Affichage des résultats 1 à 9 sur 9

Discussion: Nice, Avignon et Arabie Saoudite: la France ciblée par plusieurs attaques terroristes - 29/10/2020

  1. #1
    Administrateur Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 728

    Par défaut Nice, Avignon et Arabie Saoudite: la France ciblée par plusieurs attaques terroristes - 29/10/2020

    اَعُوذُ بِاللهِ مِنَ الشَّيطَنِ الرَّجِيمِ

    بِسمِ اللهِ الرَّحمَنِ الرَّحِيم

    اَلحَمدُلِلهِ رَبِ العَلَمِينَ


    Wa Sallalahu 'ala sayiddina Muhammad wa 'ala alihi wa sahbihi wa sallam taslima





    Asalam 'alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh




    Nice, Avignon et Arabie Saoudite: la France ciblée par plusieurs attaques terroristes


    29/10/2020





    A quelques heures d’intervalle, dans la matinée du jeudi 29 octobre, la France a été la cible de plusieurs attentats qui ont fait pour l'heure trois victimes. Déroulé d'une journée noire...
    aA Le 29 octobre est une journée noire pour la France qui vient d’enregistrer plusieurs attentats, à Nice, à Avignon et en Arabie Saoudite devant le consulat de France à Djeddah.


    Une première attaque à Nice...


    Tout commence à Nice, ce matin vers 9 heures, où trois personnes ont été tuées, dont une au moins égorgée, lors d'une attaque au couteau à la basilique Notre-Dame de Nice.


    L’une des trois victimes, sérieusement blessée, est décédée dans un bar proche où elle s'était réfugiée, a-t-il été précisé à l'AFP. L'agresseur a crié "Allah Akbar" en accomplissant son geste, a-t-on appris de source proche de l'enquête. Il a été blessé par balles lors de l'intervention de la police et a été transporté à l'hôpital, selon une source policière. Celui-ci a dit s'appeler "Brahim" et être âgé de "25 ans", a-t-on ajouté de même source.

    Le parquet national antiterroriste (Pnat) a ouvert une enquête pour "assassinat et tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Elle a été confiée à la Direction centrale de la police judiciaire et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).



    Avignon évite une catastrophe



    Deux heures plus tard, à 11h15, à Avignon, selon la radio Europe 1 qui rapporte cette information, un homme armé d’un couteau aurait tenté d’attaquer des policiers dans la rue.



    "Il aurait crié Allah Akbar" précise Europe 1, avant de menacer les policiers qui ont ouvert le feu sur l’homme qui aurait succombé à ses blessures. Une enquête aurait été ouverte.



    En Arabie Saoudite, le consulat français visé


    Dans cette matinée du 29 octobre, cette fois-ci en Arabie Saoudite, un Saoudien a été arrêté après avoir blessé avec un couteau un vigile du consulat français à Jeddah, ville de l'ouest de l'Arabie saoudite, ont indiqué jeudi les médias officiels saoudiens et l'ambassade de France.

    "L'assaillant a été appréhendé par les forces de l'ordre saoudiennes immédiatement après l'attaque. Le vigile a été transféré à l'hôpital et ses jours ne sont pas en danger. (...) Nous appelons nos compatriotes en Arabie saoudite à faire preuve d'une vigilance maximale", a écrit l'ambassade française dans un communiqué.

    La police de la province de La Mecque, où se situe Jeddah, a indiqué que l'assaillant était Saoudien, mais n'a pas précisé la nationalité du vigile, qui a été légèrement blessé.

    L'ambassade de France à Riyad a fermement condamné cette attaque. Ni l'ambassade ni les autorités saoudiennes n'ont précisé le motif de l'agression.

    Ces attaques surviennent presque deux semaines jour pour jour après l'assassinat de Samuel Paty, enseignant pris pour cible parce qu'il avait montré en classe des caricatures du prophète Mohammed lors d'un cours sur la liberté d'expression. Suite à cet assassinat, le discours prononcé par le président français, Emmanuel Macron, qui a promis que la France ne renoncerait pas aux caricatures du prophète Mohammed, a provoqué une onde de colère au Moyen-Orient et des appels au boycott de produits français dans des pays arabes.
    Dernière modification par talib abdALLAH ; 3 semaines avant à 18h21.

