Page 1 sur 3 1 2 3 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 24

Discussion: Chronologie et contexte de la vendetta de certains groupes de Tchétchènes à Nice et Dijon contre des groupes de Maghrébins - Avril/Juin 2020

  1. #1
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 427

    Par défaut Chronologie et contexte de la vendetta de certains groupes de Tchétchènes à Nice et Dijon contre des groupes de Maghrébins - Avril/Juin 2020

    اَعُوذُ بِاللهِ مِنَ الشَّيطَنِ الرَّجِيمِ

    بِسمِ اللهِ الرَّحمَنِ الرَّحِيم

    اَلحَمدُلِلهِ رَبِ العَلَمِينَ


    Wa Sallalahu 'ala sayiddina Muhammad wa 'ala alihi wa sahbihi wa sallam taslima





    Asalam 'alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh





    Chronologie et contexte de la vendetta de certains groupes de Tchétchènes à Nice et Dijon contre des groupes de Maghrébins


    - Avril/Juin 2020 -





    Source : tergam.info


    26/05/2020



    Baskhan Magamadov : Les affrontements entre les Tchétchènes et les trafiquants de drogue à Nice



    Entretien avec Baskhan Magamadov, président de l’Union des Tchétchènes et Ingouches des Alpes Maritimes, sur les événements qui ont eu lieu dans le quartier Saint-Roch de Nice.








    Ramzan Magamadov


    “Tergam” : As-salamou aleykoum. Aujourd’hui, les Tchétchènes de France sont préoccupés par la situation qui s’est développée à Nice, où notre communauté a été confrontée à des gangs de trafiquants de drogue. Pouvez-vous nous dire ce qui se passe réellement ?





    Baskhan : Wa aleykoum salam. Il y a quelques jours, des tirs ont eu lieu dans le quartier de Saint-Roch, quartier résidentiel de Nice, pas loin de l’arrêt Saint-Charles, où vivent de nombreuses familles tchétchènes notamment. Deux jeunes tchétchènes ont été blessés par balles. Comme il s’est avéré plus tard, les tireurs étaient des trafiquants de drogue locaux, qui étaient particulièrement actifs depuis le début de la mise en confinement, – comme disent les habitants, une centaine de personne se rassemble tous les jours pour acheter de la drogue. Le trafic de drogue se déroule ouvertement, en plein jour, devant tout le monde, y compris les femmes et les enfants. Tout cela, naturellement, a provoqué la colère légitime des habitants de l’immeuble. Selon certains témoins l’un des blessés avait demandé aux trafiquants de cesser le trafic de drogue, et le second était une victime accidentelle.

    La majorité des Tchétchènes prennent toujours soin de leurs familles et de leurs enfants et n’acceptent pas d’injustices. Nous sommes venus ici en France pour pouvoir vivre paisiblement, travailler, élever nos enfants, les éduquer et inculquer la culture. Evidemment, il était difficile pour les Tchétchènes de supporter tout ce bazar, l’espoir était que les autorités prennent des mesures et rétablissent l’ordre.

    Cette fusillade a été la dernière goutte. Nos compatriotes, se rendant compte qu’à tout moment leurs femmes et leurs enfants peuvent être victimes d’une balle perdue, sont sortis et ont simplement chassé les revendeurs et leurs clients. Les Tchétchènes y ont accroché une affiche indiquant que «le réseau est fermé définitivement» et ont fait du piquetage dans la rue pour empêcher le retour des criminels. Ceci, bien sûr, est le comportement noble et courageux de nos frères, et nous les saluons et prions pour eux.




    « Le réseau est fermé définitivement »


    “Tergam” : Le trafic de drogue est-il si ouvert dans tout Nice ?


    Baskhan : Ce type de criminalité ne fleurit que dans les zones dites « sensibles », les cités HLM. Et la plupart de nos compatriotes vivent précisément dans ces zones. Evidemment, le trafic de drogue, mené en plein jour, provoque l’indignation, de plus, il a un effet dévastateur sur la jeune génération. Nous réprimandons toujours les parents dont les enfants ont choisi le mauvais chemin, mais vous ne pouvez pas ignorer l’impact négatif que les enfants de ces quartiers souffrent du trafic de drogue sous leurs yeux, jour et nuit, sous les fenêtres et dans les aires de jeux.


    “Tergam” : Et comment les autorités réagissent-elles à tout cela ?


    Baskhan : Comme nous le savons, le Président de la République a annoncé il y a quelque temps un programme visant à rétablir l’ordre et la sécurité dans les quartiers «difficiles». Mais pour le moment les résultats de ce programme à Nice ne sont pas visibles.

    D’après ce que disent les témoins, les policiers qui sont arrivés après le « nettoyage » du point de vente de la drogue par les Tchétchènes, après avoir appris d’eux ce qui s’était passé et pourquoi ils se tenaient dans la rue, les ont remerciés et ont dit qu’ils avaient « beaucoup de travail » et sont partis. Il ont abandonné les Tchétchènes contre les trafiquants de drogue.

    Après ce « balayage », des messages avec des menaces sur les murs ont commencé à apparaître dans le quartier, et pendant deux nuits consécutives, les trafiquants ont mis le feu à des voitures – une démonstration habituelle de l’indignation des racailles …







    « C’est que le début »






    « A cause de vous nos frigos sont vides (tchétchènes) » “Tergam” : Et comment ont réagi les médias de la ville ? Nous n’avons pas encore vu quelconque information de leur part à ce sujet.

    Baskhan : Étonnamment, les médias locaux ignorent encore complètement tout ce qui se passe. La presse locale n’a pas publié un seul article à ce sujet. Les habitants du quartier disent que les journalistes ont promis de venir, mais ne sont jamais arrivés.

    Pourtant la situation devient de plus en plus intense.

    Par exemple, une Française vivant dans ce quartier a exprimé son soutien aux Tchétchènes, s’est tenue un jour à proximité, a écrit plusieurs lettres au maire de Nice. Et ce soir, sa voiture a soudainement brûlé dans un parking souterrain, et le message « Dites merci à vos amis tchétchènes » est apparu à proximité de sa voiture. Dans le journal local « Nice Matin« , il était écrit qu’un « incendie s’est déclaré ». Ils n’ont parle ni du message sur le mur, ni d’autres incendies, ni la situation tendue qui s’était développée dans le quartier …






  2. #2
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 427

    Par défaut



    « Tu dira merci à tes amis tchétchènes »


    “Tergam” : Êtes-vous inquetes par un tel comportement des autorités et des médias?


    Baskhan : Bien sûr, nous sommes inquiètes par le comportement des autorités et de la presse, et nous n’avons pas l’intention de laisser nos compatriotes face à ces problèmes.

    “Tergam” : Quelles actions votre association prévoit-elle ?


    Baskhan : Nous jugeons nécessaire de rendre cette situation publique. Pour cela, nous avons l’intention de contacter différents médias, et nous demandons à toutes les plateformes d’information tchétchènes de nous aider. Nous prévoyons également de demander aux autorités et à l’État de droit des demandes officielles afin que les forces qui devraient s’occuper de ce genre de problèmes commencent a s’en occuper.



  3. #3
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 427

    Par défaut

    Suite à cet article, on voit que des Tchétchènes ont agit par eux-mêmes dans ce cas, suite au fait que les autorités, la force publique, la police ne faisait pas assez pour stopper le traffic de drogue

  4. #4
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 427

    Par défaut

    Source : tergam.info


    10/06/2020 au 12/06/2020


    Trafiquants et Tchétchènes, dernier incident à Nice




    Depuis hier, 10 juin, une situation tendue demeure dans le quartier notoire de Nice Impasse des Liseron.


    Les problèmes sont causés par le fait que depuis de nombreuses années le «point» du trafic de drogue fleurit dans cette rue entre les maisons 7 et 9.


    Les trafiquants de drogue et leurs clients deviennent de plus en plus impudents. Tous les lampadaires de la zone sont coupés, il n’y a pas d’éclairage nocturne. Les trafiquants de drogue contrôlent toutes les voitures entrant, après avoir mis en place un véritable point de contrôle. Des raids de police périodiques interrompent le trafic de drogue pendant quelques heures seulement.


    De plus, les trafiquants de drogue et leurs clients garent leur voiture, marchent et se tiennent sur la chaussée, de sorte qu’il est très difficile et parfois impossible de conduire le long de cette rue. Tout cela provoque des tensions constantes parmi les résidents locaux, qui depuis des années sont obligés de supporter le comportement provocateur des trafiquants de drogue et des toxicomanes.


    Le mercredi 10 juin vers 14h30, deux de nos compatriotes, les frères V., qui vivent dans cette rue, sortaient du parking en voiture. Au niveau du point de trafic de drogue, où il y a toujours beaucoup de dealers et de drogués, un groupe de jeunes a bloqué la route. Nos compatriotes ont demandé à ces personnes de libérer le passage. La réponse à cette demande a été des insultes et des attaques.

    Pour aider les assaillants sont également venus des trafiquants de drogue qui passent qui passent leurs temps à cet endroit. En conséquence, deux frères ont été battus et l’un d’eux a été hospitalisé pour de graves blessures.


    Le soir du même jour, les personnes âgées de la communauté tchétchène ont appelé les jeunes à ne pas prendre le chemin de la vengeance et à résoudre le problème pacifiquement.


    Le jeudi 11 juin vers 13 h 50, le troisième des frères de V., venu rendre visite à ses parents et à son frère, se tenait avec deux autres voisins à côté de la maison numéro 17, où vivent ses parents. Des enfants locaux d’âges différents jouaient à côté d’eux.


    À ce moment, une voiture avec des jeunes s’est arrêtée à côté d’eux, dont l’un a jeté une bouteille vide dans la rue. Lorsque l’un des voisins a demandé aux jeunes de ramasser cette bouteille par terre et de la jeter à la poubelle, à cinq pas, l’un d’eux a inopinément sorti un pistolet et ouvert le feu, touchant la jambe de V. Les voisins en danger de mort ont tenté de désarmer le criminel. À ce moment, une autre voiture est arrivée, d’où le tir automatique a commencé. Profitant de cela, le premier criminel est monté dans la voiture et les deux voitures ont quitté les lieux.


    Bientôt, la rue et les environs ont été bloqués par la police et la gendarmerie, qui ont interrogé des témoins et mené d’autres activités d’enquête. Blessé V. a été emmené au service d’ambulance. Pour le moment, sa n’est plus en danger.


    On ne sait pas encore à quel point les événements de mercredi et jeudi sont liés et si c’est une coïncidence que des membres de la même famille ont été agressé dans les deux incidents. Quoi qu’il en soit, il est évident qu’après l’attaque des Tchétchènes de mercredi, les criminels étaient déjà armés le lendemain et ont tenté de provoquer un conflit avec les Tchétchènes locaux, sans hésitation avec des armes à feu, malgré le fait qu’ils aient tiré dans une zone remplie de personnes, devant les enfants qui, par chance, ont échappé à des balles perdues.


    Il faut noter que tous les Tchétchènes touchés ces jours-ci sont des adultes, des pères de famille respectés qui ont un emploi permanent et n’ont pas de passé criminel, et donc les spéculations selon lesquelles «les Tchétchènes essaient de prendre le contrôle du point de vente de drogue» sont sans aucun doute des provocations.


    La question demeure également: combien de temps les habitants de l’Impasse des Liseron et leurs enfants devront-ils endurer la terreur des trafiquants de drogue, chaque jour au risque d’être battus, blessés ou même tués.


    Le président de l’association « Union des Tchétchènes et Ingouches des Alpes Maritimes » Ramzan Magamadov.





  5. #5
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 427

    Par défaut

    Toujours la même chose reprochée par les Tchétchènes, le traffic de drogue, les menaces, les agressions, et les pouvoirs publics ne réagissant pas, la police qui laisse faire

  6. #6
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 427

    Par défaut

    Dijon: le père du Tchétchène dont l'agression a déclenché les violences appelle au calme




    Matthias Tesson avec Robin Verner


    Le

    17/06/2020 à 7:19

    BFM TV









  7. #7
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 427

    Par défaut

    Témoignage RMC: le père du jeune Tchétchène agressé à Dijon se confie


    17/06/2020






  8. #8
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 427

    Par défaut

    Pour ce qui est des tchétchènes qui ont réagit venu à Dijon pour la vendetta, ceux-cis évoquaient que le groupe d'agresseurs maghrébins qu'ils disaient avoir identifié étaient liés au trafic de drogue, et avoir réagit suite à l'absence d'action des pouvoirs publics
    Dernière modification par talib abdALLAH ; 2 semaines avant à 19h01.

  9. #9
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 427

    Par défaut

    Il se peut que dans la vendetta les tchétchènes ont pu s'en prendre à des personnes maghrébines n'ayant aucun rapport avec l'histoire mais ils ont rappelé dans les différérentes videos qui circulaient dans les réseaux sociaux qu'ils recherchaient des personnes spécifiques liées au tabassage du tchétchène et ont voulu faire peur aux dealers des Grésilles (dont un nombre sont maghrébins) suspectés de couvrir,protéger, ceux impliqués dans le tabassage.

  10. #10
    Modérateur Sermenté Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 427

    Par défaut

    Suite à ce qui s'est passé à Dijon, les dealers de Nice réagissent

    Retour

    Nice: la violence contre les Tchétchènes continue


    15/06/2020

    Source Tergam.info



    Dans la nuit du 14 au 15 juin, des coups de feu ont de nouveau été entendus dans le quartier des Liserons à Nice.

    Après deux incidents le 10 et 11 juin, au cours desquels, entre autres, des Tchétchènes locaux ont été victime de balles d’armes à feu, un groupe de Tchétchènes est arrivé au point de trafic de drogue vers 22 h 30 le 14 juin pour exiger que les trafiquants de drogue locaux mettent fin à la violence.

    La réponse a été le tir d’armes, dont deux Kalachnikovs.

    Les tirs continuaient environ 10 minutes.

    Selon des informations, quatre Tchétchènes ont été blessés.

    À minuit, les forces de l’ordre sont arrivés sur place, plusieurs Tchétchènes locaux ont été arrêtés qui, contrairement aux trafiquants de drogue, ne se cachaient pas de la police. Les détenus ont été rapidement libérés.

    Les tireurs n’ont pas été arrêtés, aucune arme n’a été trouvée.

    Aujourd’hui après midi, lorsque la police a quitté le quartier, la vente de la drogue a été rétablie.

    Le maire de Nice, Christian Estrosi, a déclaré sur son compte Twitter qu’il devrait aujourd’hui rencontrer le préfet des Alpes-Maritimes et le procureur de Nice et discuter de la situation actuelle.

    Il a également écrit qu’aux Liserons « des bandes rivales ont fait retenir des coups de feu ».

    À en juger par cette déclaration, M. Estrosi ne dispose pas pleinement d’informations sur la situation aux Liserons, car, rappelons-le, il ne s’agit pas d’une question de concurrence entre groupes criminels, mais d’actes de violence incessants contre des résidents locaux par une bande de trafiquants de drogue, dont cette fois-ci, la cible est la communauté tchétchène.



Page 1 sur 3 1 2 3 DernièreDernière

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •