Forum Islam vit grâce à la publicité. Merci de le soutenir.
Affichage des résultats 1 à 10 sur 10

Discussion: Al-moukhtasar + La Perfection

  1. #1
    Date d'inscription
    avril 2003
    Âge
    37
    Messages
    2 147

    Par défaut Al-moukhtasar + La Perfection

    [size=18px] « celui qui a une perfection propre à lui, et qui est loin de toute imperfection »
    dieu a les attributs parfaits, qui conviennent à sa majesté, à la différence de certains autres qui sont une perfection à la fois pour dieu et pour sa créature, telle la science. par contre l’intelligence, qui est une perfection pour l’être humain, ne peut être attribuée à dieu.

    de même que dieu a les attributs parfaits, il est aussi exempt de tout imperfection, c’est-à-dire de tout ce qui ne lui convient pas, tel que l’ignorance, l’impuissance, la couleur, la place et les limites.
    [/size]


    [size=18px] perfection : [/size]
    on dit qu’il est savant, puissant ou parfait, de même qu’on le dit pour l’être humain. mais le sens est différent.
    les mou^tazilites disent que dieu n’a pas d’attributs : ils disent qu’il est puissant par lui-même, mais sans puissance; qu’il est savant, mais sans science; qu’il veut, mais sans volonté. ca n’a pas de sens. pourquoi disent-ils cela ? parce que les attributs de dieu sont sans commencement ni fin. et ils comprennent de cela qu’il y a plusieurs divinités.
    en réalité, les attributs de dieu ne sont pas dieu, et ils ne sont pas autres. contrairement aux nôtres, qui sont séparés de notre réalité : on peut nous imaginer sans. dieu est une vérité, une entité (dhat) avec des attributs. on a su qu’il a la puissance en voyant les résultats. pour l’être humain les attributs ne sont pas l’entité et ce sont des choses séparées.
    si les attributs de dieu étaient séparés de son entité, cela voudrait dire qu’il a besoin de quelqu’un qui les lui attribue, parce que composé. on peut imaginer que cet attribut s’incarne. c’est pourquoi les chrétiens se sont égarés en disant qu’un des attributs de dieu (une fois ils ont dit la vie, une fois la science) s’est incarné dans jésus. c’est pourquoi ils lui ont attribué la divinité. ils disent : homme dieu. or incarné veut dire que ce sont des choses séparées, donc pas un; cela veut dire quitter un endroit pour un autre. et si cela s’est déplacé dans un, cela peut se déplacer dans un autre. nous disons qu’il est impossible qu’un des attributs de dieu s’incarne, car, ce ne sont pas des choses séparées. une fois qu’on dit que ce sont des choses séparées, donc c’est composé. il y a la composition continue et la composition discontinue.
    puisque dieu est sans commencement, et ses attributs ne sont pas autres que lui, donc ils n’ont pas de commencement. parce que si c’était des choses séparées, on aurait pu imaginer dieu et ses attributs. seulement le sens de la science est différent du sens de la puissance… chez l’être humain on peut voir qu’il change, mais sa réalité reste toujours la même. par exemple, à sa naissance, il est petit puis il grandit, et au paradis il sera encore plus grand, mais il s’agit toujours de la même personne. mais si c’était par lui-même, tant qu’il serait vivant, il ne changerait pas, il aurait toujours la même grandeur. autre exemple : si c’était par son entité qu’il est en mouvement, cela voudrait dire que tant qu’il existe, il serait en mouvement. on ne pourrait pas concevoir qu’il s’arrête. tant que cette entité existe, il est en mouvement. donc on voit que ce n’est pas par son entité mais par quelque chose de supplémentaire.
    dire que dieu est puissant par son entité ce n’est pas possible. parce que la science, elle concerne quoi ? le nécessaire, l’impossible rationnel et le possible rationnel. cela voudrait dire que dieu est une puissance, une science, si c’était par son entité. or comme la puissance ne concerne que le contingent cela veut dire que la puissance serait la science en même temps. cela reviendrait à dire que dieu est une créature ou qu’il serait une puissance, c’est-à-dire qu’il serait créé.