  2. #2
    Administrateur Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 728

    Par défaut

    L'horreur ...

    voir le reste de l'article mis à jour : https://www.lefigaro.fr/actualite-fr...pelle-20201029
    Ce que l’on sait sur l’attaque au couteau

    >> Trois morts dont deux femmes, plusieurs blessés

    Selon une source policière au Figaro, une première femme, âgée et venue prier de bon matin, a été retrouvée égorgée et «quasiment décapitée» près du bénitier dans l'édifice religieux. Un homme, le sacristain, a également été retrouvé égorgé dans l'église. Une seconde femme, qui avait réussi à se réfugier dans un café voisin, y a perdu la vie, le corps lardé de plusieurs coups de couteaux. L’attaque a également fait plusieurs blessés.

    >> L’auteur des faits interpellé et transporté à l’hôpital

    La police municipale a interpellé l'auteur des faits, qui a été transporté à l'hôpital à la suite d'une blessure par balle. Il s'agirait d'un Tunisien de 21 ans qui se nomme Brahim Aouissaoui. Non demandeur d'asile en France, il serait arrivé par Lampedusa fin septembre. Il aurait déclaré avoir agi seul et revendiquerait les faits, sans plus de précisions à l'heure actuelle.



    Le président Emmanuel Macron s'est rendu sur place. Devant la basilique Notre-Dame, il a dénoncé une "attaque terroriste islamiste". Une réunion de crise a par ailleurs été ouverte à l'Intérieur, présidée par le ministre Gérald Darmanin. Le premier ministre Jean Castex a de même quitté l'Assemblée pour participer à la réunion.

    >> Le Parquet national antiterroriste saisi

    Le parquet antiterroriste a ouvert immédiatement une enquête pour «assassinat et tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste» et «association de malfaiteurs terroriste criminelle». Le procureur antiterroriste Jean-François Ricard s'est rendu sur place.

  3. #3
    Administrateur Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 728

    Par défaut

    Rappel

    Les théologiens sunnites de référence des principaux centres académiques islamiques du sunnisme (Qarawiyine,Zitouna,Al-Azhar,...) n'ont pas appelé à celà car la France n'est pas considéré Dar al Harb, ni Dar al Islam par eux.

    Dar-al Harb c'est à dire une terre de guerre où les actions militaires sont permises

    Les groupes djihadistes ont appellé au meurtre considérant la France Dar al Harb

  4. #4
    Administrateur Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 728

    Par défaut

    Sur ce qui s'est passé à Avignon :

    Avignon : Attentat, attaque identitaire ou coup de folie… Pourquoi un homme a-t-il été abattu par les policiers ?

    DÉCRYPTAGE Quelques heures après l’attentat de Nice, les forces de l’ordre ont abattu, jeudi matin à Avignon, un homme qui brandissait une arme dans la rue

    ==> https://www.20minutes.fr/justice/289...attu-policiers

  5. #5
    Administrateur Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 728

    Par défaut

    Attentat à Nice : Les victimes ont été « ciblées pour la seule raison qu’elles étaient présentes à ce moment dans cette église », indique le procureur antiterroriste

    Informations du jeudi, après l’attaque au couteau qui a causé la mort de trois personnes ce matin à Nice (Alpes-Maritimes)

    Publié le 29/10/20 à 10h07 — Mis à jour le 29/10/20 à 21h56

    ==> https://www.20minutes.fr/societe/289...its-interpelle

  6. #6
    Administrateur Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 728

    Par défaut

    Source : HESPRESS



    Qui est Brahim Aouissaoui l’auteur de l’attentat de Nice ?


    Mohamed Jaouad EL KANABI

    30 Oct 2020 à 14:28 Monde





    L’auteur de l’attentat de Nice à l’église Notre-Dame, survenu hier jeudi, est
    Brahim Aouissaoui, un Tunisien âgé de 21 ans issu d’une famille nombreuse, comptant huit filles et trois fils et habitait avec ses parents dans une maison simple dans la ville de Bou Hajla, petite bourgade de Tunisie située entre Kairouan et Sfax, dans le centre de la Tunisie.


    Selon sa mère, interrogée par Le Figaro, l’homme a été réparateur de mobylettes après avoir quitté le lycée. Son frère a précisé qu’il lui aurait dit vouloir venir en France pour trouver du travail : « Il a dit qu’il allait en France car c’est mieux pour le travail et qu’en Italie, il y a trop de monde. Ça ne fait pas un mois et demi qu’il a effectué la traversée, arrivant d’abord en Italie où il a travaillé à la récolte des olives », explique-t-il.





    L’assaillant est arrivé en France, la veille de son forfait, mercredi 28 octobre 2020 en provenance d’Italie. Il avait rejoint l’île italienne Lampedusa clandestinement le 20 septembre dernier avant d’être arrêté deux semaines plus tard, le 4 octobre. Cinq jours plus tard, son passage est recensé dans un centre pour migrants de Bari, dans le sud de l’Italie, où il reçoit une aide par La Croix Rouge italienne.

    Il a été visé par une obligation de quitter le territoire italien, avant d’être finalement laissé libre. L’assaillant était porteur d’un « document de la Croix-Rouge italienne »mentionnant une date de naissance, ainsi que la nationalité tunisienne. Ces papiers ont été authentifiés comme étant bien ceux de l’auteur des faits, « inconnu au fichier national des empreintes digitales et également inconnu des services de renseignements ». Brahim Aouissaoui a lui-même donné ou décliné son identité aux enquêteurs affirmant avoir agi seul.

    Le jeune homme, âgé de 21 ans, qui est entré en Italie via Lampedusa, a été visé par une obligation de quitter le territoire italien, avant d’être finalement laissé libre. L’enquête est en cours pour déterminer les circonstances de son arrivée en France et les éventuelles complicités. Dans ce cadre une personne âgée de 47 ans soupçonnée d’avoir été en contact la veille des faits, avec l’assaillant a été placée en garde à vue.

    Lors de son interpellation, Brahim Aouissaoui était en possession, d’« un Coran et deux téléphones » ainsi que de « deux couteaux non utilisés » découverts dans un sac. L’hypothèse de l’islamiste radical est plus que probable. Après avoir été « neutralisé », il a été transporté à l’hôpital en urgence absolue. Jeudi soir, son pronostic vital était encore engagé. Pour le ministre de l’Intérieur français, cet homme faisait « l’objet d’un décret de reconduite italien », mais, précise le ministre, « il n’a pas été exclu pour des raisons que l’on peut éventuellement comprendre, à cause du Covid ou du manque de place dans les centres de rétention ». « Je n’en veux pas au gouvernement italien (mais) il a été repéré sur (leur) territoire, et est venu (en France) commettre un attentat », a ajouté Gérald Darmanin.





    Selon sa famille, le jeune homme s’était tourné vers la religion et s’était isolé ces deux dernières années. « Cela fait à peu près deux ans et demi qu’il fait la prière. Il allait du travail à la maison, ne sortait pas et ne se mélangeait pas avec les autres», détaille sa mère. Auparavant poursuit-elle, « il buvait de l’alcool et consommait de la drogue ». Brahim Aouissaoui avait déjà tenté la traversée périlleuse de la Méditerranée pour l’Italie, en vain, et n’avait pas prévenu ses proches de ce nouveau départ, selon son frère.

  7. #7
    Administrateur Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 728

    Par défaut

    Source : Nice Matin

    "Il m'avait envoyé une photo de l'église": les derniers échanges entre l'assaillant et sa famille quelques


    PAR Olivier Sclavo Mis à jour le 30/10/2020 à 12:24 Publié le 30/10/2020 à 12:00


    Mis à jour le 30/10/2020 à 12:24 Publié le 30/10/2020 à 12:00


    "Il m'avait envoyé une photo de l'église": les derniers échanges entre l'assaillant et sa famille quelques minutes avant l'attentat de Nice

    Par Olivier Sclavo Le 30/10 à 12h00 MàJ 30/10 à 12h24



    Brahim A. est le suspect principal de l'attentat de ce jeudi 29 octobre au sein de la basilique Notre-Dame à Nice. Après l'attaque, l'assaillant s'était avancé vers les forces de l'ordre "de manière menaçante en criant Allahou Akbar, les contraignant à tirer", selon le procureur. Près de lui, les enquêteurs ont trouvé un coran, deux téléphones et l'arme du crime, "un couteau de 30 cm avec une lame de 17 cm", a détaillé Jean-François Ricard.




    Neutralisé par les policiers après avoir attaqué au couteau et tué un homme et deux femmes dans la basilique Notre-Dame-de-l'Assomption jeudi matin, le meurtrier présumé, Brahim A., âgé de 21 ans, très récemment arrivé en France par l'Italie, est actuellement hospitalisé.


    Son pronostic vital est engagé, selon le procureur antiterroriste Jean-François Ricard.




    D'où vient-il?


    Si son lieu de naissance n'a pas encore été confirmé, sa famille réside, elle, dans la ville de Bou Hajla, petite bourgade de Tunisie située entre Kairouan et Sfax.


    C'est là-bas que Brahim A. vivait avant d'entamer son parcours vers l'Europe et Nice autour du 14 septembre, selon le porte-parole de l'institution judiciaire tunisienne.





    En Tunisie, il rencontrait des difficultés pour trouver un emploi stable et enchainait des petits boulots, selon un voisin interrogé par la chaîne Al Arabiya TV.




    Son arrivée en l'Italie


    Brahim A. pose le pied sur l'île italienne de Lampedusa, sur laquelle il accoste depuis un radeau de fortune avec 28 autres migrants en provenance d'Afrique, le 20 septembre.


    Il est alors placé en quarantaine, avec une cinquantaine d'autres migrants, à bord d'un bateau le Rhapsody.


    Près de 300 migrants, en majorité Tunisiens, seraient arrivés sur Lampedusa ce jour-là d'après les informations du quotidien italien Il Corriere della Sera.


    Deux semaines plus tard, le 8 octobre, tous arrivent à Bari, dans le sud de l'Italie. Brahim A. est transféré dans un centre d'accueil, pris en photo et interrogé par les services de l'immigration puis relâché.


    Sur les 405 migrants descendus du Rhapsody le 8 octobre à Bari: deux sont arrêtés et placés en détention, 104 sont placés dans des centres pour rapatriement (identifiés comme dangereux, avec des précédents ou qui ont suscité des soupçons), 177, dont près de la moitié de mineurs, sont placés dans des refuges.


    Enfin, 122 ont en poche un décret d'expulsion du territoire national sous un délai d'une semaine, et sont laissés libres. C'est le cas de Brahim A.


    C'est aussi à ce moment-là qu'il s'évanouit dans la nature, avant de réapparaitre dans l'horreur de cette journée du jeudi 29 octobre à Nice.




    De nombreux coups de téléphone


    Lors de sa quarantaine à bord du Rhapsody, certains de ses compagnons d'infortune rapporteront qu'il était "constamment au téléphone", selon Il Corriere della Sera.


    Il leur aurait fait part de sa volonté de quitter l'Italie le plus vite possible pour rejoindre la France où il aurait "de la famille".


    "Ceux qui le connaissaient lors de son passage en quarantaine ont apporté leurs témoignages aux enquêteurs de la brigade anti-terrorisme".




    Ses derniers contacts




    Kmar (à droite),la mère de Brahim A. dans sa maison de Sfax en Tunisie après avoir appris que son fils est le principal suspect de l'attaque terroriste en la cathédrale Notre-Dame de Nice.
    Photo

    Kmar (à droite),la mère de Brahim A. dans sa maison de Sfax en Tunisie après avoir appris que son fils est le principal suspect de l'attaque terroriste en la cathédrale Notre-Dame de Nice. Photo by HOUSSEM ZOUARI / AFP



    "Il m'a dit qu'il voulait passer la nuit devant la cathédrale, livre le frère de Brahim A. à Al Arabiya TV. Il m'a aussi envoyé une photo du bâtiment. Il m'a appelé quand il est arrivé en France."


    Un frère qui a confié le choc de sa famille quand elle a appris que leur enfant était le suspect n°1 de cet attentat. "Ce qu'on a vu sur les images, c'est lui, c'est notre fils".


    Sur des images de l'AFP, sa mère apparait en larmes après avoir été interrogée par la police dans sa maison de Sfax.


    De son côté, le porte-parole de l'institution judiciaire tunisienne a révélé que Brahim A. n'avait pas été identifié comme un élément radical avant de quitter le pays et qu'il n'était pas connu des services de police.


    Pourquoi n'a-t-il pas été transféré dans un centre de rétention avant d'être expulsé vers la Tunisie? Pourquoi a-t-il été laissé libre au contraire d'autres migrants? Ce sont sur ces sujets qu'enquêtent aujourd'hui les services de sécurité italien.






  8. #8
    Administrateur Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 728

    Par défaut



    ???????????????????????????????????

    De son côté, le porte-parole de l'institution judiciaire tunisienne a révélé que Brahim A. n'avait pas été identifié comme un élément radical avant de quitter le pays et qu'il n'était pas connu des services de police.


    Pourquoi n'a-t-il pas été transféré dans un centre de rétention avant d'être expulsé vers la Tunisie? Pourquoi a-t-il été laissé libre au contraire d'autres migrants? Ce sont sur ces sujets qu'enquêtent aujourd'hui les services de sécurité italien.

  9. #9
    Administrateur Avatar de talib abdALLAH
    Date d'inscription
    juin 2014
    Localisation
    France
    Messages
    12 728

    Par défaut

    Source : Actu 17

    Le communiqué de l'agence Thabat, Al-Qaïda demandant d'opérer des attaques en France

    Menace terroriste : le ministère de l’Intérieur renforce les mesures de sécurité avant la Toussaint

    Y.C.
    -


    26 octobre 2020, 18h52 │ MAJ : 26 octobre 2020, 18h52








    Illustration. (Adobe Stock)


    La menace terroriste est bien présente en France, elle est « élevée est constante » précise le Directeur général de la police nationale (DGPN) dans un télégramme ce dimanche.


    Le ministère de l’Intérieur prend très au sérieux le dernier communiqué de l’agence de presse Thabat, proche de l’organisation terroriste Al-Qaïda. Le message fait référence à la polémique – devenue internationale – des caricatures du prophète Mahomet, de Charlie Hebdo, la question du port du voile, mais également les opérations de police menées dans les mosquées, ainsi que l’opération militaire Barkhane au Mali.


    Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a transmis ce dimanche un télégramme de trois pages aux préfets et aux directeurs généraux de la police nationale et de la gendarmerie. Il évoque le communiqué de l’agence Thabat, mais également « d’autres éléments de propagande récemment diffusés par des organes », en lien avec le groupe État islamique (EI), à la suite de l’attaque terroriste du 16 octobre à Conflans-Sainte-Honorine. Le ministre de l’Intérieur appelle à une « vigilance accrue ».

    Des « cibles désignées » qui sont « particulièrement nombreuses »

    « Plusieurs modes opératoires sont suggérés comme les attaques à l’aide d’une arme blanche ou l’utilisation d’une voiture bélier contre la foule, de façon solitaire ou en constituant des groupes », détaille le ministre qui précise que les « cibles désignées » sont « particulièrement nombreuses », notamment les Imams affichant leur soutien à Emmanuel Macron, ainsi que les églises et les symboles de la chrétienté.

    Le télégramme mentionne que « les cibles liées aux Français », à l’étranger, « comme les ambassades ou les lieux de villégiature » sont également citées dans cet appel « au djihad ».



    Les préfets sont appelés à saisir le procureur de la République lorsque des messages diffusés sur les réseaux sociaux, « appelant à la haine, fondés sur une diatribe séparatiste ou constituant de l’apologie du terrorisme voire des appels directs à commettre une action violente », sont détectés. La plateforme Pharos, en charge de la surveillance des contenus illicites sur internet, devra également être alertée.

    En outre, Gérald Darmanin appelle les directeurs à adresser des consignes aux forces de l’ordre « afin qu’elles veillent à leur propre protection, dans l’exercice de leurs missions mais également en dehors du service ».
    La sécurisation des célébrations religieuses chrétiennes de la Toussaint

    Dans un télégramme transmis ce dimanche à toutes les directions de la police nationale, le DGPN, Frédéric Veaux, explique quant à lui que la France est « la cible d’une menace terroriste élevée et constante ».
    Les directeurs sont appelés à « prendre toutes les dispositions » pour « sécuriser les rassemblements de personnes, notamment à l’occasion des célébrations religieuses chrétiennes de la Toussaint (ce dimanche, ndlr) mais également vis à vis des associations et lieux de culte musulmans dont les représentants ont publiquement condamné les attentats terroristes ».

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •