اَعُوذُ بِاللهِ مِنَ الشَّيطَنِ الرَّجِيمِ

بِسمِ اللهِ الرَّحمَنِ الرَّحِيم

اَلحَمدُلِلهِ رَبِ العَلَمِينَ


Wa Sallalahu 'ala sayiddina Muhammad wa 'ala alihi wa sahbihi wa sallam taslima





Asalam 'alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh





Source : 20 minutes ch


D'après un rapport de l'OIAC,


l'armée de Bachar el-Assad est derrière les attaques au chlore et au sarin de Latamné en 2017

- 08/04/2020 -






L'OIAC pointe du doigt l'armée syrienne derrière les attaques chimiques de Latamné en 2017.

Le rapport sur l'attaque de Douma, en 2018, est encore attendu. (Image: AFP)







Deux avions et un hélicoptère de l'armée de l'air syrienne ont lâché des bombes contenant du sarin et du chlore sur une localité du nord syrien en 2017, «affectant» une centaine de personnes. C'est ce qu'indique un rapport de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) publié mercredi.


Pour la première fois, l'OIAC, basée à La Haye aux Pays-Bas, a désigné l'armée de Bachar el-Assad comme responsable d'attaques chimiques sur son propre sol.


Les faits se sont déroulés il y a deux ans, presque jour pour jour, à Latamné, alors aux mains des rebelles et cible d'une série de trois attaques aériennes sur lesquelles se sont penchés les enquêteurs d'une équipe spéciale de l'OIAC. Celle-ci a mis à profit de nouveaux pouvoirs qui lui ont été conférés en 2018, malgré l'opposition de Damas et de son allié russe.


Le gouvernement syrien nie constamment toute implication dans des attaques chimiques, affirmant avoir remis tous ses stocks d'armes chimiques sous supervision internationale aux termes d'un accord conclu en 2013.


L'équipe d'enquêteurs «n'étant pas un organe judiciaire ayant le pouvoir d'attribuer la responsabilité pénale individuelle, il appartient désormais au secrétaire général de l'ONU et à la communauté internationale dans son ensemble de prendre les mesures jugées nécessaires et appropriées», a déclaré le directeur de l'OIAC Fernando Arias, cité dans un communiqué.




«Plus hautes autorités»



L'IIT (équipe d'identification et d'enquête de l'OIAC), chargée d'identifier les auteurs présumés d'attaques chimiques en Syrie, a conclu qu'il existe «des motifs raisonnables de croire que les auteurs» de ces attaques au sarin les 24 et 30 mars 2017 et au chlore le 25 mars 2017 «étaient des individus appartenant à l'armée de l'air arabe syrienne».


C'est ce qu'a déclaré mercredi le coordinateur de cette équipe, Santiago Oñate-Laborde, cité dans le communiqué de l'OIAC qui a suivi la remise d'un rapport, le premier de l'IIT, créée en 2018.


«Des attaques d'une telle nature stratégique n'ont pu avoir lieu que sur ordre des plus hautes autorités du commandement militaire de la République arabe syrienne», a poursuivi M. Oñate-Laborde. «Même si l'autorité peut être déléguée, la responsabilité ne le peut pas», a-t-il ajouté.


Human Rights Watch estime que les travaux de l'IIT «devraient lever tout doute sur le fait que l'État syrien a délibérément utilisé des armes chimiques contre son propre peuple», selon son directeur pour les Nations unies, Louis Charbonneau.


«Les conclusions de l'OIAC devraient être utilisées pour soutenir une forme de justice pénale pour les personnes responsables», a-t-il ajouté dans un communiqué.




Représailles



Un autre rapport de l'IIT est par ailleurs attendu concernant une attaque qui avait fait une quarantaine de morts à Douma en avril 2018 après l'utilisation de chlorine, selon les enquêteurs de l'OIAC.


Les Occidentaux, avec à leur tête les Etats-Unis, avaient à l'époque accusé le régime syrien d'être à l'origine du bombardement chimique et avaient attaqué des installations militaires syriennes en représailles.


Malgré de fortes objections de la part de la Syrie et de ses alliés, dont Moscou, une majorité des 193 Etats membres avaient voté en juin 2018 en faveur du renforcement des pouvoirs de l'OIAC, en l'autorisant à désigner l'auteur d'une attaque chimique et non plus seulement à documenter l'utilisation d'une telle arme.




«Menace inacceptable»



Les conclusions de l'IIT «placent la Syrie en violation de la Convention sur les armes chimiques», a déclaré mercredi dans un tweet Peter Wilson, ambassadeur du Royaume-Uni auprès de l'OIAC. «Les Etats parties doivent réagir», a-t-il ajouté.


«Malgré les efforts de désinformation de la part des soutiens d'Assad en Russie et en Iran, il est clair que le régime syrien est responsable de nombreuses attaques chimiques», a commenté le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo.


«L'utilisation d'armes chimiques par un pays quel qu'il soit représente une menace inacceptable pour la sécurité de tous les Etats et ne peut pas rester impunie», a-t-il ajouté dans un communiqué. Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a lui aussi dénoncé une «violation flagrante des lois internationales».