    les attributs ne sont pas dieu, parce que si les attributs de dieu étaient dieu, cela voudrait dire que la science serait la vue, l’ouïe, la vie, etc. cela voudrait dire que la science serait la puissance. or la science concerne les trois sortes et la puissance concerne le contingent. s’ils sont les mêmes, ils doivent être la même chose, ils doivent concerner la même chose. cela reviendrait à dire que dieu serait créé. or, la science concerne les trois, et la puissance concerne le contingent. et si l’on met les deux la même chose, pour que cela soit logique, ce qui concerne la science devrait être ce qui concerne la puissance. ce qui concerne la puissance devrait concerner la science. alors ou on va dire que la puissance concerne le nécessaire, l’impossible et le possible rationnel, ou on va dire que la science ne concerne que le contingent, dans ce cas-là, pour que ça coïncide. cela voudrait dire que dieu serait un contingent. cela reviendrait à dire que dieu est créé. cela reviendrait à dire que l’impossible serait contingent, le nécessaire serait contingent pour être à égalité. donc cela va aboutir à quelque chose de faux ou cela va aboutir à ce que l’impossible et le nécessaire seraient des contingents. et l’etre nécessaire c’est dieu, donc selon eux il serait un contingent, donc créé. et ce qui aboutit à l’impossible, cela veut dire que l’hypothèse était fausse. ce qui aboutit à quelque chose de faux, cela veut dire que le début est faux.
    donc si les attributs étaient l’entité, ça va aboutir à ce que dieu est créé. et c’est impossible.
    et si c’était des choses séparées on peut imaginer dieu sans ses attributs, et c’est une imperfection.
    et comme dieu n’a pas de commencement, ses attributs qui ne sont pas autres que dieu sont sans commencement. comme dieu n’a pas de fin et que ses attributs ne sont pas autres que dieu, ses attributs n’ont pas de fin. mais le sens de la science n’est pas le même sens que la puissance. on a compris cela en voyant ce qui les concerne. aussi, celui qui est savant, c’est par une science. autrement, ça n’a pas de sens.
    généralement, les noms sont aussi des attributs. lorsqu’on dit : il a la puissance, c’est-à-dire qu’il est puissant. s’il est savant, c’est avec une science. parce que dans la science il y a celui qui sait, et il y a la chose sue. et il a su la chose sue par l’intermédiaire de la science. la science n’a pas besoin d’une autre science pour se connaître. dieu a les noms parfaits.
    il y a un hadîth qui dit, dans le sens :
    « dieu est un. il a 99 noms (100 – 1). celui qui les connaît entrera au paradis. »
    rapporté par :
    (il me manque la référence)
    qu’est-ce que cela veut dire : celui qui les connaît. c’est celui qui les a compris et qui a cru en leur signification. celui qui les apprend par cœur, c’est bien, c’est une bonne nouvelle pour lui, il est assuré d’entrer au paradis.
    cela ne veut pas dire que dieu n’a que 99 attributs. ce qu’il faut retenir, c’est qu’il n’y a pas de nombre pour les attributs de dieu, mais 99 parmi les plus connu, figurent dans le qour’àn. les 13 attributs auxquels il faut croire, et que l’on apprend par cœur, sont les plus importants. il n’y a pas un nombre déterminé en ce qui concerne les attributs de dieu, la preuve se trouve dans ce hadîth que l’on dit lorsqu’on est triste et qui dit, dans le sens :
    « (…) et je t’invoque par tes noms que tu t’es donné, que tu as révélé dans tes livres, que tu as enseigné à tes anges, que tu as enseigné à une de tes créatures, ou que tu as laissé inconnu (c-à-d. que les gens ne connaissent pas) (…) »
    rapporté par al-bayhaqiyy


    cela veut dire qu’il y a des noms que dieu n’a pas enseignés à ses créatures. il est le seul à les connaître. il s’est réservé la connaissance de ses noms dans le ghayb (l’inconnu, ce qu’on ne connaît pas). a la fin de ce hadîth, on demande à dieu d’enlever la tristesse de notre cœur. et le prophète :mhd1: a dit : « celui qui fait cette invocation, verra sa tristesse changée en joie. » les sahabas ont alors demandé au prophète :mhd1: : « est-ce qu’on apprend cela ? » il leur a dit : « oui, et enseignez-le. »

    en résumé il y a :
    les attributs d’entité (comme les 13 que l’on apprend par cœur)
    ex : la puissance, la science, la volonté, etc.
    les attributs d’acte (qui ne sont pas limités dans le nombre)
    ex : le fait que c’est lui qui donne la vie, c’est lui qui donne la mort, c’est lui qui donne la subsistance oui qui l’enlève, etc.
    on distingue les attributs d’acte des attributs d’entité parce qu’on peut leur attribuer le contraire. ex : celui qui fait mourir, celui qui fait vivre….contrairement aux attributs d’entité comme la science. on ne peut lui attribuer l’ignorance.
    comme autre preuve, il est dit que dans la grande intercession, réservée au prophète Mouhammad :mhd1: , il ira se prosterner sous le trône, puis dira, dans le sens :
    « (…) et je le louerai par des louanges que je ne connaissais pas (c-à-d. que dieu lui a inspirée) (…) »
    hadîth rapporté par :
    (manque la référence)

  2. #2
    Date d'inscription
    avril 2003
    Âge
    37
    Messages
    2 147

    Par défaut Al-moukhtasar + La Perfection

    [size=18px] propre à lui : [/size]
    c’est-à-dire qu’on n’accepte aucune imperfection pour dieu, mais on ne lui attribue pas toute perfection. il y a des perfections qu’on ne peut lui attribuer, comme la crainte (de dieu), ou l’intelligence. on ne peut l’attribuer à dieu, car ça veut dire utiliser le raisonnement logique pour aboutir à un résultat. mais dieu a su et voulu les choses dans son non-commencement. ce qui est une perfection pour dieu peut être une imperfection pour l’être humain, comme l’attribut al-jabbàr qui signifie tyran, tyrannique pour la créature.

    règle : on explique le hadîth par le hadîth.

    par exemple, il y a un verset du qour’àn qui est expliqué par un autre verset; on n’a plus le droit de lui chercher une autre signification. s’il y a un verset que le prophète :mhd1: a expliqué, on n’a plus le droit de chercher un autre sens. et la meilleure manière d’expliquer un hadîth c’est par un autre hadîth.
    il y a un hadîth que les wahhabites utilisent beaucoup, et qui dit, dans le sens :
    « dieu nazala (qu’ils traduisent par descend) au premier ciel dans le premier tiers de la nuit. »
    rapporté par :


    en fait, nazala a plusieurs sens dont descendre qui est le sens le plus apparent. et il y a un autre hadîth qui explique l’autre et qui dit, dans le sens :
    « dieu ordonne à un ange de demander : <qui demande pardon pour que dieu lui pardonne ?> »

    comme un président dit : j’ai fait cela, cela, etc. alors qu’il en a seulement donné l’ordre, dans le qour’àn il y a beaucoup de versets où il est écrit dieu… mais qui signifie dieu a ordonné. dans le premier hadîth, si on prend cette façon de parler, ça peut aussi vouloir dire dieu a ordonné à un ange qui descend…donc ou bien on interprète et on dit : <dieu a ordonné à un ange de descendre> ou bien on dit : <nazala n’est pas un mouvement mais un attribut qui convient à dieu. certains, comme l’imam màlik, ont dit qu’il s’agit de la clémence de dieu qui descend. mais l’avis le plus fort est qu’il s’agit d’un ange qui descend. on ne prend pas non plus l’avis de màlik, non pas parce que c’est en contradiction avec la cha-rî^ah, mais parce qu’il y a le hadîth qui l’explique et on n’a plus besoin d’aller chercher une interprétation. si le prophète :mhd1: a expliqué un hadîth on ne regarde plus d’autre explication, même s’il s’agit de celle d’un grand savant.
    que font les wahhabites ? ils choisissent un sens qui n’est pas valable, ils prennent un mot apparent qui est une imperfection pour dieu. cela va aboutir à des choses inouïes, car on sait que les cieux, par rapport au koursiyy, c’est comme une bague dans un désert. et le koursiyy, par rapport au trône, c’est comme une bague dans le désert. s’il s’agissait d’une descente réelle, comme un corps, cela reviendrait à dire qu’il était grand et qu’il est devenu tout petit. sans parler que les cieux sont remplis d’anges. autre aberration, le tiers de la nuit ne commence pas au même moment partout dans le monde. alors que chez certains il fait nuit, chez d’autres il fait jour. cela reviendrait à dire qu’il va sans arrêt monter et descendre.
    lorsqu’ils ont vu le côté irrationnel de la chose, d’autres ont dit : « il descend mais sans vider de place. » ce qui est tout aussi absurde. ils ne disent pas de dieu qu’il est un corps, mais ils lui attribuent tout ce qui est spécifique au corps.
    comment prouve-t-on que dieu n’a pas de couleur ?
    question : quelle couleur ? deux possibilités : 1) toutes les couleurs : impossible ! 2) une couleur particulière : pourquoi celle-là plutôt qu’une autre ? il aurait eu besoin de quelqu’un qui la lui attribue. et le besoin contredit la divinité.
    on ne peut attribuer à dieu une couleur ou une forme. pourquoi une plutôt qu’une autre ? et s’il en avait une plutôt qu’une autre, il aurait besoin de quelqu’un qui la lui attribue.
    en réponse à l’égarement des chrétiens, dieu a révélé la sourate al-^imran qui commence par « … dieu qui est unique, le vivant… » et aussi « … c’est lui qui vous a façonné dans le ventre de vos mère… » jésus n’a-t-il pas une forme ? cela veut dire qu’il a eut besoin de quelqu’un qui le façonne. il est également mentionné « … il n’y pas de début, il n’a pas de commencement… » or jésus a un début.
    comment répondre à celui qui prétend que dieu est assis sur le trône ?
    1ère méthode : être assis implique avoir une partie supérieure, et une partie inférieure (un postérieur). donc être composé. celui qui est composé n’est pas <un>. un corps, quelque chose qui est composé, a besoin de toutes ses parties. et le besoin contredit la divinité.
    il y a deux sortes de composés : les continus, comme l’eau; et les discontinus, comme des œufs dans un panier.
    2ème méthode : si quelqu’un est assis sur un trône, il y a 3 possibilités :
    1° il est de la taille du trône
    2° il est plus petit
    3° il est plus grand
    1) s’il a la taille du trône, il a la même forme. on revient donc au raisonnement qui démontre que dieu n’a pas de forme (même raisonnement pour dire que dieu n’a pas de couleur)
    2) s’il est plus petit que le trône, on peut dire qu’il est le ¼ du trône, ou le 1/3, ou le 1/10… cela implique que quelqu’un lui a donné cette caractéristique : pourquoi une proportion plutôt qu’une autre ?
    3) s’il est plus grand que le trône : ça veut dire qu’il y a une partie sur le trône, et une partie en dehors. il est donc composé. en plus, n’a-t-il pas pu construire quelque chose à sa taille ?!? généralement, même un roi prend quelque chose de joli, de confortable et non pas un petit tabouret.
    dans tous les cas, ça donne la notion de corps, de limites, ce qui est impossible pour dieu. et ça prouve que celui qui est sur un trône est créé.
    comment répondre à celui qui demande : « puisque dieu existe sans place, sans forme, ni couleur…, comment peut-on dire qu’au paradis, les croyants le verront ? »
    celui qui est au paradis a une place. mais il ne devra pas tourner la tête pour voir dieu dans une direction. il ne faut pas confondre la vision, qui est créée, avec celui qui est vu, qui existe sans place et sans comment. en général, il y a la vision, celui qui voit, et celui qui est vu. l’œil est une cause de la vue. on dit que les rêves sont une vision de l’âme. il y a un verset qui dit, dans le sens :
    « les visions ne peuvent pas le circonscrire, mais lui, il circonscrit toutes les visions. »
    qour’àn
    (manque la référence)
    les mou^tazilites ont pris cela comme preuve que les gens ne verront pas dieu dans le paradis. mais nous disons : les gens le verront sans qu’il y ait circonscription (sans qu’il soit dans une place.)
    rationnellement, tout ce qui existe peut être vu, parce que ça a une réalité. mais l’œil est limité, pour ne pas voir tout ce qui peut être vu. il y a des gens ou des animaux, qui voient dans le noir. ou le système infrarouge qui permet de voir dans l’obscurité.
    il y a la vision et il y a l’outil. ce n’est pas l’œil qui crée la vision. on peut regarder une chose sans la voir. l’œil n’a aucune action sur l’objet vu. l’aveugle a des yeux mais ne voit pas. et certaines personnes voient des choses sans les yeux. il n’y a pas de cause à effet : c’est dieu qui crée les effets quand il y a les causes.
    comment répondre à ceux qui disent que c’est la nature qui a tout créé ?
    la nature n’a pas de volonté ! elle est créée : comment créerait-t-elle quelque chose qui a une volonté ! elle n’a pas de choix, elle ne peut caractériser les choses. si elle n’avait pas de commencement, le monde n’existerait pas : elle n’aurait pas pu choisir qu’il existe (existât) à un moment plutôt qu’à un autre.
    pour les philosophes : il y a cause à effet. ils disent que le monde existe parce que dieu existe. une brûlure existe parce que le feu existe; la bague se déplace parce que le doigt se déplace. en réalité, dieu crée les causes et les effets.
    il y a un verset qui dit, dans le sens :
    « ton seigneur crée ce qu’il veut, et il choisit; (…) »
    qour’àn 28/68


    c’est lui qui a élu untel comme prophète. il a donc la volonté.
    et encore :
    « des parcelles différentes voisinent sur la terre, des jardins de vigne, des blés, des palmiers isolés ou en touffes. la même eau arrose tout, mais nous rendons certains produits meilleurs que d’autres. ce sont des signes pour ceux qui comprennent. »
    qour’àn 13/4


    « vous voyez un terrain, avec des arbres, irrigués par la même eau. et pourtant, là des fruits amers, et là d’autres sucrés. »
    ce n’est donc pas de cause à effet.
    citons deux hadîths justes qui disent, dans le sens :
    « il faut fuir le lépreux comme on fuit le lion. »
    rapporté par boukhâriyy
    « il n’y a pas de contagion dans l’Islam. »
    rapporté par boukhâriyy


    comment trouver une explication cohérente ? lorsqu’il y a deux hadîths justes, on essaie de les grouper d’abord, c’est-à-dire de trouver un sens qui est conforme, et si on n’y parvient pas du tout, à ce moment-là on va privilégier un plutôt que l’autre. ce n’est pas parce qu’on côtoie un malade qu’on va l’être forcément, mais dans l’habitude, dieu crée la maladie chez celui-là.
    si ça ne se passait que par contagion, il n’y aurait pas ce genre de maladie, il n’y aurait pas de premier. le premier n’est pas tombé malade par contagion. il est donc possible que la même chose arrive à d’autres.
    si on fuit le lépreux, ce n’est pas parce qu’il est responsable que l’on tombe malade également, mais pour éviter de lui faire de la peine en disant que c’est à cause de lui.
    de même, si on ne se jette pas du 5ème étage d’un immeuble, c’est non seulement parce qu’on n’a pas le droit de se suicider, de se faire du mal volontairement, mais c’est également qu’on n’a pas le droit de « tester » notre créateur. s’il veut, on n’en mourra pas, mais on n’a pas le droit d’essayer. c’est un très grand péché. on rapporte que satan est venu vers jésus et lui a dit, dans le sens : « pourquoi tu ne te jette pas de la montagne, de toute façon, si dieu le veut, tu ne mourras pas. » on ne se jette pas non plus dans le feu, on l’évite. si certains le font, c’est parce qu’ils sont arrivés à un certain grade et surtout parce qu’ils ont reçu un signe. il y a une raison. c’est pourquoi certains saints sont entrés dans le feu.
    notre subsistance (rizq) nous est assurée, mais pourtant nous devons généralement travailler pour la recevoir. nous avons des obligations, qu’il nous faut remplir, nous devons appliquer les règles.

  3. #3
    Date d'inscription
    août 2004
    Âge
    37
    Messages
    421

    Par défaut Al-moukhtasar + La Perfection

    si certains le font, c’est parce qu’ils sont arrivés à un certain grade et surtout parce qu’ils ont reçu un signe. il y a une raison. c’est pourquoi certains saints sont entrés dans le feu.
    ??? c'est normal ?

  4. #4
    Date d'inscription
    juillet 2003
    Âge
    37
    Messages
    250

    Par défaut Al-moukhtasar + La Perfection

    les prophétes avaient des miracles pour soutenir la véracité de leur dire. les saints ont des prodiges (manifestation ou accomplissement extraordinaire).
    donc oui, c'est normal.

  5. #5
    Date d'inscription
    février 2004
    Âge
    37
    Messages
    386

    Par défaut Al-moukhtasar + La Perfection

    oui c normale n'est ce pas le prophete abraham on l'a jeté dans le feu mais il ne c pas bruler
    alors le saint aussi peut avoir cela comme prodige

    c comme le grand saint abou-mouslim alkhaoulani il etait jeté par mousailima al kathab(le menteur) dans le feu mais il ne c pas bruler
    et il ya bcp d'histoire comme ca

  6. #6
    Date d'inscription
    août 2004
    Âge
    37
    Messages
    421

    Par défaut Al-moukhtasar + La Perfection

    merci à vous que dieu vous protège

  7. #7
    Date d'inscription
    février 2004
    Âge
    37
    Messages
    386

    Par défaut Al-moukhtasar + La Perfection

    amin et toi aussi mon frere et que dieu nous augmente de science amin

  8. #8
    Date d'inscription
    juillet 2003
    Âge
    37
    Messages
    250

    Par défaut Al-moukhtasar + La Perfection

    le prodige,est une chose extraordinaire qui apparaît par la main du croyant qui est droit dans l'adoration de Allah (c'est-à-dire le saint, waliyy). ainsi, les prodiges se distinguent de la magie et du charlatanisme. a l'exemple de ce qui est arrivé à notre dame maryam, la mère de notre maître ^iça, que Allah les honore tous deux, chaque fois que le prophète de Allah, zakariyya – l'époux de la sœur de maryam – entrait chez elle, il trouvait les fruits de l'été en hiver et les fruits de l'hiver en été. Allah tabaraka wa ta^ala dit :



    [sourat ali ^imran / 37] ce qui signifie : « chaque fois que zakariyya entrait dans son alcôve (mihrab), il trouvait auprès d'elle une subsistance. il disait : ô maryam, d'où tiens-tu cela ? elle disait : ceci vient de Allah ».

  9. #9
    Date d'inscription
    août 2004
    Âge
    37
    Messages
    421

    Par défaut Al-moukhtasar + La Perfection

    amin ya rabb-el ^alamine

  10. #10
    Z_Bintou_^Aliyy Inconnu mystérieux

    Par défaut Al-moukhtasar + La Perfection

    Citation Envoyé par dounia
    a l'exemple de ce qui est arrivé à notre dame maryam, la mère de notre maître ^iça, que Allah les honore tous deux, chaque fois que le prophète de Allah, zakariyya – l'époux de la sœur de maryam – entrait chez elle, il trouvait les fruits de l'été en hiver et les fruits de l'hiver en été. [/color]
    le prophète zakariyya prit en charge maryam pour l'élever. Allah ^azza wa jall a voulu que ce soit son prophète zakariyya ^alayhi s-salam, le mari de la tante maternelle de maryam, qui la prenne en charge, sans qu'aucun autre homme ne la prenne en charge. ainsi zakariyya ^alayhi s-salam lui enseigna les préceptes de la religion de l'Islam, le bon comportement et il la fit grandir avec les comportements de vertu et les bons exemples.

Discussions similaires

  1. hadith du 23.10.2010 /.Rapprochez-vous de la perfection..
    Par refka dans le forum Al-Ahâdîth - Les paroles du Prophète [sallâ-Llâhou `alayhi wa sallam]
    Réponses: 4
    Dernier message: 23/10/2010, 12h21
  2. Itinéraire d’une Perfection
    Par Ryan10 dans le forum Poésie
    Réponses: 0
    Dernier message: 25/08/2010, 13h18
  3. Perfection dans ma prière
    Par Salâh Ad-Dîn dans le forum Al-Fiqh - La Jurisprudence
    Réponses: 6
    Dernier message: 12/04/2010, 15h27
  4. La perfection
    Par hijab2009 dans le forum Culture générale
    Réponses: 17
    Dernier message: 10/10/2009, 06h41
  5. L'Imam Qushayri - Les Maqamat (les Degrés De Perfection Spirituelle)
    Par Al muslim dans le forum Al-Ihsân - La Spiritualité, l'Excellence
    Réponses: 0
    Dernier message: 07/11/2007, 00h12

Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •