Au-delà de la « PMA pour toutes » la loi sur la bioéthique introduit des ruptures : il sépare la procréation de la sexualité par l’introduction de la PMA non-thérapeutique, il rend indépendant de l’âge la faculté de procréer par la légalisation de l’autoconservation des ovocytes ; il encourage l’eugénisme par l’extension du diagnostic prénatal et préimplantatoire ; il donne plus de liberté pour l’exploitation et la modification génétique des embryons humains ; il favorise l’avortement par la suppression du délai de réflexion et de l’autorisation parentale pour les mineur. Comme fondement de la filiation il fait prévaloir la force de la volonté : avec la PMA pour les lesbiennes, une femme peut être considérée comme un père .

La source de cette suppression des interdits est à chercher dans le progressisme : il faut transformer l ' Homme, et apporter ainsi la preuve que l 'on peut se passer du créateur de ce dernier : Dieu. L ' Homme supprime le père, sur terre et dans les cieux, il devient le créateur de son évolution.


La PMA pour toutes, la GPA , la valorisation de l 'homosexualité ont pour but de montrer que l’esprit est capable d’échapper au donné naturel, de le transcender pour ce qui touche à la sexualité.
Avec l 'eugénisme on recherche à maîtriser en plus de la transmission de la vie, son évolution. C 'est le triomphe de l 'Homme des Lumières : rien au dessus de lui pour lui faire prendre conscience de ses limites. L ' Homme sans limites, c 'est l 'aventure.