Les épreuves ne sont pas un mal pour le croyant, au contraire ils lui sont d'un bien immense. C'est juste que l'on a du mal à s'en rendre compte sur le coup lorsque l'on baigne en plein dedans, car on se sent submergé et les émotions prennent quelques fois le dessus sur nous.

" Oui, l'homme a été créé instable [très inquiet]; quand le malheur le touche, il est abattu; et quand le bonheur le touche, il est refuseur. Sauf ceux qui pratiquent la Salat [...] " [70 : 19 - 22] (traduction rapprochée)

Non seulement les épreuves purifient le croyant de ses péchés et sont une cause d’élévation en rang auprès d'Allah, mais elles constituent aussi une source de raffinement du cœur et d’embellissement de la foi et de la certitude, car les épreuves nous obligent à revenir et à fuir vers Allah.

« Tout ce qui arrive au musulman comme fatigue, maladie, angoisse, tristesse, et tout mal ou peine, ou même une épine qui le pique, sert qu'Allah lui expie une part de ses péchés »
[rapporté par El-Boukhari et Mouslim].

« parfois un homme a un certain statut chez Allah qu'il ne parvient pas à atteindre par le travail. Allah ne cesse alors de l'éprouver avec ce qu'il déteste jusqu'à ce qu'Il l'y fasse parvenir »
[rapporté par Ibn-Hibbân et El-Hâkim avec une chaîne de transmission authentique].

« Si le croyant souffre, Allah le libère des péchés comme le soufflet (du forgeron) libère l'acier de ses impuretés »
[rapporté par El-Boukhâri, Ibn-Hibbân et El-Tabarâni avec une chaîne de transmission authentique].

Et les paroles du prophète (Sala Llah Aleyhi wa Salam) sur les bienfaits des épreuves sont très nombreuses ...

Les épreuves sont l'insigne des pieux et des pieuses depuis la création de l'humanité.

On ne peut pas désirer être un rapproché d'Allah puis s'en retourner sur ses talons dès lors qu'Allah (subhanahu wa ta'ala) nous met à l'épreuve.

On ne peut pas désirer les plus haut rangs du paradis et la proximité d'Allah (subhanahu wa ta'ala) puis se courroucer dès lors qu'Il nous met à l'épreuve.

A ce titre, notre Seigneur (subhanahu wa ta'ala) dit (traduction rapprochée) :

« Est- ce que les gens pensent qu'on les laissera dire: "Nous croyons!" sans les éprouver? Certes, Nous avons éprouvé ceux qui ont vécu avant eux; (Ainsi) Allah connaît ceux qui disent la vérité et ceux qui mentent. » (sourate Al-'Ankaboût[29], v2-3).

Ainsi, le fait de passer par la peur, la douleur, les difficultés ... est quelque chose de tout à fait normal et à laquelle il faut s'attendre et ne pas s'étonner de sa survenue.

Celui qui nous aurait dit que dans la vie tout irait toujours très bien, que l'on allait avoir une belle vie toute rose sans jamais connaître la moindre difficulté ni tristesse puis s'en aller de ce monde tout joyeux et rentrer au paradis est juste un fan de films hollywoodiens qui parle sans science.

Dunya est une demeure d'épreuves pour les croyants, c'est au paradis seulement que l'on ne connaîtra plus les peines et que l'on sera à jamais dans la tranquillité ... Mais en attendant d'entrer au paradis, il faudra serrer les dents et ne pas être choqué et s'étonner d'être malade, de perdre des proches, de passer par quelques difficultés financières ... C'est à travers, entre autres, des choses comme celles-là que notre Créateur (subhanahu wa ta'ala) nous purifie.

D'après Anas (qu'Allah l'agrée) le prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

« Si Allah veut le bien pour Son esclave, il lui anticipe le châtiment dans ce bas monde. Et s'Il veut le mal pour Son esclave, il le laisse avec son péché jusqu'à ce qu'il en soit châtié le jour du jugement »
[rapporté par El-Tirmidhi et El-Hâkim avec une chaîne de transmission authentique].

Cependant, lorsque la foi et la lumière de la certitude pénètre réellement le cœur du croyant, les épreuves deviennent à ses yeux insignifiants car son cœur est complètement relié à son Créateur, il se fiche éperdument de ce qui peut bien lui arriver car il sait bien que tout cela a été planifié par son Créateur, que tout ce qui lui arrive n'arrive que parce que son Créateur a voulu que ça arrive, et que si son Créateur voulait que ça n'arrive pas alors ce ne serait pas arrivé, et que tout ce qui le touche ne pouvait en réalité le manquer et que tout ce qui ne l'a pas touché n'aurait jamais pu le toucher.

L'emprise totale, la domination totale, est entre les mains de l'Architecte de l'univers, subhanahu wa ta'ala.

Il faut être complètement satisfait du décret d'Allah et savoir pertinemment qu'Allah sait ce que l'on ne sait pas, et que si Allah donnait à chacun tout ce qu'il voulait alors le monde entier baignerait dans les ténèbres. Allah fait descendre les choses de manière mesurée et peaufinée. Il sait ce qu'il y a de mieux pour nous tandis que nous ne le savons pas. C'est de par Son immense sagesse qu'Il éprouve ses esclaves, pour leur bien, parce qu'Il souhaite les rapprocher de Lui ici-bas et leur faire don des rangs luxurieux du paradis.

Ainsi étaient nos pieux prédécesseurs, ceux qui avaient bien compris le Qu'ran et la Sunna du Prophète (Sala Llah Aleyhi wa Salam), ceux-là vivaient une sorte de paradis ici-bas avant de le vivre dans l'au-delà in sha Allah. Ce paradis-là, il s'agit de la foi, d'une foi magnifique qui illumine la poitrine. Ce n'est pas juste un concept, mais une réalité physique et psychique que ressentent les alliés d'Allah et que ne peuvent même pas imaginer ceux qui sont loin de lui.

Ainsi, Shaykh Al Islam Ibn Taymiyya (rahimaho LLah) rassurait ses élèves, les réconfortait, alors que c'était lui qui menait une vie remplie d'épreuves. Il se moquait de ses ennemis du fond de son obscur geôle et voyait qu'il vivait un délice sans égal.
Parce qu'il avait compris la parole du prophète (Sala Llah Aleyhi wa Salam) lorsqu'il dit :

"Ce que l'affaire du croyant est étonnante !

Son affaire ne comporte (pour lui) que du bien :

S'il est l'objet d'un événement heureux, il remercie Allah et c'est là pour lui une bonne chose.

S'il est victime d'un malheur, il l'endure avec patience et c'est là encore pour lui une bonne chose, et ceci n'appartient qu'au croyant".
(Rapporté par Mouslim)

Il est rapporté que 'Umar Ibn Khattab (radi Allah 'anhu) a dit : " Celui qui est négligent dans la pratique est éprouvé par l'angoisse afin d'exprier cela " (Al-Hilyah 1/92)

Il est rapporté que Abu Hurayrah (radi Allah 'anhu) a dit : Il n'est pas de souffrance qui me soit plus aimée que la fièvre car elle donne à chaque membre sa part de souffrance, et Allah accorde à chaque membre sa part de récompense " (Mawsu'ah Ibn Abi Dunya 1/35)

Il est rapporté que 'Umar Ibn Khattab (radi Allah 'anhu) a dit : " Je ne me soucie pas de savoir dans quel état je me lève : tel que je l'aime ou que je réprouve, car je ne sais pas si le bien réside en ce que j'aime ou ce que je réprouve " (Mawsu'ah Ibn Abi Dunya 1/414)

Ainsi étaient ceux qui connaissaient Allah, ils s'en remettaient complètement à Allah et se soumettaient à son jugement. Ils savaient que Allah ne leur avait pas imposé ce que leur âme ne saurait supporter, et que ce qui était attendu d'eux était simplement d'obéir et de se tenir à l'écart des péchés, et que les résultats ne résidaient pas en leurs mains.

Le fait de s'en remettre complètement à Allah est comme le fait de se décharger de lourdes chaines de fer qui nous pesaient dessus et nous enchaînaient.

Je me satisfais de ce que mon Seigneur a voulu pour moi, je fais les causes qu'il m'est permis et possible de faire, et pour le résultat je m'en décharge totalement et je souffle car je sais que le résultat est entre les mains d'Allah et que je n'ai aucun contrôle dessus.

Ecoutez cette parole magnifique de Ayyub As-Sakhtiyani et méditez-là profondément : " Si ce que tu désires n'arrive pas, alors désire ce qui arrive " (Al-Hilyah 1/434).

Il y a dans cette croyance authentique un repos magnifique pour le croyant et une tranquillité.

'Abd Al-Wahid Ibn Zayd a dit : "La satisfaction est la porte suprême d'Allah, le Paradis de ce bas-monde, et le repos des adorateurs" (Al-Hilyah 2/301)

Al Hasan Ibn Salih a dit : " Il m'est arrivé de me lever sans posséder un seul dirham, mais je me sentais comme si on m'avait accordé tout ce bas-monde " (Al-Hilyah 2/703)

Il faut réellement vivre cette parole du prophète et la concrétiser (Sala Llah Aleyhi wa Salam) :

" Sois dans ce monde comme un étranger ou un passant [...) "

Ce bas-monde n'est qu'un pont que l'on va rapidement traverser, il ne fait pas laisser notre cœur y déposer bagage. Il ne faut pas commencer à l'aimer et à s'y attacher, car lorsque l'on s'attache à quelque chose, on place tous ses espoirs dedans, et on s'afflige dès lors qu'un malheur nous touche.


Sufyan rapporte : "Nous rendions visite à Zubayd Al-Yami et lui disions : "Demande à Allah qu'Il te guérisse", et il répondait : "O Allah choisis pour moi ! O Allah, choisis pour moi !" (Mawsu'ah Ibn Abi Dunya 1/424)

Ibrahim An-Nahifi rapporte "Umm Al-Aswad perdit l'usage de ses jambes, et sa fille s'en affligea. Elle lui dit alors " Ne t'afflige pas. O Allah, si c'est un bien, ajoute à cela !"

Ces gens-là avaient dans leur poitrine des jardins verdoyants avec des papillons et des chants d'oiseaux et étaient les plus heureux des hommes alors que les épreuves s'abattaient sur eux comme des flèches.

Sans comparer la création sublime d'Allah 'aza wa jal à un tas de ferraille, mais à titre d'exemple : rappelons-nous aussi que nous ne sommes quelque part que des engins que le Créateur a crée, nous lui appartenons, nous sommes ses esclaves, Il a le droit de faire ce qu'il veut de nous. S'il veut nous infliger une humiliation, Il a tous les droits de le faire, Il peut faire tout ce qu'Il veut de nous en réalité.

Voyez-vous quelques fois des gens jouer avec leur téléphone en le jetant en l'air, en le balançant ici et là sur le canapé, jusqu'à casser l'écran et le déglinguer et faire tout ce qu'ils veulent avec ... et qui peut bien venir leur dire de faire autrement ? Qui en aurait le droit ? C'est bien LEUR téléphone après-tout, ils en font ce qu'ils veulent et aucun humain n'a le droit de s'opposer à cela.

Et bien, que dire de nous ? Nous appartenons à Allah (subhanahu wa ta'ala). S'il le voulait, il nous casserait et nous jetterait ici et là ... et Il ne le fait pas alors qu'Il a tous les pouvoirs et les droits de le faire, d'autant plus que nous sommes désobéissants et insolents, tandis que le téléphone lui ne désobéit pas.

[...] Et si Allah avait voulu, Il vous aurait accablés. Certes Allah est puissant et Sage (2 : 220)

Ainsi, nous comprenons que nous devrons nous estimer heureux pour chaque chose que nous possédons. La réalité, c'est que l'on ne cesse de voir le mal qui nous touche et que l'on ne se concentre jamais sur le bien dans lequel nous baignons jour et nuit.

Allah (subhanahu wa t'ala), le Clément, le Miséricordieux, veut que nous atteignons les plus hauts degrés spirituels, Al Ihssan, que nous soyons de ceux qui l'adorent comme s'ils Le voyaient, que nous soyons de ceux qui se tiennent debout en prière dans les profondeurs de la nuit et multiplient les longues prosternations, que nous soyons de ceux qui mouillent le sol de larmes versées par crainte et amour envers Lui, que nous cheminions sur le chemin des prophètes et de ceux qui les ont suivi ...

Or, si Allah nous laissait vivre comme nous le souhaiterions, alors nous n'atteindrions jamais ces rangs, car nous sommes des ingrats qui oublions Allah lorsque tout va bien.

Entre vous et moi, quand est-ce que vous vous orientez le plus vers Allah ? Lorsque tout va bien et que c'est la joie, ou alors lorsque votre poitrine se resserre et que les tourments vous hantent ? Quand est-ce que allongez vos prosternations et invoquez du fond du cœur avec crainte et espoir (comme Allah le souhaiterait) ?
Nous sommes d'accord ! En tant qu'être humains ingrats, beaucoup d'entre nous ne nous orientons pleinement vers Allah que lorsque le ciel semble s'effondrer sur nos têtes ... autrement, ce ne sont que des prières rapides, sans grand effort de méditation, des invocations à peine sincères ...

Combien de gens n'auraient jamais prié s'ils n'étaient pas tombés malade ?

Patientons sur les épreuves de notre Seigneur et soyons pleinement satisfait de son décret. Cette vie terrestre n'est qu'un examen très court et qui bientôt prendra fin, elle ne dure pas, personne ne sera enterré avec sa maladie, son handicap ou son épreuve. Dès lors que le voile sera levé et que tu verras de tes yeux le résultat de ta patience, tu seras le plus heureux des hommes, ou la plus heureuse des femmes, et tu remercieras ton Seigneur pour les épreuves.

«...les endurants auront leur pleine récompense sans compter. » (Sourate Az-Zoumar -verset 10)

* Notez que même si Dunya est en soi une demeure d'épreuves, il ne faut pas demander à Allah d'être éprouvé. Le croyant ne demande pas à son Seigneur de le soumettre aux épreuves, au contraire, il demande le salut, la richesse, la tranquillité ici-bas et dans l'au-delà, car Allah est capable de lui donner tout cela ici-bas et dans l'au-delà.
Cependant, si son Seigneur décide de l'éprouver, alors il accepte et il endure.

Muhammad Ibn 'Ali a dit : " Nous invoquons Allah pour obtenir ce que nous aimons, mais si survient ce que nous réprouvons, nous ne nous opposons pas à Allah en ce qu'Il a aimé "


[Les épreuves]