(nxp/ats)








Source AFP



AFP/Archives / Omar haj kadour

Une victime de l'attaque présumée au gaz toxique du 4 avril 2017 à Khan

Sheikhun soignée dans un hôpital d'Idlib dans le nord-ouest de la Syrie, le 6 avril 2017



Deux avions et un hélicoptère de l'armée de l'air syrienne ont lâché des bombes contenant du sarin et du chlore sur une localité du nord syrien en 2017, "affectant" une centaine de personnes, selon l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).



Pour la première fois, l'OIAC, basée à La Haye, a désigné l'armée de Bachar al-Assad comme responsable d'attaques chimiques sur son propre sol.




Les faits se sont déroulés il y a deux ans, presque jour pour jour, à Latamné, alors aux mains des rebelles et cible d'une série de trois attaques aériennes sur lesquelles se sont penchés les enquêteurs d'une équipe spéciale de l'OIAC. Celle-ci a mis à profit de nouveaux pouvoirs qui lui ont été conférés en 2018, malgré l'opposition de Damas et de son allié russe.



Le gouvernement syrien nie constamment toute implication dans des attaques chimiques, affirmant avoir remis tous ses stocks d'armes chimiques sous supervision internationale aux termes d'un accord conclu en 2013.



L'équipe d'enquêteurs "n'étant pas un organe judiciaire ayant le pouvoir d'attribuer la responsabilité pénale individuelle, il appartient désormais au secrétaire général de l'ONU et à la communauté internationale dans son ensemble de prendre les mesures jugées nécessaires et appropriées", a déclaré le directeur de l'OIAC Fernando Arias, cité dans un communiqué.




- "Plus hautes autorités" -


L'IIT (équipe d'identification et d'enquête de l'OIAC), chargée d'identifier les auteurs présumés d'attaques chimiques en Syrie, a conclu qu'il existe "des motifs raisonnables de croire que les auteurs" de ces attaques au sarin les 24 et 30 mars 2017 et au chlore le 25 mars 2017 "étaient des individus appartenant à l'armée de l'air arabe syrienne".






AFP/Archives / Omar haj kadour

Collecte d'échantillons sur le site d'une attaque présumée de gaz toxique à

Khan Sheikhun, dans la province d'Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, le 5 avril 2017


C'est ce qu'a déclaré mercredi le coordinateur de cette équipe, Santiago Oñate-Laborde, cité dans le communiqué de l'OIAC qui a suivi la remise d'un rapport, le premier de l'IIT, créée en 2018.


"Des attaques d'une telle nature stratégique n'ont pu avoir lieu que sur ordre des plus hautes autorités du commandement militaire de la République arabe syrienne", a poursuivi M. Oñate-Laborde.



"Même si l'autorité peut être déléguée, la responsabilité ne le peut pas", a-t-il ajouté.


"Malgré les efforts de désinformation de la part des soutiens d'Assad en Russie et en Iran, il est clair que le régime syrien est responsable de nombreuses attaques chimiques", a commenté le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo.


"L'utilisation d'armes chimiques par un pays quel qu'il soit représente une menace inacceptable pour la sécurité de tous les Etats et ne peut pas rester impunie", a-t-il ajouté dans un communiqué.


Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a lui aussi dénoncé une "violation flagrante des lois internationales".


Human Rights Watch estime que les travaux de l'IIT "devraient lever tout doute sur le fait que l'Etat syrien a délibérément utilisé des armes chimiques contre son propre peuple", selon son directeur pour les Nations unies, Louis Charbonneau.


"Les conclusions de l'OIAC devraient être utilisées pour soutenir une forme de justice pénale pour les personnes responsables", a-t-il ajouté dans un communiqué.





- Représailles -


Un autre rapport de l'IIT est par ailleurs attendu concernant une attaque qui avait fait une quarantaine de morts à Douma en avril 2018 après l'utilisation de chlorine, selon les enquêteurs de l'OIAC.




AFP/Archives / LOUAI BESHARA

La ville de Douma, à la périphérie de Damas, le 16 avril 2018



Les Occidentaux, avec à leur tête les Etats-Unis, avaient à l'époque accusé le régime syrien d'être à l'origine du bombardement chimique et avaient attaqué des installations militaires syriennes en représailles.


Malgré de fortes objections de la part de la Syrie et de ses alliés, dont Moscou, une majorité des 193 Etats membres avaient voté en juin 2018 en faveur du renforcement des pouvoirs de l'OIAC, en l'autorisant à désigner l'auteur d'une attaque chimique et non plus seulement à documenter l'utilisation d'une telle arme.



Les conclusions de l'IIT "placent la Syrie en violation de la Convention sur les armes chimiques", a déclaré mercredi dans un tweet Peter Wilson, ambassadeur du Royaume-Uni auprès de l'OIAC.


"Les Etats parties doivent réagir", a-t-il ajouté.


burs-cvo/avz/fjb