Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Discussion: Loi sur la bioéthique

  1. #1
    Avatar de joseph1
    Date d'inscription
    août 2014
    Localisation
    Toulon
    Messages
    78

    Par défaut Loi sur la bioéthique

    Au-delà de la « PMA pour toutes » la loi sur la bioéthique introduit des ruptures : il sépare la procréation de la sexualité par l’introduction de la PMA non-thérapeutique, il rend indépendant de l’âge la faculté de procréer par la légalisation de l’autoconservation des ovocytes ; il encourage l’eugénisme par l’extension du diagnostic prénatal et préimplantatoire ; il donne plus de liberté pour l’exploitation et la modification génétique des embryons humains ; il favorise l’avortement par la suppression du délai de réflexion et de l’autorisation parentale pour les mineur. Comme fondement de la filiation il fait prévaloir la force de la volonté : avec la PMA pour les lesbiennes, une femme peut être considérée comme un père .

    La source de cette suppression des interdits est à chercher dans le progressisme : il faut transformer l ' Homme, et apporter ainsi la preuve que l 'on peut se passer du créateur de ce dernier : Dieu. L ' Homme supprime le père, sur terre et dans les cieux, il devient le créateur de son évolution.


    La PMA pour toutes, la GPA , la valorisation de l 'homosexualité ont pour but de montrer que l’esprit est capable d’échapper au donné naturel, de le transcender pour ce qui touche à la sexualité.
    Avec l 'eugénisme on recherche à maîtriser en plus de la transmission de la vie, son évolution. C 'est le triomphe de l 'Homme des Lumières : rien au dessus de lui pour lui faire prendre conscience de ses limites. L ' Homme sans limites, c 'est l 'aventure.

  2. #2
    Avatar de joseph1
    Date d'inscription
    août 2014
    Localisation
    Toulon
    Messages
    78

    Par défaut

    Au sujet de la PMA pour toutes.


    Cette PMA n'est pas une histoire d'enfant car l 'on n'est pas enfant pour toujours. Le jouet reste jouet toute sa vie, la peluche reste peluche. L'enfant, lui, porte un avenir autre que celui de sa condition d'enfant. L'état d'enfant est transitoire, l 'enfant est destiné à devenir un adulte.
    La notion de "désir d'enfant", de "droit à l'enfant", ne valent rien face à cela. L ' adulte, ancien enfant né de PMA, vivra soixante-dix années, quatre vingt ans ou plus. Nous serons alors loin, très loin, dans le temps du "besoin d'amour parental d 'un enfant, amplement satisfait par les soins aimants d'un couple de lesbienne comblé par sa venue", pour plagier les partisans de la PMA pour toutes. Cet enfant devenu adulte vivra loin de la "joie d'avoir été désiré" que mettent en avant les pro PMA. Dénué de filiation sûre, cet adulte vivra dans le doute de risquer de coucher ou d'avoir couché avec sa sœur ou son frère, et toute relation qu'il entamera sera chargée de ce point d'interrogation.
    Cet adulte vivra face au mur de l'opacité de son origine.
    Ses parents "créateurs" disparus, il n'aura, pour remonter en amont de sa "création" que la béance et le néant à scruter. Il aura été un produit conçu par caprice, par le seul caprice aveugle d'un couple entiché de son propre bonheur d 'avoir un enfant , sans songer à l 'adolescent puis à l 'adulte qu 'il va devenir et qui va vivre un drame : il ne peut connaître son 'origine, le couple de lesbienne qui lui font office de " parents" en a décidé ainsi.

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •