Introduction :

La foi islamique comprend la notion du jugement dernier qui signifie qu’il y aura une résurrection et que tout le monde aura son compte devant Dieu. Mais avant de mourir, la population musulmane persuadée des différents aspects du jugement-Le « barème » d’évaluation des faits est indiqué clairement-se demande sur l’éligibilité au pardon divin. En effet, le prophète Muhammad a indiqué dans plusieurs hadith les actions qui peuvent bien bannir un musulman-un être humain-du pardon de Dieu. Les savants ont par ailleurs inventé une classification géniale pour les divers faits et leurs impacts ; comme si on postulait à propos de la manière avec laquelle Dieu classifie les actions humaines.

Les registres des actions :

La lecture du Coran et le hadith du prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) permettent de dégager une classification ingénieuse des actions de l’homme. En fait, cette classification prend en compte les délits-les péchés-puisque les bienfaits sont classés à l’opposé des péchés.

Le Coran nous permet de dégager les deux registres, alors qu’un troisième registre tire sa définition depuis le hadith.  Donc, en somme, il y a trois registres qui désignent chacun un ensemble non vide de péchés. Les trois registres sont :

  1. Un registre d’impardonnables.
  2. Un registre de négligeables.
  3. Un registre des non négociables.

Le registre d’impardonnables :

Le registre d’impardonnables comprend en fait un seul acte. A lui seul, cet acte est susceptible de bannir l’individu de la miséricorde s’il meurt avant de bien se repentir. « Dieu ne pardonne pas qu’on associe à lui un autre et pardonne tout autre péché à qui il veut (Annissaa ; verset 48) ». Ce qui veut dire que ce registre est le plus sévère et le plus important. Devenir musulman est essentiellement assumer l’unicité de Dieu. Si cette condition est remplie-la foi est solide-  le musulman a toutes les chances d’être pardonné.

Le registre des négligeables :

Le premier registre accompli, Dieu ne donne pas d’importance à ce que le musulman a recueilli de péchés. En fait, il y a toujours la possibilité de subir le châtiment qui est entre autre un moyen de purification ; c’est en quelques sortes le règlement de comptes sur terre. Le verset 53 du chapitre Azzumar « Dis à ceux qui ont succombé dans le péché ne désespérez pas Dieu pardonne tout » ; ceci sous entend un repentir bien sincère et la demande continue et insistante du pardon. Ce registre concerne les obligations envers Dieu.

Le registre des non négociables :

Le troisième registre contient un autre type de péchés. C’est le registre qui concerne les droits et obligations envers les hommes. En fait, si une personne fait la prière islamique, fait le pèlerinage, pratique l’aumône mais, est un escroc, un voleur, un corrompu ou pratique toute autre défaillance qui porte atteinte aux droits des autres ; par exemple il est bagarreur, il maudit les autres ou il cherche le scandale, alors là, étant la justice elle-même, Dieu ne se donne pas le droit de pardonner ce qu’il ne détient pas. Au contraire, il assure que sa justice soit appliquée et que tout droit soit rendu. Le pécheur n’a pas à négocier avec Dieu, il a affaire au détenteur du droit.

Conclusion :

Cette définition sous entend que le registre le plus important est, en réalité, celui qui concerne les droits et obligations envers les autres. Le prophète Muhammad déclare à ce propos que le misérable est celui qui se présente devant Dieu en ayant appliqué les règles de l’islam, ayant rempli les conditions de la foi islamique mais il a porté atteinte à un ensemble de gens ; il rembourse le mal par ses bienfaits ; il risque de ne pas avoir assez lui permettant d’accéder au paradis.

Merci de partager 😉
Facebook
Twitter
Google+
https://forumislam.com/trois-registres-actes-triangle-devaluation-divine/
LinkedIn
EMAIL
RSS
Facebook
Twitter
Google+
https://forumislam.com/trois-registres-actes-triangle-devaluation-divine
LinkedIn
EMAIL
RSS