophètes

    La mère du jeune homme : le savoir et la sincérité nous permettront incha Allah d’approfondir les enseignements de l'islam

    Le jeune homme: mais ces enseignements semblent dépassés ! (rire)

    Le père du jeune homme : il y a tellement de belles choses à découvrir dans chaque enseignement transmis par notre prophète bien aimé

    Le jeune homme : oui mais j’ai quand même des doutes !

    Le père du jeune homme : le doute tant qu’il n’est pas synonyme d’amusement et d'insouciance peut être un formidable chemin qui mène à la vérité

    La mère du jeune homme : allons nous continuerons cette discussion plus tard! Le temps passe vite et nos invités vont bientôt arriver ! Essayons de les honorer incha Allah comme l'ami intime de Dieu (sourire)

    Le jeune homme : l’ami intime de Dieu ?

    Le père du jeune homme : c’est le nom donné au prophète Ibrahim

    La mère du jeune homme: pour le croyant l’épreuve est aussi synonyme de purification, d’élection et d’élévation !

    Le père du jeune homme : bon allez il faut y aller ! Ah j'oubliais ! J'ai promis au docteur de venir le chercher la semaine prochaine à l’aéroport. Voudras tu venir avec moi ?

    Le jeune homme : heu..je vais voir papa...je vais voir

    Dernière modification par Halim ; 13/08/2019 à 19h11.

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •